Les personnes déscolarisés

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ce sujet est un débat, échangez et partagez dans la bonne humeur

Salut mes p'tits loups. Je me demandais quel regard vous posez sur les personnes qui on arrêté leurs études avant le bac ?
Légalement on ne peut arrêter les cours avant 16ans mais certain on arrêtait avant même de finir le collège ( ce qui est mon cas vu que j'ai arrêté a l'age de 13 ans ). Est ce que pour ceux qui on arrêtait avant d'avoir fini le collège vous portez un regard différent de ceux qui on arrêtait avant le bac ?

Personnellement j'ai eu le droit a plein de réflexion la dessus comme quoi les gens dans mon cas sont forcement : Idiot, inculte, bon a rien et sans avenir.

Bon personnellement je m'en fou maintenant mais avant cela me touchait énormément et a cause de ca j'avais du mal prendre confiance en moi.

Pour ceux qui on arrêtait les études tot : Vous avez déjà eu le droit a ces réflexions ? Si oui, vous les vivez comment ?

photo de l'auteur SuperNova
SuperNova
Non binaire de 27 ans
Nantes

10 remerciements
C'est plus ou moins la réalité. Très, très peu de portes peuvent s'ouvrir en s'arrêtant avant même d'avoir fini le lycée. 

Plus ou moins la réalité, dans le sens où beaucoup de gens jugent sur les diplômes possédés, etc. Enfin ceux qui font ça ne doivent pas être très fut-fut, parce qu'on peut être très intelligent sans avoir le bac.  Pour moi ça ne signifie pas grand chose, parfois si, mais j'attribue ça aux racailles qui ne font que brûler des voitures, et font chier les autres comme si c'était leur passe-temps favori. Et encore, certaines racailles sont très bien, quand ce n'est pas eux qui ne s'en donnent pas volontairement, on ne leur donne pas de chances, et ils ne s'en donnent pas non plus, parce qu'on ne croit pas en eux, pour certains. Encore la faute aux clichés. 

Ce sont beaucoup de clichés, car on peut faire quelque chose de sa vie sans bac en poche/ ou seulement avec le bac, en ayant de la motivation (certains recruteurs, certaines écoles ne jurent que par ça), et je trouve ça bien. C'est difficile d'y croire, grâce à notre fabuleuse société, mais faisable. Il faut s'accrocher à ce qu'on souhaite, quoi. Certaines personnes très diplômées peuvent être connes comme des manches à balais, ne pas savoir pas écrire/réfléchir/s'exprimer correctement, c'est très insignifiant.

Petit moment racontage de vie. Quand j'étais en troisième, on m'a refusé le passage en seconde en me disant que je n'avais pas le niveau pour passer en seconde. Parce que je n'avais pas une bonne moyenne, c'était un peu de ma faute, je n'avais pas fait grand chose. C'était une sale période. J'ai fait quelque efforts au deuxième trimestre, et j'ai laissé tomber au troisième. Je ne voulais pas aller en lycée pro, on m'a refusé le redoublement parce que je suis de fin d'année, et que j'aurais un décalage au niveau de l'âge avec les autres troisièmes. J'ai dû me résigner à aller en section pro. J'ai été très triste, et j'ai détesté cette période. J'ai arrêté avant la fin tellement c'était insupportable.

Je n'ai pas le bac, et j'ai été complexée pendant très longtemps quand on me posait la fameuse question "Et toi, tu fais quoi comme études ? T'as quoi comme diplômes ?"parce que justement beaucoup de gens te jugent/jaugent selon ce que tu vas répondre. J'avais beaucoup de mal à répondre à cette question, comme si tes études définissent obligatoirement ce que tu es ou n'est pas. Puis j'ai connu des gens qui m'ont dit que j'étais cultivée, intelligente, que je pouvais "facilement" réussir, venant de personnes me connaissant plus ou moins bien, et ça m'a fait plaisir, touchée, et beaucoup aidée. Rien que pour croire en soi, ses capacités, c'est toujours précieux. Et aujourd'hui je rentre à la fac de Nantes  en octobre, alors c'est un peu ma revanche sur les profs, et personnes de l'enseignement qui n'ont pas cru en moi.

Pour moi l'intelligence ne se situe pas dans les diplômes, mais dans l'ouverture d'esprit, la culture, la curiosité, l'empathie, l'entraide, etc.  En observant un peu, c'est décelable. Les personnes s'arrêtant sur nos diplômes sont ridicules.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Salut SheWolf,
En réalité, c'est la scolarisation qui est obligatoire jusqu'aux 16 ans, pas l'école en elle même.
Cela étant dit, l'arrêt des études en circuit classique, dit sorties du système scolaire sans qualification, touche prêt de 20% des élèves, ce n'est donc pas si rare que cela, même au niveau national.

Pour te répondre maintenant, j'ai moi même failli tout arrêter après mes 16 ans par lassitude et manque d'intérêt. Mes parents m'ont poussés à continuer, ce qui au final ne s'est pas vraiment avéré payant d'ailleurs. Le plus haut niveau auquel j'ai accédé est la 1ère année bac, sans compter ensuite deux autres diplômes de niveau inférieur obtenus après coups.
Et malgré tout cela, je comprends parfaitement que l'on puisse sortir du système actuel. C'est d'ailleurs pour cela que je ne me permet jamais de juger quelqu'un qui n'a pas fini ses études de collèges, voir au delà, car je me retrouve parfaitement dans la plupart des arguments avancés alors : perte d'intérêt, manque de motivation, incompréhension, niveau difficile.

Après, ceux qui comme toi ont eu à subir des réflexions font souvent faces à des gens qui ont parfaitement réussis leur parcours scolaire car il se sont soit adaptés, soit le parcours leur convenait. Il n'est donc pas étonnant qu'ils ne comprennent pas cela.

Le mieux en tout cas est d'ignorer les remarques désobligeantes, car c'est malheureusement comme l'homophobie, il y a des gens qui sont perméables à toute réflexion logique. Chacun suit son propre parcours, sa propre carrière et personne n'a à juger cela, c'est comme pour la vie en général.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Pour une fois, je vais faire une réponse courte. :p
J'ai été déscolarisé une fois avant le Bac, et comme je n'étais pas près pour me lancer dans la vie active de façon définitive j'ai repris les études. Aujourd'hui je suis au niveau Bac+2, chose qui était inconcevable quand j'ai arrêté les cours.

Bref, on a tous un rapport différent avec le système scolaire, et il faut admettre que notre société méritocratique n'est pas adaptée à tout le monde. J'ajoute d'ailleurs que pour réussir des études supérieures, on a besoin d'un certain bagage social.
Alors, à l'égard des personnes qui ont arrêté l'école avant ou pendant le lycée, je n'ai aucun jugement. Bon, pour ceux qui ont arrêté avant 16 ans, je dis juste que c'est pas bien parce que c'est illégal. :p

photo de l'auteur LeksanAden
LeksanAden
Homme de 24 ans
Nantes

10 remerciements
Modérateur
Je pense que lorsque l'on sait ou on va, ce qu'on veux faire, le niveau d'étude n'a aucune importance. 

photo de l'auteur Foufy
Foufy
Femme de 34 ans
yvelines

1 remerciement
Je pense que peut importe que l'on fasse de longues études ou non, tant qu'on sais ce que l'on veut et ou on va c'est ce qui compte, j'ai arrêter les cours au Bac que je n'ai pas eu et aujourd'hui avec juste le brevet des collèges j'ai un poste qui me plait parce qu'on a bien voulu me laisser ma chance.
Ma meilleure amie a arrêter l'école a 13 ans également et elle travail sans diplôme et également dans un boulot qui lui plait.
Je pense que les personnes qui t’ont juger SheWolf, avaient surtout peur pour ton devenir, et d'autres ont été des parfait idiots car ce n'est pas parce que l'on ne va pas à l'école que l'on est forcément bête ;-)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Foetus j'ai rien fais a par essayé de soigner ma dépression et mon agoraphobie. Cette année je vais m'inscrire pour passer le bac en candidat libre, bon je ne l'aurais pas du premier coup mais rien ne m’empêchera de réessayer 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
J'avoue avoir du mal avec les personnes ayant arrêté leurs études avant le bac.
Je n'ai absolument aucun préjugé et je ne refuse jamais de faire connaissance avec quelqu'un qui n'a pas atteint ce niveau. De plus, j'ai toujours détaché l'intelligence de la maturité. On peut être intelligent et n'avoir aucune démarche de réflexion, aucun rapport réaliste avec la vie. Je suis en fac et les trois quarts des gens de semblent humainement débiles. 
Cependant, même si je reste ouvert à toute relation, je n'ai aucun ami qui n'a pas eu son baccalauréat. Je ne saurai pas vraiment dire pourquoi, peut-être parce que les gens n'ayant pas leur bac cherche des métiers qui sont de l'ordre du pratique, donc des choses concrètes, alors que moi, étant à la fac, je suis complètement figé dans la théorie, je parle énormément de ce qui touche à la métaphysique, je suis dans l'abstrait (je ne parle pas des gens qui ont poursuivi leurs études là, je parle uniquement de moi).
Je ne me suis jamais vraiment posé la question en fait, mais j'ai parfois des tensions avec des membres de ma famille (qui eux n'ont pas le bac) et quand je contre argumente parfois lors d'un débat, ils me balancent la remarque facile, genre "Oui, mais toi t'es monsieur parfait, t'as eu ton bac", comme s'ils avaient l'impression que je les prenais de haut et qu'ils se devaient d'être dédaigneux à leur tour. C'est seulement dans ces moments-là que la différence de niveau d'études me gêne.
Mais objectivement, une personne ayant arrêter ces études peut malgré tout développer ses idées, apprendre à argumenter, avoir une grande culture générale, etc. Seulement, tout ceci se fait en autodidacte et il est parfois plus difficile d'organiser ses idées. J'ai remarqué que beaucoup ont de bonnes idées dans le fond, mais n'arrivent pas à les formuler. J'essaie parfois d'aider, je formule avec eux, mais j'ai l'impression de tenir un rôle de traducteur, c'est souvent pour cela que le contact ne passe pas sur le long terme avec les gens qui ont arrêté leurs études (je ne parle que de mon expérience ici, donc il n'y a aucune généralisation).   
Il ne faut pas aussi exclure le cas des personnes qui n'arrivent pas à se conformer au cursus scolaire, ce qui m'a longtemps concerné et me concerne toujours un peu. 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Hey, je viens rajouter mon avis au débat

Pour moi arrêter les études (et les études en général) c'est pas vraiment une question d'être intelligent non, cependant ça révèle quand même pas mal de choses ! Notamment le niveau social, l'éducation (Attention je ne dis pas qu'un désco n'est pas éduqué) le style de vie (Enfin dans ce cas-là c'est plus pour les jeunes)
Enfin bref, c'est tout de même révélateur de beaucoup de chosessur la personne et il y a eu des études ce concernant, c'est pas juste un papier qui donne un boulot comme certains pourraient le penser

Bien entendu ici je parle pour les jeunes un peu dans mon cas et comme toi Shewolf et vraiment de de la période des études, et moins le fait de ne pas en avoir de diplôme et maintenant être dans la vie active

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
J'avoue être parfois dans la maladresse quand je demande automatiquement à quelqu'un "tu fais quoi comme études" parce qu'effectivement c'est pas le cas de tout le monde (pour tout un tas de de raison comme ça a été dit ici) et que ça peut mettre mal à l'aise... même si la question n'a pas pour but de jauger, mais de faire la conversation d'une façon un peu bateau. Après y'a rien de plus horripilant que les gens qui te prennent de haut parce qu'ils ont un diplôme plus prestigieux et/ou qu'ils ont un "vrai projet" dans la vie etc.

Comme il a été dit, les gens qui jugent sur ton niveau d'étude ont soit besoin de se prouver quelque chose, soit s'inquiète de façon un peu maladroite pour ton avenir (alors qu'il y'a mille façon de réussir sans études et mille façons d'échouer avec un bac+8 ^^). Je ne sais pas si j'ai des préjugés ou non... c'est un tout qui varie selon la personne.  Ça peut m'intriguer et donc je risque de me demander le pourquoi du comment (sans pour autant poser la question), tout comme ça peut me laisser complètement indifférente. Mais ça ne remet jamais en cause l'idée que j'me fais de l'intelligence d'une personne (ça, ça dépend plutôt de sa façon de parler, se comporter, etc.. qui sont tout autant de préjugés mais sur d'autres critères).

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Les personnes arrêtant l'école à 16 ans, sont des jeunes qui ont intérêt à avoir de l'ambition.. Parce que le chemin pour avoir un métier stable, qui leur plait et qui sera assez bien payés ne se trouve pas tout de suite. Ils ont intérêts d'avoir une famille qui les aiment et les soutiennent pour ne pas sombrer dans le côté sombre. Ils doivent profiter de leur temps, pour se reconvertir à un projet pour ne jamais être perdu..
Quelqu'un qui arrête l'école à 16 ans ne veut pas dire qu'il est con, seulement que ce qu'il fait ne lui plait pas. L'avantage c'est qu'il/elle touchera à tout et qu'arriver un moment il/elle va se prendre de passion pour quelque chose qui lui plaira et là, on peut être sûr que la personne atteindra des échelons qu'elle m'aime ne penser pas atteindre.

photo de l'auteur greg686ws
Greg686ws
Homme de 42 ans
PLOERMEL

4 remerciements
il existe une certaine condescendance vis-à-vis des gens ayant fait peu d'étude dans certaines écoles.
J'ai fait une année de prépa (j'ai été viré...), et le sentiment général – non dit mais pensé vachement fort – c'était quand même : «nous on va faire 5 ou 7 ans d'études pour terminer à un poste à responsabilité payé 50k€ minimum la première année, alors on vaut mieux que ce pauvre prolo qui répare notre évier ».

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Foetus a écrit : Le diplôme ne reflète pas notre intelligence. On peut avoir un mal-être, des souffrances qui nous font penser qu'on est "nul" mais non, personne n'est nul ! Chacun ses talents !


Lethargique a écrit : De plus, j'ai toujours détaché l'intelligence de la maturité. On peut être intelligent et n'avoir aucune démarche de réflexion, aucun rapport réaliste avec la vie. Je suis en fac et les trois quarts des gens de semblent humainement débiles.   


j'aime beaucoup.

De même, j'apporte beaucoup plus d'importance aux qualités humaines plutôt qu'au qualités intellectuels.

Eric Zemour est intelligent, Nelson Mandela est humain. :)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Moi je suis pas d'accord avec la plupart d'entre vous, vous associez tous les études et le niveau d'étude à l'intelligence alors que c'est bien plus que ça comme je l'ai dit
Et finalement l'intelligence ne veut rien dire, le mot est un peu utilisé à tord et à travers

On a limite l'impression que certains d'entre vous sous-entendent que si on fait des/on a fait des études on est con et/ou pas sympa

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
SarahBlbl a écrit : Moi je suis pas d'accord avec la plupart d'entre vous, vous associez tous les études et le niveau d'étude à l'intelligence 


J'ai relu la page entière et personne n'a dit ça Sarah, je ne comprends pas à qui tu t'adresses du coup.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Foetus a écrit :
Le diplôme ne reflète pas notre intelligence 


Foufy a écrit :
 ce n'est pas parce que l'on ne va pas à l'école que l'on est forcément bête


Voilà des citations plus explicites :) (D'ailleur toi même t'en as cité qui en parlent donc bon)
Mais en effet le niveau d'étude ne reflète pas l'intelligence (Je disais associé dans le sens où par exemple dans les messages que je cite beaucoup se défendent "c'est pas parce que j'ai fait des études que je suis bête")
Et je me répète un peu mais l'intelligence ça ne veut rien dire ! 

Et puis parfois dans certains messages ce n'est pas dit noir sur blanc mais c'est le sentiment que ça donne, rien que ton message Fauv3, 
"De même, j'apporte beaucoup plus d'importance aux qualités humaines plutôt qu'au qualités intellectuels. "
Ca veut dire quoi ? J'interprète ça comme avoir fait des études = avoir des qualités intellectuelles = ne pas avoir de qualités humaines (C'est pt'être un peu extrême mais bon)  Enfin après si tu me dis que c'est juste que tu t'en fou que quelqu'un aient des capacités des capacités intellectuelles, c'est que tu l'associes aux études (Et dans le cas contraire je vois pas l'intérêt de ton message)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ah oui en effet, tu l’interprète de la mauvaise manière, tu vas même très loin dans le contresens.

toutes les personnes que tu as cités, moi y compris, ont voulu dire que l'intelligence ne suffit pas à faire de nous des être humains plus ou moins bon mais plutôt qu'elle doit nous responsabiliser envers le monde qui nous entoure.

Donc s'il te plait, contente toi de ce que les gens disent plutôt que d'aller chercher midi à 14 heures^^

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Si je l'interprète de la mauvaise manière je veux bien entendre ton interpretation ! 

Et je comprends pas ce que tu dis par la suite... J'ai beau relire la phrase, l'intelligence ne suffit pas à faire de nous des êtres humains plus ou moins bons ? L'intelligence permet de responsabiliser ?
Et je vois encore moins le rapport avec le débat sur le fait d'avoir fait des études ou non du coup

Et il me semble que c'est un débat, je vois pas l'intérêt d'un débat s'il n'y a aucune interprétation et discussion...

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je pense qu'il a voulu dire que l'intelligence (études ou non, puisque tout le monde à convenu que ce n'était pas lié), n'est qu'un outil. Et l'instruction (bien que différente de l'intelligence) aussi. Donc que ça ne détermine pas la valeur d'une personne, car au final ce qui compte ce ne sont pas les outils dont elle dispose (que ce soit intelligence, instruction, argent, aisance sociale etc..) mais ce au service de quoi elle les met. Que c'est ça qui fait la valeur et le respect que certains accordent ou non aux autres, indépendamment du niveau d'étude, OU de l'intelligence (pour bien dissocier les deux car l'un ne fais pas l'autre, ça on est tous d'accord ici je crois).

Sinon pour rajouter une pierre à l'édifice, ya aussi un truc qui joue beaucoup dans la balance en dehors du niveau d'études,  c'est la curiosité et l'ouverture d'esprit. Quelqu'un qui a ces qualités peut au final être beaucoup mieux informé/cultivé/débrouillard/épanoui, que quelqu'un qui a bac +5 mais se sera enfermé dans son domaine et ne tente pas beaucoup de choses dans sa vie. 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Bien résumé Pistache, c'est exactement ça :)


Puis il ne faut pas oublier que beaucoup de chose s'apprennent en dehors du cursus scolaire, en lisant des livres ou  en regardant des films/documentaires, aller au cinéma, théatre... etc !

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Oulah dans ce cas-là j'étais à des kilomètres de comprendre ça !
Assez ironique de la part de quelqu'un qui me dit de se contenter de ce que les gens disent :) 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Hola :)

Pour ma part, il m'est assez égal que quelqu'un avec qui j'échange ai (ou non) son bac. J'ai appris, grâce à une famille ouverte d'esprit, que le niveau d'études ne pouvait pas qualifier l'intelligence, et qu'il y avait plusieurs formes d'intelligence. On peut avoir fait de longues études et exceller dans son domaine sans avoir l'intelligence des relations humaines, ou au contraire ne pas avoir son brevet mais toujours retomber sur ses pattes grâce à l'intelligence "de la vie".

Dommage pour nous, certaines personnes font d'énormes amalgames, confondant intelligence et instruction. J'ai bientôt 20 ans, je n'ai pas mon brevet, je n'ai pas encore mon bac, je rentre en terminale l'année prochaine. Je n'ai jamais redoublé, j'ai juste arrêté les cours pendant plusieurs années alors que j'avais entièrement le niveau requis, et aucuns soucis. Mon décrochage est simplement du au fait que, étant intellectuellement précoce, j'aurais du sauter une classe, chose qui ne s'est jamais faite et qui m'a occasionné bien des problèmes avec mes pairs et mes professeurs de collège puis une phobie scolaire.

J'avoue que je n'apprécie que peu les gens qui ont l'indélicatesse de me classer directement dans la case "bac pro/cap/formation en alternance" quand je dis que je passe en terminale à presque 20 ans, qui me demandent immédiatement quelles classes j'ai redoublé (sachant que je n'ai aucune réponses à fournir), qui s'exclament horrifiés que ça doit être super dur ou qui ne me croient pas quand je dis que je suis passionnée par la littérature, mais je ne peux pas exiger de tout le monde la tolérance et l'ouverture d'esprit alors je souris et je fais avec. Je pense que c'est aussi ça l'intelligence et elle n'a toujours rien à voir avec l'obtention d'un diplôme. Comme j'ai eu l'intelligence (sans prétention aucune) d'arrêter les cours avant que cela ne me rende trop malheureuse.

Si les gens choisissent de juger aux diplômes, c'est leur souci, c'est ce que j'ai fini par me dire. Les autres et ce qu'ils pensent n'ont que peu d'importance. Même si c'est dur sur le coup, je pense aussi qu'arrêter les cours peut offrir la possibilité d'acquérir une maturité que d'autres n'ont pas. J'étais dans une classe pour les gens qui avaient décrochés cette année, j'y serais aussi à la rentrée, et la manière de penser, d'appréhender les cours, les professeurs, les autres, est bien différente de celle d'un élève lambda. Pas mieux, juste différente.

Pour finir, je dirais que la société évolue tellement que quand j'ai arrêté les cours, elle blâmait les décrocheurs, maintenant elle admire les raccrocheurs. Dans quelques années, elle cessera peut-être de blâmer les personnes sans diplômes pour s'acharner sur les "trop diplômés". Il leur faut toujours quelqu'un sur qui taper.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
SarahBlbl a écrit : Oulah dans ce cas-là j'étais à des kilomètres de comprendre ça ! Assez ironique de la part de quelqu'un qui me dit de se contenter de ce que les gens disent  


On t'a expliqué par A + B que tu avais tord, la moindre des choses est de s'excuser au lieu de t'enfoncer encore plus.


@Breatheme : les gens qui sont "trop" diplômés et qui ne trouve pas de boulot sont déjà bien blâmés. En fait, l'important est de ne pas faire trop de généralités car il y a de nombreuses exceptions qui mérite du respect.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
@SarahBlbl : tu n'es pas dans l'erreur, je pense juste que tu devrais relire tes posts avant de les envoyer et mieux encore, lire attentivement ceux des autres car tes petits accrochages sont dû à une mauvaise compréhension à mon avis. J'ai moi même eu du mal à comprendre ce que tu avais écris alors que je pense avoir saisi l'idée que tu exprimais.

@FAUV3 : très juste, mais pour autant les non diplômés ne sont pas encore valorisés. Mais ça viendra.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
FAUV3 a écrit :
SarahBlbl a écrit : Oulah dans ce cas-là j'étais à des kilomètres de comprendre ça ! Assez ironique de la part de quelqu'un qui me dit de se contenter de ce que les gens disent   On t'a expliqué par A + B que tu avais tord, la moindre des choses est de s'excuser au lieu de t'enfoncer encore plus. @Breatheme : les gens qui sont "trop" diplômés et qui ne trouve pas de boulot sont déjà bien blâmés. En fait, l'important est de ne pas faire trop de généralités car il y a de nombreuses exceptions qui mérite du respect.


Pardon ? Tu as prouvé par A + B que j'avais tord ?  Bon déjà je t'invite à redescendre d'un ton parce que je te trouve bien agressif, je sais pas pour qui tu te prends.
Ensuite tu t'es exprimé sur un point que j'avais soulevé d'accord. Je crois pas que le but d'un débat soit "olol g prouve que ta tor mtn ftg et excuse toi"  (D'ailleurs je devrais m'excuser de quoi ? D'exprimer un point de vue ? C'est hallucinant je sais pas pour qui tu te prends mais franchement !)

Ensuite, j'ai quand même dit que les études sont tout de même très représentatives du statut sociale de la personne et de son mode de vie (Bah oui, en général les gens qui font parti des familles aisés font des études, c'est un fait qui a été prouvé)
Personne ne s'est penché sur ce point-là qui est le plus intéressant d'ailleurs, je trouve ça dommage que tout le monde s'acharne sur un autre point que j'ai mal développé alors que c'est pas forcément le plus intéressant
Je ne fréquente assez peu de gens qui ne font pas d'étude (Je connais que mon cousin qui n'a pas le bac parce qu'il ne s'en est pas donné les moyens et passe ses journées sur le pc) je m'attendais plutôt à ce que quelqu'un vienne parler de sa situation sociale pour avoir un point de vue objectif à ce niveau-là 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
La prochaine fois, précise que tu ne veux parler qu'à une catégorie de personne. ça m'évitera de perdre mon temps.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Merci beaucoup Foetus! :)
Il faut que j'atteigne les quinze mots sinon je n'ai pas le droit de réponse donc je le redis encore une fois : merci ! Aha

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Premierement , ce qu'on apprend a l'ecole ne determine en rien ton intelligence . J'ai croise beaucoup de gens qui etais peu diplome et qui sont tres intelligent .

Maintenant je vais te dire par rapport a tes commentaires , j'ai reçu un peu pres les meme sauf que moi , c'est pour que j'arrete mes etudes ( je suis actuellement au niveau Bac +4 ) et j'ai souvent le droit a des reflexions de ma famille et d'autres personne qui me disent :
* il fait que etudier et bosse pas , c'est un bon a rien , il a rien comprit a la vie ....
ma prefere reste :" tu fais un master mais au final tu vas etre au chomage donc arrete sinon c'est que tu es con ...

Tous ça pour dire que quoi que tu fasses tu sera critique , si tu as envie de faire des etudes , fais les , si tu te sens pret a bosse , bosse .... juste une chose , fait le maximum pour vivre ta vie et etre bien dans ta peau .

Pistache a assez bien resume je trouve .

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je vais secouer ce sujet. Mon avis sur la question risque de faire débat mais bon. J'ai arrêté les études à 18 ans (j'en ai 24 actuellement) parce que mes parents voulaient que j'aille à l'école jusqu'à 18 ans (pour l'argent qu'ils recevaient chaque mois pendant que j'étais dans le système), donc j'ai arrêté... quatre semaines après mes 18 ans (j'étais en stage). J'aurais arrêté plus tôt si mes parents m'avaient laissé faire : je ne me suis jamais intéressé aux études et jamais forcé à apprendre quoi que ce soit. Je trouvais mon intérêt dans mes innombrables heures passées à regarder la télévision (oui le mec dans la série "Dream on" : c'est moi :) ). 
Mais contre attente, je suis revenu deux semaines après la rentrée (trois mois et demi après avoir fêté ma majorité), alors en 2 ème année de CAP Logistique (le truc le plus chiant, mis à part la comptabilité juste avant, que j'ai fais de toute ma vie), car mes camarades et amis m'incitaient fortement à revenir. 
Mais j'ai tenu deux mois et demi : je suis tombé en dépression : au lycée : c'était vraiment la merde, j’enchaînais les rendez-vous chez les soignants en dehors des cours, j'en pouvais plus. J'ai failli me suicider et j'ai été sous anti-dépresseurs pendant presque un an et demi.

Je me fiche complètement de ne pas avoir de diplômes, je n'ai même pas le brevet (je l'ai raté à 20 points, sous prétexte que la rédaction que j'ai écris dans les épreuves de français étaient trop longue). J'attends les moralisateurs qui me disent : "Comment tu peux t'en foutre de ne pas avoir de diplômes ? C'est hyper important", je n'ai jamais été quelqu'un d'ambitieux, cela n'as donc aucune importance pour moi. 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
C'est pas l'ecole qui est obligatoire , c'est l'instruction qui l'est . 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Coucou Shewoolf,
Tu as arrêté tes études mais tu connais l'anglais :s

Tu sais bien qu'il y aura toujours des personnes pour humilier les autres, elles trouvent  toujours une raison. Si ce n'est pas les études, c'est le physique ou que sais-je. Si elles ne se sont pas améliorées avec les études, c'est qu'elles n'ont rien compris à l'intérêt d'en faire.

Il y a milles raison d'arrêter et milles de les reprendre.

Personnellement, j'avais arrêté en seconde et les ai reprise lorsque j'ai enfin trouvé un boulot. Le DEAU (connais-tu ? C'est l'équivalence du bac) qui permet d'entrer à l'université, j'ai pu ainsi suivre les cours du soir pendant 5 ans jusqu'à valider un bac + 3. 

Bien qu'il en me profite pas directement professionnellement, je peux t'assurer qu'il me profite pour tout le reste. Ce sont ces études qui ce soir me permettent de te répondre comme je le fais. Ca vaut la peine de faire cette démarche. Elle est difficile les premiers mois mais ensuite, on est comme en pilote automatique, et ça va tout seul.

Ta démarche est très courageuse, témoigner ici et passer le bac en candidate libre. Le bac avec toutes ses épreuves est plus difficile à préparer que le DAEU.

Bon courage. ;-) Alizarine

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Mon meilleur ami a été diplômé il y a quelques années déjà, avec une spécialité qui s'exerçait surtout à l'étranger et beaucoup plus dure à trouver en France. Pendant quasiment un an et demi, il n'a pas trouvé de job malgré de nombreux CV envoyés. Il ne comprenait pas qu'à bac +5 on ne trouve pas de travail, était super malheureux et ne voulait absolument pas se remettre en question. De plus quitter la France c'était pas possible (copine, famille, amis...).
 Je lui ai conseillé de prendre un job (meme un truc pourri, ou tant pis faire du bénévolat) histoire de ne pas RIEN faire chez soi, mais non monsieur ne voulait pas, son job devait lui tomber "dans la bouche", parce qu'il était "bac +5". Finalement au bout de deux ans il s'est lancé dans une autre formation et maintenant ça marche... Mais que de temps perdu! Et des parents qui ne lui mettaient aucune pression et qui l'entretenait gracieusement (j'ai d'ailleurs au moins 4 ou 5 amis je dirai qui sont terrifiés à l'idée de travailler et qui se prennent des années sabbatiques sur le dos de leurs parents, je trouve ça assez dingue). 

Je précise que je fais moi meme de longues études ^^ mais bon j'ai hate de travailler et d'etre indépendante :D

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Eh, eh, moi même je ne fou plus rien depuis l'age de 17 ans, arrêté avant le bac, certainement pas à cause de l'intellect étant donné que certains informaticiens m'ont certifié que j'avais une formation pro en autodidacte dans la programmation.
J'avais même pas besoin d'entendre ces confirmations là vu que je savais évidemment que le décrochage était lié à mes problèmes dans les relations sociales.
Je ne m'étalerai pas ici sur ma biographie juste pour dire que si je ne mettais pas casser la gueule dans ma vie ou du moins « rater ma vie » comme me l'ont dit certains, je n'aurai jamais compris le vrai but que je devais atteindre. Attention je ne critique pas les autres qui ont réussi leur études, je parle pour ma propre expérience et libre à vous de m'écouter et d'en disposer selon vos propres acquis.

La société est basé sur la réussite matériel ou extérieur et non pas sur la réussite intérieur. Gagnes ta montre en rolex et t'a réussi dans ta vie, quand on voit la personnalité de cet ancien président, c'est l'exemple type de la personne qui a pleinement réussi matériellement mais non intérieurement.

Souvent on ne comprend pas immédiatement ce que je qualifie de réussite intérieur. En gros déjà, on pourrait dire que la réussite externe est tout ce qui touche à la situation social, l'argent et l'image qu'on a dans la société. J'appelle réussite interne les qualités d'aides à autrui que l'on a développé dans l'ensemble de sa vie, je pourrai aussi dire plus vulgairement amour et compassion mais j'ai peur de trop jouer au mec spirituel ici.

A la fin de notre vie on peut regarder la grandeur sociale que l'on a acquise mais aussi le nombre de personnes que l'on a aidé à être heureuse. Certaines personnes n'ont réussi qu'un seul des deux buts mais d'autres ont réussi les deux à la fois.
Certains philosophes, religieux et bouddhistes qualifient le but matériel d'une sorte de jeux que l'on mène avec le monde, libre à nous d'en faire ce qu'on veut, avoir une  belle maison, voiture, une famille ou pas, souvent le but externe peut être indispensable à la survie lié à l'argent il est inutile de le préciser mais peut importe que l'on soit très riche ou très pauvre, du moment que l'on bouffe à sa faim et que l'on a de quoi s'abriter, l'essentiel est d'abord le but intérieur, ses qualités altruistes et tout ce qui va avec.

Je pense que vous m'avez compris et je ne rajouterai pas grand chose d'autre. D'autres sur ce forum ont fait comprendre la même chose de ce que je viens de formuler mais d'une autre manière, je le dit avec mes propres termes.

En espérant que ma réponse et celle d'autres pourra un temps soi peu soulager certains jeunes lycéens qui subissent la pression de leur parents et professeur. Je vais conclure en disant une phrase amusante que m'a un jour dit mon psychanalyste, on ne peut pas en faire une généralité mais ses propos sont intéressants les voici : « les professeurs de  collège et lycée qui foutent la pression aux élèves ont eux mêmes un complexe du fait qu'ils ne travaillent pas à des postes d'enseignements plus haut comme les universités etc. Ils aimeraient en réalité que leurs élèves réussissent là ou ils ont échoué et c'est exactement pareil pour certains parents ;-)

photo de l'auteur Avatea
Avatea
Homme de 28 ans
Paris

18 remerciements
Pendant mes années à Paris, J'ai connu pas mal de personnes qui n'avaient pas le bac ou n'ont pas poursuivi d'études / formations professionnelles. La plupart ont des parcours de vie certes mouvementés mais très intéressants et beaucoup de maturité et surtout d'humilité sur vis-à-vis de leurs expériences. Elles sont pour la plupart curieuses et partantes pour découvrir de nouvelles choses...

A l'inverse je connais des personnes diplômées de master qui n'ont aucune conversation, pas plus qu'ils ont de curiosité pour les autres et pour des sujets trop éloignés de leurs spécialités. C'étaient généralement des étudiants qui souvent se prenaient trop au sérieux, genre cinéma, théâtre, avec leur univers que personne ne pouvait comprendre. Attention je ne veux pas faire de généralité, je parle de mon expérience personnelle :)


Le diplôme et les années d'étude n'apportent aucun renseignement sur la personnalité et le " niveau de conversation " disponible pour tel individu. Le système éducatif n'est pas un indicateur du degré de culture et encore moins d'intelligence d'une personne, tant s'en faut...

photo de l'auteur baptiste
Baptiste
Homme de 24 ans
Paris

4 remerciements
Il ne faut pas confondre diplôme et éducation!

Pour ma part, bien qu'ayant de bons résultats, j'ai souhaité quitter le système officiel français.

Je suis maintenant â l'école 42 qui est une école d'informatique 100% gratuite et privée. Elle accepte tous les jeunes peu importe leur niveau social, diplôme, nationalité.

Dans cette école il n'y a pas de profs. Il n'y a pas de cours non plus. Se sont les étudiants qui se partagent le savoir entre eux, et qui se corrigent entre eux.

Près de 50% des jeunes de cette école n'ont même pas le BAC. Et croyez moi, ils assurent, et savent surprendre parfois par leur manière de pensée non formatée par le système scolaire officiel.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je pense qu'il faut savoir prendre du recul sur ce genre de situation.
La plupart des personnes que je connais qui on été déscolarisés l'ont été déjà plutôt au lycée.
Et puis il faut savoir que la plupart des élèves déscolarisés le sont car ils souffrent de problèmes tels que la phobie scolaire, la phobie sociale et n'arrivent pas à retourner en cours à cause de harcèlement scolaire ou de problèmes familiaux. C'est dans ces cas la que je ne critique pas et que je préfère comprendre plutôt que de juger ces personnes. Moi même, ayant rencontrer pas mal de problèmes à l'école et ayant souffert de phobie scolaire pendant tout le collège et le lycée, j'ai faillit être déscolarisé à plusieurs reprises. Mais j'ai pris sur moi, et j'ai quand même réussit à avoir mon bac (une de mes plus grandes fiertés). Mais je maintiens la position comme quoi l'école est tout de même importante, que l'instruction est une des plus belles choses qui puissent exister au monde et qu'elle a permis à beaucoup de se sortir de leur soucis, de leur souffrances, de leurs misères. (je sais de quoi je parle et j'ai plusieurs exemples).

photo de l'auteur Jeyde
Jeyde
Homme de 39 ans
Tours

1 remerciement
Avoir le bac aujourd'hui, à part une satisfaction personnelle ou continuer ses études, ça ne sert pas à grand chose. Les diplômes peu importe. Moi ce qui me gêne c'est l'orthographe, j'veux pas que ce soit irréprochable (Qui ne fait pas de fautes aujourd'hui à cause de la démocratisation du portable et d'internet?) mais quand c'est à tous les mots ou quand lorsqu'on se relit, rien que la prononciation est différente de l'idée de base que la personne avait dans la tête, ça m'agace un peu et souvent ça me coupe de continuer toute conversation.

Après ne pas avoir de diplôme n'empêche pas de réussir sa vie et d'être épanoui et je pense que c'est l'essentiel. Et puis on peut aussi cumuler des diplômes et par exemple ne pas trouver d'emploi pour diverses raisons (j'ai le bac, 3 bac + 2 et là je suis demandeur d'emploi :s).

photo de l'auteur gaeyeregard
Gaeyeregard
Homme de 24 ans
Paris

11 remerciements
Modérateur
C'est cool que vous ayez up ce sujet parce que je voulais répondre la dernière fois et j'avais pas eu le temps. 

Le diplôme ne nous définit pas, c'est certain mais c'est quand même un indicateur qui permet d'évaluer le niveau d'une personne sur tel ou tel sujet. Le diplôme n'est pas qu'un bout de papier, c'est un bout de papier qui certifie une aptitude à réaliser quelque chose où un niveau de connaissances dans une discipline. Quand je suis face à quelqu'un qui a un bac +2, +3, +5, je peux faire une estimation de sa capacité même sans avoir jamais parlé avec lui.

Une personne sans diplôme peut mobiliser des connaissances similaires, voire supérieures, mais qu'est-ce qui me le prouve ?  

En tant qu'homme, je ne fuirais pas une conversation avec quelqu'un qui n'est pas diplômé, mais en imaginant que je sois DRH, je n'ai pas que ça à faire de ma journée. Donc clairement, quelqu'un qui n'a pas de diplôme, à moi d'avoir une énorme expérience pro, des lettres de parrainages, qu'on me l'ai recommandé, bah face à quelqu'un qui a un diplôme, il part avec un gros handicape. Et avec l'offre d'emploi actuelle je ne traînerais pas à trouver quelqu'un qui mobilise à la fois les diplômes, l'expérience et la qualité humaine. 

Le diplômé ne nous définit donc pas, il témoigne justes aux autres et à soi même du chemin théorique qu'on a accompli. C'est toujours gratifiant pour son amour propre d'être reconnu par ses pairs. C'est donc pour ça que le diplôme a une importance si grande dans la société. 

S'il y a par contre quelque chose de vrai, c'est que les diplômés ne trouvent pas toujours un diplômes correspondants au niveau et au salaire qu'ils espéraient. En fait, pas mal de bac +5 au chômage le sont parce qu'ils refusent des postes qu'ils estiment peu valorisant ou pas assez rentable. 

Si on fait parler des statistiques, http://www.letudiant.fr/jobsstages/le-diplome-contre-le-chomage-en-cinq-points-10680.html

Maintenant on peut très bien s'accomplir autrement que dans sa vie professionnelle. Mais là, j'ai envie de dire que diplômés et non diplômés partent un peu du même pieds. 

Par contre, ça ne veut pas dire qu'il ne faut pas réfléchir à pourquoi l'école ne convient pas à certains et qu'est-ce qui pourrait être fait pour qu'ils ne soient au final pas pénalisés sur le marché de l'emploi. Par qu'au delà des problèmes familiaux, il y a quelque chose qui coince avec l’ascenseur social.  

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
SheWolf a écrit :
SheWolf , fille de 21 ans de Toulouse   Personnellement j'ai eu le droit a plein de réflexion la dessus comme quoi les gens dans mon cas sont forcement : Idiot, inculte, bon a rien et sans avenir.



photo de l'auteur Avatea
Avatea
Homme de 28 ans
Paris

18 remerciements
Mdr 

Pauvre Jean Valjean !

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
J'ai réussi le brevet avec mention bien. Mais la période lycée a été très dur pour moi. Problèmes personnels, démotivation, chute de mes notes (j'étais en S). En Terminale, j'avais 8 de moyenne et je pensais ne jamais avoir le BAC. Je me suis reprise en main vers le milieu de ma Terminale mais ça n'a pas été suffisant.
Je suis passée au rattrapage et je ne l'ai pas eu. Mais finalement, j'ai redoublé ma Terminale. J'étais mieux dans ma  peau, je suis passée de 8 à 12 de moyenne. Si je n'avais pas foiré une matière, j'aurai eu mon BAC avec mention AB. D'ailleurs qu'il aille se voir le prof qui ne croyait pas en moi et qui me rabaissait. 

Maintenant, je passe en BTS et je n'ai jamais été aussi heureuse que maintenant.

Le diplôme ne reflète pas notre intelligence. On peut avoir un mal-être, des souffrances qui nous font penser qu'on est "nul" mais non, personne n'est nul ! Chacun ses talents !
Ma mère a juste le brevet  et mon dieu, ce qu'elle écrit bien le français ! Une très bonne syntaxe ! C'est elle qui relit et corrige mes écrits même !

Comment un papier peut-il définir une personne ? C'est stupide !

SheWolf, tu fais quoi maintenant ? Même si tu as arrêté à 13 ans, tu as fait des formations ? C'est tout de même important de ne pas s'arrêter et de continuer à trouver sa voie ! :)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Breatheme a écrit :
Hola Pour ma part, il m'est assez égal que quelqu'un avec qui j'échange ai (ou non) son bac. J'ai appris, grâce à une famille ouverte d'esprit, que le niveau d'études ne pouvait pas qualifier l'intelligence, et qu'il y avait plusieurs formes d'intelligence. On peut avoir fait de longues études et exceller dans son domaine sans avoir l'intelligence des relations humaines, ou au contraire ne pas avoir son brevet mais toujours retomber sur ses pattes grâce à l'intelligence "de la vie". Dommage pour nous, certaines personnes font d'énormes amalgames, confondant intelligence et instruction. J'ai bientôt 20 ans, je n'ai pas mon brevet, je n'ai pas encore mon bac, je rentre en terminale l'année prochaine. Je n'ai jamais redoublé, j'ai juste arrêté les cours pendant plusieurs années alors que j'avais entièrement le niveau requis, et aucuns soucis. Mon décrochage est simplement du au fait que, étant intellectuellement précoce, j'aurais du sauter une classe, chose qui ne s'est jamais faite et qui m'a occasionné bien des problèmes avec mes pairs et mes professeurs de collège puis une phobie scolaire. J'avoue que je n'apprécie que peu les gens qui ont l'indélicatesse de me classer directement dans la case "bac pro/cap/formation en alternance" quand je dis que je passe en terminale à presque 20 ans, qui me demandent immédiatement quelles classes j'ai redoublé (sachant que je n'ai aucune réponses à fournir), qui s'exclament horrifiés que ça doit être super dur ou qui ne me croient pas quand je dis que je suis passionnée par la littérature, mais je ne peux pas exiger de tout le monde la tolérance et l'ouverture d'esprit alors je souris et je fais avec. Je pense que c'est aussi ça l'intelligence et elle n'a toujours rien à voir avec l'obtention d'un diplôme. Comme j'ai eu l'intelligence (sans prétention aucune) d'arrêter les cours avant que cela ne me rende trop malheureuse. Si les gens choisissent de juger aux diplômes, c'est leur souci, c'est ce que j'ai fini par me dire. Les autres et ce qu'ils pensent n'ont que peu d'importance. Même si c'est dur sur le coup, je pense aussi qu'arrêter les cours peut offrir la possibilité d'acquérir une maturité que d'autres n'ont pas. J'étais dans une classe pour les gens qui avaient décrochés cette année, j'y serais aussi à la rentrée, et la manière de penser, d'appréhender les cours, les professeurs, les autres, est bien différente de celle d'un élève lambda. Pas mieux, juste différente. Pour finir, je dirais que la société évolue tellement que quand j'ai arrêté les cours, elle blâmait les décrocheurs, maintenant elle admire les raccrocheurs. Dans quelques années, elle cessera peut-être de blâmer les personnes sans diplômes pour s'acharner sur les "trop diplômés". Il leur faut toujours quelqu'un sur qui taper.

Je te félicite. Tu écris bien et tu as une belle manière de voir les choses !

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit