Perma-Culture une culture inclusive?

photo de l'auteur 4460iann
4460iann
Homme de 57 ans
Nantes
Depuis deux, trois ans, je tente la permaculture dans mon jardin avec plus ou moins de succès; parfois cela va à merveille et les plantes se plaisent l'un à côté de l'autre, parfois, elles se suffoquent mutuellement. Afin, on me dit que je dois observer et m'adapter à ce que je vois et pense comprendre. Et il faut dire que ça fonctionne, chaque année ça va mieux.

Je serai bien intéressé de savoir s'il y a dans cette communauté BeTolerant des personnes qui ont de l'expérience et avec qui je pourrais échanger. Mais ce n'est pas pour cela que j'écris ce forum. C'est plutôt que je viens de voir le film "L'éveil de la permaculture" de (entre autres) Clément Fleith (un film qui ne passe que dans des petites salles, souvent en ciné-débat). J'étais allé le voir pour avoir des idées pour mon potager, mais le film allait au-delà et parlait d'un changement de culture, un changement de société.

Et alors, travaillant dans mon potager et me demandant si oui ou non, je devais arracher des "mauvaises" herbes (je reste avec des paradigmes anciennes et des mauvaises herbes, ça se fait pas), je me suis dit que cette idée que ce que l'on appelait "mauvaises herbes" autrefois et que l'on voit aujourd'hui parfois comme des "plantes sauvages comestibles", ou des plantes qui apportent des éléments essentielles au sol, ou encore simplement des plantes qui permettent de créer un peu d'ombre là où il y a trop de soleil... que cette idée pourrait peut-être s'appliquer à la société. On a besoin de pluriformité, et parfois, ce qui, à un époque ou dans une culture précise, a été pointé comme "déviant", "abomination", "danger", est plutôt un élément nécessaire dans l'ensemble d'un écosystème - et que l'on pourrait y penser aux différents "races" (dont les "noirs", ...), différents cultures (dont les "ziganes", ...) ou différents formes de vivre l'intimité (dont es "homos", ...) ...

Je serai intéressé de savoir si quelqu'un d'entre vous a réfléchi sur ce genre de questions ou si vous connaissez des penseurs, des livres qui vont dans ce sens.


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Bonsoir,
C'est cool de lire un sujet qui parle de permaculture sur ce site :)

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
Autant que je sache me trompe peut-être, la permaculture réinvente les premières cultures de domestication des plantes sauvages au néolithique, qu’on a réussi à éradiquer au XX chez les dernières ethnies qui la pratiquaient encore, parce que très éloignées des voies de communications ?
Bon c’est vrai que ces gens n’ont pas tous migré vers les banlieues sordides des capitales ou des camps de réfugiés, et qu’en cherchant bien et en y mettant le prix ou en allumant sa télé on peut encore voir des champs où au premier regard on ne voit rien : les plantes domestiquées cohabitent avec des plantes sauvages comestibles ou non, dans une surprenante harmonie.

Mais ce que tu ne dit pas c’est que derrière il y a un jardinier, et bien souvent une jardinière, parce que si les travaux de force de préparation des terre est du domaines des hommes, l’entretien des cultures de proximité c’est le domaine des femmes.
Et surtout, s’il n’y a pas préparation des terres et entretien les plantes sauvages prennent le dessus sur les plantes domestiques, ou bien l’inverse mais bref l’équilibre c’est le jardinier qui l’organise, avec amour, pour ses plantes, et surtout son estomac et celui de sa famille.

Passons sur le savoir faire perdu à jamais que les nouveaux explorateurs de l’agriculture durable tentent de réinventer, mais surtout, il ne faut pas trop se faire d’illusion sur la capacité des plantes à cohabiter spontanément de façon harmonieuse et équitable, l’équilibre se fait naturellement de façon hiérarchique, adaptation à des niches de survie, et collaboration.

Ce modèle hiérarchisé et collaboratif a aussi existé pour les humains qui naturellement ont tenté de le perpétuer, c’est le modèle tribal, médiéval, dont on retrouve des composantes dans les sociétés traditionnelles, du style le Maroc que notre cher président vient de visiter. Sociétés traditionnelles elles aussi en train de disparaître, pour grossir elles aussi actuellement les rangs des réfugiés, la plante dominante étant occidentale. Chacun son tour qui rit bien rira le dernier ah ah ^^

Des livres? Bah je ne sais pas trop, des livres d’histoire et de géographie sans doute, on ne comprend bien le présent que si on connaît les passé.

photo de l'auteur 4460iann
4460iann
Homme de 57 ans
Nantes
Bon point, Lindos, le jardinier.... ou bien, les jardiniers et jardinières

Inquiétant quand-même cette idée du "survival of the fittest" de la nature, que nous retrouvons effectivement aussi dans nos sociétés - avertissement à tout contre toute forme de naïveté et appel à une vigilance de tous les jours pour ceux qui considèrent que les plantes non-dominantes ont une valeur indéniable et qu'il faut donc les protéger

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
C'est vrai qu'on en revient toujours à la même constatation, la biodiversité entraine des difficultés mais est globalement favorable à la perpétuation de la vie.
Avec pour corolaire que les plantes non dominantes, comme les ethnies et cultures non dominantes doivent être protégées, par principe mais aussi parce que leur collaboration apparait essentielle à la survie de tous.

C'est une constatation, mais philosophiquement je serais incapable de t'expliquer pourquoi ni te donner des références explicatives.

On voit bien que tout tourne peu ou prou autour de la notion de mort jusqu'à présent indissociable de la vie, et de devoir prélever dans le monde du vivant pour rester en vie jusqu'à la mort, tout en respectant un équilibre.
Les hommes chasseurs-cueilleurs de la préhistoire avaient beaucoup de modestie lorsqu'ils prélevaient leur nourriture dans la nature, et par des rituels ils s’excusaient de ces prélèvements qui pouvaient froisser les esprits qui les habitaient, et qui pouvait conduire à manquer de nourriture ou être atteint de maladies. Plus tard les hommes de l'antiquité orientale ont conçu l'idée que la mort est un cycle qui permet le retour à la vie nécessitant de respecter la vie, puis au travers du bouddhisme qu'on pouvait échapper à ce cycle de réincarnations en devenant meilleurs.
Plus généralement il y a toujours eu chez les humains une méfiance de la domination exclusive pouvant conduire à perdre sa liberté, de la surexploitation de leur milieu naturel pouvant conduire à une pénurie, et d'avoir à rendre des comptes au moment de mourir.
Et évidemment paradoxalement à faire tout l'inverse pour dominer, les autres hommes, les autres être vivants, et plus généralement la nature.

photo de l'auteur goedfroy
Goedfroy
Homme de 43 ans
Mulhouse

1 remerciement
Pierre RABHI a été l'initiateur d'un mouvement "Le Colibri" qui permet de développer une agriculture écologique et protectrice de nombreuses espèces. Il est l'un des experts reconnus au niveau mondial et est très souvent sollicité par les gouvernements et autres organismes internationaux pour intervenir et conseiller ces dernières dans leurs choix....

Un petit conseil : lisez ces bouquins et vous comprendrez facilement comment protèger la planète....

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Citation de Goedfroy
Pierre RABHI a été l initiateur d un mouvement Le Colibri qui permet de développer une agriculture écologique et protectrice de nombreuses espèces. Il est l un des experts reconnus au niveau mondial et est très souvent sollicité par les gouvernements et autres organismes internationaux pour intervenir et conseiller ces dernières dans leurs choix....

Un petit conseil : lisez ces bouquins et vous comprendrez facilement comment protèger la planète....


+1 😉

À savoir, d'un point de vue général, que tout est question de ressources et de besoins. Il en va de la Vie dans son ensemble, du simple organisme monocellulaire à la planète entière.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Pierre rahbi est effectivement un nom.connu pour parler des équilibres en agriculture mais il est aussi reputé pour ses positions conservatrices / paternalistes sur des sujets comme le mariage pour tous. Comme quoi personne n est parfait
Il y a un autre courant de pensee dont la partie agricole est connue mais englobe bien plusque ça : c est la biodynamie des anthroposophes.
Tu y trouves les idées d equilbre à trouver entre êtres vivants mais avec en plus l idee de connnexion avec d autres choses : le cosmos, les planetes, etc ( personne ne peut nier l influence de la lune sur terre) .c'est un courant de pensée qui propose bcp de choses en ahriculture, en education/pedagogie, en philosophie pure et dure aussi ! L anthroposophie, de rudolf steiner a la base.
Je n ai pas de bouquin specifique à te recommander la tout de suite mais jette un coup d oeil sur internet si tu as le temps !

photo de l'auteur 4460iann
4460iann
Homme de 57 ans
Nantes
Oui, mais l'antroposophie, que je connais bien des Pays Bas est aussi très conservatrice et fixe et/ou comprend tout (le cosmique, le psychique, le physique) dans une seule et immuable système et l'homosexualité est là-dedans une aberration selon Steiner:
“Der Mensch ist auf der einen Seite physischer Leib und Ätherleib, da liegt die Geschlechtlichkeit, aber auch die Zweigeschlechtlichkeit.- Der Mensch ist aber auch astralisches Wesen, da ist kein Geschlecht, das ist er übergeschlechtlich. Je schwächer die Kräfte des Astralleibes sind, desto stärker sind die des physischen Leibes. Das hängt mit der allgemeinen Bildung unserer Zeit zusammen. Es hängt mit schwachem Astralleib zusammen, kann aber auch mit Alkoholismus zusammenhängen. Durch diesen Alkoholismus werden die schlimmsten Defekte erzeugt, denn das zu Grunde liegende ist Schwäche. Und vor allen Dingen liegt auf die Spitze getriebener Egoismus dahinter, der mit unserer Gegenwart zusammenhängt. Es können verschiedene Ursachen zu Grunde liegen. Man ist so leicht bereit, zwei Übel bei zwei verschiedenen Menschen als dasselbe anzusehen. Auch kann dieselbe Sache bei einem Schwachsinnigen sich ganz verschieden äußern.”

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Pfoua, l'allemand c'est un peu dur pour moi là, mais merci de compléter ma vision sur l"anthroposophie. Donc le père de la biodynamie n'est pas non plus très ouvert quand il s'agit d'écosystèmes humains ! On est pas aidés avec eux !

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit