Se faire "outé", comment reagir ?

photo de l'auteur Mehdi797
Mehdi797
Homme de 26 ans
Paris
Bonjour/Bonsoir,

Bon nombre de lgbt sont assez mefiant quand au fait de dire qu'ils sont lgbt. D'autres perso ( un peu comme moi) considere que ça tient de la vie privé et qu'on a pas besoin de le crier ou autre ... mais comment faire lorsqu'une tierce personne se chargent de faire votre CO devant vos amis ( qui ne sont pas au courant) ou encore a votre travail ?

que faire dans cette situation ?

Il faut dire que ça peut vite tourner mal voir tres mal dans certains cas ...


photo de l'auteur Shalala
Shalala
Homme de 19 ans
Paris

15 remerciements
Si cette tierce personne l’a déjà dit.. «  le mal est déjà fait ». Dans ce cas-là, il faut lui faire comprendre clairement que ce n’est pas à lui/elle de divilguer ce genre d’informations. ^^

photo de l'auteur Mehdi797
Mehdi797
Homme de 26 ans
Paris
Citation de Shalala
Si cette tierce personne l’a déjà dit.. «  le mal est déjà fait ». Dans ce cas-là, il faut lui faire comprendre clairement que ce n’est pas à lui/elle de divilguer ce genre d’informations. ^^


certes mais je pense que beaucoup le font dans le but de nuire. Apres un "outing" peut avoir beaucoup de consequence et de chose qui changent dans la vie personnel ou professionel.

photo de l'auteur Shalala
Shalala
Homme de 19 ans
Paris

15 remerciements
Citation de Mehdi797
Citation de Shalala
Si cette tierce personne l’a déjà dit.. «  le mal est déjà fait ». Dans ce cas-là, il faut lui faire comprendre clairement que ce n’est pas à lui/elle de divilguer ce genre d’informations. ^^


certes mais je pense que beaucoup le font dans le but de nuire. Apres un outing peut avoir beaucoup de consequence et de chose qui changent dans la vie personnel ou professionel.


Dans ce cas-là je ne sais pas s’il est possible de porter plainte? (En soi c’est une atteinte à la vie privée non?) Malheureusement si les gens le savent et sont malintentionnés, s’ils veulent le dire, je ne sais pas si on peut vraiment les empêcher. :/

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
En France beaucoup de choses se font parce que les gens ne savent pas que c'est interdit, ou s'ils se doutent que cela puisse être interdit, parce qu'ils pensent que cela n'aura pas de suite négative pour eux et n'en connaissent pas d'exemple. Il existe sans doute aussi des volontés de nuire, là aussi en l'absence de risque ressenti, mais il est assez probable que c'est plus par dérive et habitude et parce que cela les amuse que par perversité. Car les vrais pervers sont rares, connaissent les interdits, et le feraient de façon à se protéger par exemple anonyme. Pour les professionnels, outer une personne connue peut être une façon de vendre du papier ou acheter de l’audience, autrement dit faire de l'argent. Tout ceci n'est possible que parce que la société estime que l'homosexualité est délicieusement taboue.

Il est en effet possible de porter plainte pour atteinte à la vie privée, mais il est assez probable que cela reste rare.

photo de l'auteur progressif
Progressif
Homme de 61 ans
Paris
Si c'est pour nuire, il y a la réponse du berger à la bergère : s'interroger à voix haute et devant le même public pour savoir quels sont les phantasmes refoulés qui lui font dire de telles choses ? Sans démentir ni confirmer, bien sûr, puisqu'en ce qui te concerne tu es assez bien dans tes baskets pour n'avoir pas besoin d'aborder de tels sujets. Ca s'appelle semer le doute, et ce peut être très dérangeant pour l'autre, qui ne peut rien répondre puisqu'il n'y a pas d'attaque personnelle, juste une question...

photo de l'auteur Tabasko
Tabasko
Femme de 29 ans
Bruxelles
C'est précisément ce qu'il m'est arrivé, à 16 ans, lors d'un grand repas familial. Maghreb, tabou absolu. Mehdi, tu dois en savoir quelque chose. C'est comme si on m'avait violemment poussée dans le vide : j'ai eu 5 secondes pour déterminer mon avenir relationnel, ma liberté sentimentale et sexuelle et mon image. J'avais le choix :

- Démentir : pas de combats, pas de stress, rester dans le placard et tuer la crédibilité que je pourrais avoir le jour où je voudrais en sortir. Rester suspecte mais pas coupable. Voie de facilité relative.

- Assumer : des éclats de voix, un scandale, des pics de stress, des larmes, des blessures, de la pression, des tensions qui dureront des années. Être coupable mais sincère avec moi-même et les autres. Voie compliquée mais investissement sur l'avenir.

J'ai choisi d'assumer. Et aujourd'hui, c'est pacifié. Il a fallu résister aux disputes, marteler qu'il ne s'agissait pas d'une passade, rester constante et avoir du souffle sur la durée. Maintenant, c'est enregistré.

Quand je repense à ce moment, j'aimerais remercier ce type qui m'a poussé dans le vide. Car il croyait me faire chuter mais il a renforcé ma base. Mon cuir s'est endurci, mes principes sont restés inchangés. Sans cette bousculade, peut-être serais-je en train de faire semblant. Peut-être aurais-je encore ressenti du stress à embrasser une femme sur une place publique. Peut-être n'aurais-je, au niveau militant, jamais trouvé la force.
Ce moment était charnière, en fait...

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
Ostratiser les gens les rendrait plus fort ? Voilà qui rassurera ceux qui trouve du plaisir à persécuter les gays ;-)

En tout cas au Maghreb la situation ne cesse de se dégrader, y compris dans des pays qui étaient calmes comme la Tunisie.

photo de l'auteur Tabasko
Tabasko
Femme de 29 ans
Bruxelles
Tu auras noté, Lindos, que je n'applaudis pas le geste...
C'est une manière de gifler en retour que de dire "Merci, mec. Tu as voulu me bouyave, mais j'ai mangé ta maman".
Je ne crois pas que ça les rende très heureux... ;)

Pour la situation au Maghreb, en effet. Mais je crois que des choses sont possibles...

photo de l'auteur Mehdi797
Mehdi797
Homme de 26 ans
Paris
Citation de Tabasko
C est précisément ce qu il m est arrivé, à 16 ans, lors d un grand repas familial. Maghreb, tabou absolu. Mehdi, tu dois en savoir quelque chose. C est comme si on m avait violemment poussée dans le vide : j ai eu 5 secondes pour déterminer mon avenir relationnel, ma liberté sentimentale et sexuelle et mon image. J avais le choix :

- Démentir : pas de combats, pas de stress, rester dans le placard et tuer la crédibilité que je pourrais avoir le jour où je voudrais en sortir. Rester suspecte mais pas coupable. Voie de facilité relative.

- Assumer : des éclats de voix, un scandale, des pics de stress, des larmes, des blessures, de la pression, des tensions qui dureront des années. Être coupable mais sincère avec moi-même et les autres. Voie compliquée mais investissement sur l avenir.

J ai choisi d assumer. Et aujourd hui, c est pacifié. Il a fallu résister aux disputes, marteler qu il ne s agissait pas d une passade, rester constante et avoir du souffle sur la durée. Maintenant, c est enregistré.

Quand je repense à ce moment, j aimerais remercier ce type qui m a poussé dans le vide. Car il croyait me faire chuter mais il a renforcé ma base. Mon cuir s est endurci, mes principes sont restés inchangés. Sans cette bousculade, peut-être serais-je en train de faire semblant. Peut-être aurais-je encore ressenti du stress à embrasser une femme sur une place publique. Peut-être n aurais-je, au niveau militant, jamais trouvé la force.
Ce moment était charnière, en fait...


Perso il y a pas d'eclat de voix ou autre si j'assume .. C'est le bled marier avec Zohlera ou je sais pas qui .... Du coup content que pour toi ça c'est bien passé ( au moins je me dis que meme chez les maghrebins certins CO passe) ...

photo de l'auteur Tabasko
Tabasko
Femme de 29 ans
Bruxelles
Ah non, Mehdi... C'est pas du tout passé bien, au début :). Détrompe-toi. J'ai passé des années à me battre et le mariage avec le cousin, c'était une solution pour certains. C'était difficile, mais finalement, des années plus tard, c'est neutralisé.

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit