me suis-je bien fait comprendre !?

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ce sujet est un débat, échangez et partagez dans la bonne humeur

bien le bonjours à toutes et tous...

m'étant fait conseiller sur la compréhensibilité douteuse de certains de mes posts  (peut-être même tous), par un des très respectables participants des forums, dont je tairais le nom, bien qu'il commence par un E et finisse par un s et comporte douze lettres (merde j'en ai trop dit)...

je vous propose ce sujet...

comment sait-on que nos interlocuteurs ont bien perçu le sens de notre message, quand on sait qu'un grande partie de l'information brut n'est pas analysée...
                                alors me suis-je bien fait comprendre ?


P.S 1 /  tout comportementaliste devrait normalement se sentir frustré de ne pas avoir de "matière" à interpréter,

P.S  2 / je post aussi ce sujet car je me suis rendu compte que certains débats tournent en rond par une mutuelle incompréhension formelle, mais que dans le sens ultime ils se rejoignent...

merci de vos avis...et surtout celui du bien nommé E..........s


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Et bien tu peux le savoir en fonction de la réponse que l'on te donne je pense. 
Si une personne cherche à faire comprendre la même chose que ce que tu as expliqué précédemment, c'est qu'elle n'a pas compris ce que tu as dis !

Après ce n'ai pas forcément de la faute de l'un ou de l'autre. chacun a son propre vocabulaire, plus ou moins développé et "compliqué" à comprendre pour d'autres.

Et je pense que sur un forum tel que celui-ci, et quand nous ne somme pas auteur d'un sujet, on ce dois de ce faire comprendre, de ce mettre au niveau de(s) l'autre(s) pour être compris, sinon il y aura forcément incompréhension.

Pour répondre à "...quand on sait qu'un grande partie de l'information brut n'est pas analysée..."
En général les personnes n'analyseront pas une phrase qu'elles ne comprennent pas. ( c'est un avis personnel)

Par exemple : "...par une mutuelle incompréhension formelle, mais que dans le sens ultime ils se rejoignent..."
J'ai mis en rouge des mots qui pour moi et pour d'autres ( j'espère ) ne servent à rien. Certes ça allonge la phrase, ça fait un langage très soutenu, mais pas forcément approprié à beaucoup de monde.


Et pour en venir à toi, tu n'es pas le seul à faire des réponses trop compliqué à comprendre (ça à plus de tact que "compréhensibilité douteuse".
Et un avis qui ne tient qu'a moi, tu fais beaucoup de post intéressant, mais, et là je ne parle que pour moi, son parfois difficile à comprendre et je finis pas ne lire que l'essentiel ou ce que je peux comprendre à mon niveau.

photo de l'auteur Luxcifer
Luxcifer
Homme de 22 ans
Besançon

2 remerciements
A ?

Ah pardon ce n'est pas un pendu ? :P


C'est une question intéressante parce que pas évidente, surtout d'un point de vue pratique et économique en temps (comme le veulent généralement les débats)


Je dirais que le meilleur moyen de savoir si l'autre a saisit correctement les propos est qu'il reformule avec ses propres mots ou exemples (autant pour contredire que pour montrer sa compréhension)

On peut aussi savoir si la personne a bien saisit notre idée s'il a posé beaucoup de questions sur ledit message (ceci dit ce n'est logiquement pas infaillible et repose plus sur la probabilité que plus il a d'informations plus il cernera le sens voulu du message

Et dernière méthode c'est d'être le plus clair et exhaustif dans son message de base ^^

Après pour le moment je n'en vois pas d'autres :/ C'est pas évident ça implique d'être dans la tête de l'autre et ça forme un peu un cercle vicieux: m'a-t-il compris, est-ce que j'ai bien compris s'il m'avait compris ou non, etc. etc.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
NorMatt, dans cette phrase : certains débats tournent en rond par une mutuelle incompréhension formelle, mais que dans le sens ultime ils se rejoignent..."
 
 ce sont justement les deux mots en rouge qui donne le sens de la phrase, car une mutuelle compréhension c'est une chose mais si elle est "formelle"cela veux dire que certains débats restent au plan de l'énoncé d'opposition de principe, mais ne vont pas vers un accord sur le sens, et si il est ultime, c'est que tout débat doit tendre vers une vérité commune, enfin selon mon désir d'unité bien sûr, mais libre à vous de discuter pour discuter...
comme dit Luxcifer
"Je dirais que le meilleur moyen de savoir si l'autre a saisit correctement les propos est qu'il reformule avec ses propres mots ou exemples (autant pour contredire que pour montrer sa compréhension)"
 c'est en effet une preuve ou tout au moins un sens de l'unité...

photo de l'auteur desiles54
Desiles54
Femme de 42 ans
Audun-le-Roman

33 remerciements
Problème de compréhension, j'en suis pas si sûr.
Moi je pense que beaucoup font des commentaires uniquement pour contredire.
D'autres cherchent la bagarre.
Et il y a ceux qui se sentent tellement supérieur qu'ils pensent avoir raison sur tout et refuse tout point de vue différent de la leur.
Et pour finir il y a ceux qui se sentent viser et qui comprennent ce qu'ils veulent comprendre.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
très juste Desiles54 et c'est à ces quatre types de comportements que ce sujet s'adresse en premier lieu... 

les contradicteurs, les bagarreurs, les supérieurs et les susceptibles sont respectivement la manifestation des quatre caractères suivants : égoïste, impétueux, dominateur, indécis, qui sont aussi quatre manque respectif d'une des quatre vertus suivantes : justice, tempérance, prudence, force...

je vous les aligne pour une meilleur compréhension ...

le contradicteur a un caractère égoïste, il manque de justice
le bagarreur a un caractère impétueux, il manque de tempérance
le supérieur a un caractère dominateur, il manque de prudence
le susceptible a un caractère indécis, il manque de force

pour conclure, remercions toutes les occasions de débats si elles peuvent nous permettre de rééquilibrer notre caractère dominant, (je suis dans la liste)  mais fuyons les si ils ne font que le renforcer...

photo de l'auteur Dedale
Dedale
Homme de 23 ans
Strasbourg

14 remerciements
d'ou c'est égoïste de contredire? Au contraire, critiquer, remettre en question peut être éminemment altruiste: ça pousse l'autre a cherchez les raisons profondes qui lui font croire tel ou tel chose. Si il n'y avait personne pour nous remettre en question on ne produirait jamais d'idée neuve.

Le véritable problème ce sont justement ceux qui voit la contradiction comme une attaque à leur identité propre: j'attaque tes arguments donc je t'attaque personnellement
Or c'est faux, il faut faire la part des choses entre ce qui est dit et la personne qui le dit. Contredire une personne n'est pas un manque de justice, et même au contraire: la justice est basé sur des discours contradictoires, et c'est pour cela que dans les tribunaux, on trouve l'accusation contre la défense.
J'aurais plutôt tendance a dire que ce sont ceux qui s'écoutent parler les plus égoïstes, et qui justement rejette la contradiction de peur de perdre l'aval sur le reste d'un groupe. ( un peu comme un système dictatorial, basé sur une seul vision des choses, et un système démocratique, basé sur l'avis de tout le monde (y compris des avis contradictoires)).

Je ne comprend pas cette peur de la contradiction, personnellement, j'adore qu'on me contredise: cela permet de clarifier notre propre pensée, mais aussi de l'envisager sous des aspects auquel on aurais jamais songé seul, et ça permet aussi de réviser son jugement si les arguments de la partie adverse dépasse les nôtres en termes de preuves et de logique.  
La contradiction est une stimulation bien souvent nécessaire, et si l'homme n'était pas doté d'un égo, il serait plus simple de se rendre compte à quel point la contradiction est productive sur le plan intellectuel. 

photo de l'auteur Luxcifer
Luxcifer
Homme de 22 ans
Besançon

2 remerciements
Pour te contredire un peu,

(Et ça montre en plus le sujet principal)

Personnellement par contradicteurs, j'entendais Troll, qui contredis sasn fondement, juste pour ne pas avoir tord et/ou pour énerver/pousser à bout ^^

Mais je peux me tromper et dans ce cas, je suis tout à fait d'accord avec toi x)

photo de l'auteur Dedale
Dedale
Homme de 23 ans
Strasbourg

14 remerciements
oui, au delà du troll qui ne développe pas d'arguments (et donc qui ne peux pas être constructif), il me semble que la critique est plutôt positive. 
La critique n'est bénéfique que lorsque celui qui critique exprime la raison qui le pousse a critiquer, et le point de vue qu'il juge plus raisonnable, et a ce titre tu as bien fait de me critiquer car je n'avais pas envisagé le troll, ce qui me permet de définir quand est ce que je juge une critique constructive. 

Ton post m'as permis d'illustrer combien apporter des arguments contradictoires : ici l'argument du troll (qui effectivement est une forme de contradiction mais cette fois ci négative), permet de préciser la pensée,de la faire évoluer, et de la définir plus habilement. 
Je n'ai qu'une chose a dire: CQFD :p

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
LA CONTRADICTION
même si elle est en effet nécessaire, (très peu le nie sauf les consensualistes forcenés) est la partie pratique de la critique, mais cette dernière n'est jamais première, il faut avant elle une compréhension (pas formelle, pas logique) mais progressive et actuelle, qui part de l'abstraction passe par le jugement et se fini en conceptualisation...
la communication dans son rôle d'échange informationnel, ne s'établie entre deux personnes (ou plus) qui si les modes de transferts d'informations, syntaxe, vocabulaire, grammaire, sont synchronisés et porteur du sens,
c'est pourquoi :
comment sait-on que nos interlocuteurs ont bien perçu le sens de notre message, quand on sait qu'un grande partie de l'information brut n'est pas analysée...

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
@Dedale je suis plutôt de ton avis, j'aime la contradiction et le débat. C'est quelque chose dont je tends à en devenir spécialiste, car cela permet de montrer un certain charisme de sa personne [ ce qui revient, par contradiction, à conforter son égo ].
Je te rejoins @Gilou03, des fois ce qui importe plus que les arguments et les contre-arguments, c'est la forme elle-même. L'écrit peut déjà permettre de mettre en forme de plusieurs manières son discours.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Personnellement je pense qu'il y a des internautes qui peuvent écrire des tonnes de conneries par jours juste pour être des numéro dans la colonne de droite du forum "meilleurs participants du mois" et provoquer la contradiction à des buts malveillants et/ou égoïstes. Par ailleurs je ne crois pas qu'on puisse résumer le comportement des internautes en 4 catégories simples, ça va bien plus loin que cela tant les gens sont différents. 

Et puis beaucoup prétendent sur les espaces virtuels et se construisent des personnages pour exister (troll ou non)

Sinon Gilou03 quand je te lis j'ai l'impression que tu es constamment neutre, sans réelle implication avec les sujets auxquels tu participes. Je comprends en tout cas ceux qui ne comprennent pas où tu veux en venir.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
 Inupiaq ce n'est pas en donnant la direction du vent que le navire avance, mais en hissant les voiles, ainsi je ne désire qu'une chose c'est que atteignons tous bon port...et pour cela je tend les cordages...comme chacun d'entre nous...

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Prenons cet exemple là, tu n'es pas clair du tout car tu laisses tout à l'interprétation, après c'est ton choix de t'exprimer ainsi mais faut pas s'étonner que les internautes ne te comprennent pas dans certains cas.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
mais là c'est un langage métaphorique, pas sibyllin, ça veux juste dire que je participe au travail collectif, qui n'est pas juste la juxtaposition d'opinion, mais une vrai mise en commun, qui fait que les participants construisent autour d'un sujet et se construisent comme communauté de pensée aussi...
comme l'huitre perlière le fait pour sa coquille et sa perle...


P.S particulièrement à l'intention de Dédale, que je cite : "Si il n'y avait personne pour nous remettre en question on ne produirait jamais d'idée neuve."
ce n'est pas ainsi que je cherche personnellement la meilleur coopération avec les autres participants aux forums... dans la recherche de la vérité, je préfère une coopération qui unis autour d'un sujet ou d'un problème, car justement le mode par lequel nous coopérons influence le résultat...et cela est une donnée du problème de toute forme de communication...

P.S particulièrement à l'intention de Inupiaq que je cite : "Par ailleurs je ne crois pas qu'on puisse résumer le comportement des internautes en 4 catégories simples, ça va bien plus loin que cela tant les gens sont différents. "
je reprenais juste les modèles de Desiles54, mais tu as raison il y en a bien d'autres...

photo de l'auteur Dedale
Dedale
Homme de 23 ans
Strasbourg

14 remerciements
Citation de Gilou03 :P.S particulièrement à l'intention de Dédale, que je site :  "Si il n'y avait personne pour nous remettre en question on ne produirait jamais d'idée neuve." ce n'est pas ainsi que je cherche personnellement la meilleur coopération avec les autres participants aux forums... dans la recherche de la vérité, je préfère une coopération qui unis autour d'un sujet ou d'un problème, car justement le mode par lequel nous coopérons influence le résultat... 


Justement ,  dans une recherche de la vérité ,  il ne faut pas influencer le resultat, il faut que le resultats soit independant de ceux qui participent et de la rethorique. ce que tu fait toi, l'éceuil qui nait de ton type de raisonnement est qu'a débattre uniquement avec certaines personnes, et donc nier les avis contraires ,  tu oriente le debat des le debut vers la verité que tu aimerais defendre, et non pas la verité réelle qui existe indépendament des personnes. En faite, si on devait annihiler la contradiction, le debat ne serait qu'une autocongratulation de ceux qui y participent, et c'est loin de faire un debat il me semble. Au contraire, quand un debat est houleux, qu'il oppose et divise, la ça devient interessant car chacun est poussé a approfondir sa pensée au maximum, de sorte a ce que les spectateurs et l'opposition fasse un choix eclairé en connaissance des differentes visions possibles.

Et pour repondre a Monsieur S: pour moi les considerations de charisme et de rethorique sont a banir dans un debat d'idée, on est pas là pour se faire mousser, mais pour defendre des valeurs, ou proposer une autre vision des choses. 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
tout à fait d'accord Dédale sur la nécessité de la contradiction dans les débats, (je me répètes), mais encore ne faut-il ne pas verser dans l'opposition de principe, ce que parfois tu sembles confondre...
(bien saisir la différences entre contraire et opposé déjà évoqué ailleurs) 

merci de ton analyse au sujet de mes intentions directionnelles dans la recherche de vérité, cela me donne l'occasion de préciser l'option rédactionnelle que j'ai choisie pour prendre place à ces débats...
je te site :
 "il ne faut pas influencer le resultat, il faut que le resultats soit independant de ceux qui participent et de la rethorique. ce que tu fait toi, l'éceuil qui nait de ton type de raisonnement est qu'a débattre uniquement avec certaines personnes, et donc nier les avis contraires"
non pas!  mais certaines personnes sont dans un option de débat qui n'ouvre pas à une coopération, de plus, ne pas répondre ne veux pas dire que l'on nie les arguments des autres, puisqu'il y a justement dans l'abstention un manque de vérité, et que je connais bien l'adage "qui ne dit mot consent" donc si je ne relève pas certaines affirmations, se n'est pas par ostracisme, ni à cause de "mon type de raisonnement" (ce qui pourrais d'ailleurs être le cas de beaucoup d'autres) mais parce que j'ai fais le choix de donner un avis qui parte du point argumentaire accessible le plus proche d'une connaissance universelle, ça peut être déroutant, car universelle ne veux pas dire commune! j'y reviendrais...
que tu y vois un écueil ne m'étonne pas, ta méthodologie dans la recherche de la vérité est autre...

je te site:
"tu oriente le debat dès le debut vers la verité que tu aimerais defendre, et non pas la verité réelle qui existe indépendament des personnes."
que je prenne une direction dans le choix argumentaire de mes posts, est un peu le fait de chacun, mais je le fais dans le seul but d'atteindre collectivement la vérité qui existe indépendamment des personnes, ou plus exactement, dans le partage de cette vérité...car la vérité est une unité de conscience autant en soi qu'entre nous...
et puis le temps imparti à chaque intervention oblige un peu à viser "le plus important pour soi" je le reconnais...mais ce n'est pas un parti pris idéologique du tout...

tu poursuis en disant :
"Au contraire, quand un debat est houleux, qu'il oppose et divise, la ça devient intéressant "
pas nécessairement, parfois oui la contradiction est indispensable parfois non, ne soyons pas univoque, un débat peu atteindre une vérité sans que les participants s'opposent, car là justement c'est une forme de dialogue qui est tolérante, quand chaque avis peut coexister avec les autres...sans se détruire !

pour conclure et ne pas être trop long, j'apprécies ton propos dans sa dynamique quand tu dis :
"de sorte a ce que les spectateurs et l'opposition fasse un choix eclairé en connaissance des differentes visions possibles."
mais le choix est éclairé que si la nécessité du débat est respectée au moins dans son but premier, c'est à dire se positionner respectivement pour partager cette vérité commune, je le dis clairement, la raison de ma participation à ces débats est la compréhension d'un sujet ou d'un problème mais aussi la préservation de recherche de vérité sous tous ses aspects, mais là je sais que nous n'avons pas les mêmes priorités, (pas grave)...

P.S pour une fois le sujet permet de parler de sa propre expérience des débats, pourvu que cela nous donne plus de lucidité dans ceux qui suivrons...

photo de l'auteur Dedale
Dedale
Homme de 23 ans
Strasbourg

14 remerciements
Alors premièrement, je ne sais pas ce qui te fait dire que je confond contradiction constructive et opposition de principe, et si c'était un sous entendu (car tu utilise souvent des sous entendus, qui sont peut être l'une des origine de ton manque de clarté)  pour me faire comprendre que je suis dans l'opposition de principe, tu as tout faux.
Et que ce soit moi (dans l'éventualité d'un sous entendu) ou pour ceux que tu jugera dans l'opposition de principe, je dirais que c'est simple de négliger l'avis opposé en se plaçant comme la victime d'un être qui ne tend qu'as nous contrarier sans raison, mais a vrai dire, je trouve que les personnes dans l'opposition de principe sont plutôt rare, et prennent rarement le temps d'argumenter.
Et si j'ai cette propension particulière à te contrarier, ce n'est nullement par plaisir, par égo, par jeunesse, par bêtise ou par quelconque autre défaut dont tu pourrais m'affubler (et dont tu m'as deja affublé par le passé pour certains), mais tout simplement parce que je ne suis pas d'accord avec toi.  

Ce qui me dérange vois tu c'est quand tu dit 
Citation de Gilou03 :  mais certaines personnes sont dans un option de débat qui n'ouvre pas à une coopération 


Encore une fois tu t’attache plus aux personnes qu'aux propos qu'elles tiennent, qu'est ce qui te permet de juger qu'une personne est "digne" de débattre? Qu'es ce que pour toi la "coopération"?
 Le problème me semble être que tu juge les personnes en fonction de leur avis, et que tu met sur "liste noir" toutes celles qui te contre (pour reprendre tes propres termes sur un précédent sujet)... Alors que pourtant , les avis contraires sont aussi dans la coopération, il divergent simplement de ton point de vue. 
Alors oui, il me semble qu'avec cette méthode ton point de vue ne peut être que biaisé, puisque tu rejette d'office les avis contraires... Et je ne vois pas ou se trouve la coopération dans la forme d'exclusion que tu pratique.
j'aurais plutôt tendance a dire que il faut juger le propos et non les personnes: tout le monde est digne de débattre, et quel que soit l'avis, quel que soit les frictions, quel que soit les désacords, la coopération existe par la simple participation de chacun à un sujet donné.

Citation de Gilou03 :  je te site: "tu oriente le debat dès le debut vers la verité que tu aimerais defendre, et non pas la verité réelle qui existe indépendament des personnes." que je prenne une direction dans le choix argumentaire de mes posts, est un peu le fait de chacun, mais je le fais dans le seul but d'atteindre collectivement la vérité qui existe indépendamment des personnes, ou plus exactement, dans le partage de cette vérité...car la vérité est une unité de conscience autant en soi qu'entre nous...


Je reconnais que le début de ton argumentaire est vrai, chacun défend son idée de la vérité. Bon la suite est beaucoup moins claire, mais ce que je comprend c'est que tu semble savoir quel est la vrai vérité et que tu cherche a nous guider collectivement vers elle.
Si c'est effectivement ce que tu as voulu dire c'est très prétentieux que de croire que tu détiens la vérité, mais comme le propos manque de clarté je ne m’étalerai pas davantage faute d'être vraiment certain de ce que tu as voulu dire (ce sera l'occasion pour toi de reformuler et d'expliciter ta conception de la vérité qui semble excessivement peu conventionnelle).
La seul chose que je suis a peu près certain d'avoir compris, c'est que tu pense que la vérité collective( et indépendante des personnes) on la connais soi même avant même de l'avoir comparé a d'autre.
A ce titre je dirais que tout ceux qui croient en un seul dieu pensent détenir la vérité, or tout ceux qui croient en plusieurs dieu pensent aussi détenir la vérité, mais on est d'accord que les deux groupent ne peuvent pas avoir raison en même temps, à ce titre, soit l'un a raison, soit l'autre a raison, soit aucun des deux.
Donc dans cet exemple, au moins un de ceux qui croient à titre personnel détenir la vérité, se trompe, car la vérité il n'en existe qu'une seul. Voila l'exemple qui montre que il ne faut pas confondre croyance et vérité, et le concept même de vérité est illusoire, on est jamais vraiment certain de l'atteindre. La seul chose que l'on peut utiliser pour s'approcher de façon raisonnablement proche de la vérité, c’est la connaissance, qui est une estimation de ce qui est probable et de ce qui ne l'es pas. 
La connaissance diffère de la croyance dans le sens ou elle se base sur une méthode universelle et propre a l'homme que l'on appelle la logique. Une croyance, on se dit que c'est possible, mais on ne sais pas dire pourquoi on pense que c’est vrai (c'est une pensée qui n'est pas basé sur une méthodologie, mais qu'on acquière par l'éducation souvent, par la peur, par les biais cognitifs, ect...), et on croie juste parce que c'est possible que ce soit vrai même si il n'existe aucune preuve que ce soit le cas...
A ce titre on peut croire en n'importe quoi, comme aux licornes, car après tout c'est possible, et si on ne les a jamais vu c'est parce qu’elles vivent dans dans grottes au centre de la terre. 
La connaissance au contraire, elle se base sur une méthodologie: on part d'une hypothèse, qui peut être testé et démontré, puis on expérimente, de manière scientifique, physique, statistique... Ce qui est bien avec ces méthodes, c'est que chacun peut reproduire l’expérience et donc comprendre pourquoi les choses sont ainsi: le raisonnement est clair et démontrable.

Un exemple simple: que vous lâchiez une balle au pôle nord, aux états unis, en France, ect... la balle retombera toujours au sol si le protocole expérimental est le même, et tant qu'on ne trouve pas de contre exemple (c'est a dire de cas ou dans les conditions du protocole, la balle monterais au ciel) on pourra donc dire: Quel que soit l'endroit ou on se trouve sur terre, la balle tombera TOUJOURS vers la terre, dans les conditions donné par l’expérience. 
La logique scientifique produit donc des règles inaliénable, sans exception, dont on a put prouvé la véracité , et que chacun peut reproduire autant de fois qu'il le veut, c'est une règle logique, qui ne dépend pas de ce que croie celui qui pratique l’expérience. 
Ce type de logique est aussi efficace dans le sens ou elle est évolutive, une théorie n'est pas figé dans le temps, c’est a dire que si un jour on trouve un lieu sur terre ou la balle remonte vers le ciel, et que toutes les conditions du protocole sont pourtant respecté, la théorie sera remise en question, et une nouvelle prendra sa place. 
Il me semble qu'il n'y a que de cette manière, par l’expérimentation collective d'éléments factuels sur lesquelles tout le monde peut s'accorder, que l'on obtiens la connaissance, et que cette connaissance est sans doute ce qui nous rapproche le plus probablement de la vérité puisque elle est un recueil de règles qui fonctionnent dans tout les cas expérimentés sans contre exemple connu (jusqu’à la preuve du contraire (souvent apporté via les technologies) qui permet de faire évoluer les connaissance ).

Comprenez donc que toutes les choses qui ne sont pas démontrables expérimentalement, je préfère m'abstenir d'y croire que de croire à une chose potentiellement fausse. Et si mes sens perçoivent un phénomène qui n'est pas démontrable, je préfère m'abstenir d'en donner une explication que je ne saurais pas démontrer, car il me semble préférable de dire "je ne peux pas expliquer cette chose" que d'en donner à tout prix une explication probablement fausse qui répondrais a tout (car on peut ériger des milliers d'hypothèses qui répondent a tout, l'homme est très imaginatif, mais si on n'as pas de démonstration factuelle pour préférer une théorie à une autre, il n'y a aucune raison d'en avancer une plus particulièrement)

Voila ma conception de ce qu'il me semble raisonnable d'appeler vérité. (je m'excuse pour la longueur de ce post, mais clarifier la notion de vérité/ de croyance et de connaissance, me paraissait essentiel)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
La communication est un dialogue de sourds, chaque individu possède son propre cadre de représentations, les  mots et phrases d'autrui sont décodés par ce même cadre donc chacun aura une compréhension différente dans la façon où les mots feront échos en nous, dans la manière où ils éveilleront nos différents affects. 
Chacun cherche désespérément l'entendement mais en réalité nous parlons différentes langues....

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Citation de Dedale : Et pour repondre a Monsieur S: pour moi les considerations de charisme et de rethorique sont a banir dans un debat d'idée, on est pas là pour se faire mousser, mais pour defendre des valeurs, ou proposer une autre vision des choses. 

Dans un forum de discussion, je considère que nous sommes tous mis en concurrence les uns par rapport aux autres, du moins dans la partie débat. C'est pareil lorsque vous dirigez des structures ou que vous vous présentez à des élections. Par conséquent, pour être parmi les meilleur(e)s ou bien pour être le ou la meilleur(e), la forme de l'argumentaire est parfois même plus importante que le fond. Ce qui signifie que le but final est de convaincre et persuader en même temps les auditoires, les lecteurs et nos chers concitoyens.

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit