Etes-vous du genre à faire le premier pas?

photo de l'auteur PASCAL49
PASCAL49
Homme de 51 ans
Cholet
Ce sujet est un débat, échangez et partagez dans la bonne humeur

Je suis d'une génération peut-être vieux jeu, éducation de l'époque oblige où même la sexualité était un sujet tabou, alors encore plus l'homosexualité!
Aujourd'hui les choses ont bien changé, fort heureusement. Néanmoins pour ma part j'ai toujours éprouvé de la difficulté à faire le premier pas vers l'autre, j'ai souvent été le bon ami qu'on invite en soirée! Le carcan d'une certaine éducation m'empêche d'oser faire le premier pas... Alors j'attends que ce soit l'autre qui le fasse... Et là tu peux attendre longtemps! En plus, je ne suis pas un dragueur, alors c'est compliqué. Je suis très gauche et maldaroit quand il s'agit de sentiments.
Et vous, rencontrez-vous cette difficulté? Comment faites-vous le premier pas?


photo de l'auteur KrysFuller
KrysFuller
Homme de 29 ans
Paris

2 remerciements
Pareil, j'ai toujours beaucoup beaucoup de mal à faire le premier pas, soit ça vient des deux "en même temps", un regard et hop...
Mais jamais, jamais j'irai aborder un mec que je trouve mignon dans un bar. C'est dommage, car ça m'arrive souvent lol, et ça se trouve, je passe à côté de grandes opportunités, mais bon...c'est comme ça.

photo de l'auteur Tabasko
Tabasko
Femme de 29 ans
Bruxelles
Je suis un peu différente : je suis plutôt du genre à faire le premier pas. Pour ma part, probablement du fait qu'androgyne depuis toujours, je n'ai jamais vraiment intériorisé les règles de "réserve/retenue/etc" bien souvent intégrées à l'éducation comportementale des petites filles, dans l'esprit que "la princesse attend son chevalier". Moi, j'étais plus enthousiasmée par l'idée de vaincre des dragons pour un soupir que celle de vêtir une robe de princesse et de regarder ma montre :).
Cependant, avant de faire le "vrai" premier pas, je vérifie toujours si la démarche pourrait être la bienvenue (si quelque chose passe, si les regards sont ouverts, favorables, si une sorte de complicité se crée naturellement et laisse une porte ouverte). La drague lourde, ce n'est pas du tout ma signature.

photo de l'auteur Lanaawyn
Lanaawyn
Non binaire de 21 ans
Nîmes

3 remerciements
Question très pertinente Pascal49!

Ainsi, Pascal et KrysFuller, dîtes-vous qu'au pire ce ne sont que des vents! Et au mieux de belles rencontres :).

D'accord avec Tabasko! Être andro et savoir observer cela aide beaucoup, à se faire repérer et à discerner.

Pour ma part, je fais le 1er pas que dans une impro totale, avec du naturel. Difficile de réunir les conditions favorables. Plus j'essaie de prévoir plus je bloque! Et d'un tempérament pas du tout pressée je ne met jamais la pression (au point où je suis capable de ne faire aucun signe pour voir notamment si la personne sait se tenir à carreaux) et inversément ne la supporte pas, d'une inspiration on ne peut plus classique;

Il y a la méthode distante: un petit "salut" souriant, des regards appuyés si réciprocité il y a, complimenter, faire des sous-entendus (pour vérifier si Paul.ette n'est pas cisgenre hétéro :p!).
La méthode semi-distante: une danse.
Et la méthode claire (avec quelqu'un.e que l'on côtoie déjà): une carresse capillaire/sur la main... au choix :D.

photo de l'auteur Stefine83
Stefine83
Femme de 24 ans
Vallauris
ça dépend après de la personne 🙂 , si elle ou il me sourit, des regards j'essaierai de faire le premier pas même si des fois ce n'est pas évident je suis un introverti et extraverti de temps en temps si la personne est cool. Quand j'essaye de faire le premier pas sur internet comme sur le site ou autre la personne me réponds pas et ça me désespère.

photo de l'auteur Matabar
Matabar
Homme de 26 ans
Fontenay Sous Bois
Que ça soit sur internet ou dans le monde de la réalité véritable, j'ai beaucoup de mal à faire le premier pas, par peur du rejet et du ridicule.
Je suis d'une timidité presque maladive avec les femmes tant que la glace n'est pas brisée.

J'ai aussi dû mal à interpréter les signes .
Mon fort intérieur : Elle me sourit par politesse ou parce que je lui plait ?!
Vas y gamin ! Tente ta chance ?
Non je n'ose pas ....

L'une des rares fois où j'ai clairement aborder une femme dans une optique de séduction, j'étais bourré (ça tombe bien elle aussi), on a eu une relation qui dura deux années, depuis elle est ma meilleure amie.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
En général c'est moi qui initie. J'ai remarqué que, dans l'autre sens, la personne me portait souvent un intérêt assez superficiel, mais c'est difficile d'aborder la quesion avec des personnes que l'on aime déjà en tant qu'ami(e), et en fait dans ce cas je m'abstiens, parce que j'ai fait l'expérience d'une personne à qui je tenais qui s'est éloignée sans explication dès que je lui ai témoigné mon intérêt, et ça m'a pas mal affecté. Je ne sais pas ce qui se passe dans la tête des gens des fois...

Si non, moi aussi je suis une quiche pour interpréter la communication non-verbale, mais c'est pas très grave parce que la plupart des femmes que j'ai l'air d'intéresser sont très maladroites lorsqu'il est question de faire le premier pas, donc dès que je remarque une attitude particulièrement gauche et que, par ailleurs, cette personne me témoigne une attention que je ne mérite pas, ou qu'elle me suit comme un caneton dans la soirée (lorsque la rencontre est mondaine), ça éveille ma suspicion. Au contraire, une femme qui se maîtriserait et qui glisserait des messages subliminaux bien calibrés dans son comportement... elle n'aurait aucune chance 😆

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Yoh !
Avant j'étais complexé par mon adolescence et le fait d'avoir honte de me "prendre un râteau"...

Aujourd'hui j'en ai plus rien à faire, je dialogue avec les gens qui m'attirent, qu'est ce que j'ai à perdre ? Qu'il m'ignore ? Qu'il me dise non ? Qu'il ne me réponde pas ? Je le respecte dans sa réponse, il m'informe que ce n'est pas ok pour lui, c'est tout. Dans la vie réelle je ne fréquente pas le milieu gay où l'amour n'est pas mis en avant.

Aborder l'autre est lié à la confiance en soi même, j’attends rien de l'autre, je suis heureux dans ma vie et épanouit déjà tout seul. Trouver l'autre arrivera mais ce n'est pas la base de ma vie.

Après je suis prêt à faire bcp d'efforts pour que ça marche, ma plus longue histoire d'amour s'est rendue possible en déménageant à l'autre bout de la France. Il faut savoir ce que l'on veut.

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit