La règle du "Fuck YES" or "no"

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ce sujet est un débat, échangez et partagez dans la bonne humeur

Salut à tous, 

Je suis tombée sur un article très intéressant et je suis persuadée qu'il peut en interesser voir même aidé d'autres personnes! 

La loi du Fuck yes or no 

Je vous copie l article ci dessous bonne lecture ;) 

La règle du « Fuck Yes! »Ou : si on n’est pas deux à être emballés, autant laisser tomber. Traduction d’un article publié par Mark Manson sur son blog « fuck yes or no ». C’est un brin plus américain et « développement personnel » que ce que j’écris d’habitude mais ça me parle. Je vous mets la traduction telle quelle, et mes commentaires, dans les commentaires.Fuck Yes! (ref. photo (c) x-art.com)Commencez donc par bien réfléchir à la question suivante : pourquoi vouloir être avec quelqu’un qui n’est pas emballé-e ?Il y a un vaste marécage dans le domaine des rencontres amoureuses et dans lequel beaucoup de monde s’enlise : quand les sentiments sont ambigus, ou bien quand l’un des deux a des sentiments bien plus forts que l’autre. Cette zone d’indécision est la cause de vrais problèmes. Pour les hommes, il s’agit souvent de savoir s’il faut persévérer et continuer de chercher à séduire une femme qui semble tiède ou qui se comporte comme une girouette. Quand on est une femme, la question qui se pose souvent est de savoir ce qu’il faut faire quand un garçon suscite chez soi des sentiments ambigus.Elle a dit qu’elle n’était pas intéressée mais elle flirte quand même avec moi, donc qu’est-ce que je dois faire pour la séduire ?Je sais qu’elle m’apprécie mais elle n’a pas rappelé le week-end dernier, que dois-je faire ?Il est plein d’attention quand il est là, mais il n’est pas souvent là. Qu’est-ce que ça veut dire ?La plupart des conseils de séduction servent à orienter les gens dans le marécage. Dites ceci. Ecrivez-lui cela. Appelez-le tant de fois. Portez telle tenue.Très souvent, ces conseils tournent autour de l’analyse minutieuse des comportements des uns et des autres, au point que certain-e-s passent davantage de temps à analyser les détails qu’à profiter de la rencontre.Et l’inconfort du marécage amène de nombreuses personnes à des conduites manipulatrices et des mélodrames inutiles. C’est le genre de circonstances dans lesquelles on décrète qu’il faut attendre qu’un mec ait payé x fois le resto avant qu’on puisse l’inviter au lit. Où bien que les hommes doivent respecter une transition entre la phase d’attraction et la phase de confort en réussissant l’épreuve trois fois avant de pouvoir passer aux étapes suivantes.Ces conseils peuvent sembler futés et intéressants à certaines personnes embourbées dans le marécage. Mais ils ratent le cœur du problème. Si on se retrouve dans le marécage, c’est que c’est déjà mort.Donc je repose ma question : pourquoi vouloir être avec quelqu’un qui n’est pas emballé ? Quand l’autre n’est pas chaud aujourd’hui, pourquoi irait-il changer d’avis demain ? Pourquoi devrais-je faire un effort pour convaincre quelqu’un de sortir avec moi quand ce quelqu’un ne fait pas d’effort pour me convaincre moi ?On ne reste pas ami avec quelqu’un qui nous laisse régulièrement tomber. On ne persévère pas dans un boulot quand on n’y est pas payé. Alors pourquoi s’acharne-t-on parfois à vouloir sortir avec quelqu’un qui n’est pas intéressé ? Pourquoi vouloir s’abaisser à ce point ?L’entrepreneur Derek Sivers a écrit un jour dans un article « Si un truc ne me donne pas envie de répondre « fichtre oui ! », alors je dis non ». Ça lui a bien servi dans le monde des affaires et maintenant je reprends son conseil dans le contexte des rencontres amoureuses. Mais comme je suis plus vulgaire, j’appellerai ça la règle du « fuck yes! » ou « non merci »*[NdT : plutôt qu’une mauvaise équivalence, et pour garder la patte de l’auteur, j’ai préféré garder l’expression « fuck yes! » telle quelle.]La règle du « fuck yes! » stipule que quand on veut se lancer dans une histoire avec quelqu’un, quel que soit le type d’histoire, il faut que la personne donne envie de répondre « fuck yes » pour que ça vaille la peine de continuer.La règle du « fuck yes! » stipule aussi que quand on veut se lancer dans une histoire avec quelqu’un, quel que soit le type d’histoire, il faut que l’autre personne ait elle aussi envie de répondre « fuck yes! » pour que ça vaille la peine de continuer.On peut donc voir que la règle du « fuck yes! » ou bien « non merci » nécessite que les deux parties soient enthousiastes à l’idée de passer du temps ensemble. Pourquoi ? Parce que si on a suffisamment d’estime de soi, on comprend qu’on n’a pas de temps à consacrer à des personnes qui ne suscitent aucun engouement en nous ou bien qui n’en éprouvent pas à notre égard.Cela peut sembler un peu idéaliste aux yeux de certains. Mais la règle du « fuck yes » peut considérablement simplifier vos rencontres amoureuses :on ne se fait plus balader par des personnes qui ne sont pas trop emballées. Finis les atermoiements et les doutes. Finies les déceptions et la colère qui s’ensuivent inévitablement. On regagne en estime de soi et on met fin soi-même aux histoires bancales, sans attendre de se faire larguer.on arrête de faire des avances à des personnes pour qui nos sentiments sont en réalité ambivalents, et tant pis pour notre ego. Tout le monde est passé par là : on n’était pas super emballé-e par quelqu’un mais on a entretenu l’histoire, faute de mieux. Et il y a quelques histoires qu’on préférerait ne pas recommencer. Fini, tout ça.les questions de consentement sont immédiatement réglées. Si quelqu’un vous mène en bateau, joue à se laisser désirer, ou au contraire vous met la pression pour vous faire faire quelque chose que vous n’êtes pas sûr-e de vouloir : maintenant la réponse est simple. D’ailleurs, comme je le dis souvent en ce qui concerne les rencontres amoureuses : « s’il faut quémander, c’est que c’est non ».[NdT : je zappe deux lignes un peu hors de propos sur l’intérêt de poser des limites personnelles claires, mais l’article cité est intéressant]et maintenant, on sait toujours où on en est avec l’autre. Puisqu’on libère beaucoup de temps et d’énergie à ne plus s’occuper de gens moyennement motivants ou moyennement motivés, on se retrouver à ne passer du temps qu’avec des personnes avec qui les intentions sont explicites et enthousiastes. Chouette !La règle du « fuck yes! » est applicable pour les plans d’un soir, pour les rencontres amoureuses, et même pour les amitiés. Il se peut que vous n’ayez rien en commun avec ce barman mais il est séduisant et intéressé : est-ce un « fuck yes! » pour le sexe ? Si c’est oui, banco.Vous vous êtes entichée de ce garçon hyper gentil, sauf qu’il laisse passer des semaines entières sans vous appeler et disparaît immédiatement après trois verres et une partie de jambes en l’air. Vous vous demandez s’il vous apprécie réellement ? Est-ce que ses prétextes comme quoi il est toujours super occupé sonnent bidon ? En tout cas, ça n’a pas l’air de mériter un « fuck yes! ». Donc il est temps de passer à autre chose.Vous êtes avec une nana en train de vous rouler des pelles mais à chaque fois que vous tentez de défaire son chemisier, elle vous repousse la main. Ce n’est donc visiblement pas « fuck yes! » en ce qui la concerne, et donc c’est non : arrêtez donc de lui mettre la pression. C’est quand on est deux à s’écrier « fuck yes! » en se jetant l’un sur l’autre que le sexe est vraiment bon. Sinon, tant pis, on laisse tomber.(Indice pour les mecs : c’est le bon moment pour lui demander pourquoi elle n’est pas à l’aise, et ce qu’elle attend de vous. Rien que de montrer comme ça que vous la traitez comme un être humain et que vous avez un minimum d’empathie suffit parfois à débloquer le malaise.)Vous voulez revoir cette femme que vous avez rencontrée le week-end dernier sauf qu’elle ne répond ni à vos sms ni à vos appels ? Vous ne savez ni quoi lui dire ni quoi faire, alors qu’elle avait l’air d’être partante au début ? Quelle que soit la raison de son revirement, ce n’est visiblement pas un « fuck yes! ». Donc c’est non. Supprimez son numéro et tournez la page.La règle du « fuck yes! » peut aussi s’appliquer aux situations de couple. Ma copine a un collègue qui s’est marié parce que ça lui « semblait logique ». Quatre ans plus tard, il ne fait que tromper sa femme. Le mariage n’avait pas suscité chez lui un « fuck yes! » et donc il aurait dû dire non.Parfois, la règle du « fuck yes! » donne des réponses différentes selon le niveau auquel on l’applique. On peut être enthousiaste à l’idée de devenir l’ami-e de quelqu’un sans pour autant avoir envie de coucher avec. Donc c’est oui pour l’amitié mais non pour le cul. On peut au contraire penser « fuck yes! » à l’idée de baiser comme des fous mais pas du tout partant-e pour passer du temps ensemble. Il suffit d’appliquer la règle à chaque niveau pour prendre une décision selon ce qu’on recherche.S’attendre à une réaction enthousiaste ne veut pas nécessairement dire qu’on tombera en pâmoison au premier regard. Il n’y a même pas besoin d’être totalement convaincu-e qu’on est tombé-e sur la bonne personne. On peut répondre « fuck yes! » à la simple perspective d’apprendre à mieux se connaître. On peut répondre « fuck yes! » à la proposition de se revoir parce qu’il est en train de se passer quelque chose. On peut même envisager avec enthousiasme de se laisser quelques mois pour laisser les choses évoluer et voir si on arrive à régler nos soucis de couple.La seule chose qui compte pour éviter de perdre son temps, c’est que les deux personnes ressentent de l’enthousiasme pour un projet commun.Le grand mérite de la règle du « fuck yes! », c’est qu’elle simplifie tout le contexte des rencontres amoureuses. Quand on se tient à la règle, il ne reste éventuellement que deux problèmes.Le premier problème, c’est quand on n’est emballé par personne. Si vraiment tout le monde vous laisse de marbre, soit c’est que vous n’avez vraiment pas de chance, soit c’est que vous bloquez vos émotions, peut-être pour vous protéger en vous empêchant de ressentir quoi que ce soit pour quiconque.Il faut quand même se rendre compte que c’est à chacun-e de chercher ce qui peut nous plaire chez les personnes que l’on croise ; ce n’est pas à elles de nous le montrer. On est dans la vraie vie, pas dans une foire internationale. Il faut apprendre à savoir apprécier les personnes qu’on rencontre, et ça s’apprend. Alors allez-y. Ça ne veut pas dire qu’il faille tomber amoureux de tous ceux ou celles qui croiseront votre regard ; simplement que c’est à vous de prendre en main votre capacité à créer des liens avec les gens que vous rencontrez.Le second problème, c’est quand on ne rencontre jamais personne à qui on inspire le moindre enthousiasme. Si de la part des personnes à qui on s’intéresse, on ne récolte que des râteaux ou des réponses mitigées, alors il faut commencer à s’améliorer soi-même. Il faut se demander ce qui chez soi pourrait inspirer d’autres personnes à se dire « fuck yes! ». Si la réponse n’est pas évidente, alors il faut se mettre au travail pour devenir quelqu’un qui puisse inspirer à d’autres un « fuck yes! ».Et s’il ne doit rester qu’un seul conseil de séduction, c’est bien celui-là : qu’on soit homme femme, hétéro, homo, trans, furry ou que sais-je encore, la seule vraie recette de séduction, c’est de travailler sur soi-même. Tout le reste ne sert qu’à perdre son temps et à se débattre inutilement dans le marécage pour satisfaire son ego.Parce que bien sûr, avec quelques trucs et astuces bien sentis, on peut manipuler une personne pour finir au lit, se mettre en couple et même en ménage. Mais pour gagner une bataille on aura perdu la guerre en sacrifiant la possibilité d’un bonheur durable.[NdT : ou comme Sam Karmann tentait vainement de nous faire comprendre « on peut tromper une fois une personne, non enfin… »]


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je ne suis pas trop d'accord avec cette manière de faire. Ça persuade les gens qu'on doit toujours rechercher le grand amour parfait alors que ça n'existe pas ou presque pas. Au final en suivant ce genre de conseils :
- on devient intolérant à la frustration
- on reste complètement superficiel, on ne cherche que l'amour "coup de foudre"
- on enchaîne mariages et divorces, dommage pour les gosses et les finances
- et surtout on finit tout seul

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
mouais...
Moi je suis assez d'accord, pour le côté vie de couple durable stable et tout et tout. S'il n'y a pas quelque chose de fort et réciproque, il y a quand même peu de chances que ça dure vraiment, ou alors parce qu'au moins un des deux préfère être avec quelqu'un même qui n'est pas celui/celle qui lui correspond que tout seul. Mais risque alors de passer à côté de quelque chose avec un(e) autre.

Par contre côté sexe, bah il n'y a pas forcément besoin que ce soit Fuck Yes dans les deux sens pour que ça puisse être sympa ! Du moment que ce n'est pas Fuck No !!

mais c'est côté amitié que je ne suis pas d'accord... C'est quand même super binaire comme vision. Tous les ami(e)s ne sont pas un(e) meilleur(e) ami(e), il y a des nuances quand même dans l'amitié. Et passer à côté d'une amitié, même si c'est pas "meilleur ami fusionnel" parce que c'est pas Fuck Yes dans les deux sens, c'est quand même un peu con... Enfin je trouve... Juste s'entendre bien avec une personne et élargir son cercle d'amis, c'est déjà sympa.

photo de l'auteur anteros38
Anteros38
Homme de 33 ans
VOIRON

1 remerciement
Cet article me laisse dubitatif...
Il y a du vrai pour l'avoir vécu. Je confirme.
Mais le grand amour parfait réciproque existe-il vraiment ? L'attendre ne nous condamne-t-il pas à vivre seul éternellement ?

Il y a autant de façon de tomber amoureux qu'il existe de personnes et je reste toujours étonné de constater cette volonté contemporaine à tout schématiser et mettre en équation.
Beaucoup pensent que l'amour se trouve uniquement sur un chemin prédéfini (fabriqué par le cinéma, les contes, etc.), pourtant de belles histoires prêtes à éclore passent sous nos yeux aveugles.

Enfin, une petite question qui devrait faire cogiter :
Nous sommes tous en quête de la personne parfaite, mais nous, sommes-nous parfaits, à l'abri de toute remise en question ?

Et oui, l'amour c'est avant tout l'art de maîtriser les compromis et les ajustements...

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Hey merci pour ces retours les gars ! 

Je suis d avis partagée aussi il ne faut pas tout prendre au pied de la lettre mais je reste persuadee que cela peut aider certaines personnes même dans leur vie de tous les jours ! 
Je sais que pour le travail j agis un peu comme ça et c est vrai que ça fonctionne pas trop mal ! 

Pour ce qui est d avoir une relation stable c est pareil ... malheureusement pour l avoir vécu aussi ça ne sert à rien de s investir complètement... si d'un côté ou de l'autre ça n est pas un vrai Fuck yes ! Au bout d un moment meme parfois un tres long moment ça ne fonctionne plu.. 

Je pense que ça peut aider un peu avec le temps on apprend a sentir ce genre de chose.... 
Voila c est lon avis ...

Xx bonne soirée

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
en même temps, quand pour toi c'est Fuck Yes, c'est pas toujours évident de te rendre compte si c'est pareil pour l'autre ou pas, t'as toujours envie de voir les choses plutôt comme tu voudrais qu'elles soient que comme elles sont vraiment !

(faudrait que j'essaie ça dans mon boulot aussi, ça m'éviterait peut-être de me retrouver embarqué dans des trucs à moitié bancals alors que je le sentais moyen au départ ^^)

bonne soirée aussi !

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Anteros38 a écrit :
Cet article me laisse dubitatif... Il y a du vrai pour l'avoir vécu. Je confirme. Mais le grand amour parfait réciproque existe-il vraiment ? L'attendre ne nous condamne-t-il pas à vivre seul éternellement ? Il y a autant de façon de tomber amoureux qu'il existe de personnes et je reste toujours étonné de constater cette volonté contemporaine à tout schématiser et mettre en équation. Beaucoup pensent que l'amour se trouve uniquement sur un chemin prédéfini (fabriqué par le cinéma, les contes, etc.), pourtant de belles histoires prêtes à éclore passent sous nos yeux aveugles. Enfin, une petite question qui devrait faire cogiter : Nous sommes tous en quête de la personne parfaite, mais nous, sommes-nous parfaits, à l'abri de toute remise en question ? Et oui, l'amour c'est avant tout l'art de maîtriser les compromis et les ajustements...


Coucou ! Je voulais repondre a la question sommes nous tous parfait ! Hola bien sure que non et puis dabord qu est ce que la perfection? Par contre trouver quelqu'un parfait pour nous c'est à dire une personne imparfaite qui colle avec nos imperfections je pense que ça oui c est possible ;) comme 2 pièces d'un puzzle il faut trouver celle qui s emboite et fait une belle harmonie de couleur ! 

Et nous y voila "l harmonie" le mot le plus important ! 

L'harmonie qui se trouve partout autour de nous . Un accord de quelques notes, un mariage de couleurs complémentaires etc...
 
Oulalaaa la philosophie de bon matin ;) 

Bonne journée à vous :) 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
A mon humble avis, c'est un peu trop compliqué pour expliquer quelque chose de simple...

En résumé, je dirais qu'il nous suffit juste de vivre ce dont on a envie, faire ce qui nous plaît du moment que cela nous rend heureux (et qu'on reste dans le respect). Le truc, c'est d'éviter de se poser trop de questions mais se poser plutôt les bonnes questions. A savoir: Qu'est-ce que je veux vraiment là maintentant? Et est-ce qu'il est possible de le partager avec cette personne? Et surtout, éviter de tout vouloir contrôler. De toute façon, personne ne peut prédire à l'avance comment va se terminer une relation. Ca peut finir en amitié, en relation d'amants (oui, je préfère le terme d'"amant.e" à ce mot ignoble de "plan cul"), en grand amour, en relation conflictuelle... Un grand philosophe a dit un jour: "La vie c'est comme une boîte de chocolats" (réviser ses classiques ne fait jamais de mal)

Ceux qui se trouvent constamment frustrés sont ceux qui, en général, s'enferment dans leur bulle et n'ont pas les pieds dans la réalité (exple: les gens qui attendent que les choses se passent dans la vie comme dans un Disney. Quand on sait d'ailleurs que les films de Disney sont remplis de clichés sexistes à la con, ça fait peur quand on y pense...). 
Il faut arrêter de rêvasser et d'être trop idéaliste! Il faut savoir vivre l'instant T. Tout ça dans l'harmonie comme l'a si bien dit la demoiselle.

Alors, "fuck yes" or "fuck no", that's not the question. Vivons en toute simplicité bordel

Voilà, c'est tout ce que j'avais à dire sur le sujet lol

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Comme dit plus haut, je suis surtout d'accord pour le côté couple, parce que si quelqu'un n'est pas motivé par moi, j'vois mal tenter de la séduire à l'usure et la garder alors que j'lui plais pas à la base et que donc je pourrais jamais être vraiment moi-même, et inversement si j'suis moyennement motivée par quelqu'un, j'ai pas envie de lui faire payer mon indécision et pourrir la relation alors que j'avais commencé en toute connaissance de cause.

Par contre côté amitié, franchement ça dépend... j'commence à avoir pas mal d'exemples d'amitiés qui n'ont pas commencé avec un Fuck yes dès le départ voir où j'étais à la limite de forcer, jusqu'au moment où je découvre une personne qui me correspond plus que je le croyais, et avec qui j'peux au choix sortir juste de temps ou temps, ou bien réellement créer un lien. Le tout est de ne pas dire ce qu'on ne ressent pas, c'est clair que les phrase genre "t'es trop une amie" au bout de 2 semaines... je suis pas dupe :)

photo de l'auteur photocop70
Photocop70
Homme de 23 ans
Paris et Bordeaux

1 remerciement

Pour mapart tout cela est hors propos. On parle de pression, d ego c est pas le sujet. Je pense surtout quec est unequestion de soucis interpersonel que beaucoup de gens ont. Je pense que chacub est different, et nous aimons par notre chemin et notre vecu. Donc je pense que c est beaucoup plus profond que ça. Et oui je pense qu on peut avoir une passion, un coup de foudre sans pour autant que cela marche. L Homme est complexe, l individu souvent perdu dans ces histoires qui parraissent simple mais bien plus tordue au final.

Je pense que nous vivons dans un monde de plus en plus individualiste, dans le sens ou nous nous ecoutons pas mais plutot la societe, et qu il est question d acceptation de l autre plus qu une question d ego ou de pression. On peux se retrouver dans des histoure beaucoup plus complexe et que souvent nous savons pas nous unir par mabque de refexion par rapport a l autre. On est plus dans la consommation que l enrichissement individuel par l autre.

Et tout les discours je vi dans mon temps, les discours qui disent que l Homme se suffit a lui meme, je ne suis pas d accord. Nous pouvons s unir et se completer. Simple question, bien souvent il faut reflechir plus se qui ne le faut. Tout simplement. Et meme si ça parais utopique, je suis persuadé que justement les utopies font grandir.


photo de l'auteur franckright
Franckright
Homme de 43 ans
creil

Tu ne crois pas que l'utopie entretien le(s) fantasme(s) ?


Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit