Le retour de la monarchie en France : une hérésie

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Alors que la monarchie a disparu en France depuis plus de 2 siècles, certains prônent le retour de Louis 20, héritier du trône des bourbons,  à l'image des monarchies britanniques, Danoises, belges....Nous vivons une époque de vaches maigres, et le simple fait d'évoquer ce mot de monarque me donne la gerbe, même si, bien-sûr cette forme de monarchie n a aucun point commun avec le système politique institué  sous l ancien régime ou le roi etait détenteur de tous les pouvoirs. Notre Structure de gouvernance pour le peuple et par le peuple : la bien souhaitée  démocratie parlementaire bicaméraliste peut allègrement se passer d un roi ou d'une reine de facade qui aggraverait la depense publique. C est mon point de vue. 

Alors que certains dorment sous les ponts ou ont du mal à boucler leurs fins de mois, d autres pensent " joyaux, couronnes et châteaux " 
Comme je n ai pas la langue de bois, je dis que force est de constater que  ce sont souvent, ceux,  precieux et arrogants  qui souhaitent le retour d un roi. Qu en pensez vous ? 


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Hey ^^

ben moi j'ai un peu l'impression que nous sommes toujours en monarchie ;-)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Citation de Galoupio : Hey ben moi j'ai un peu l'impression que nous sommes toujours en monarchie [/qu [quote]Citation de Galoupio : Hey ben moi j'ai un peu l'impression que nous sommes toujours en monarchie
quand même pas, il y a certes des dérives, mais l activite présidentielle est tres encadrée alors qu un roi ou une reine sont maîtres en leur royaume ! 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Oui je suis d'accord avec toi, mai j'ai quand même l'impression que le régime présidentiel français, sans être une monarchie au sens strict bien sûr, s'appuie sur un pouvoir exécutif particulièrement centralisé. On a pu le constater avec N. Sarkozy quand pendant sa présidence il voulait absolument faire passer certaines lois et que les parlementaires, régulièrement, se plaignaient de n'être plus qu'une institution destinée à voter les décisions de l'exécutif. Sans parler bien sûr des lois qu'a faites voter le gouvernement actuel à coups de 49-3 pour passer outre à l'opposition parlementaire.

Moi je ne pense pas qu'à l'heure d'aujourd'hui nous soyons dans une société aux fondements démocratiques. Certes nous votons, mais les logiques d'appareils font l'objet de nombreuses négociations ou confrontations entre elles ; face à une population citoyenne qui, elle, est dans une certaine mesure privée de voix.

Alors évidemment : d'un point de vue constitutionnel, nous sommes en république et non pas en monarchie. Mais les appareils savent tellement se jouer des mécanismes légaux et des hautes instances qu'au final on se retrouve avec un président et un gouvernement qui décident à la place de tout le monde.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
:pGaloupio, ton analyse n est pas completement inexacte. En effet, Degaulle a souhaité des 1958 tailler une democratie selon un régime présidentiel ( un peu comme aux USA ) pour trancher avec les régimes parlementaires précédents  ( ou le pouvoir du parlement prédominait ) et affirmer son autorite. Nous sommes donc dans un systeme politique ou in fine, c est l exécutif qui a le  dernier mot ( president et gouvernement ) a ceci près que l usage du 49-3 n a tout de même pas ete abusif sous la 5 republique ( je pense surtout aux premières législatures ). Quant à dire que le peuple doit se taire et subir les affres du pouvoir, c est faire fi du droit de manifester ( comme ce fut le cas pour la loi Fillon sur les retraites, le mariage pour tous et la loi El Khomry )...la France est à ce sujet célèbre dans le monde entier pour ses grèves monumentales a répétition, qui paralysent des semaines durant, tout le pays.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Le problème tu vois, c'est que d'un point de vue institutionnel le parlement est censé représenter la société française. Or compte tenu des pressions et des chantages qu'exercent les appareils politiques censés "servir" la politique de l'exécutif, c'est de moins en moins le cas. Certes, c'est l'exécutif qui a le dernier mot : mais l'exécutif, du moins le président de la république, est censé représenter le peuple. Aujourd'hui il ne représente quasiment plus que la façon dont il veut que la société soit.

La question du 49-3 est selon moi plus subtile qu'il n'y parait. Quand une partie de la population descend dans la rue, quand en plus de cela le parlement lui-même ne suit pas, on peut se poser la question de savoir pourquoi un gouvernement décide malgré tout de passer en force. Parce qu'encore une fois et selon moi, les institutions législatives et exécutives sont censées représenter le peuple.

Alors bien sûr : les citoyens ont droit de parole puisqu'ils ont le droit de manifester (encore heureux). Mais... Et puis quoi ?

Pour moi ce qui relève de "l'hérésie" - pour reprendre ton terme - c'est quand les organes représentatifs de la société française ne tiennent plus compte de ce que pense la population qu'ils sont censés représenter et décident de lois qui s'imposent à tous dans la plus grande indifférence institutionnelle. Le fait est, je suis navré de le dire ainsi, que nos représentants politiques contemporains se font fort de mieux savoir plus que n'importe qui d'autre ce qui est bon pour leur pays et pour la population. Mais force est de constater - et toi et moi sommes bien placés pour le savoir compte tenu de nos "âges" respectifs - que cela fait 40 ans qu'on nous bassine avec les mêmes choses et qu'il ne se passe finalement jamais rien. Si ce n'est imposer dans la plus grande légitimité sa vision d'une société, au nez et à la barbe de populations qui n'en peuvent plus d'être malmenées.

Ps : je précise tout de même que je suis apolitique, je ne suis pas un réactionnaire :-)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Bref : tout ça pour dire que régime présidentiel actuel et monarchie, pour moi -> même combat.

photo de l'auteur Superpositoire
Superpositoire
Homme de 26 ans
Douai

15 remerciements
Je défie quiconque affirmer que nous sommes en démocratie, surtout avec ce qu'il se passe en ce moment ...
Surtout, un retour de la monarchie en France ? Je sais pas ...  

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Citation de Superpositoire : Je défie quiconque affirmer que nous sommes en démocratie, surtout avec ce qu'il se passe en ce moment ... Surtout, un retour de la monarchie en France ? Je sais pas ...  


+1

Oui et je dirais même : pourquoi faire ?

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Beauxoup de vérités dans ce que tu dis, mais la gouvernance d un pays tel que la France ne doit pas etre chose aisée. Définir ce que veut le peuple majoritairement et le traduire par la loi ne doit pas etre une sinécure...je ne suis pas dans les coulisses du pouvoir mais je doute que quand des réformes  sont faites elles vont toutes a l encontre de nos propres intérêts. Nos gouvernants seraient ils a ce point masochistes  pour nous accabler quelques soient les décisions prises? ils œuvrent normalement pour être réconduits dans leur responsabilités,  c est du moins ce que j ose espérer. Mais l'intérêt général est une notion bien compliquée quand il s agit de répandre le bonheur sur 65 millions de français. Tu as raison de souligner qu'un fosse se creuse et s aggrave au fil du temps entre le peuple et ses représentants : Sans doute parceque certaines reformes n ont pas le temps d aboutir ( la réduction du mandat présidentiel a 5 ans est une belle erreur de ce point de vue ) sans doute aussi parceque le francais moyen est allergique à la réforme. Comment opérer les mutations d  une société ( dans un sens qui rende les gens plus heureux ) si on prive les instances de pouvoir d exercer de réelles responsabilités. ?

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Citation de Studio54 : Beauxoup de vérités dans ce que tu dis, mais la gouvernance d un pays tel que la France ne doit pas etre chose aisée. Définir ce que veut le peuple majoritairement et le traduire par la loi ne doit pas etre une sinécure...je ne suis pas dans les coulisses du pouvoir mais je doute que quand des réformes  sont faites elles vont toutes a l encontre de nos propres intérêts.


Tu as initié ce sujet sur la question du régime monarchique. Donc je vais essayer de recentrer mon propos pas sur ce point là en particulier mais sur un principe de fond : comment un président de la république, même un monarque, quels qu'ils soient, peuvent-ils croire avoir la compétence nécessaire pour diriger un pays de nos jours ? Compte tenu, notamment, de la complexification des sociétés et du monde en général ? Comment un gouvernement pense t-il lui aussi réunir les compétences nécessaires pour diriger un pays ? Peut-on ne serait-ce que répondre à cette simple et toute basique question... ?

Le fait est que l'exécutif a une représentation macro-économique et macro-sociétale du pays. Ce sont plutôt les élus parlementaires, députés et sénateurs, qui à leur échelle représentent tant la population que les élus de terrain. C'est cet organe là depuis lequel devraient remonter vers l'exécutif les échos de ce qui traverse la société. Mais dans les faits toujours, le pouvoir présidentiel actuel (je veux dire par là : de la 5ème république) est un pouvoir hiérarchique descendant.

Il devient très difficile de nos jours de ne diriger que d'un point de vue systémique une société qui, par nature, est devenue extrêmement complexe et protéiforme. Et on ratifie le traité constitutionnel européen après un referendum qui l'avait pourtant rejeté. Et on fait passer en force la loi travail, malgré l'opposition de l'assemblée nationale et d'une partie de la population dans la rue. Et on essaie de créer un nouvel impôt régional alors que nous sommes déjà écrasés par la pression fiscale, etc, etc.

Alors bien sûr : les réformes ne sont pas toutes censées aller à l'encontre de nos propres intérêts. Dans ce cas, j'attends avec impatience le jour où les parlementaires seront traités aux mêmes conditions que les salariés du privé par exemple. Parce que c'est bien gentil de vouloir aligner le privé et le public : mais les élus eux ?

Quant aux réformes à proprement parler, il faut bien comprendre que dans les ministères ce ne sont pas les ministres qui ont le "pouvoir" : ce sont les hauts fonctionnaires. Et s'ils ne veulent pas de la réforme du ministre, et bien il y a de fortes chances pour que son vote ne soit suivi que de peu d'effets sur le terrain.

Non malheureusement tant Mitterrand que Jacques Chirac, Sarkozy et Hollande montrent factuellement que le pouvoir est centralisé au niveau présidentiel, que l'appareil politique est censé se mettre au service de l'exécutif, et que les députés doivent dans une large mesure accepter les orientations décidées par le pouvoir et retraduites aux niveaux inférieurs par les appareils eux-mêmes. Du genre : si tu ne votes pas cette loi, c'est l'exclusion et tu peux dire au revoir à ta ré-élection.

Tu sais, j'ai fréquenté et je fréquente toujours quelques amis qui sont très proches du pouvoir politique (tant à droite qu'à gauche). Je ne peux pas avancer certaines informations ici parce que nous sommes sur un forum public. Mais si tu savais comment certaines choses se négocient entre deux portes, tu tomberais de l'armoire. Les hommes politiques ont bien compris la nécessité d'une certaine mise en scène censée faire écho aux citoyens. En d'autres termes il y a la façade, et il y a les coulisses.

Sais-tu par exemple que peu de temps après le décret de la loi sur les 35 heures, les hauts responsables du pouvoir de l'époque mettaient déjà en doute la pertinence de cette loi ? Et pourquoi n'a t'on jamais entendu parler de cette remise en question ? Tout simplement parce qu'elle était un fer de lance des valeurs socialistes.

Tu faisais référence aux lois : mais la France est un pays où le nombre de lois est démentiel. Bientôt il faudra avoir une formation de juriste pour savoir ce que l'on a le droit de faire ou pas dans ce pays ; puisque du point de vue du droit : nul n'est censé ignorer la loi. Un nombre pléthorique de lois, faites, défaites, refaites, superposées mandature après mandature, mais pour quel résultat concret exactement ?

Citation de Studio54
Nos gouvernants seraient ils a ce point masochistes  pour nous accabler quelques soient les décisions prises? ils œuvrent normalement pour être réconduits dans leur responsabilités,  c est du moins ce que j ose espérer. Mais l'intérêt général est une notion bien compliquée quand il s agit de répandre le bonheur sur 65 millions de français.


Personnellement je crois que le plus grand problème de nos dirigeants aujourd'hui, c'est qu'ils n'ont aucune vision à moyen et long termes de ce vers quoi diriger la société. Quand on voit les décisions qui sont prises, décisions industrielles, financières, sociales, structurelles, et même politiques : franchement ça fait peur. A l'heure où nous sommes confrontés à des enjeux considérables et mondiaux, il n'y a rien : aucun projet (sauf en façade), aucune prospective.

Sais-tu par exemple que les problèmes que rencontrent les producteurs laitiers aujourd'hui sont connus, identifiés, analysés et mesurés depuis plus de 20 ans au ministère de l'agriculture ? X rapports pendant des années, chaque ministre se refilant la patate chaude, "passe à ton voisin", parce qu'aucun d'entre eux n'a eu le courage de prendre les mesures qui s'imposaient ?

Sais-tu que pendant l'entre deux tours de la dernière présidentielle, lorsque les élus socialistes accusaient Sarkozy d'avoir favorisé les "riches" en relevant le plancher d'entrée dans l'ISF ils mentaient ? Et que Sarkozy, pendant ce même entre deux tours, mentait quand il disait vouloir "un demandeur d'emploi -> une formation" ?

Bref : la politique actuelle est un jeu de scène. Il y a certes des élus (car je ne mets pas tout le monde dans le même panier bien entendu) qui croient à la responsabilité dont ils sont investis par leurs électeurs. Quand ils ne subissent pas la pression de leur appareil en cas de désaccord avec la "note" présidentielle.

Bref :-)

photo de l'auteur Dedale
Dedale
Homme de 23 ans
Strasbourg

14 remerciements
Bon, a tout ceux qui doute du fait qu'on est dans une démocratie, je vous dirais que est pas si mal lotis. Je préfère largement la démocratie française à la "démocratie" russe par exemple. Certes, notre démocratie n'est pas parfaite, mais y en a t'il une seule au monde qui le soit? Je pense surtout que le réel problème,  c'est cette guerre gauche/droite puérile. Je pense qu'il serait bon que les politiques se disent "tu n'as pas la même opinion que moi, mais je reconnais que certaines de tes idées sont interessantes". Gauche comme droite, il y a des bonnes idées, encore faudrait t'il en tirer partie, plutôt que de mener des guerres de clan improductive.

Quand à la monachie.... ça ne semble même pas une option, car notre société actuelle est toujours posé sur l'héritage de 1789. Et honnêtement,  ça apporterais quoi ..... 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Oui c'est sûr Dédale, mais nous nous avons une vision assez anglo-saxonne de la question démocratique. Evidemment quand depuis nos frontières on regarde le régime de Poutine, on peut se dire que c'est une sacré centralisation du pouvoir entre les mains d'un seul homme (puisqu'il contrôle tous les organes institutionnels du pays). Mais il y a tout de même une partie de la population russe auquel ce régime convient apparemment bien. Et pour laquelle, bah le régime du pays c'est une sacrée démocratie, bien meilleure que les hypocrisies mielleuses de nos démocraties de type anglo-saxonnes :-)

La "guerre" gauche/droite à laquelle tu fais référence est certes puérile, mais l'organisation institutionnelle de la 5ème république contraint les appareils à cela. Parce qu'il faut bien qu'une majorité se dégage des élections, que le pouvoir présidentiel soit soutenu par un parlement de même majorité (du moins à l'assemblée nationale), sinon c'est une cohabitation et le président n'a plus qu'à s'entrainer au repassage de ses vêtements.

Mais peu importe : sur le fond, il y a un vide abyssal tant à droite qu'à gauche en matière de projet social à long terme. Et c'est bien là tout le problème au sens où le politique aujourd'hui est engoncé dans les débats suscités par les clivages qui traversent la société, au détriment d'une vision prospective.

photo de l'auteur Superpositoire
Superpositoire
Homme de 26 ans
Douai

15 remerciements
Citation de Dedale : Bon, a tout ceux qui doute du fait qu'on est dans une démocratie, je vous dirais que est pas si mal lotis. Je préfère largement la démocratie française à la "démocratie" russe par exemple. Certes, notre démocratie n'est pas parfaite, mais y en a t'il une seule au monde qui le soit? Je pense surtout que le réel problème,  c'est cette guerre gauche/droite puérile. Je pense qu'il serait bon que les politiques se disent "tu n'as pas la même opinion que moi, mais je reconnais que certaines de tes idées sont interessantes". Gauche comme droite, il y a des bonnes idées, encore faudrait t'il en tirer partie, plutôt que de mener des guerres de clan improductive. Quand à la monachie.... ça ne semble même pas une option, car notre société actuelle est toujours posé sur l'héritage de 1789. Et honnêtement,  ça apporterais quoi ..... 


Qu'est-ce que tu as contre la "démocratie" russe exactement ? 

photo de l'auteur Dedale
Dedale
Homme de 23 ans
Strasbourg

14 remerciements
Bah le fait que ce soit un énorme partie qui controle le pays depuis des dizaines d'année, et que beaucoup de resultats de scrutins semble avoir été plus ou moins manipulé, les médias ont longtemps été controlé par le pouvoir...  même si je reconnais que la russie va en s'améliorant, et ouvre petit à petit ses portes aux opposant de Putin. 

photo de l'auteur Dedale
Dedale
Homme de 23 ans
Strasbourg

14 remerciements
D'ailleur si je ne me trompe pas, le pouvoir est toujours lié a certains médias (donc bonjour l'impartialité) et Putin en est quand même a son 3e mandat, et il est resté excessivement présent sous Medvedev....  c'est un peu un monopole du pouvoir depuis 2000... Voilà 16 ans qu'il est au commandes, ou très proches des commandes du pouvoir, et c'est très étrange dans une démocratie. Ce n'est que mon point de vue, et il est vrai que je ne suis pas expert dans le domaine donc je peux me tromper.

photo de l'auteur Seyan24
Seyan24
Homme de 26 ans
Espalion

13 remerciements
Je dois dire que les Pays du Nord (Suéde, Finlande etc) ont une vision beaucoup plus pragmatique des choses, mêmes si certaines ne sont pas des démocraties au sens strict du terme (Roi..) elle s'en inspire plus que nous.

La France est une démocratie trés imparfaite (Référendum sur la Constitution ou les français ont voté non.. et finalement ..) voire une oligarchie (Médias, Finances, Politiques)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Citation de Seyan24 : Je dois dire que les Pays du Nord (Suéde, Finlande etc) ont une vision beaucoup plus pragmatique des choses, mêmes si certaines ne sont pas des démocraties au sens strict du terme (Roi..) elle s'en inspire plus que nous. La France est une démocratie trés imparfaite (Référendum sur la Constitution ou les français ont voté non.. et finalement ..) voire une oligarchie (Médias, Finances, Politiques)


+1

Je te suis à 100%

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je comprends le sentiment de vouloir critiquer le gouvernement ou même le régime en France, mais le comparer à une monarchie me semble faux et injuste. 
D'abord, si c'est pour installer une personne dont la seule utilité est de changer de vêtements et saluer les gens dans la rue, rien ne va changer en termes de problèmes. C'est plus une république "couronnée" qu'une monarchie. On aura juste une personne sacrée de plus qu'il ne faut pas insulter ou même critiquer. Même dans le cas d'une monarchie constitutionnelle parlementaire, le monarque détient des pouvoirs et une immunité contre toute opposition, et s'il n'est pas question de le changer chaque X années, il devient impossible de le détrôner et de l'éliminer. 
Ceux qui veulent un roi, souhaitent au fond avoir une autorité à travers laquelle ils voient une imposition d'une politique, d'un mode de vie ou même d'une façon de penser, et c'est toujours les leurs. C'est une forme de répression. Ces mêmes gens n'auront aucun problème avec une démocratie défectueuse avec un président autoritaire qui emprisonne ses opposants et même tous ceux qui l'insulte, et puis gagne les prochaines élections avec 98% des votes, tant qu'il est sur la même longueur d'onde.

Déjà par démocratie, on entend souvent deux principes différents mais pas distincts: la souveraineté du peuple et la règle de majorité. Le premier s'oppose à la souveraineté d'une personne, d'un dieu ou d'un parti, alors que le deuxième est la forme d'expression démocratique la plus répandue, faute de mieux. C'est l'expression de cette souveraineté qui diffère d'un régime démocratique à un autre. La France, qu'on l'accepte ou non, est une démocratie. Je dirai qu'elle est une démocratie élitiste (pséphocratie) plutôt qu'une oligarchie. Au moins elle est beaucoup moins oligarchique que les USA. C'est normal si les élus ne représentent pas l'opinion du peuple (ils représentent plutôt une affinité politique et leurs propres convictions), car l'expression de la volonté du peuple c'est dans la sélection des élus qui choisissent ou non de consulter l'opinion publique (leur principal défaut). Pour avoir une forme de démocratie où les représentants ne soient pas plus d'un médium entre le peuple et sa gouvernance, il faut installer une démocratie populaire. Et pour ça, il faut déjà concocter une forme stable de ce régime.
Aussi, pour mieux évaluer une démocratie, il faut voir comment le régime traite l'opposition et les minorités. 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
J'ai expliqué en long en large mon point de vue sur la monarchie déguisée en démocratie ici (La France peut-elle encore avancer? page 5) --> http://betolerant.fr/forum/9063/la-france-peut-elle-encore-avancer/80

Citation de Deathpixies : Déjà pour la démocratie Française, nous arrivons à une fin de cycle concernant notre République, je pense qu'il est grand temps d'un peu de changement pour ces  gens qui nous gouvernent. Car pour moi cette démocratie reste une monarchie déguisée... que ces "monarques" ne veulent surtout pas changer, car ce serait fort dommage de ne pas pouvoir continuer à profiter de ses avantages. Il n'y a qu'à voir les casseroles que certains traînent, en pensant que le pouvoir autorise à être au dessus des lois (c'était mon coup de gueule sur la démocratie française)!  On a le droit de rêver, mais pour moi la 5ème République est obsolète! Je ne suis pas en train de faire l'apologie des deux camps extrêmes, attention, que mon avis reste clair, et encore moins à une énième "révolution française". D'autant plus que cette démocratie est "belle" lorsque les candidats font leur campagne, et qu'elle rassemble les gens (c'est le seul moment ou l'espoir reste permis!), mais une fois le pouvoir en place c'est une autre histoire... regardez les Etas-Unis, aujourd'hui les américains sont pressés de pousser vers la sortie, Barack Obama. Surtout que les français boudent cette fameuse démocratie (par désespoir, d'une démocratie meilleure? ou simplement une vie meilleure, ou encore les deux?), et laisse une porte ouverte et la part belle aux idées extrêmes. Puisqu'il ne reste plus que les mécontents qui votent encore, et cela de façon irrationnelle et radicale.  Comme ça était déjà dit, quelque soit le clivage gauche/droite, la France n'avance pas dans les réformes... et surtout l'économie française est catastrophique, il y a un gros travail à long terme, et une mandat ne suffira jamais à régler ces problèmes. Et quelque soit la personne qui va se présenter, elle ne résoudra rien, à moins d'avoir une baguette magique, si nous voulons quelque chose de concret et rapidement. Du coup ce serait bien que cette fameuse démocratie ne soit plus tout le temps en train de regarder dans le rétroviseur, à critiquer le travail de ses prédécesseurs (alors qu'elle patauge également dans les sables mouvants durant son mandat), mais plutôt à travailler ensemble sur des projets communs (et pas, je suis au pouvoir et ensuite je fais quand même ce que je veux... ou encore, je vous fais croire à un travail commun gauche/droite), il y a du boulot déjà dans ce sens là... Ensuite qu'on arrête de  prendre des vessies pour des lanternes , avec les chaises musicales, des ministres capables de passer d'un ministère à un autre (encore de la prestidigitation dans l'air... poudre de perlimpinpin!) souvent totalement différents tous deux, et et je me répète afin résoudre les problèmes en un temps record.  Voilà déjà du point de vue humain et non égoïste, au lieu de "cette soif du pouvoir" qui anime nos politiciens, voilà pourquoi j'appelle ça une monarchie déguisée en démocratie! C'est sûr que ça fait toujours bien sur le CV, Premier Ministre et Président!  Ensuite (je vais me faire crucifier) mais le capitalisme et ses travers, il va falloir trouver une solution pour que ce ne soit pas lui qui contrôle les "différentes démocraties", mais le contraire, à travers des crises économiques, comme celle que nous traversons actuellement (qu'elle soit terminée ou pas d'ailleurs), car seul les pays émergents profitent de ces crises (il faut bien quelqu'un à qui ça soit bénéfique), alors que les autres pays développés peinent encore à sortir la tête de l'eau! Voilà mon point de vu international, il y aussi du boulot à cette échelle là...  La France a un gros travail pour rajeunir aussi ses politiciens, car des Président qui finissent un deuxième mandat dans la douleur et plus très "frais" (ou même commencer un 1er, à 80/90 ans d'ailleurs pour exagérer un peu), c'est un peu problématique aussi... et puis à faire évoluer sa démocratie qui est obsolète (comme expliqué plus haut). Voilà pourquoi la jeunesse ne croit pas ou plus en la politique.


Car pour moi clairement les hommes politiques ont la soif du le pouvoir, être au dessus de tout le monde (ça les fait bander) et parfois l'argent qui va avec... donc un roi qui gouverne nous n'en sommes pas si loin!
Par contre trouver des solutions à long terme il n'y en a pas pour éponger la dette de la France, et pourtant ça fait parti du pack pouvoir/Président de notre Démocratie!
Et pour finir lorsque Ségolène Royal s'était présenté, c'était à la MODE de dire qu'il fallait fonder une 6ème République (c'est pas si loin non?) et tout le monde avait ces mots en bouche non? Ou j'ai mauvaise mémoire?
Et maintenant il n'y a plus personne, pour quelle raison?

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit