Schyzophrénie amoureuse

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Hello all ! 

Derrière ce titre douteux se cache un réel problème.

Je ne sais pas vraiment par où commencer, mais j'aimerais faire part d'une interrogation envers moi et les filles. 
En effet, en regardant des sites sur la séduction, tout ça me paraît complexe. 
Du coup, j'ai cessé de m'intéresser à tout ça, c'est plus prise de têtes qu'autre chose. Entre savoir qui doit faire quoi, comment "pécho", ne pas en faire/dire trop tout en étant direct sur ses intentions, etc etc... en gros, c'est l'Etna dans ma tête. Alors autant m'assumer au naturel, c'est évident ! "Laisse toi aller, profites !"
Et en même temps, je vois plein de gens se caser et se séparer comme si de rien n'était... et surtout comme si c'était aussi facile que de changer de portable/PC/tablette/[Insérer matériel high-tech ultra-couteux] ! Oo 

En ce qui me concerne, lorsque je dissocie bien amitié, attirance et amour, et que ça commence par de l'amitié, ça se passe en général assez bien, je suis plutôt à l'aise (si la fille en question l'est avec moi).
Je zappe le chapitre Friendzone, j'me suis déjà trop pris la tête avec ça.

Lorsqu'une fille me plait, lui faire provoquer le désir de me revoir/parler ne m'est tellement pas naturel ... qu'aller lui reparler presque à chaque fois, même avec des intervalles longs entre chaque contact me fait passer presque pour un mec sans amis Oo

Enfin, en amour, vu que j'en ai connu qu'un seul et que ça s'est très très mal fini, je me sens comme ... "vidé", incapable de réagir, genre la fille me dirait "je t'aime" que je ne réagirai pas, ça me passerait au-dessus de la tête !! Vous voyez l'interrupteur plein de poussière, à moitié cassé et qui ne répond plus ? Ba voila.

Je ne fais pas ça pour me plaindre, mais plus pour savoir si ressentir ce manque, cette absence, cet "interrupteur cassé" comme je l'interprête, est normal... ? Le sentiment amoureux ne se commande pas, mais peut-on considérer qu'il y a un problème psychologique due à cette rupture ?
"En avoir intérieurement envie tout en n'ayant pas envie extérieurement"

Merci d'avoir lu.


photo de l'auteur Osanagokoro
Osanagokoro
Homme de 22 ans
Paris

7 remerciements
En ce qui concerne la "science de la drague", tous ces sites qui donnent le mode d'emploi de la séduction, je pense que tu as raison de prendre du recul par rapport aux informations qui s'y trouvent. Les relations qui y sont décrites sont stéréotypées et artificielles, et à mon avis le seul intérêt de ces sites est d'inspirer à ceux qui y vont le courage d'aller parler aux personnes qui les intéressent.

Pour ton problème d'interrupteur cassé, je connais un bon électricien aux tarifs raisonn... Mon humour est nul ? Certes, on me le dit souvent ^^'

Plus sérieusement, je suis convaincu que l'amour se décompose en une attirance physique, une attirance psychologique et un sentiment amoureux.
Pour l'attirance psychologique, je la définirais comme le fantasme du couple, l'envie de ne plus être seul, la volonté d'avoir quelqu'un à ses côtés. Une sorte de sentiment ouvert, sans cible.
Le sentiment amoureux serait donc, complémentairement, un sentiment d'attachement lié à une personne, individualisé.

Quand tu dis que tu en as envie intérieurement, mais que tu n'en as pas envie extérieurement, je pense que c'est parce que ton envie d'être en couple ne trouve pas d'échos dans ton entourage. Tu évoques une expérience malheureuse, il te faudra peut-être plus de temps pour t'en remettre et "réapprendre" à tomber amoureux.

Tout ça pour dire que je te conseillerais de ne pas trop te prendre la tête avec ça, de profiter des personnes qui t'entourent sans pour autant rester bloqué sur l'envie de se mettre en couple. Si une personne te dis qu'elle t'aime et que tu ne ressens rien ... et bien, c'est malheureux pour elle, mais tu ne peux pas te forcer à réfléchir ses sentiments !


Voilà, je ne sais pas trop si mon message sera utile, ni même s'il est clair (je sais ce que j'ai voulu dire, mais de là à savoir si je l'ai bien écrit ...), mais j'espère t'avoir aidé un petit peu ;)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je suis d'accord avec ce qui a été dit, sans trop vouloir répéter... ne te donne pas l'objectif de retomber amoureux, se forcer ne marche à mon avis jamais. Pour les sites de séduction (j'aime me pavaner sur les articles relatant ce que je suis censée trouver attirant en tant que femme, même si j'suis lesbi mais passons), c'est à prendre avec des pincettes, toutes les femmes n'aiment pas le "mec populaire overbooké qui a une vie méga intéressante et plein de prétendantes"... un tel mec (ou une telle fille) doit vite être lassant-e dans le too much.

Solitaris a écrit :
Lorsqu'une fille me plait, lui faire provoquer le désir de me revoir/parler ne m'est tellement pas naturel ... qu'aller lui reparler presque à chaque fois, même avec des intervalles longs entre chaque contact me fait passer presque pour un mec sans amis Oo


Du coup, malgré ma peut-etre naïveté, je ne pense pas que tu ai à t'occuper de lui "faire provoquer le désir" à moins de vouloir te mettre une pression monstre. Lui montrer que toi t'as le désir de la connaitre, c'est un peu plus facile, et ça ne te fera surement pas passer pour un sans-ami mais pour quelqu'un de sociable qui aime parler, tant que tu la relance pas 3 fois alors qu'elle ne répond pas ou peu (mais dans ce cas faut passer à autre chose ^^).

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Il y a tellement de gens qui vivent sans amour et sans être aimés en retour malgré l'amour qu'ils croient donner que ton questionnement m'apparaît être un luxe inouï.

"Aime et fais ce qu'il te plaît"

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Merci pour les réponses ^^
Et sorry pour la mienne, un peu tardive dans tous les sens du terme xD

Osanagokoro a écrit :
Osanagokoro , garçon de 20 ans de Paris En ce qui concerne la "science de la drague", tous ces sites qui donnent le mode d'emploi de la séduction, je pense que tu as raison de prendre du recul par rapport aux informations qui s'y trouvent. Les relations qui y sont décrites sont stéréotypées et artificielles, et à mon avis le seul intérêt de ces sites est d'inspirer à ceux qui y vont le courage d'aller parler aux personnes qui les intéressent. Pour ton problème d'interrupteur cassé, je connais un bon électricien aux tarifs raisonn... Mon humour est nul ? Certes, on me le dit souvent ^^' Plus sérieusement, je suis convaincu que l'amour se décompose en une attirance physique, une attirance psychologique et un sentiment amoureux. Pour l'attirance psychologique, je la définirais comme le fantasme du couple, l'envie de ne plus être seul, la volonté d'avoir quelqu'un à ses côtés. Une sorte de sentiment ouvert, sans cible. Le sentiment amoureux serait donc, complémentairement, un sentiment d'attachement lié à une personne, individualisé. Quand tu dis que tu en as envie intérieurement, mais que tu n'en as pas envie extérieurement, je pense que c'est parce que ton envie d'être en couple ne trouve pas d'échos dans ton entourage. Tu évoques une expérience malheureuse, il te faudra peut-être plus de temps pour t'en remettre et "réapprendre" à tomber amoureux. Tout ça pour dire que je te conseillerais de ne pas trop te prendre la tête avec ça, de profiter des personnes qui t'entourent sans pour autant rester bloqué sur l'envie de se mettre en couple. Si une personne te dis qu'elle t'aime et que tu ne ressens rien ... et bien, c'est malheureux pour elle, mais tu ne peux pas te forcer à réfléchir ses sentiments ! Voilà, je ne sais pas trop si mon message sera utile, ni même s'il est clair (je sais ce que j'ai voulu dire, mais de là à savoir si je l'ai bien écrit ...), mais j'espère t'avoir aidé un petit peu
 

J en ai exactement la même vision, au mot près ... (y)
Du moins, je l ai toujours conçu de cette façon aussi, après de la à dire que je fais peut etre fausse route... 

Pistache a écrit :
Pistache , fille de 23 ans de Toulouse Je suis d'accord avec ce qui a été dit, sans trop vouloir répéter... ne te donne pas l'objectif de retomber amoureux, se forcer ne marche à mon avis jamais. Pour les sites de séduction (j'aime me pavaner sur les articles relatant ce que je suis censée trouver attirant en tant que femme, même si j'suis lesbi mais passons), c'est à prendre avec des pincettes, toutes les femmes n'aiment pas le "mec populaire overbooké qui a une vie méga intéressante et plein de prétendantes"... un tel mec (ou une telle fille) doit vite être lassant-e dans le too much.


Je suis bien d accord, je trouve aussi que ca fait réellement too much, parfois... 
Le mec overbooké, qui joue au jeu du chat et de la souris... ca me lasse et ca ne m intéresse pas de jouer a ce genre de jeu, ou l on peut parfois se brûler ^^'

Pistache a écrit :
Pistache , fille de 23 ans de Toulouse Du coup, malgré ma peut-etre naïveté, je ne pense pas que tu ai à t'occuper de lui "faire provoquer le désir" à moins de vouloir te mettre une pression monstre. Lui montrer que toi t'as le désir de la connaitre, c'est un peu plus facile, et ça ne te fera surement pas passer pour un sans-ami mais pour quelqu'un de sociable qui aime parler, tant que tu la relance pas 3 fois alors qu'elle ne répond pas ou peu (mais dans ce cas faut passer à autre chose ^^).


Alors ca, c'est très facile quand le premier contact est passé ! La dessus, aucun problème ! C est après que ca devient compliqué... friendzone, toussa...
Que celui qui arrive a en définir les limites pour ne pas tomber dedans se prononce et lève la main, jlui donnerai un cookie xD

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Bonjour,

  Tout d'abord pour avoir des amis diagnostiqués  schizophrènes, je trouve ton analogie complètement déplacée.

  Ensuite, pour aimer quelqu'un, il faut d'abord apprendre à s'apprécier soi même ; en cela se comparer à un "interrupteur (à émotions ) cassé" ne t'aidera pas.
  
Le plus évident demeure la déception résultant de ta relation précédente , et là on te ressortira le bon vieux "il faut du temps".

Situation courante chez un homme ( peu importe sa sexualité ) : 

  - une vision fausse de la masculinité, vieille comme le monde, nous fait apprendre aux garçons, qui sont aussi sensibles que les filles, à ne pas le montrer. 
  - Ta rupture précédente t'a énormément déçu et sensibilité . L'experience et l'âge ne nous blindent pas , au contraire  ils nous fragilisent.
  - Tu as possiblement amorcé  un mécanisme d'auto-défense, tu te retiens malgré toi de franchir certaines intimités, afin de te protéger.

 Non sérieusement pensez y les gars, combien de mecs et de filles avez vous déjà entendu répéter " Je suis déçu des relations, je ne veux plus m'engager sérieusement" ?

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
S'engager n'est pas se nier mais "faire avec" quelqu'un, dans ce que ça suppose d'imprévisibilité, et ça fonctionne comme ça dans les deux sens. Il y a des relations qui semblent aller de soi, qui "coulent", où on ne se pose aucune question parce qu'on s'y sent bien. Quand la relation amène à se poser plein de questions c'est qu'on ne s'y sent pas bien, que quelque chose cloche. Il est inconfortable de ne pas savoir où on va. Une relation qui fonctionne est une relation dont on retire un équilibre, une sérénité, qu'on est deux à se projeter, que les barrière réelles ou fictives sautent. Je pense qu'on a un instinct qui fait qu'on sait plus où moins où on en est avec quelqu'un, indépendamment de l'attachement qu'on peut lui porter. Une petite voix qui dit : c'est bon pour moi ou non, ce que je vis n'est pas bon pour moi. J'ajouterai que le bagage d'une ou de plusieurs expériences négatives n'interdit pas la possibilité d'une relation qui apporte à chacun des partenaires, pour autant qu'on sache entretenir une estime de soi et qu'on ne nourrisse pas des croyances absurdes du genre "je suis déçu des relations, je n'attire que des femmes/des hommes à problèmes, désormais je pense à moi d'abord...", qui sont le matériau de l'échec.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Pauly a écrit :
Pauly , garçon de 22 ans de Nantes Bonjour,   Tout d'abord pour avoir des amis diagnostiqués  schizophrènes, je trouve ton analogie complètement déplacée.
 

Hors-sujet, inapproprié, ou mal choisi, je veux bien, mais "complètement déplacée", c'est un peu fort, sachant que je ne savais (et je ne sais toujours pas) placer des mots précis sur ce que je ressens à ce sujet, d'où les guillemets et ma phrase de préambule sur le premier post du topic. 
En soi, désolé de t'avoir choqué, ça n'en n'était pas le but.

PaulyEnsuite, pour aimer quelqu'un, il faut d'abord apprendre à s'apprécier soi même ; en cela se comparer à un "interrupteur ( à émotions ) cassé" ne t'aidera pas.
  

Cela ne me concerne pas moi, dans le sens de ma personne dans sa globalité, mais mes réactions à ce sujet, quand je cite cette métaphore. Ce n'est pas pareil... 
Je n'ai peut-être pas une grande estime de moi-même (en ais-je une ?), mais je ne suis pas fragile pour autant, en mode PLS H24 dans ma chambre, à me dire "je suis moche, je ne trouverai personne" ... :/

PaulyLe plus évident demeure la déception résultant de ta relation précédente , et là on te ressortira le bon vieux "il faut du temps".


Je pensais qu'en plus de 5 ans (bientôt 6), ça serait oublié, mais bon, si tu le dis... :/

PaulySituation courante chez un homme ( peu importe sa sexualité ) :    - une vision fausse de la masculinité, vieille comme le monde, nous fait apprendre aux garçons, qui sont aussi sensibles que les filles, à ne pas le montrer.    - Ta rupture précédente t'a énormément déçu et sensibilité . L'experience et l'âge ne nous blindent pas , au contraire  ils nous fragilisent.   - Tu as possiblement amorcé  un mécanisme d'auto-défense, tu te retiens malgré toi de franchir certaines intimités, afin de te protéger.


Sur ces trois points que tu as noté, je note que dans le troisième point, je ne tends pas à passer en mode auto-défense, mais carrément à ne plus y penser ! Comme si on mettait "FERMETURE DEFINITIVE" sur la devanture d'un magasin ! Aujourd'hui, le fait d'être casé ou non me préoccupe de moins en moins, comme si j'en ressentais plus le besoin pour le moment, et ce, même si j'aurais bien aimé savoir pourquoi 

PaulyNon sérieusement pensez y les gars, combien de mecs et de filles avez vous déjà entendu répéter " Je suis déçu des relations, je ne veux plus m'engager sérieusement" ?


J'en ai entendu un paquet, et j'en ai fait partie. 
En ce qui me concerne, pour autant, après elle, je ne me suis pas replié sur moi-même, bien au contraire ! 
C'est grâce à un site comme ici que j'ai pu faire de nouvelles connaissances IVL et IRL, et ainsi, passer à autre chose.

photo de l'auteur paisible
Paisible
Non binaire de 60 ans
digne
je suis diagnostiqué schizoïde paranoïde, schizo donc pour le monde des "normaux", et je trouve dommage que le terme schizophrénie soit utilisé à tout va, souvent par les médias, et de façon qui n'a rien à voir avec la réalité.
le pire c'est quand les médias parlent des schizos comme d'êtres dangereux.
je serais pour la création d'un délit de schizophobie, pour empêcher l'utilisation de ce terme, souvent de façon très péjorative et fausse.
mais cool, il faut du temps. les psychiatres comprennent très bien ce problème. les politiques sont à la traine. 

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit