Journée mondiale du don d'organe: Et vous ?

photo de l'auteur Superpositoire
Superpositoire
Homme de 26 ans
Douai

15 remerciements
Bah quand je serais mort, je suis pour donner mes organes à autrui.
Mais je comprends les personnes qui ne veulent pas, et ne les jugent pas.


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Une fois mort, j'en aurais probablement plus jamais besoin.
Donc ouais, je peux bien les donner à quelqu'un à qui ça sera utile.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je ne vois pas ce que j'en ferai une fois mort x)

Après il y a des gens que ça dérangent, alors oui ça peut choquer des gens tout ça tout ça, mais à choisir entre donner mes organes à quelqu'un qui n'a pas eu la chance immense d'être né avec ma relative bonne santé, et les laisser pourrir avec mon corps, j'aime autant qu'ils servent. Il y a un moment où il faut penser aux autres plutôt qu'à des convictions aussi artificielles qu'inutiles. Et puis quoi de plus matérialiste de s'encombrer d'une enveloppe charnelle une fois l'esprit libéré ?

Même dans la mort je continuerai de rependre le bonheur sur cette terre qui en a tant besoin

photo de l'auteur greg686ws
Greg686ws
Homme de 42 ans
PLOERMEL

4 remerciements
J'ai ma carte de donneur sur moi, et j'en ai parlé à mes proches (parents, frère)
Concernant le don d'organe "à titre posthume" Je serais plus pour faire l'inverse de ce qui existe en ce moment. A savoir prélever automatiquement les organes sur un donneur potentiel, sauf si il s'y ait a clairement opposé. On sauverait beaucoup plus de vies.
Ça éviterait qu'au dernier moment, des proches s'opposent à la volonté de la personne décédée, même si c'est compréhensible.
De toute façon, mes organes sont dégueulasses, personne n'en voudra...
 

photo de l'auteur greg686ws
Greg686ws
Homme de 42 ans
PLOERMEL

4 remerciements
Klasu  Cependant, il existe déjà un fichier national des oppositions au prélèvement, c'est d'ailleurs indiqué dans l'article que j'ai mis en lien.

J'avais vu lorsque j'ai regardé les vidéo (je ne le savais pas).
Mais je trouve que c'est encore trop "aléatoire". Tu portes une carte de donneur sur toi, tu as exprimé ta volonté de donner tes organes à ta mort, mais tes proches peuvent quand même refuser le don. Je comprends ce refus "à chaud" lors de la disparition d'un être cher. Mais il y a une multitude de personnes qui meurent faute de dons. La procédure devrait être simplifiée et automatique.
Pas de refus explicite = don. Ce qui serait bien, c'est que toutes les personnes non inscrites sur ce fichier des oppositions soient donneuses potentielles.
En plus tu peux négocier un rabais avec les pompes funèbres. Un poumon en moins c'est toujours quelques kilowatts d'énergie d'économisée sur l'incinération.

photo de l'auteur golphy
Golphy
Homme de 37 ans
Alger

9 remerciements
Merci Klasu de nous l'avoir rappeler ;-), cela m'a permis de partager l'info sur FB et Twitter.Pour ma part je l'ai mentionné sur une application que j'ai sur mon téléphone, Health pour ceux que ça intéresse, mais il est vrai que d'en parler à sa famille et d'avoir la carte de donneur d'organes est beaucoup plus efficace qu'une application mobile :-) en plus qui aura l'idée de trifouiller dans le portable d'un mort :-D (enfin il y aura tjr des curieux et c'est tant mieux :-) ) et cela évitera aux membres de la famille de se poser des questions.

photo de l'auteur golphy
Golphy
Homme de 37 ans
Alger

9 remerciements
Ah super bonne idée la plaque militaire, je n'avais pas pensé à ca, et elle se coupe en deux comme chez les Marines, non là je rigole :)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Bonsoir,
Personellement, j'ai eu une petite cousine qui avait la muco et a eu une greffe coeur-poumon à l'âge de 10 ans, à l'époque elle a été la plus jeune greffée en France. çà devait lui donné 10 ans max supplémentaire, elle en a vécu 20 grâce à cette greffe, et elle est décédé l'année dernière lors de la seconde tentative de greffe car les organes fatiguaient....
Du coup j'ai une sensibilité toute particulière sur le sujet, et je ne conçois pas de ne pas donner mes organes en cas de décès. Il faut rassurer les gens qui ont peur qu'on leur rende le corps de leur proche ravagé, ce n'est pas comme çà que cela se passe, on ne le voit pas et çà ne change rien, à part que çà sauve une vie.
De plus, il me semble important d'aborder le sujet du don d'organe des enfants dans les familles, et là, par expérience, le sujet est très sensible... Quand on aborde le sujet avec l'autre parent, c'est très délicat et un sujet discussion compliqué, car si je comprends bien qu'il est difficile d'envisager seulement la chose, il faut savoir que les dons d'organe pour les enfants sont encore plus complexe, il y a des critères de taille et de maturité. Ben oui çà paraît con, mais on greffe pas un poumon d'un gamin de 15 ans sur un nouveau né. De plus, il me semble important que ce sujet soit discuté tôt, afin de ne pas avoir à en parler "à chaud" lors de circonstances dramatiques. Et là on re-tombe sur le fait qu'à partir du moment où des démarches de dons ont été faites, on ne devrait plus demander l'avis des proches (dont parents), car une décision prise à froid de façon réfléchie peut-être balayée par l'émotion.
Voilà mais ce n'est que mon point de vue.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Petite question innocente, mais vu qu'on a pas le droit de donner notre sang quand on a des relations avec des personnes de même sexe que nous, a-t-on le droit de donner nos organes... Ca serait quand même une jolie ironie de pouvoir donner un coeur mais pas 100ml de sang. ;)

photo de l'auteur greg686ws
Greg686ws
Homme de 42 ans
PLOERMEL

4 remerciements
Mickaelsorb a écrit :
Petite question innocente, mais vu qu'on a pas le droit de donner notre sang quand on a des relations avec des personnes de même sexe que nous, a-t-on le droit de donner nos organes... Ca serait quand même une jolie ironie de pouvoir donner un coeur mais pas 100ml de sang.

C'est une bonne question que je ne m'étais jamais posé à vrai dire...
Apparemment, une décision récente conforte l'exclusion permanente  de don du sang pour des homes ayant eut des relations sexuelles avec d'autres hommes.  LIEN?.




photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je vous confirme car  je me suis cassé les dents au don du sang il n'y a pas longtemps.
A priori, d'après le médecin qui m'a reçu, une loi "serait" en préparation pour ramener cette exclusion permanente à un an sans relation homo... Ouah le progrès: tu veux donner ton sang: abstiens-toi !
Perso, çà m'a beaucoup surpris et j'ai trouvé çà très discriminatoire, d'ailleurs la plupart des personnes de mon entourage à qui j'en ai parlé on eu la même réaction. Car on se demande ce qu'il vaut mieux, un homo qui est sérieux et qui fait attention, ou une femme marié dont le mari cours à droite et à gauche sans qu'elle le sache... De plus faire des stats pour déterminer les populations "à risque" pourquoi pas, mais allons au bout du raisonnement, pourquoi pas des stats: Homme/femme, ethniques... etc...  Imaginé: "Ah non vous êtes un homme. Vous êtes statistiquement plus à risque que les femmes on ne prend pas !" Ben là çà ferait violemment tiqué: donc la discrimination non, sauf au niveau de la sexualité ! Enfin bon...
Pour répondre à la question de MickaelSorb, je serais très surpris qu'il y ait restriction sur le don d'organe, car pour le don du sang on se base sur tes déclarations... Sur le don d'organe post-mortem, c'est plus compliqué, et les proches ne sont pas toujours au courant.

photo de l'auteur Lumyaz
Lumyaz
Femme de 21 ans
Le Havre

8 remerciements
Bonsoir, sujet très intéressant, merci d'en parler :) !

Pour commencer, je comprends très bien la vision qu'ont les gens qui ne souhaitent pas donner leurs organes. Les croyances qu'on a sur la mort, ce qu'il y a peut-être après, ce que devient le corps peuvent influencer ce choix et on ne peut pas forcer ces personnes à accepter cela.
Par contre que la famille empêche le don à cause de leurs propres convictions et non de celle de la personne décédée est une chose que j'accepte moins. Le corps a beau être inanimé, la personne a existé, a eu ses idées et sa liberté. La lui voler à la mort c'est assez triste (même si la place de la famille n'est pas évidente, je le conçois très bien !)
C'est pour cela qu'il est important d'en parler à ses proches. Ce sujet n'est pas forcément très facile à aborder mais la mort est quelque chose qui nous touche tous, ce serait dommage de mettre ce sujet de côté.
Pour ma part, j'en ai déjà parlé à mes proches (parents surtout) et ils savent mon avis là-dessus : si cela est utile et possible, je veux donner mes organes.

Pourquoi ne pas profiter de la géniale opportunité de pouvoir aider les autres même après sa mort :D ?

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Alors, si après ma mort il reste encore quelque chose d'utilisable, je dis pourquoi pas...
De toute façon je m'en ficherai je serai partie, donc bon...

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit