Coming out polyamoureux et réactions des parents

photo de l'auteur Santian
Santian
Femme de 32 ans
Lyon

Bon, j'ai encore un ou deux sujets que je voudrais aborder autour du polyamour... Notamment le coming out.

J'ai ressenti un gros besoin de coming out lorsque notre couple est devenu "officiellement" ouvert, et mon mari et moi officiellement polyamoureux, et je ne m'en suis pas privée auprès de nos amis (la plupart se sont montrés formidables) et de ma famille... c'est là que ça devient compliqué généralement. Pourtant, avec un frère gay, une soeur bi, ils étaient un peu sensibilisés, mais manifestement pas à ça. En fait mon père a très bien réagi, me disant que tant que j'étais heureuse, c'était parfait pour lui, mais ma mère n'a absolument pas compris de quoi je parlais. Pour elle je suis venue lui parler de choses qu'elle préférait ne pas savoir, de ma sexualité, elle m'a dit qu'elle regrettait que je me sois ouverte à elle et m'a interdit de ramener nos autres amours sous leur toit. Ce qui vu qu'elle ne prendra jamais la voiture pour venir nous voir, revient à ne pas vouloir les connaitre. J'avoue que je me sens à la fois déçue et rejetée. Je ne sais pas vraiment comment réamener le sujet ; mon père, mon frère et ma soeur tentent de la ramener à de meilleurs sentiments, mais elle n'en démord pas. Je pense que comme je suis mariée, elle avait des "attentes" à mon sujet qui se trouvent déçues, qu'elle a peut-être projeté pas mal de choses sur moi, ou peut-être que ça la renvoie à des choses qu'elle a mal vécues dans son propre passé? Je n'en sais rien. Je tente de rester courtoise avec elle mais clairement l'élan qui me portait à vouloir lui parler de moi, de ce que je suis, est brisé et je ne sais pas comment lui dire à quel point je me sens triste, de peur qu'elle me piétine encore plus. Je suis retournée la voir pour l'anniversaire de mon père et pour Noël mais je me demande quand je vais y retourner maintenant et la perspective ne m'enchante guère. J'ai plus envie de passer du temps avec ma famille poly qu'avec elle. Pourtant je ne veux pas à mon tour la rejeter non plus...

En parallèle, mon époux a aussi entrepris d'en parler à ses parents, et là aussi essuie quelques revers avec sa mère... En fait il a commencé par le début et leur a parlé de comment il est tombé amoureux d'un homme, qui était déjà mon amant, et est devenu le sien également, et là sa mère est partie en vrille sur le thème de mais qu'est-ce qui va se passer maintenant, et le mariage, tout est foutu, je m'inquiète tellement pour vous et je vis un cauchemard! Mon mari ne sait plus comment continuer son histoire, alors qu'il lui reste un an et demi de vie polyamoureuse à raconter, dont sa rencontre et sa construction amoureuse avec sa maîtresse, relation qui risque d'inquiéter encore plus sa mère...

Bref, nous voilà dans de beaux draps avec nos parents. Je me doutais que ça pourrait être compliqué, mais j'avoue que je me sens un peu démunie à présent...

Est-ce qu'il y en a qui ont des expériences à partager à ce sujet? Une petite lueur d'espoir? :)



photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements

"J'ai plus envie de passer du temps avec ma famille poly qu'avec elle. Pourtant je ne veux pas à mon tour la rejeter non plus"

Tu résumes bien la question, on est plus au temps où les parents imposaient leur tradition, mais se couper de de parents qui nous ont élevés pendant un quart à un tiers de notre espérence de vie et qui auront besoin de nous pendant le dernier quart de leur vie serait leur faire une injustice.

A mon avis mais ce n'est que mon avis, autant une personne adolecente a encore besoin d'un soutient pendant sa construction, a besoin de forcer son espace vital pour exister, autant des adultes n'ont guère d'autre choix que de partager cet espace. Et s'ils ne sont pas d'accord sur tout ils peuvent au moins partager ce qui est partagable.

A mon avis tu commettrais une erreur de te couper de ta mère. Ceci d'autant plus que tu venais à te séparer de ton mari et de votre amant commun, simple éventualité vraisemblable et même fréquente dans notre monde actuel, il y a de forte chance que tu te souviendrais qu'elle existe, et que tu souhaiterais qu'elle soit disponible pour toi. Même chose si tu venais à avoir un accident ou une maladie handicapants, et réciproquement si cela survenait chez elle.

Il me semble que quand on a pas été rejetés par notre famille mais que notre mode de vie les gène, la moins mauvaise idée reste de ne pas la rejeter, et de partager notre temps avec les uns et les autres. En favorisant certes notre propre foyer, mais en consacrant des événements clés aux membres de notre famille, tels que leurs anniversaires, fête des mères et pères, voire Noël si nécessaire, et en tout cas au moins une journée de fête familiale par an.

Pour tes partenaires un désamour avec leurs beau-parents ne serait pas une inovation, cela existe depuis que le monde existe. A eux d'essayer de mettre de l'huile dans les rouages s'ils en ont l'occasion. Et pour comencer d'envoyer des fleurs à une occasion (éviter de le faire pour la Toussaint xD...)

Evidemment que tu as aussi un rôle à jouer pour détendre la situation, qui dépendra du caractère de ta mère. Soit le temps la calmera, sois si elle est une belle maman déterminée joueant la montre, qui n'est pasnécessairement en sa défaveur.


photo de l'auteur Pinson
Pinson
Femme de 34 ans
Bruxelles

Tu m'as l'air très sereine dans ta vie de polyamoureuse, Santian, et ton principal souci semble lié à l'acceptation autour de toi, par ta famille et tes collègues...

Moi qui ne te connais pas et qui ne connais rien au polyamour, je te lis, je me dis que ça me dépasse complètement, je suis curieuse, étonnée que ça fonctionne, admirative de ta façon d'aborder ça, de votre façon de le vivre, très surprise que vous vous soyez trouvés, tous et toutes, dans cette vie si atypique.

Je pense être relativement ouverte, ne pas juger les gens, j'apprends, ici, petit à petit, à admettre que tous les modes de vie existent et que les gens s'y retrouvent, qu'il n'y a rien d'a-normal, à les connaitre et les comprendre. Au final, waw, les schémas familiaux et amoureux, les orientations, les genres, c'est extrêmement varié !

Ce que je veux dire, c'est que ça ne coule pas de source, tout ça... Moi, j'ai encore cette petite voix qui me dit que c'est juste... dingue ! Et qui fait que j'ai - en toute honnêté - du mal, parfois... Alors, qu'il faille du temps à vos parents pour comprendre, c'est on ne peut plus logique. On parle de choses qu'ils ne peuvent même pas envisager, de façon de vivre qu'ils n'ont probablement jamais imaginée, ça les dépasse et c'est compréhensible !

Je te conseillerais de continuer à voir ta mère, et de simplement raconter ta vie comme tu le faisais avant... En intégrant dans tes anecdotes les noms de vos différents amours, qu'elle se familiarise avec le fait qu'ils font vraiment partie de la vie de votre couple marié, à part entière, comme des entités sérieuses et non passagères. Quand elle sera prête, elle te posera des questions... Et si pas, au moins, elle ne pourra pas nier leur existence, elle s'habituera à en entendre parler. Ce sera déjà un grand pas ! Pense qu'elle doit tout changer dans sa propre représentation du couple, de l'amour, de la vie qu'elle espérait pour toi, de ce qu'elle "sait" et "connait".

Quant aux collègues, dont tu parles sur un autre fil, ne lance pas vraiment ça à la cantonnade, mais plutôt à ceux dont tu es la plus proche. Je crois qu'il n'y a pas de choix : une fois que plusieurs personnes sauront, ça va jaser. C'est surprenant, comme façon de vivre ! Certains seront plus ouverts que d'autres... Dans tous les cas, ça va attiser la curiosité de pas mal de personnes... Alors oui, les gens vont en parler. Mais au moins, tu ne devras plus te cacher. C'est peut-être un moindre mal...


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit

Je suis épatée que vous vous soyez trouvés tous les 4 et que ton père et tes amis prennent si bien la nouvelle.

Ce que je ne comprends pas par contre, c'est pourquoi vouloir leur en faire part (à mon sens, ce qui se passe dans ta vie, que tu sois seule, à 2 ou à 4, ça ne regarde que toi).

Vos mères respectives n'imaginaient sans doute pas l'existence du polyamour, c'est un gros morceau à digérer pour elles. Puis la monogamie comme sacrosainte valeur est encore très ancrée dans les esprits, ça n'aide pas non plus.

Tu as dit ce que tu avais à dire, maintenant c'est à ta mère de mettre ses idées au clair.

C'est peut-être un peu tôt pour couper les ponts avec elle, il suffit de ne plus aborder le sujet quand vous vous voyez tant qu'elle n'a pas digéré la chose. Et si elle continue à se montrer désagréable, rien ne t'oblige à continuer à lui rendre visite. Laisse couler de l'eau sous les ponts.

Comme anecdote positive, ma mère, qui il y a encore quelques mois trouvait l'idée du polyamour aberrant, s'est finalement dit que même si ça n'était pas son truc, tout le monde ne ressentait pas les choses de la même façon :)


photo de l'auteur Khloroforme
Khloroforme
Homme de 23 ans
Paris

29 remerciements

Mais vous êtes pas obligés de tout leur raconter non plus mdr, vous avez un besoin vital d'ABSOLUMENT leur foutre das la gueule votre relation de couple inhabituelle?

J'veux dire, visiblement y a certains de vos parents qui ont un petit bug dessus. Bon, c'est dommage, vous faites de mal à personne, vous êtes amoureux, toussa toussa...

Mais au pire n'en parlez plus non? Ca les gêne, ne pas continuer à leur raconter les détails vous empêchera pas de vivre votre vie de couple, donc... Pourquoi se prendre la tête?

Vous l'avez dit, ça a été reçu par chaque membre de votre famille différement, bon, voilà c'est fait, on passe à autre chose!

J'ai du mal à croire que vous pensiez sincèrement que PERSONNE ne réagirait bizarrement dans vos entourages respectifs, on est conditionnés depuis tout petit à cultiver des relations amoureuses uniques et non plurielles, forcément ça choque pour beaucoup, surtout des gens plus agés...

Bref, voyez vos familles en évitant de parler de ce sujet, comme toute famille qui se respecte mdr, pck ça reste votre vie privée nan?


photo de l'auteur Pinson
Pinson
Femme de 34 ans
Bruxelles

Bah, Khloroforme, ici, leurs multiples relations sont toutes à placer sur un pied d'égalité... Donc, il faut voir ça comme... Imagine : José a une nouvelle petite copine, il veut la présenter à sa famille, logique, non ? Une façon de lui montrer comme il tient à elle, d'officialiser sa situation, de simplement intégrer à 100 pourcents cette fille dans sa vie, etc. Il doit y avoir des milliers d'autres raisons qui expliquent que lorsque tu as une relation sérieuse avec quelqu'un, c'est un passage évident, la présentation à la famille. Santian ressent ce besoin, elle aussi, de présenter plus officiellement les autres personnes faisant partie de son "polycouple", et donc, se cacher ne semble plus être une option pour elle. Ce n'est pas vraiment "la vie privée"... Se cacher, c'est nécessaire à certains, insupportable pour d'autres.


photo de l'auteur Khloroforme
Khloroforme
Homme de 23 ans
Paris

29 remerciements

Jamais parler de se cacher

Juste de peut-être pas ramener le sujet pendant qq temps que ça passe un peu mieux, en reparler petit à petit jusqu'à ce que le membre familal soit moins réticent à l'idée, etc... Pck comme un enfant ne veut pas savoir les détails de la vie amoureuse de ses parents, je suppose qu'un parent n'a pas forcément envie de savoir TOUT ce qui se passe dans la vie sentimentale/amoureuse/sexuelle de son enfant, encore plus quand t'apprends qu'il y a 2 autres personnes en plus dans le tas

Mon objection était juste sur la partie ou les parents avaient pas envie d'entendre les détails, ce que je peux totalement comprendre.

Pour le reste je plains juste l'auteure pour l'étroitesse d'esprit des mères respectives u_u


photo de l'auteur Oasis
Oasis
Non binaire de 33 ans
Metz

"Pour elle je suis venue lui parler de choses qu'elle préférait ne pas savoir, de ma sexualité"

DÉBUT DE PARENTHÈSE QUEER

Ça, c'est un grand classique, on y a également droit quand on fait un coming-out queer, les parents nous répondent "On s'en fout de ce que tu fais entre les draps, ça ne nous regarde pas, pourquoi tu viens nous parler de ça ?".

C'est bien sûr une réaction absurde. C'est complètement hors-sujet quand c'est un coming-out trans/NB, a fortiori quand c'est un coming-out asexuel...

Et quand on fait bel et bien un coming-out bi/pan/gay/lesbien, c'est en réalité, généralement, un coming-out biromantique/panromantique/homoromantique plus que portant sur la sexualité proprement dite. Ce qu'on dit en réalité à notre famille, quand on dit (mettons) "Je suis homo", c'est "Je suis homoromantique, je tombe amoureux de mon propre genre et je sors avec mon propre genre, et j'aimerais ne pas me cacher sur ce point vis-à-vis de vous, et j'aimerais potentiellement pouvoir vous présenter les personnes que j'aime car vous êtes ma famille, je vous aime et je veux avoir le bonheur de ces occasions de compagnie agréable, de ces fêtes en famille avec mon/mes amour(s), etc".

Pour aller au fond de la question, lorsque notre coming-out porte véritablement sur l'aspect sexuel, quand ce qu'on dit à nos parents, c'est "Je peux avoir du désir pour, et coucher avec, des personnes du même genre que moi", le sens de nos propos n'a là encore rien d'exhibitionniste. Le message que l'on transmet, c'est plus précisément "J'ai une orientation sexuelle qui peut provoquer du dégoût chez certaines personnes, j'espère qu'au contraire vous vous l'accepterez, et sachez aussi que je serai toujours rejetée pour ce que je suis par une grande partie de la société, et que j'espère vos soutiens dans les épreuves que je traverserai".

FIN DE PARENTHÈSE QUEER

En réalité, le sens/fonction socioculturel de telles paroles, du fameux "Ne nous parle pas de sexe", c'est "TA GUEULE, ferme-la, je ne veux pas le savoir".

C'est un message de silenciation.

Le but est de réduire au silence, parce que ta mère n'accepte pas la réalité du polyamour, n'en accepte même pas la POSSIBILITÉ, elle trouve cela intolérable par rapport à toi et par rapport à la société. Accepter le polyamour, ce serait pour elle remettre trop de choses en question, tous les modèles qu'elle connaît, et peut-être aussi qu'elle plaque certaines choses là-dessus (qu'elle confond cela avec de l'échangisme et du libertinage), ou encore qu'elle a simplement peur de l'inconnu.

Dans l'ensemble, ta mère a PEUR, ta mère est DÉRANGÉE par ce que tu dis, et ce n'est pas à toi d'être responsable de la manière catastrophique dont elle gère les choses, de sa fuite, de son déni. Ta vie est ta vie, c'est à toi de la vivre et non pas à elle, elle n'a pas son mot à dire sur une philosophie de vie saine et qui ne nuit à personne.

CONSEILS :

1 - Envoie un message à ta mère pour lui dire (avec tes propres mots) "Je suis triste de la manière dont tu réagis. Je pense que tu comprends mal la situation et que tu me traites injustement. Pourrais-je expliquer plus avant mon fonctionnement ? Cela n'a rien à voir avec le 'sexe', contrairement à ce que tu as pensé, c'est une question d'amour, de relations, d'honnêteté".

2 - Si ta mère réagit positivement, tu peux alors lui expliquer (et on verra pour la suite).

3 - Si au contraire ta mère réagit négativement, dis-lui (avec tes propres mots) "D'accord. Je respecterai les limites de ton confort et de ta compréhension, mais tu creuses un fossé entre nous, tu te coupes d'une partie de ma vie. Éviter de penser au fait que je sois polyamoureuse, ce n'est pas te positionner de manière correcte à mon égard : c'est vivre dans le déni de qui je suis et de comment je vis. Je ne te présenterai plus mes amours quels qu'ils soient et ne te donnerai plus de nouvelles de ma vie amoureuse et familiale. Si tu souhaites un jour surmonter ce silence que tu as toi-même instauré, dis-le moi".

4 - En continuation du point 3, si ta mère reste dans le refus/déni, n'amène plus ton mari chez elle et ne parle plus de lui. Elle aimerait sans doute conserver l'illusion d'une "vie conjugale normale" de ton côté. Refuse-lui cette illusion. Tu n'as pas à mentir sur ta vie pour elle.


photo de l'auteur Santian
Santian
Femme de 32 ans
Lyon

Merci à tous pour vos réponses, ce sont des éclairages intéressants. Pinson, tu as très bien compris le pourquoi de ma démarche. Ca rejoint l'idée d'Oasis aussi. C'est effectivement une question d'égalité envers mes différentes relations amoureuses, et même si je n'en étais pas encore là, ça a du sens de ne plus emmener mon mari non plus... Sauf qu'il les aime bien quand même, donc je pense que j'aurai du mal à l'empêcher de venir quand je vais les voir :D Mais il faut effectivement que je parle du fossé que cela risque de creuser entre nous... Pour l'instant je suis partie pour creuser de fait un fossé et leur dire après coup, vous voyez ce fossé, là, ben voilà. C'est peut-être pas la meilleure façon de faire :D


photo de l'auteur Oasis
Oasis
Non binaire de 33 ans
Metz

Oui, effectivement, ce n'est pas la meilleure façon de faire !

Communique clairement. Annonce-leur directement la manière dont tu procèdes : "Voilà, je commence à faire ceci parce que vous avez décidé cela, point".

Ce choix de ne plus amener ton mari est tout ce qu'il y a de plus sain face à ce déni complet. Et le fait qu'il aime bien ta famille ne devrait pas peser dans la balance face à quelque chose d'aussi important que leur refus d'accepter tes autres partenaires. Ton mari te connaît, te respecte, sait que le polyamour et la franchise sont importants pour toi... Donc il peut comprendre, ou être amené à comprendre.

Tu souhaites clairement un positionnement franc et égalitaire, ne laisse pas ta famille imposer ses règles et ne laisse pas les habitudes d'une culture monogame et hétéronormative te peser même une seule seconde.


photo de l'auteur Santian
Santian
Femme de 32 ans
Lyon

Bon bon, je ne suis pas encore assurée dans ma conduite mais vous m'avez donné du grain à moudre. Merci pour votre soutien!


Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit