homophobie ordinaire, que peut-on faire ?

photo de l'auteur Mayvis
Mayvis
Femme de 18 ans
Rezé

bonjour bonjour !

J'ai mis ce sujet sur le forum lesbien parce que je ne savais pas où le mettre 😂

Il y a quelques jours j'ai découvert une nouvelle "expression" si je peux dire ça comme ça : l'homophobie ordinaire. Comme chaque chose que je ne connais pas, je suis allée me renseigner. Donc si j'ai bien compris : c'est par exemple une blague sur les homosexuels entre amis qui fait bien rire, un gars qui traite son ami de "pédé" seulement parce qu'il ne veut pas faire un truc, etc... bref depuis que j'ai découvert cette "expression", je me rends compte que c'est très présent quelque soit les gens que l'on cotoie. Par exemple, parmis mon groupe d'ami (principalement constitué de garcons) ce genre de blague fait bien rire (après tout est relatif, parce que moi je ne trouve pas ça très drôle) ; mon père l'autre jour quand il s'est énervé, il s'est tout de suite excuser après quand il a réalisé ce qu'il avait dit, mais l'insulte "je suis pas un pédé non plus !" est sorti naturellement de sa bouche.

Puis j'en suis venue à me dire que je ne m'étais encore jamais pris de discrimination par rapport à mon homosexualité. Je ne dis pas que je devrais me faire insulter ! C'est juste un constat de me part. A part l'homophobie quotidienne/ordinaire, rien.

Et comme une réflexion en ammène une autre, je me suis demandée si c'était possible de faire disparaitre cette homophobie ordinaire.

Vous en pensez quoi ?



photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit

C'est très compliqué. Les personnes présentant des comportements "homophobes ordinaires" ne se sentent souvent pas homophobes. Par expérience, ils vont le plus souvent refuter en bloc toute remarque en invoquant le fameux "ami pédé" qu'on n'a jamais rencontré, ou en disant "ben non je te parle bien à toi" ou "mon frère est pédé donc je suis pas homophobe". Bref ça ne change rien, c'est inacceptable selon moi. C'est aussi très répandu chez les personnes non hétéro, et là on s'attaque à un mur. Certaines personnes ont assez de réflexion pour se remettre en question mais c'est rare.

Je n'ai pas de conduite à tenir claire. Pour ce qui est des personnes de mon entourage je fais la remarque et si elle est contestée j'insiste, même si ça doit aller au clash.

Sache qu'en tout cas, si tu veux faire changer ça autour de toi, tu seras bien souvent seule à le faire, et personne ne va t'aider.

Après, pour ne pas être seule, il y a les milieux associatifs qui proposent des actions de sensibilisation ou des actes militants.


photo de l'auteur Mayvis
Mayvis
Femme de 18 ans
Rezé

Si je devais soutenir toutes les causes que je trouve injustes, je n'aurais plus de vie 😂

Les gens ne se rendent pas compte, qu'ils peuvent blesser sans le vouloir avec ce genre de propos. Pour ma part je leur fais savoir quand ils disent quelque chose comme ça mais ça ne les empêche pas de recommencer le lendemain


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit

C'est ça. La parole des personnes non hétéro a moins de valeur que la leur à leurs yeux. Le pire c'est quand une personne hétéro essaie de te défendre : 1) je trouve que ce n'est pas son rôle, ça renforce l'idée que ma parole à moins de valeur et necessite l'approbation d'un.e hétéro. 2) ils le font souvent mal et donnent des arguments homophobes sans le savoir.


photo de l'auteur MamGay
MamGay
Femme de 44 ans
montpellier

en plus, les mecs peuvent se triter de pédé mais comme c'est bizarre, les femmes ne se traitent jamais de lesbienne . clin d'oeil du jour


photo de l'auteur GrillePain
GrillePain
Femme de 26 ans
Toulouse

J'ai presque l'impression que l'usage du mot "pd" comme tic de langage à plus à voir avec le sexisme que l'homophobie... je m'explique.

L'énorme majorité des insultes (salope, pute, con, pd, enculé...) sont soit en rapport avec le sexe féminin et/ou le fait d'être une fille "facile", soit en rapport avec l'homosexualité masculine mais version "passive", parce que à chaque fois que quelqu'un est traité de pd sans même penser au sens 1er du terme, c'est toujours par rapport à la faiblesse et au manque de virilité. Une fille sera pas traité de "gouine" quand elle est jugée faible, elle pourra être discriminée d'autres façons bien spécifiques (2 filles c'est pas vraiment du sexe, etc), mais les "vrais" homophobes vont s'en prendre à tous les types d'homosexualité et à ce qu'elle représente VRAIMENT (donc autant les passifs que les actifs ou les lesbiennes, etc), là où les gens inconsciemment sexistes vont plutôt se contenter de dire "c'est un pédé/un enculé" ou "c'est une salope" pas dans le premier sens du terme mais plutôt pour dire que tel mec est faible et telle fille profite un peu trop de sa liberté.

Du coup pour faire disparaitre la discrimination ordinaire avec les clichés ordinaires, faudrait réinventer toute la culture de l'insulte, trouver des nouvelles insultes qui défoulent et donnent autant de satisfaction, sans humilier, ou en tout cas pas sur les mêmes critères...


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit

@GrillePain : tu as bien cerné selon moi le principe de l'homophobie. L'avancée de la lutte contre l'homophobie ne peut pas avancer sans la lutte contre le sexisme, et ce n'est que lorsque la femme se sera affranchie de la domination matchiste que les personnes non hetero ou non cis pourront en arriver à ce stade. C'est dire comme ce sera long !


photo de l'auteur Cylthe
Cylthe
Femme de 34 ans
Helsinki

Je trouve cette discussion, ma foi, fort intéressante.

De plus, après l'excellent résumé de @GrillePain, il y a aussi la question de l'éducation. En plus de trouver dans l'homophobie ordinaire une origine sexiste, il est important de tenir compte des milieux où ces insultes naissent.

Malheureusement, ces insultes font trés facilement partie des cours de récréaction dans les écoles primaires ou secondaires, en plus de se retrouver dans l'éducation parentale. Un parents faisant usage d'homophobie ordinaire risque d'inculter à l'enfant des insultes qu'il répétera à l'école. Du coup, en plus d'être une homophobie ordinaire, on en revient à une homophobie banale, où parfois même le sens de l'insulte perd tout son sens. Un tout jeune enfant ne comprendra peut-être pas tout de suite que "pédé" est lié à l'homosexualité et, encore moins, au sexisme sous-jacent. Du coup, l'enfant va construire autour de l'insulte une banalité et un acquis qu'il sera difficile de tacler si il n'éduque pas ses sens et son respect. Et une fois l'insulte comprise, l'enlever de son langage sera plus compliqué. Même à mon âge et ma maturité, j'arrive à lâcher des "putains" par frustration, qui sont des mots banals mais qui sont forts et insultants.

Du coup, en plus de tacler sèchement le sexisme et l'homophobie, il faudrait, en plus, trouver un moyen d'engendrer chez l'enfant un respect mutuel, ce qui n'est pas chose aisée. Et pour chez les adultes, bien ancrés dans leurs concepts, ce sera encore plus compliqué et vous en avez discuté plus haut déjà.

Ainsi, d'homophobie ordinaire et banale, nous partons vers une "culture de l'insulte", et c'est effectivement triste.

Pour ajouter une anecdote, enfin, si on veut parler ainsi, le fils d'amis de mes parents a présenté à ma mère une pub d'une femme qui pissait debout, et il en rigolait à coeur joie. Cependant, dans ma famille, il existe une personne transgenre, moi, et des parents conscients de ma transidentité qui ont averti leur amis et leur fils il y a déjà quelque temps. Du coup, ce fils présente la vidéo, mais sans se rendre compte qu'elle est, forcément, transphobe. C'est la même chose: acquisition d'un préjugé qui en devient une insulte banale à laquelle on rit sans se rendre compte des conséquences. Ma mère, forcémentm était choquée, sachant que la personne connait la situation.

C'est comme l'origine du mot "con", originellement un simple mot, mais désormais une insulte. Sexisme à nouveau.


photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements

Les injures pour vexer, moquer, plaisanter ou calmer son humeur utilisent toujours peu ou prou des termes qui rabaissent ou sont irrespectueux.

Chez les hommes, en tout cas dans nos cultures patriarcales, la féminité y compris celle des femmes, l'immaturité physique, l'homosexualité à fortiori passive ou efféminée, ont traditionnellement été vus comme une infériorité, et donc potentiellement méprisables...

Ce n'était pas les seules infériorités, ici ou là il y a eu les pauvres gueux, les roturiers, les sauvages, les barbares, les teints sombres ou simplement bronzés, les intouchables qui manipulaient les choses impures, les esclaves, et j'en oublie. Ou encore les nom de dieu, ou tabernacle, etc, qui défient les dieux pourtant réputés supérieurs...

Et en général on ajoute le mot "sale" pour bien connoter l'injure, sauf vis-à-vis des dieux car dans ce cas le risque pourrait être trop grand ^^

Et puis selon le lieu et l'époque, l'homophobie "ordinaire" peut dépasser le stade de l'injure.


photo de l'auteur Epinesauvage
Epinesauvage
Femme de 33 ans
Esbly

L'ignorance est le meilleur des mépris. ..

Reste toi même, ils pourront dire ce qu'ils veulent,ça ne changera jamais qui tu es. Ce n'est pas tjs facile dignorer certains comportements qui incite à répliquer, mais cest ce qu'ils cherchent. L'homophobie et le racisme ont tjs exister. Étant différents et prônant la tolérance et l'ouverture d'esprit,je pense que ns pouvons dépasser ça car nous sommes ce que nous sommes,et eux resteront des cons empêtrés dans leur ignorance


photo de l'auteur Djgay
Djgay
Homme de 33 ans
Paris

Coucou,

Tout à fait d'accord avec le commentaire précédent.

Malheureusement dans ce bas monde il y a des choses que l'on ne pourra pas changer. Et je dirais même que lorsqu'il n'y a pas de signe "apparent" de type féminité chez un garçon, c'est très difficile d'entendre ce genre d'insultes du matin au soir, de la part de personnes qui n'ont jamais réfléchi à rien.

A défaut de pouvoir éviter ça, le mieux est de fréquenter le moins possible ce genre de personnes et se tourner vers des personnes tolérantes et gentilles tout simplement.


Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit