Ce priver de sexe ?

photo de l'auteur aragon
Aragon
Homme de 27 ans
Angers

8 remerciements
Ce sujet est un débat, échangez et partagez dans la bonne humeur

Bonsoir, 

je viens de voir un "film" : 40 jours et 40 nuits.

Et je me demandais si l'être humain peut ce priver de sexe durant une période ? 
Je parle bien sûr des personnes qui sont attirer et pratiquer le sexe.

Vous est'il déjà arriver de faire genre une pause dans votre vie ? ou d'y penser parfois ?
Arrêter tout le sexe mais aussi bisous, caresse, pause perso...

Si certain ou certaine l'on fait, comment vit'on ce genre de période ? face à ses amies ou familles dans les conversations de sexe ?

Au plaisir de vous lire :)


photo de l'auteur Khloroforme
Khloroforme
Homme de 23 ans
Paris

29 remerciements
Déjà fait

Fin définit "période"

J'ai déjà fait 2-3 mois, par choix ou parce que j'avais rien à me mettre sous la dent (si je puis dire)
Quand c'était par choix bah... Soit je le disais pas pck de base je dis pas à CHAQUE fois que je baise donc je vais pas gueuler quand je le fais pas, soit je le dis tout simplement, fin y a pas de honte à pas vouloir coucher (pendant une période ou jamais)

Conversation de sexe bah j'ai assez à dire pour pouvoir m’octroyer des pauses dans ma vie leul

photo de l'auteur Clarita
Clarita
Non binaire de 25 ans
Montpellier

1 remerciement
Pour l'avoir tester, c'est très difficile si tu côtoie ou accueille des personnes susceptible de te plaire. Donc à moins de partir t'isoler de tous sur une île déserte le temps de te ressourcer pour moi c'est quasi impossible. 

Attention on parle bien d'une période voulu, pas une période comme après rupture où tu peux perdre le gout du sexe car tu es dégouté par les personnes en générale.

Certaine personne teindrons le coup de l’abstinence, mais pour d'autre ce sera difficile.
Voit où tu veux te situé? Est-ce important pour toi ce genre d'épreuve?

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
...dans le but justement de ne pas avoir de rapports sexuels et c'est déjà suffisant, on ne peut pas vivre sans boire, manger, dormir, respirer, mais on peut vivre sans acte sexuel...non?

photo de l'auteur Kattarsis
Kattarsis
Homme de 29 ans
Strasbourg

66 remerciements
Je ne sais pas si je pourrais faire des pauses aussi longues. En même temps étant en couple, comme je disais sur un autre sujet, tout part de la spontanéité de l'un ou l'autre bien souvent. Donc si je me prive je prive aussi mon copain. 
Puis bon, pour une fois qu'un truc est agréable dans la vie, je vais pas me le refuser ! 

Cela dit je peux comprendre ceux qui ont cette envie, il y a en effet des fois où le sexe dégoûte, notamment après une rupture comme le disait très justement Clarita.

photo de l'auteur aragon
Aragon
Homme de 27 ans
Angers

8 remerciements
Je compte pas me priver de sexe, même si plus d'un an sans rapport... mais juste changer mes habitudes de moment perso, genre fin du porno...
J'ai l’impression de perdre du temps dans ma vie, d'être un peu perdu dans ma tête.   

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Edrazel nous dit : "Bien sûr qu'on peut vivre sans sexe ^^ Mais de là à volontairement s'en priver si quelqu'un qui vous attire vous le propose, j'ai du mal à comprendre A moins qu'il y ait un risque quelconque évidemment."

c'est justement là que certaines autres passions peuvent émerger, car la privation n'est pas un mal comme le manque, la volonté de chasteté peut-être motivée par un amour spirituel ou le respect du corps de l'autre...je ne développe pas ici...

photo de l'auteur BoumVoyageur
BoumVoyageur
Homme de 41 ans
Bordeaux

8 remerciements

La période la plus longue => 5 ans d'abstinence : volontairement ^^ & je l'ai bien vécu => il n'y a pas de raison.
Je considère que la sexualité commence par soi-même : le sexe en solo !
Tout comme le célibat : c'est aussi un choix, il n'y a aucune raison d'être en couple parce que c'est "une certaine image de la société" qui formate les gens à l'être etc...

Bref, C une façon de vivre sa propre sexualité : C un état d'esprit...

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je pense que tout le monde peut arrêter le sexe si il y est forcé, on ne voit pas les gens en isolation dépérir parce qu'ils ne peuvent pas avoir de rapports sexuels (le manque de rapports sociaux ça c'est une autre histoire).

Sinon je ne vois pas trop ce que les amis ou la famille viennent faire là dedans, peut être que lorsqu'on vient du nord de la France l'abstinence d'un membre en force d'autres au même état. Bref dans mon cas j'ai fait une pause forcée entre 5 ans et 17 ans le temps que tonton sorte de prison mais ma famille n'en parle jamais.

photo de l'auteur NocturneRefl
NocturneRefl
Homme de 35 ans
Bruxelles
Plus rien depuis aout 2013. Je ne le fais (et m'en sens capable, disons-le) que par  amour et en relation.
Dans  mon cas ce n'est pas spécialement difficile, car je ne ressens aucun désir véritable naître sans que ne s'impliquent mes sentiments avec  intensité. 

Citation de Gilou03 : c'est justement là que certaines autres passions peuvent émerger, car la privation n'est pas un mal comme le manque, la volonté de chasteté peut-être motivée par un amour spirituel ou le respect du corps de l'autre...je ne développe pas ici...


Il y a de cela oui.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Cela est très possible autant que toute autre chose que l'on décide de ne plus faire.
On est maître ou maîtresse de nos décisions.
Peu importe ce qui nous pousse  a arrêter le sexe je pense que l'homme à de très grandes capacités pour compenser.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Quarante jours sans sexe ni avec partenaire(s), ni seul, c'est très difficile après ou surtout avant un certain âge. Ceux qui excluent la masturbation sont dans la facilité, prenez-là en compte - imaginez 40 jours sans plaisir sexuel (ceci dit après un certain âge ça redevient possible).

Je suis sinon assez surpris de voir que le sexe non-reproductif avec partenaire soit devenu si habituel voire indispensable pour certains. Ce n'est pourtant pas plus utile que la cigarette.

photo de l'auteur Ensavaen
Ensavaen
Homme de 19 ans
Montpellier
Eh bien, est-ce que dans cette période dite "sans sexe" tu exclus la masturbation ? Parce que pour les éternels célibataires (comme moi) tu peux largement te passer de sexe pendant aussi longtemps que tu veux, tant que tu peux te soulager, la masturbation étant un régulateur, du coup sans sexe ni masturbation je peux te confirmer que, oui tu surchauffes sévèrement 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Depuiss de nombreuses années nous sommes devenu un couple asexué...nous ne faisons plus l'amour et un plus pas de tendresse, de geste d'amour...ma maladie a joué un grand jeu...de toute façon, il fait chambre à part.  Je me demande si je serai encore capable de faire l'amour.

photo de l'auteur Enneathusias
Enneathusias
Homme de 45 ans
Lyon

105 remerciements
Citation de Fleurdelegie : Depuiss de nombreuses années nous sommes devenu un couple asexué...nous ne faisons plus l'amour et un plus pas de tendresse, de geste d'amour...ma maladie a joué un grand jeu...de toute façon, il fait chambre à part.  Je me demande si je serai encore capable de faire l'amour.


Il est encore temps de réagir. Si tu as une voiture, tu peux consulter un psychothérapeute et un sexologue dans un rayon de 50 km de Ribérac.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Parfois, malheureusement, on est obligé.
Ca m'a percuté comme question, comme si le sexe est une drogue... 
En effet, l'envie, le désir et le besoin d'affection chez l'être humain est indispensable.
Je vais me prendre comme exemple... Ce qui est assez dûr.
J'ai été victime de plusieurs abus, pour limiter le concret des faits.
Cela fait dix ans, que j'ai été violé, donc.
J'avais une "copine" ou une "copine de c.." je ne sais pas trop, c'était cool en tout cas.
Depuis j'ai ptêtre eu un ou deux rapports.
Alors oui je me sens exclu et terriblement dévalorisé lorsqu'on parle de sexe.
Oui je pleurs parfois de ne pas pouvoir embrasser, et s'embraser avec une femme (je suis hétéro).
J'ai toujours des envies malgré tout .
J'ai récupéré une presque pleine capacité à la discussion et à la rencontre.
Mais j'ai été "exclu", pour ainsi dire, de la société.
Pourquoi ? 
Les faits ne sont pas prouvé, de part les usages récurrents de drogues occultant la mémoire.
Je n'ai jamais eu justice, et je ne la cherche plus ailleurs qu'en moi, en ma force, en l'espoir (et de finir par refaire l'amour fait partie de cette espoir).
Je veux me rendre justice en goûtant à la vie sous toutes ses formes.
Ce que m'a réellement appris ce "manquement" à mon épanouissement sexuel est que, l'amour est indispensable. Pas le sexe.
Le plus beau souvenir récupéré de cette année complètement occultée? un baiser avec ma première copine.
Le corps se rappelle des sensations autant que l'esprit. 
Je pouvais ressentir ce que ça m'a fait, le plaisir partagé.
Aucun autre souvenir n'a été aussi puissant.
Alors oui on peut se passer de sexe. Quand ? quand on a pas envie. Quand son partenaire n'a pas envie. Quand on est célibataire. Si tout roule, et que ça marche, pourquoi s'en priver ? 
Est-ce réellement une question à débattre ?
Quand les autres parlent de sexe, je remarque deux cas. Les lubriques, même pas drôles voire dégueulasse, qui me dégoûtent parfois d'être un homme (il y a les lubriques drôle c'est vrai, j'en connais un, c'est tellement ridicule qu'on ne peut s'empêcher de rire, c'est un bon gars ça se ressent). Et les personnes épanouies, au moins sur le plan personnel qui ont des amis proches et qui parlent de sexe ouvertement . Là je me sens perdus, je la ramène pas. Et bizarrement ? je comprends. J'ai vécu ça aussi. Très très très peu . 
Je n'en suis pas à l'épanouissement sexuel de nombreux jeunes de 27 ans, c'est certain. 
Mais on parle tous le même langage. 
C'est une sorte de coming out pour moi ;) 
J'avoue devant une certaine masse de personne avoir subi des violences sexuelles, et que je n'ai pour ainsi dire plus d'expérience depuis très longtemps.
Après 10 ans de psychanalyse intensive, je commence à me remettre.
J'espère finir par me refaire un cercle amical, trouver une femme, et le sexe? oui bien sur, ou pas. Le temps que ça prendra elle ou moi, peut importe, c'est pas le plus pressant.
Maintenant est-ce que l'on en devient malade ? probablement pas.
On en est triste. Faire l'amour avec quelqu'un qui ressent la même chose même si c'est un soir, ça vaut le coup non ?
(Je vois d'ici le calendrier, " euh non désolé il me reste 23 jours 6h et 52minutes avant de m'y remettre, là c'est période abstinence, désolé à bientôt")

Maintenant lors d'événements traumatiques de longues durée l'instinct de survie se met en avant et le reste en veille . . . 

Bonne soirée à tous

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
En Afrique les femmes font parfois la "grève du sexe" pour obliger les hommes à avoir un comportement politique ou social plus raisonnable. La coutume remonte à l'antiquité, on en a des traces en Grèce antique. Apparemment rien ne marche à moins d'une semaine de grève, et parfois celle-ci doit durer des semaines pour arriver à un résultat. C'est toujours les hommes qui craquent les premiers, sous la pression mdr.

photo de l'auteur Enneathusias
Enneathusias
Homme de 45 ans
Lyon

105 remerciements
Citation de Lindos : En Afrique les femmes font parfois la "grève du sexe" pour obliger les hommes à avoir un comportement politique ou social plus raisonnable. La coutume remonte à l'antiquité, on en a des traces en Grèce antique. Apparemment rien ne marche à moins d'une semaine de grève, et parfois celle-ci doit durer des semaines pour arriver à un résultat. C'est toujours les hommes qui craquent les premiers, sous la pression mdr.


Oui et ça me fait penser (peut-être que tu connais) à la BD de Ralf König, "Lysistrata" qui traite, avec beaucoup d'humour (queer), exactement de ce sujet : la grève du sexe des femmes grecques :-))

Lien : Lysistrata

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Désolée de mon commentaire :
Vivre sans sexe , c est vraiment vivre deja ?!
Vivre sans sexe pour moi ,  c est comme vivre sans oxygène , tu peux retenir ta respiration un temps mais au bout d un moment si tu ne respire pas à nouveau tu meurs . 
Je donne juste mon point de vue mais je respecte celui des autres 

photo de l'auteur pinklover
Pinklover
Homme de 24 ans
cholet

2 remerciements
sa fait deux moi que je n est pas eue de sex ni branlette rien fautx juste ce dire quon nest pas des animaux et puis c est tout apres tout comment fons les hommes et les femmes de fois les bonne soeur ? SI ELLE elle y arrive pk pas nous apres reste a savoir pk faudrait til faire une pause sexuelle ?

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit