Sceptique au sujet de mon orientation

auteur anonyme

Anonyme
Ce sujet est une demande d'aide, écoute et bienveillance sont de rigueur

J'ai besoin d'aide. Je suis un peu sceptique en ce qui concerne mon orientation. J'ai toujours été attirée par les filles, puis j'ai rencontré un garçon qui m'a fait un peu tourner la tête. Ce n'est peut-être pas mon âme-soeur mais bon! Cette rencontre m'a un peu chamboulé la tête. Je ne sais plus quoi faire. Il m'a vraiment troubler. Je me remets totalement en question, et c'est pas très agréable de ne pas savoir sur quel pied danser.. Qu'est-ce que je dois faire ? Peut-être que ce n'est que de passage ? Quels sont les signes qui permettent d'être sur à 200 pour cent que l'on est plus attiré par untel ou untel ? Merci de m'avoir lu et merci à ceux qui me répondront.



photo de l'auteur Fregegui
Fregegui
Homme de 27 ans
Lille

Hello, du principe où tu es attiré par quelqu'un pas besoin de connaître ton orientation finalement. La seule chose qui fait qu'on se colle une étiquette , c'est le regard de la société qui a besoin de tout catégoriser car la société ne comprends pas ce qui n'est pas délimité formellement ou qui est mouvant.

une attirance c'est l'affaire d'une rencontre.

une orientation c'est une histoire d'ordre sociétale.

tu peux réfléchir à ton orientation plus tard et vivre ton attirance séparément. évidemment ça se fait souvent du fait de la pression sociale qui exorte les gens à rentrer dans les rangs.

par exemple la bisexualité et la pansexualité sont sujets à discrimination tant pas les hétérosexuels que par les milieux homosexuels. ce qui ne paraît pas clair génère de la suspicion de manière générale.

à toi de voir ce que tu feras de tout ça finalement


photo de l'auteur GrillePain
GrillePain
Femme de 26 ans
Toulouse

A mon avis les orientations ne servent qu'à décrire dans les grandes lignes vers qui on va.

C'est empirique (on observe vers qui on va, puis on tire des conclusions... jusqu'à ce que d'autres expériences prouvent le contraire ou juste nuancent le tout), mais c'est en aucun cas un code de conduite (se dire qu'on est telle orientation, puis ne surtout pas y déroger).

Si le commun des mortels te regarde avec des yeux ronds car tu sortirais exceptionnellement avec un mec, tu n'aurai qu'à leur dire que tu es bi et ils seront contents (peu importe que tu sois bi à 90% vers l'homosexualité ou si c'est du 50/50, personne ne va te demander de compte sur comment tu vis l'attirance en vrai... déjà qu'on est pas tous d'accord sur ce qu'est censé être l'attirance ou l'amour #débatHierAvecUnePote, il n'y a pas vraiment lieu de comparer).

Du coup tout ces mots-étiquette sur les orientations, les types d'attriance, d'amour etc, ne sont que très très limités

... mais ce n'est pas pour cette raison que tu dois te limiter toi, pour avoir l'impression de coller d'avantage à un vocabulaire plutôt simpliste.

Dans l'absolu je verrais plutôt ça comme des tableaux à double entrée (intensité de l'attirance / fréquence à laquelle ça arrive ) sur le thème "mec" pour le premier, façon "je suis attirée par les mecs : légérement et rarement / légérement mais souvent / beaucoup mais rarement, beaucoup et souvent", et un second tableau "fille" avec les mêmes cases mais bien indépendant de l'autre (car aimer les mecs est indépendant du fait d'aimer les filles, y'a même des gens qui aiment aucun des deux alors bon).

Et pour les pansexuels qui ne tiennent pas du tout compte du genre, ce serait juste un seul tableau "gens" xD

A noter que mes tableaux à la con ne tiennent pas compte des personnes non-binaires ni des exceptions futures... Mais ça montre au moins que dans le cas d'une personne qui serait pas mal attirée par les filles tout le temps, et raide dingue d'un mec mais qu'une ou deux fois dans sa vie, la question "quel genre préfère t'elle vraiment" n'aurait aucune réponse objective, car ce serait un faux dilemme.

Bref un peu de sérieux..

Pour le garçon, si le trouble est réciproque bah.. fonce ! Et si t'es pas sûre de toi explique lui que c'est nouveau pour toi d'aller vers un garçon, c'est aussi comme ça que tu verra s'il te fait sentir à l'aise avec ça etc.. si ça marche tant mieux, et dans tout les cas ça va pas te retirer ton diplôme de lesbienne (c'est vrai que "aimer les filles" c'est tout de suite moins clivant que "lesbienne" dit comme ça, car ça sous entends moins que tu pourrais jamais aimer autre chose voir differement à côté)


auteur anonyme

Anonyme

Après ce n'est pas les étiquettes qui me posent vraiment problème.. C'est juste que ça m'a vraiment surpris. Et je suis d'accord. Je dirais je suis attirée par 99 pour cent de filles et les 1 pour cent restant restants par les mecs. Je sais pas comment dire mais ça un côté rassurant de mettre les choses au clair. ^^ Mais après aussi ce qui m'a davantage génée c'est que j'étais limite en train de vouloir changer mon apparence habituelle pour lui. Pour avoir une chance de lui plaire. C'est plus ça qui m'a déranger. Ca pourrait poser des problèmes à l'avenir si vous voyez ce que je veux dire. Imaginez à chaque fois si je dois avoir un coup de coeur, je dois tout changer. Après c'est l'apparence et le style, pas ma personnalité hein. Mais bon.


photo de l'auteur Fregegui
Fregegui
Homme de 27 ans
Lille

Et bien, dans la séduction il me paraît habituel de se mettre à son avantage, tant sur le plan physique le look etc, que de sa personnalité en se montrant sur son meilleur jour. De là à changer pourquoi faire ? Il me paraît plus intéressant de plaire en essayant d'être en accord avec soi plutôt que par rapport à ce que tu imagines que l'autre attend. de toute manière, ton vrai moi serait rapidement percé à jour, et il ne te resterait plus qu'à espérer que ca lui plaise toujours. Et de toute manière, je pense qu'on plaît toujours plus en ne paraissant pas chercher à plaire, en restant authentique.

Joue avec tes atouts , développe en d'autres pourquoi pas, et tu seras d'autant plus content d'avoir plu en respectant ce que tu es ;)


photo de l'auteur Mayvis
Mayvis
Femme de 18 ans
Rezé

Salut salut !

Je pense que tant que tu fais ce qu'il te plait, tu n'as pas besoin de te définir comme tel ou tel personne. Fais le si cela te rassure, mais fais surtout ce qu'il te plait


photo de l'auteur ThomasDN8
ThomasDN8
Homme de 36 ans
LYON

C'est un questionnement qui n'a pas d'âge et tu imagines bien que des millions de personnes y sont passées avant toi. Dans ce sens, ce que tu ressens est normal et courant. Je te conseillerais donc ne pas trop t'imposer de torture interne car au final c'est plutôt beau ce que tu ressens. Être troublé, touché par une personne, perturbé, attiré, c'est plutôt beau, et bon, non?

Je peux comprendre que ce soit perturbant, pourquoi ne pas aller jusqu'au bout de l'histoire et voir ce que cela donne? Vivre les belles choses qui t'attendent peut être. Tu peux être touché par un garçon sans pour autant te considérer comme gay toi même ou sans le crier sur les toits. Tu as peut être de belles choses à vivre avec une personne qui te touche au fond de toi, c'est plutôt beau et fort, alors vis-les


Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit