amour et accueillir la souffrance

photo de l'auteur rebis3
Rebis3
Femme de 42 ans
Lille
Ce sujet est un débat, échangez et partagez dans la bonne humeur

Bonjour à tous,

est ce que pour vous également "aimer" cela signifie d'accueillir la souffrance qui va avec? merci de me dire ce que vous pensez de tout cela!

(bon j'ai encore 29 mots à mettre et ma question est terminée. Bon je n'ai pas de blague de toto à raconter....ha! ça y est 56 mots)



photo de l'auteur Meligood
Meligood
Femme de 21 ans
Bagnols-sur-Cèze

Bonjour,

Pour ma part, je me suis toujours dit que prendre le risque d'aimer quelqu'un, c'est aussi prendre le risque de souffrir, que ça soit amicalement parlant ou amoureusement parlant. On y laisse forcément des plumes, surtout que les couples de nos jours ne tiennent plus à la moindre contrariété, au moindre petit soucis on quitte tout, on change et on se met avec quelqu'un d'autre. C'est un peu une société de consommation où on prend et on jette dès que ça ne nous convient plus. Donc forcément que l'on accueille la souffrance qui va avec l'amour.

Après c'est un avis purement personnel et surtout parce que je l'ai beaucoup vécu en amour, par rapport à l'amitié où j'ai rarement été déçue, sûrement parce que je suis plus sélective en amitié et moins naïve par rapport à l'amour.


photo de l'auteur Djgay
Djgay
Homme de 33 ans
Paris

Coucou, l'amour à mon sens c'est effectivement un risque à prendre. Selon moi cela décuple les émotions, qu'elles soient positives ou négatives. C'est aussi avoir le sens du compromis, comme dans tout rapport social, mais là encore, le ressenti est toujours décuplé par la situation. Selon les cas et les personnes, la balance va plutôt aller vers la déception, ou sinon aller vers la satisfaction. Mais je pense quand même que cela vaut le coup de le vivre.


photo de l'auteur GrillePain
GrillePain
Femme de 26 ans
Toulouse

Si par souffrance tu entends "risque d'être quitté/déçu à un moment ou un autre etc", oui on peut difficilement faire autrement. Mais ça peut varier grandement en fonction du degré d'(in)dépendance, d'idéalisation de l'amour, de peur de l'abandon à la base, etc, des conditions qui peuvent être travaillées même en étant célibataire.

Si c'est se complaire dans une relation qui apporte plus souffrance que joie (parce que ça s'accorde pas si bien que ça, que l'un ou l'autre ne communique pas bien, ou ne controle pas ce qui lui revient de gérer lui-même), je pense pas que l'amour puisse être longtemps au dessus de tout ça, à moins de vouloir y laisser sa peau.


photo de l'auteur AliceMalice
AliceMalice
Femme de 26 ans
Charleroi

404 not found.


photo de l'auteur veluma
Veluma
Femme de 44 ans
Grenoble, Isère, France

9 remerciements

"Si ta vie s'endort, risque la!."

L'amour c'est le sel de la vie. :)


photo de l'auteur Iloee
Iloee
Homme de 37 ans
Ailleurs dans les monts du forez

Citation de rebis3 #281001

Bonjour Rebis,

Je ne sais de quelle souffrance tu parles, car lorsque je t'ai lu j'ai pensé à la souffrance de cet autre que l'on aime...parce que des fois, on découvre chez l'autre des blessures personnelles et les souffrances associées. Ce quiproquo vient peut-être de ton autre post sur un autre sujet, bref !

Si jamais c'est dans ce sens, je ne vois qu'une seule réponse, aimer c'est accepter, mais c'est aussi aider à transformer, accompagner...non pas subir, souffrir de façon inutile (c'est à dire sans construction d'évolution, ou du moins compréhension avec prise de conscience !)

Parles-tu de la souffrance d'aimer ?

"Aimer" l'autre, c'est parfois se sentir rempli d'emotions et d'intensité, des fois telle que l'on en éprouve une souffrance, sans savoir l'origine de celle-ci.

Parles-tu de la souffrance de la perte de l'être aimé(e) ? Et forcément cela dépend de sa conception et de sa véritable capacité à aimer...à s'aimer soi, et à pouvoir continuer la vie et ses bonheurs en dehors des aléas et des difficultés à maintenir la vie, la vie de couple, le bonheur et ses états...

Parles-tu de sa propre souffrance et de cette capacité propre à s'aimer soi ?

Parce que s'aimer soi passe aussi par le fait d'accueillir ses propres souffrances, les accepter, les comprendre, et savoir quoi en faire par la suite

Peut-être peux-tu préciser ;)


photo de l'auteur rebis3
Rebis3
Femme de 42 ans
Lille

Merci beaucoup pour ta réfexion lloee, elle m'aide beaucoup...

Pour résumer un peu les choses, j'ai remarqué que depuis pas mal d'années je vivais à côté de moi, avec mes masques, mes idées préconçues de la vie. Je me suis tellement protégée pour ne pas souffrir que je me suis perdue en route pour ne plus savoir qui j'étais vraiment.

Aujourd'hui je me rend compte que c'est l'accueil de cette souffrance quelle qu'elle soit, celle liée à l'amour de soi (car même si l'autre souffre, il n'est question que du reflet de sa souffrance sur mes blessures. l'autre agit en miroir sur moi).

le passage où tu dis "aimer c'est accepter, mais c'est aussi aider à transformer, accompagner...non pas subir, souffrir de façon inutile (c'est à dire sans construction d'évolution, ou du moins compréhension avec prise de conscience !)" raisonne le plus en moi surtout lorsque tu écris qu'on ne subit pas!

voilà, merci vos réflexions m'aident à voir plus claire


Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit