Coming-out face à des personnes croyantes

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
J'ai vécu qch de similaire, vu que je suis moi-même chrétien, avec ma famille et pas mal d'amis qui le sont aussi.

Et en effet, pendant longtemps ça me faisait flipper de leur en parler, à cause de la réaction que je pensais qu'ils auraient (encore aujourd'hui certains de mes amis ignorent que je suis homo).

Mais une fois que je me suis lancé, j'ai été surpris de la façon dont ils accueillaient la chose : même des amis très croyants, avec parfois des avis très tranchés (notamment pendant toute l'histoire du mariage pour tous), ont juste accepté ce que je leur disait, et je sentais qu'à leurs yeux je n'étais pas "un gay" mais "un proche qui s'avère être attiré par les garçons".

Et du coup, ça m'a aussi fait réalisé qu'ils étaient " mes parents et frères qui s'avèrent être chrétiens", "mes potes qui s'avèrent être croyants" avant d'être juste "des croyants". Du coup maintenant, j'aborde le sujet plus simplement, sans décider pour eux de la façon dont ils vont réagir !

Et s'ils le prennent mal, c'est leur liberté. Dans tous les cas, je préfère qu'ils l'apprennent par moi, que de les mettre au pied du mur au dernier moment si un jour je me marie avec un mec !

(Je sais pas si je suis très clair, mais l'idée c'est de dire qu'on se limite clairement pas à notre sexualité ou religion, et que le plus important c'est la relation que t'as avec ceux à qui t'en parles. Généralement, les gens sont moins cons qu'on ne le craint - avec des exceptions je te l'accorde, je t'avoue que dans mon cas, j'ai eu de la chance - et c'est cette relation qui influera leur façon d'accueillir ton coming-out !)

Bref voilà.
En espérant ne pas t'avoir trop gavé avec mes histoires !


photo de l'auteur Belveline
Belveline
Homme de 31 ans
Rennes

7 remerciements
Je dirais que ça dépend de la proximité familiale.
Si c'est la famille direct (parents, frères, soeurs ou personnes très très proches) je pense que c'est très compliqué car ils y sont confrontés quotidiennement.
Quand c'est plus éloigné il y aura sûrement une forme de comédie qui sera mise en place : on t'aime comme tu es mais moins on se voit mieux c'est, évitement du sujet, des sourires le temps de faire bonne figure et après on part parler à quelqu'un d'autre, etc.

C'est une problématique bien compliquée qui je trouve évolue en fonction du regard de la personne sur sa religion. Par exemple une personne catho ne réagira pas de la même façon si elle voit la parole de Dieu comme amour pour tous ou si elle voit l'homosexualité comme un péché à détruire.

photo de l'auteur gaeyeregard
Gaeyeregard
Homme de 24 ans
Paris

11 remerciements
Modérateur
Klasu a écrit :
Je considère les chrétiens non catholiques comme plus ouverts que les catholiques eux-mêmes, c'est pour cela que je n'ai aucun problème à être croyant, mais les relations avec les autres religions quelles qu'elles soient sont en générales tendues dès lors que l'on parle de sexualité, je suis donc assez méfiant.


Moui et non. Ca dépend vraiment en fait. A l'origine le protestantisme a été créé pour revenir aux fondamentaux du texte sacré et le texte sacré n'y va pas par quatre chemin quand il s'agit d'homosexualité. Tu as sans doute la chance d'être dans une famille protestante assez soft et tolérante. Je suis même assez d'accord qu'en France le protestantisme c'est pas mal adouci. Par contre les évangélismes américains ça fait peur... Personnellement, ça m'inquiète parfois autant que Daech. 

Je pense que le problème ne se pose pas qu'avec les cathos d'ailleurs, on retrouve cette problématique avec les musulmans et les juifs qui partagent des écrits communs. Pour les autres en revanche, je ne saurais dire, ne m'y connaissant pas assez.


Pour l'hindouisme et le bouddhisme c'est assez ambigu. Il n'y a pas un dogme mastodonte qui englobe tout mais plusieurs textes sacrés avec des interprétations. Le bouddhisme tibétain ne condamne l'homosexualité qu'à demi mot, en soi être homosexuel n'est pas considéré comme péché mais la pratique sexuelle oui. 

L’hindouisme est une religieux encore plus complexe. Certains brahmana ont été interprétés comme homophobes alors que d'autres ouvrages spirituels comme le Kama-sutra ne le sont pas du tout. (j'ai utilisé wiki pour me remettre au clair sur l'hindouisme et quelques points du bouddhisme)

Pourtant il y a clairement une homophobie et un sexisme très ancré en Inde et en Asie. Pour certain c'est arrivé plus tard avec la domination musulmane et les prédicateurs chrétiens, pour d'autres les pratiques homosexuels dont nous avons connaissance étaient essentiellement le fait de élites, etc . Mais non, il n'y a pas d'homophobie religieuse structurée comme il peut y en avoir dans les religions du livre. 

Pour répondre à ta question sur les catholiques : 

Ça dépend bien sûr du niveau d'orthodoxie religieuse mais il y a plusieurs éléments qui peuvent d'aider pour faire passer la pilule. Déjà il y a le Pape François qui est quand même un guide spirituel, donc sa parole compte. On peut donc répéter sa citation "Si une personne est gay, et qu'elle cherche Dieu avec de la bonne volonté, qui serais-je pour la juger". La phrase est à peine sortie de son contexte, enfin du moins le sens n'est pas altéré. C'est bien ce qu'il a voulu dire et c'est quand même lourd de sens. 

Les catholiques sont très attachés au discours du pape. C'est sûr qu'ils ne vont pas soudainement être enchanté mais ça peut les aider à accepter la chose. 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Moi qui a des parents musulmans, impossible de leurs avouer mon homosexualité. C'est un des plus gros pecher dans la religion. 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
" C'est hram " 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Coucou,

J'ai envie de porter ma p'tite pierre à l'édifice. Non, j'plaisante. :p C'est juste pour vous faire part d'une situation vécue et qui pourrait peut-être rassurer d'autres personnes (ou pas X_x).
Je suis gay et si un ami me le demande je le lui dis ou si je suis vraiment poussé à le dire. C'est ce dernier cas qui s'est passé il y a quelques mois. Une amie de fac m'a demandé quel est mon style de fille, étant donné qu'elle ne m'a jamais entendu parler de filles ni vu en couple avec une fille. Le truc c'est que je me suis toujours dit que je ne veux pas mentir sur mon orientation (sauf avec des inconnus ;) ). J'ai donc essayé d'esquiver la question pour ne pas répondre, et l'autre amie qui était aussi dans la discussion était un peu gênée pour moi parce qu'elle voyait que je ne voulais pas répondre (même si je ne lui avais pas fait par de mon homosexualité). Mais tellement que la 1ère amie insistait, j'ai fini par dire: "je suis gay". Et bien sûr, là elle m'a posé toutes les questions habituelles après un CO. Jusque là vous allez me dire que c'est un CO classique, mais pas tout à fait.
Effectivement, l'amie en question est musulmane et est très attachée à sa religion. On a déjà eu de longues discussions à propos de la religion et de sa vision du monde (avant mon CO auprès d'elle), et notamment sur le thème du "mariage pour tous" où elle m'a avoué que sa religion estime l'homosexualité comme non naturel, que ce n'est pas possible. Et elle se réfère presque toujours à la religion pour construire ses pensées. C'est pourquoi c'était bien la dernière personne à qui j'avais envie de faire mon CO. Mais très étrangement, malgré peut-être un petit froid pendant un ou deux jours, on est resté en bon terme, elle avait tout de suite compris que ça ne changeait pas la personne que je suis.

Pour conclure, je pense que la religion n'a pas toujours sa place dans la pensée des gens. Beaucoup sont capables, du moins je l'espère, de comprendre que l'orientation sexuelle ne fait pas la personnalité d'une personne donc si cette personne était sympathique et avait toutes les qualités que l'on veut, elle les a gardées même après le CO. Donc je pense que certes la religion influe parfois sur la pensée de certaines personnes, mais certains sont assez ouverts avec les proches pour accepter (même s'ils paraissent très fermés sur des sujets tels que l'homosexualité, ce qui était le cas de mon amie en question).

Voili voilou une p'tite expérience personnelle (eh oui, encore une! faut me dire si ça vous embête, hein :p ).

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Oui, Klasu, je suis tout à fait d'accord avec toi, mais pour ce qui est des amis, je trouve que ce n'est pas tout à fait pareil que la famille, même si d'ailleurs pour la famille je n'arrive pas à comprendre de tels rejets.
Ce que je veux dire c'est que normalement quand on aime quelqu'un (en amitié) c'est un tout qu'on aime chez cette personne, ce n'est pas juste une personne, et encore moins comme un objet de valeur qui montre qu'on a untel ou unetelle en ami(e). C'est pourquoi je considère qu'une personne religieuse qui rejette impunément un(e) ami(e) qui lui fait son CO n'est pas réellement un(e) ami(e). :s 

photo de l'auteur gaeyeregard
Gaeyeregard
Homme de 24 ans
Paris

11 remerciements
Modérateur
Une chose toutefois, la phrase du pape François elle me dérange beaucoup. Je la trouve très hypocrite et dangereuse. 
"Si une personne est gay, et qu'elle cherche Dieu avec de la bonne volonté, qui serais-je pour la juger" : Il veux donc dire par là qu'il n'a pas à juger un homo SI celui-ci est croyant, et plus particulièrement si il est chrétien. Quid des homos athées, agnostiques ou même des musulmans ou des bouddhistes ? Ces homos là ne méritent donc pas le respect ?


Aucun doute que la phrase de François est imparfaite, surtout qu'après il parle de lobby etc. Après est-ce qu'il le pense vraiment ou est-ce qu'il arrondi un peu les angles en fin politicien, on a aucun moyen de le savoir. Bon, il faut quand même prendre en compte que d'une part il s'adresse à des cardinaux, qui sont souvent très conservateurs sur la question et qui ont souvent le coeur fragile mais aussi qu'il s'adresse à la presse (c'est une conf de presse). Il est évident, et n'importe quel consultant en com le verrait à 15km, que la phrase qui va faire les gros titres c'est "Si quelqu'un est gay ["et qu'elle cherche Dieu avec de la volonté" a été coupé dans tous les journaux"], qui suis-je pour le juger." François est plus un centriste qu'un révolutionnaire. Il doit arbitrer entre une aile réformatrice qui est bien consciente que l'Eglise n'est plus en phase et une aile très orthodoxe.  

Il faut aussi prendre en compte que c'est un guide spirituel, c'est un prêtre avant tout qui s'exprime à la communauté des fidèles. Il est donc important que son message soit rattaché à la religion. Quand il s'adresse à des prêtres il leur dit, "si un fidèle vient vous dire qu'il est homosexuel, qui êtes vous pour le juger sur ce simple fait ? Vous pouvez le juger sur le fait qu'il ne soit pas un bon catholique mais juger un bon catholique sur le SIMPLE fait qu'il soit homosexuel, c'est mal." Voilà le sens de sa phrase. 

Moi qui a des parents musulmans, impossible de leurs avouer mon homosexualité. C'est un des plus gros pecher dans la religion. [...] C'est hram.


Si on regarde bien, le Coran n'en dit pas long sur l'homosexualité. D'ailleurs il utilise le même mythe que la Bible. Il parle du peuple de Loth qui vient à Sodome. Dans la révélation c'est Allah qui mentionne l'histoire de Loth qui dit "« Et Loth, quand il dit à son peuple : "Vous livrez-vous à cette turpitude que nul, parmi les mondes, n'a commise avant vous ? Certes, vous assouvissez vos désirs charnels avec les hommes au lieu des femmes ! Vous êtes un peuple outrancier". Et pour toute réponse, son peuple ne fit que dire: "Expulsez-les de votre cité. Ce sont des gens qui veulent se garder purs". Or, Nous l'avons sauvé, lui et sa famille, sauf sa femme qui fut parmi les exterminés. Et Nous avons fait pleuvoir sur eux une pluie. Regarde donc ce que fut la fin des criminels ! » Ce à quoi les habitants de Sodome répondent « Expulsez de votre cité la famille de Loth! Car ce sont des gens qui affectionnent la pureté. » Etc... jusqu'à la destruction de la ville par les anges. 

Voilà, sur l'homosexualité le Coran n'en dit pas plus. Là où il se démarque un peu des deux autres religions c'est dans la Sounnah ou certains hadiths parlent de la condamnation de l'homosexualité comme d'un péché grave. C'est surtout à partir de ces hadiths que les jurisconsultes islamiques justifient les exécutions des homosexuels dans la loi islamique.

Il y a un petit débat entre théologiens avec une poignée d'Imam tolérants en France, en Espagne et aux Etats-Unis mais pour avoir lu leur argumentaires et ceux de leurs détracteurs, c'est clairement pas crédible. C'est le problème du dogmatisme. A partir du moment où on justifie tout à partir de deux textes, on ne peut faire que des bidouillages théologiques qui sont mine de rien assez grossiers. 

Donc c'est très difficile de faire changer le regard sur l'homosexualité par un moyen théologique mais c'est valable dans le catholicisme aussi. Il faudra surtout beaucoup de temps pour que le regard des populations change. 

photo de l'auteur misterbi
Misterbi
Homme de 42 ans
Cantal

1 remerciement
Parlez leur d' un extrait de la Bible où David dit à Jonathan :

 “Je suis dans la douleur à cause de toi, Jonathan, mon frère! Tu faisais tout mon plaisir; Ton amour pour moi était admirable, Au-dessus de l'amour des femmes.” 

photo de l'auteur Alexandre314
Alexandre314
Homme de 31 ans
Marseille

1 remerciement
Je suis vraiment content que ce sujet soit lancé parce qu'il est très important et je pense qu'il touche à toute personne homosexuelle dans le cadre de la famille ou les amis.

Permettez-moi d'aborder le sujet de manière un peu radicale (selon mon point de vue) : 'Les religions du livre n'acceptent pas l'homosexualité. ' Et en même temps, ces religions ne proposent pas de solutions ou d'alternatives: Ok je suis homosexuel, qu'est-ce que la religion veut que je fasse? rester célibataire pour la vie? ou se marier avec quelqu'un du sexe opposé et vivre une vie triste et hypocrite, et faire des enfants misérables?  C'est sur ce point que certaines personnes religieuse arrivent à empathiser avec les homos.  

Je viens de lire un livre de Richard Dawkins qui parlait dans un chapitre de la question:' A-t-on besoin d'une religion pour avoir une moralité?' Et il montrait que même les religieux n'en tiraient pas leur moralité des écrits saints. On peut trouver dans les livres saints des histoires horribles (un père qui couche avec ses filles, ou Dieu qui demande de tuer un village par le simple fait que les villageois sont mécréants, ou de tuer son propre fils pour vérifier sa foi,... ) que la plupart des personnes refusent sur le plan conscient et ne pourraient jamais se soumettre à de telles pratiques. Mais afin de concilier sa foi avec sa raison, on essaie de trouver toujours des justifications (oui mais... c'était une situation particulière.... ça s'applique pas comme ça aujourd'hui.....etc).

Je crois que le même problème se pose avec l'homosexualité. La religion dit 'Non'. Et là encore une confrontation entre foi et raison. La plupart des religieux hétéros évitent ce genre de conflit s'il le peuvent, surtout s'il ne sont pas confronté au problème. On fait taire la raison et on entent la voix de la foi. Ces personnes deviennent homophobes. D'autres personnes essaient de trouver une réconciliation, comme dans le cas précédent (oui mais... Dieu est miséricordieux..... , les homos font du mal à personne,...etc)

Je pense que le problème est très profond et très compliqué pour qu'une personne seule arrive à le résoudre lors d'un coming out avec la famille et les amis. J'aimerais voir le sujet poser sur la table, en invitant des débats médiatisés entre religieux, scientifiques, philosophes, psychiatres pour faire cette confrontation en grande lumière.

Désolé d'avoir été si long, et désolé de ne pas avoir apporté 'une solution', car je n'en ai pas..

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Bonjour.
Alors comment faire ? Surtout très bien réfléchir avant de s'y lancer. Essayer de connaître réaction vis-à-vis de l'homosexualité ,car il existe des chrétiens pratiquants tolérants comme intolérants. Je pense qu'il est préférable pour le gars ou la fille d'attendre sa majorité et d'avoir son appartement, si la situation se passerait mal.
J'ai fait récemment il y a plus d'un mois mon coming-out à ma mère, qui au début a plus ou moins bien pris. À force de réfléchir elle est revenu sur sa décision, elle a voulu que je change. (J'avais beau lui dire que ça me se fait pas comme ça mais vous le savez, les grands chrétiens ne nous comprendront jamais. À partir de mon coming-out tout s'est mal passé. J'avais mon copain, c'etait difficile autant pour lui que pour moi. De plus, j'ai DU aussi dire à mes grand-parents, etant donné que mon grand-père est pasteur dans une eglise protestante, c'etait la cata. J'etais dans le néant je vous jure. Ils m'ont en quzlque sortes obligé de rompre avec mon copain. Je l'ai fait à cause de la pression, de poids qu'ils m'ont fait vivre en 24h. Mais j'ai renoncé secretement, je me suis dit qu'il ne peuvent pas decider de ma vie.
Ça n'est pas facile depuis. Ils pensent tous que j'ai quitté mon mec, que je suis prêt à changer. Alors que non. J'attendrai un âge bien mature pour m'imposer de nouveau, et m'affirmer en tant que libre de mes choix.
C'est pourquoi il faut bien réflechir. Evidemment je ne prends pas mon cas pour une géneralité, l'avis des parents peut changer soudainement si la situation tombe sur son enfant. J'espérais ça.
Mais bon, je continue de vivre, de rester fort, de tenir le coup.
Voilà, à la base je n'etais pas censé faire ce petit témoignage..

photo de l'auteur greg686ws
Greg686ws
Homme de 42 ans
PLOERMEL

4 remerciements
Je voulais juste revenir sur ce qui a été dit sur la position du pape au sujet de l'homos3xualité:
http://www.france24.com/fr/20150930-washington-pape-francois-rencontre-kim-davis-icone-anti-mariage-gay-homosexuel?.
Le pape est aussi le chef d'un état qui doit surveiller le taux de satisfaction sur son principal produit d'exportation: la foi. Comme l'a soulevé Gaeyeregard, il lui arrive de faire de la politique. 


Pour revenir au sujet, j'ai une opinion assez tranchée sur l'influence que la religion devrait avoir dans nos choix personnels et notre vie de manière générale. Cette opinion est le fruit de 40 ans d'expérience, de réflexion de d'observation. Mais en aucun cas je ne me permet de d'imposer mon point de vue aux autres, notamment parce que je sais que je peux me tromper, ou que mon opinion peut évoluer. J'attends la même chose en retour. Je n'en parle en général que parce qu'on me pose des question. Et croyant ou pas croyant, membre de la famille ou pas membre de la famille, j'en parle de la même façon.

Lorsque je m'adresse à un croyant, j'espère parler avant tout à un autre être humain avant de m'adresser à un musulman/catho/juif/raëlien, etc. Tout comme j'ai la naïveté d'espérer qu'il me voit avant tout comme une personne à part entière et pas seulement comme "gay".

photo de l'auteur Skyquiver
Skyquiver
Homme de 30 ans
Près de Nice

9 remerciements
Les religions sont faites pour les imbéciles qui ne savent pas penser par eux même et qui vivent dans l'attente , dans l'espoir de trouver un sens à leur vie à travers elles et leurs doctrines d'un autre temps. Face à cette contradiction d'ailleurs on voit bien que le nouveau pape semble un peu plus modéré que les anciens puisque peu à peu nos sociétés civilisées acceptent et tolèrent la différence, il se doit de faire de même dans ses propos.
Dans un monde rationnel avec des Etats de droit, des règles et des lois qui défendent les libertés fondamentales et individuelles, les religions n'ont plus aucun intérêt, elles sont des hérésies qui n'ont plus guère leur place si ce n'est culturellement. Comment tolérer des religions qui sont elles-même intolérantes ?

photo de l'auteur greg686ws
Greg686ws
Homme de 42 ans
PLOERMEL

4 remerciements
Hope06 a écrit :
Les religions sont faites pour les imbéciles qui ne savent pas penser par eux même et qui vivent dans l'attente , dans l'espoir de trouver un sens à leur vie à travers elles et leurs doctrines d'un autre temps. [...]  Dans un monde rationnel avec des Etats de droit, des règles et des lois qui défendent les libertés fondamentales et individuelles, les religions n'ont plus aucun intérêt, elles sont des hérésies qui n'ont plus guère leur place si ce n'est culturellement. Comment tolérer des religions qui sont elles-même intolérantes ?


Même si je suis athée, on ne peut pas systématiquement renvoyer dos à dos la religion d'un côté, et "l'état de doit" ou le "monde rationnel" comme tu dis de l'autre.
D'abord parce qu'il y a des sujets ou la société civile n'apporte aucune réponse. Et ce n'est d'ailleurs pas forcément son rôle. Les religions ont au moins pour elles de proposer des pistes de réflexion sur des sujets spirituels comme notre approche de la mort. C'est d'ailleurs leur principal fond de commerce.

Et puis problème ne vient pas des religions en elle même, ou des croyants, mais bien souvent des églises. J'entends par là de l'autorité religieuse qui se permet de prendre position sur des sujets de société qui n'ont fondamentalement rien à voir avec le fond d'une religion. Il me semble que confondre la doctrine de l'église avec la réalité de la pratique de la foi de tout à chacun, c'est comme dire que tous les homos se baladent en string à paillette et casquette en cuir. C'est faux, insultant et réducteur.
Il y a beaucoup de catholiques qui ne sont pas cette caricature de militants hystériques et bas de plafond de CIVITAS. Je me rends compte que beaucoup de croyants sont nettement plus tolérants que l'autorité morale sensé les représenter.

Concernant la question de l'homos3xualité, l'église est encore une fois à la traîne par rapport a la réalité et au ressenti de pas mal de ses ouailles. Ce n'est pas pour ça qu'il faut jeter le bébé avec l'eau du bain. 

Purée, jamais j'aurais pensé pouvoir écrire quelque-chose qui défendrait les religions... Je me ramolli. 
Il faut que j'ailles brûler quelques crucifix et entonner un ou deux chant sataniques pour me purifier d'avoir dit des choses pas désagréables sur la religion

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Greg686ws a écrit : Purée, jamais j'aurais pensé pouvoir écrire quelque-chose qui défendrait les religions... Je me ramolli.  Il faut que j'ailles brûler quelques crucifix et entonner un ou deux chant sataniques pour me purifier d'avoir dit des choses pas désagréables sur la religion


Haha, au contraire tu fais la différence entre religion et église, c'est très fin mais important.

Pour en revenir au post initial, si sa famille est dans une démarche de questionnement Et de spiritualité, je pense que l'annonce sera plus facile et moins risquée.

Si au contraire elle suis aveuglément les paroles de l'église, ça sera plus compliqué. Il vaudrait mieux dans ce cas attendre qu' il ait une situation stable selon moi.

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit