Aide Besoin d'aide, d'avis ou simplement d'échange

ElBabunk
Publiée le 18/12/2019 à 23:39
Auteur du sujet

DÉJÀ BONJOUR OU BONSOIR, À TOUS ET À TOUTES !

Voilà j'ai enfin trouvé le courage d'écrire cette demande d'aide, ça faisait un long moment que je voulais le faire, d'ailleurs c'était une des raisons pour lesquelles je me suis inscrit ici, j'espère que même si c'est compliqué d'aider une personne sur ce sujet là, que vous puissiez m'aider ou au moins me donner des conseils, merci d'avance à vous tous !

PS: je suis vraiment désolé d'avance aussi pour la longueur de ce texte, si jamais il est un peu brouillon et mal tourné car c'est extrêmement compliqué pour moi de parler de mes sentiments et tout ce qui me touche personnellement et puis que je me force à l'écrire sinon ça sortira jamais... C'est vraiment maladroit,il y a des moments compliqué où je craque un peu je m'en excuse aussi... Je vous souhaite une bonne lecture quand même

Eh bien voilà nous y sommes ! Le fameux pavé de l'enfer qui tue... Je ne sais pas vraiment par où commencer alors je vais un peu introduire le sujet en parlant de moi et de mon enfance.

Donc voilà, je m'appelle Alex, enfin mon vrai prénom est Mélina, d'ailleurs c'est horrible maintenant ça me fait très bizarre de l'écrire ahah... J'ai 20 ans. J'ai était élevé dans une famille lambda, ni vraiment tolérante ni réellement intolérante, d'une mère psychologue et d'un père cuisinier dans un collège, et j'ai une petite sœur.

J'ai toujours été élevé comme une fille normale à coup de robes, de barbie, le kit de ménage et tout les fameux accessoires mais aussi des jouets plus de "garçons", ne rechignant jamais au choix de mère, cependant dans ma tête je n'ai jamais fait de différence entre les garçons et les filles, j'ai toujours discuté pareil avec les deux. Et puis dans tout les cas j'ai toujours été un peu "étrange" pour les enfants de mon âge, j'ai jamais réellement trouvé mon compte des deux côtés.

Les années primaires et les années collèges ont été les pires de ma petite vie, j'ai été de plus en plus rejeté, moqué etc... Dans ces années là, d'ailleurs j'ai appris l'existence des LGBT +, à l'époque j'étais très garçons manqué, dans le style vestimentaire, le vocabulaire et la façon de penser. Sur le moment je ne m'en était pas rendu compte mais j'ai éprouvé des sentiments pour trois de mes amies les plus importantes à mes yeux, c'est que maintenant que je sais ce que c'est l'amour que j'ai compris ça. Ensuite sont venue les dépressions, les TS, rien n'allait comme il le fallait, de plus en plus je ne reconnaissais pas mon corps je le cachait, il me dérangeait, notamment les brimades de mes camarades à son sujet, et de ma mère voulant que je sois plus féminine ne m'aidait pas enfin bref j'ai l'impression de raconter n'importe quoi c'est tellement dur de parler de tout ça je me sens tellement pas légitime à raconter mon histoire, j'ai l'impression d'être naze et folle... D'ailleurs j'ai toujours été convaincu d'avoir un grain qu'il faut que je me fasse enfermé j'en peux plus des fois

Bref je vais essayer de faire plus court alors...

Bon au lycée ça allé un peu mieux je me maquillais tout en restant garçon manqué pour plaire à ma mère tout en continuant de pleurer devant mon miroir détestant cet amas de chair qui se reflétait devant moi, je fais toujours des dépressions, j'ai plus aucunes confiance en moi. Mes deux premières années de seconde se sont très mal passées ma mère m'a placé dans un lycée catholique où j'ai encore plus perdu encore plus mes repaires, c'est la première fois que j'ai été confronté au surnaturel, à la spiritualité, et l'ésotérisme... Je suis tombé amoureux de ma sœur de cœur, et c'est la première fois que je suis sortie avec un gars. Première et terminale j'ai changé de lycée j'ai vécu 3 relations avec 3 mecs différents qui se sont très mal passés dont ma première fois... J'ai découvert que je n'aimait pas le sexe, encore aujourd'hui je me rend compte à quel point j'ai été amoureuse d'une de mes anciennes plus précieuse amie.

post post scriptum : je suis désolée même si ça n'a aucuns sens tout ce que je vous écris je l'écris avec le cœur actuellement je suis entrain de chialer en pleurant j'arrive plus à écrire du coup je vais abréger condeser mes questions j'écrirai la suite plus tard ça me donne envie de vomir

Voilà mon problème je suis actuellement avec mon chum depuis trois ans lui qui m'a sauvé la vie, me charie tout le temps à me dire qu'au final je suis lesbienne et ça me travaille beaucoup, aussi j'ai pas réussi à en parler cette fois c'était trop, mais le fait que je me sente ni homme ni femme, que je me sente pas moi que je me sens pas dans mon corps en fait j'en sais rien c'est stupide je sais pas désolé je post quand même mais bon.. Désolé... Au moins j'ai extérioriser une grande partie...


#319807

Plume
Publiée le 19/12/2019 à 10:08 - modifié par Plume le 19/12/2019 - 10:10:00

Bonjour Elbabunk,

Déjà merci pour la confiance a te livrer comme cela a des inconnus. Personnellement je ne crois pas quil y ait un jugement a avoir sur l'émotion que te procure le fait d'écrire ta vie (au contraire).

En ce qui concerne le fond de ton "problème". Tu as été rejeté pendant le collège (et peut etre avant aussi) parce que tu es une personne différente des autres. Enfin, plutot parce que cette différence faisait peur aux autres (parce que bon aucun être humain n'est le clone d'un autre hein).

Du coup il me semble que pour commencer, il serait utile de reconsidérer cette histoire sans penser que tu as un grain mais plutôt que tu as subit des maltraitances d'une bande d'abrutis. Et qu'il est preferable que cette blessure se transforme plus en colère qu'en tristesse afin de ne plus jamais accepter ce genre de comportement des autres et douter autant de toi.

Ensuite, il serait bon d'apprendre a te connaitre vraiment parce que a force de t'adapter aux stimulus extérieurs, tu as malgré toi "flouté les cartes". Cela n'est pas étonnant que tu sois a fleur de peau. Ne pas être soi-même peut être un vrai traumatisme.

Enfin, la sexualité.. On s'en fout!^^ Si tu arrives à faire la paix avec toi-même et à accéder à ce que tu es vraiment, ça t'aidera à être heureux/se dans tous les domaines..

Plume


 1 vote #319828
Mimoza
Publiée le 19/12/2019 à 10:18

Salut Elbanuck.

Ton témoignage est touchant et sympatique de part sa sincérité.

Tu expliques que tu as eu un cheminement jusqu'alors compliqué.

Je t'invite à continuer de t'exprimer. Si on peut t'aider, on le fera mais pour l'instant, tu n'as pas vraiment exprimer une direction sur laquelle tu aimerais réflechir. Est-ce ton orientation, ta sexualité, ton genre ?

Continue à rester positive et à te battre en tout cas. (et pas trop de tarpé quand-meme, lol, essaie de limiter au soir seulement...)


 1 vote #319830
Fiffi
Publiée le 19/12/2019 à 11:06

Bonjour Elbabunk ,

tu as raison de t' exprimer et de confier tes émotions ; cela montre ta volonté de t' en sortir et c' est déjà du positif .

Tu as eu un passé difficile et reçue peu d' aide , tu as étée incomprise et tu as cachée ta vrai nature . Il est donc normal que tu te sentes mal dans ta peau ; ce n' est pas de la folie , tu t' es juste perdue en voulant plaire ou être comme tout le monde .

Certaines personnes sont dans ton cas , ils ne se reconnaissent ni dans le genre masculin ni féminin . Ils se considèrent sans genre ou un mélange des deux .

Le fait que tu n' aimes pas le sexe n' est pas grave ; tout le monde n' aime pas le sexe . cela ne t'empêche pas d' être amoureuse . Tu peux expliquer à ton chum que tu l' aimes mais que tu n' aimes pas les relations sexuelles .

Maintenant que tu as pris conscience de certains problèmes , il est temps de faire un travail sur toi-même . Il te faut passer par dessus les mauvais traitements que tu as subie pour aller de l' avant ; ne pas les oublier mais tout faire pour qu' ils ne se reproduisent plus . En reprenant confiance en toi , tu auras déjà fais un grand pas dans cette direction .

Prends aussi un peu de recul sur toi . Prends le temps de t' analyser calmement , de comprendre ton ressenti , de redécouvrir ta vrai nature . En étant en accord avec toi-même , tu te sentiras mieux . 

C' est un travail long et difficile , pour commencer , il faut que tu classes tes problèmes par priorité et les aborder un par un . Tu peux les écrire pour toi , l' écriture aide à la réflexion et en les triant , tu pourras les aborder plus sereinement et tu verras que pris un par un , ils sont plus facile à résoudre . 

 Bon courage et continues à t' exprimer si ça te fais du bien . 

 1 vote #319836
ElBabunk
Publiée le 19/12/2019 à 14:45
Auteur du sujet

Bonjour Plume ! Et merci beaucoup pour ton message, avec le recul j'ai quand même honte d'avoir posté un message si désorganisé quand même, surtout comme tu le dis j'ai pas réussi à vraiment bien expliquer le fond de la question j'en suis désolé... J'essaierai de faire au plus vite un update de se message pour que ce soit plus compréhensible !

Et je pense qu'en effet ici c'est le meilleur endroit pour me confier vous êtes tous tellement attentionné, et généreux c'est à vous tous plutôt qu'on devrait remercier, d'ailleurs merci beaucoup encore une fois pour toute cette aide !

En effet les seuls moments où je n'ai pas été rejeté c'était en maternelle, déjà en primaire à partir du CE2 je ne commençais plus à avoir ma place, je ne restais qu'avec les ptits qui m'aimaient bien. C'est vrai, et c'est bien dommage,, après je sais que ce que j'ai vécu c'est rien comparé aux autres quand même, j'ai pas trop à me plaindre en vrai... Et puis mon hypersensibilité n'a rien arrangé...

Ma mère m'a toujours toujours traité d'hystérieque, de folle, ( d'ailleurs je me demande si ce n'est pas un peu une perverse narcissique) alors à force c'est vrai qu'on se demande.... Et puis je pense que tout le monde est déjà passé par là apparemment le syndrome de l'imposteur est un syndrome d'époque, cependant c'est une expérience que je vie au quotidien, pour les choses les plus banales du quotidien, en passant par mon esprit, mes sentiments, mes ressentis, et même ma famille et mes amis... J'ai l'impression de toujours mentir, de ne jamais rien mériter, tellement que je ne sais même plus où est la vérité dans ce que je dis... En effet imposteur c'est vraiment le bon mot, à chaque seconde de ma vie je me sens illégitime...

C'est pour ça que j'ai du mal à me connaître aussi, à cause de ce sentiment... Je me demande même si je ne serrai pas mieux dans un corps d'homme car, je ne me reconnais même pas physiquement, j'ai l'impression de vivre que dans ma tête....

Oui c'est clair le sexe c'est pas important du tout ! Mais ça me dérange et ça me travaille de pas savoir qui je suis, ça se trouve ils ont raison je suis peut-être lesbienne, et vu que je n'ai jamais eu d'expérience sexuel avec une femme, ça se trouve c'est pour ça que j'aime pas faire l'amour j'en sais rien juste ça me travail...

Et merci beaucoup en tout cas ça me fait du bien de parler !


 1 vote #319846
Frango
Publiée le 19/12/2019 à 20:38

Bonsoir ElBabunk,

Je crois me souvenir que l'on s'est déjà croisé sur Beto.... Je ne sais pas si tu t'en souviens ?

Et c'est toujours avec le même plaisir que je lis tes post(s). C'est vrai. Il y a chez toi une spontanéité qu'on ne trouve que trop rarement et ça me touche beaucoup. Tu es une "écorchée vive", une hyper-sensible...

C'est sûr que ce que tu as écrit doit être difficile à sortir de sa tête. J'imagine que ça ravive tellement de souvenirs douloureux pour toi et je te comprends plus que tu ne l'imagines. J'ai vécu des trucs pas cool à l'école et je m'en souviens bien, alors imagine, à 56 ans, ça remonte à quelques années !!!

Tu sais que nous sommes tous marqués et "conditionnés" par l'enfance. Nous naissons déjà avec notre propre personnalité, puis en fonction du milieu dans lequel nous évoluons, notre personnalité s'affirme. Autorité parentale (non, pas celle de la télé !), milieu scolaire, éducateurs,... Tout cet ensemble modèle peu à peu ce que nous deviendrons une fois adulte. Donc, c'est hyper-important ! Et quand nous vivons des troubles dans notre enfance, ils risquent de nous suivre durant toute notre vie... ça n'est pas rien !

Alors ? Alors, au moins deux solutions, qui dépendent de ton tempérament. Sois tu es une battante, sois tu ne l'es pas. On va commencer par le pire ; si tu n'es pas une battante, tu vis avec, mais tu te laisses dominer par ces troubles de la jeunesse qui te pourrisse et tu pleures toute ta vie. Pas cool.

Si tu es une battante (à mon avis tu l'es), ces troubles, tu ne les domineras peut-être pas, mais tu peux vivre avec. Pour vivre avec, il faut les accepter. Accepter d'avoir vécu ce que tu as vécu. Accepter que ça fasse partie de ton histoire. Arrêter de les cacher au fond d'un tiroir. Si tu es TOI, aujourd'hui, c'est grâce à tout ce que tu as vécu jusq'à présent. Les bons, mais aussi les mauvais moments. Tous font partie de ta vie. Tous sont TOI.

Accepte-les, accepte-toi. Ta vie sera plus simple, ta vie sera plus belle.

Alors, que tu sois, hétéro, homo, bi, au autre, quelle importance, si tu es heureuse ?

Gros bisous, Frango.


 2 votes #319866
Membre désinscrit
Publiée le 20/12/2019 à 22:16

Effectivement il est difficile de se trouver sois même dans pareilles environnement...

J'ai connu un peu ça mais peut être en moins violent.

J'ai eu également des difficultés à savoir en partie qui je suis, car nous sommes toujours en constante évolution tout au long de notre vie ;-)

J'aime beaucoup les activités masculines... Je suis pas vraiment barbie mais plutôt petites voitures et Playmobil durant mon enfance ;-) au grand dam de ma mère...

J'ai eu une longue liste d'essai avec des hommes sans succès même si j'ai eu une profonde affection pour plusieurs d'entre eux. Et mes sentiments envers des amies m'ont aiguillés vers les femmes, le désir aussi ;-p

Ce que je peux te conseiller c'est de lister tout ce qui est toxique pour toi dans ton environnement dans une colonne et en face de lister les solutions éventuelles. Ainsi cela peut aider à réfléchir.

Tu es jeune et très loin d'avoir fini de te construire, te dire hetero, bi ou lesbienne, homme, femme, mixte ;-) tu as le temps.

En attendant que ces réponses viennent à toi, retire de ta vie tout ce qui l'intoxique tout ce qui ne te rend pas heureuse, le maquillage n'est absolument pas indispensable, quand à ta mère, ça la fou mal de ne pas t'aider et être ouverte d'esprit à mon humble avis... Je serai toi je prendrais le taureau par les cornes et imposerais ce que je veux, quitte à prendre de la distance... C'est ce qui s'est produit avec ma mère, elle n'acceptait pas mon côté garçon manqué, ni mes passions et centre d'intérêt... Ni rien ^^ alors j'ai cessé de vouloir me conformé à son image et j'ai construit la mienne, et avec du temps... Des années même... Elle a fini par m'accepter tel que je suis devenue, tel que j'ai choisi d'être et d'assumer ce qui me rendait heureuse, et après avoir fait la paix avec mon enfance car j'ai pu la voir s'en vouloir même si aucun mots n'ont jamais été dit à ce sujet, aujourd'hui je m'entends très bien avec elle et elle est finalement fière de moi. Nos parents, dans le fond, finissent satisfait que l'on soit autonome et heureux.

Alors fait ta vie, tes tests, homme, femme, cherche ce qui te rend bien, quand à ta vie sexuelle cela me rappelle un post d'il y a peu, le sexe doit être du plaisir, pas une contrainte ou source de tristesse et stress.

Quand tu te sentiras attiré physiquement par une personne, test et si tu as du plaisir, tu auras tes réponses ;-)

Sors, fais des rencontres, recherche toi, et recherche ce qui te rend vivant :-D

#319931