when we rise

photo de l'auteur veluma
Veluma
Femme de 44 ans
Grenoble, Isère, France

9 remerciements
Une nouvelle serie lgbti:
When we rise

http://www.telerama.fr/series-tv/dustin-lance-black-when-we-rise-n-est-pas-qu-une-serie-politique-c-est-un-recit-humain,154799.php

connaissez vous?
Qu'en pensez vous?


photo de l'auteur wintermint
Wintermint
Homme de 23 ans
Brest
je ne connaissais pas non plus mais je vais m'y intéresser de plus près pour les même raisons ^^

photo de l'auteur Fremenway
Fremenway
Homme de 48 ans
Montpellier

2 remerciements
J'ai regardé le premier épisode la semaine dernière. Il y a Guy Pearce dedans, donc ça vaut le détour ! :p

photo de l'auteur veluma
Veluma
Femme de 44 ans
Grenoble, Isère, France

9 remerciements
fini la saison (c’est une mini série de 8 épisodes)
Un peu perturbée par le changement d'acteurs pour le même personnage au fil des années.
Mais j'ai trouvé la série très belle, et c'est finalement notre histoire.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Vu aussi, et chaleureusement conseillé à tou-te-s.
Côté réalisation le changement d'acteurs pour les mêmes personnages à mi parcours est troublant pour un temps, mais ce n'est après tout qu'affaire de convention, et c'est l'investissement et la conviction de tous les membres impliqués qui l'emportent.
Pour anecdote j'ai poussé à un degré encore supplémentaire en regardant ensuite un documentaire où apparaît le vrai Cleve Jones, le militant dont les mémoires servent de fil conducteur à cette série, et il ne ressemble ni à l'acteur qui le joue jeune, ni à celui qui l'incarne plus âgé, sauf pour le sens du combat et de l'analyse politique, le principal !

Une partie de cette histoire est très américaine - jeu des destins croisés à San Fransisco; importance du milieu associatif, y compris religieux éventuellement; jeu des contre pouvoirs constitutionnels- mais une autre nous intéresse très directement, celle qui concerne les déferlements de haine -et de coups- homophobes, et comment y faire face. Tous les documents insérés dans le film sont glaçants de bêtise satisfaite et de méchanceté. Vu d'ici ils rappellent  la cohorte d'insultes émises par la Manif pour tous, visiblement nourrie au même lait réactionnaire rance.
Ce qu'on y apprend est que chaque moment de progrès/gain de visibilité a entraîné un "retour de bâton", une exacerbation momentané des réactions de rejet dans l'opinion, mais qu'une fois la tempête traversée les progrès acquis demeurent, et se consolident un peu, jusqu'à la prochaine fenêtre de tir/opportunité politique puis la prochaine attaque...
Chose peu courante dans les séries LGBT, gays et lesbiennes ( et trans en arrière fond) sont représentés à égalité d'importance et leurs parcours respectifs sont passionnants dans leurs différences commes dans leurs croisements fructueux. #intersectionnalité des luttes

Dans sa dernière partie le film se pose aussi la question du "What now ?" comment militer, mobiliser maintenant, et fait le pari que la nouvelle génération digitale saura aussi trouver ses combats.
Traversant les charniers des années sida le film met particulièrement en valeur cette initiative aussi dérisoire qu'indispensable intitulée The AIDS Memorial Quilt - The Names Project, qui est constitué de milliers et de milliers etde panneaux façon patchwork ( "quilt" en anglais) qui rappellent la vie, la mort et le nom d'une personne morte du sida, pour avor un endroit où pleurer ensemble, pour dire au monde que la mort est toujours trop présente , pour dire que nous n'oublions pas.
Ci après pour finir un de ces panneaux de cette œuvre considérée comme la plus grande œuvre participative au monde, un beau témoignage des ravages de l'ignorance et des capacités de résistance symbolique de l'être humain.

photo de l'auteur veluma
Veluma
Femme de 44 ans
Grenoble, Isère, France

9 remerciements
un petit up
la serie passe sur canal serie en ce moment.

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit