Que proposent les personnes contre les GayPrides?

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ce sujet est un débat, échangez et partagez dans la bonne humeur

Bonjour, bonsoir à toutes et à tous !

Tout est dans le titre : que proposez - vous comme alternative pour faire bouger les mentalités, la société ; si vous êtes contre les Gays Prides et / ou les Marches des Fiertés L.G.B.T.Q.U.I.A. ?

Pour simple information, pour ma part, je suis pour la Gay Pride et les Marches des Fiertés ! ;-) !


photo de l'auteur magicalwaves
Magicalwaves
Homme de 44 ans
Paris

3 remerciements
Même si je lui reproche de manquer de revendications et de conviction, même si je suis parfois en désaccord avec les positions de certaines associations, même si je ne suis pas toujours à l'aise avec la visibilité de certains groupes de sexe extrême, je suis absolument pour la Gay Pride et solidaire. J'y participe chaque année depuis plus de 15 ans.

J'ai vu cette année naître une sorte de contre gaypride le vendredi soir à Paris, prétendument plus revendicative. Sauf qu'en se mettant en marge, sa visibilité était extrêmement faible. Rien au delà du petit cercle du marais et des lecteurs de la presse internet gay. C'est une connerie de se désolidariser plutôt que de revendiquer lors de la marche du samedi. Ces personnes n'avaient pas besoin de l'autorisation de l'Inter LGBT pour venir avec des pancartes le samedi si elles le souhaitaient, les Panthères Roses l'ont démontré pendant de nombreuses années. Et la division fait toujours le jeu de l'ennemi.

Comme alternatives ?
- Faire bouger les choses dans un mouvement politique ou associatif pour faire évoluer les lois et les mentalités
- Apporter son soutien aux homos en difficulté, que ce soit pour s'assumer ou pour faire face à un environnement homophobe
- Être out au quotidien et faire face.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
La gay pride montre une très mauvaise image des homos et tout car lez homophobes et les gens retissent ne voit que les gens a moitié a poil imitant des position sexuel et tout. Ils ne voient pas les gens comme nous... Passe partout.
Je propose une Love pride ! La peu importe l'orientation sexuelle, le genre, la religion, la couleur de peau etc... On célèbrerait simplement l'amour ^^

photo de l'auteur ChatdeMars
ChatdeMars
Homme de 20 ans
Lille

5 remerciements
SheWolf : Ce genre d'alternative serait une bonne idée ^^ Le problème c'est que ça risque de devenir comme Bétolerant : un site ouvert à tous mais très majoritairement LGBT, du moins c'est ce que je pense

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Oui mais le message serait différent, à condition que chacun vienne dans sa tenue de tous les jours, et qu'il n'y ait pas de revendications communautaires (on peut être contre l'homophobie sans être pour l'homoparentalité).
Je trouve que le nom de Love Pride est une bonne idée, je le mettrais juste en français parce qu'on est en France.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
C'est marrant, mais on parle déjà en français de « Marche des fiertés », aucun rapport avec l'homosexualité, la bisexualité, la transidentité ou autre dans le nom. Donc votre vœu est exaucé !

photo de l'auteur magicalwaves
Magicalwaves
Homme de 44 ans
Paris

3 remerciements
La mauvaise image est surtout véhiculée par les média visuels à la recherche d'images sensationnelles. Les images montrées ne reflètent pas la majorité des participants ni les combats menés par les associations. Ils ne font aucun traitement ni même le simple relai des messages de fond. Au mieux une phrase ou deux, quelques chiffres sur les participations le soir même et silence. On passe aux plans séquences suivants jusqu'à l'année prochaine. Le sensationnalisme des média de masse et l'abrutissement qu'il génère mine les efforts de ceux qui consacrent leur énergie à faire bouger les choses. 

Quant à ceux qui critiquent la gay pride de leur canapé, je peux comprendre certaines réticences mais j'y suis peu réceptif au discours visant à remplacer cette marche. Même dans le milieu associatif et militant tout le monde n'est pas d'accord avec tous les aspects de la marche. Il faut composer avec des sensibilités très diverses, parfois des égos insupportables, mais certainement pas se diviser lors d'un tel événement. Et quoi qu'il en soit, je reste reconnaissant de l'énergie que certains consacrent à défendre notre existence et nos droits. Donc faites moi la preuve de votre engagement pour faire bouger les choses et de vos bons résultats et je vous écouterai plus volontiers.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je ne sais pas si je suis pour ou contre la gaypride, car on peut la voir de deux façons :

-soit, on est là pour montrer qu'on est "comme tout le monde", montrer qu'on existe mais qu'on n'est pas des pervers, qu'on mérite autant nos droits que les hétéros. Or, qu'on le veuille ou non, parmis 30 personnes "neutres", si 3 se montrent provocantes, ce sont ces 3 là que les médias et les spectateurs retiendront. Donc, si c'est dans le but de faire "avancer les mentalités" dans le sens ou être homo/bi/trans/rayer mentions inutiles (les sigles à rallonge va ptet falloir arrêter..) c'est être malgré tout  "comme tout le monde", je rejoins l'avis de Shewolf et suis donc contre.

-soit, on est là pour s'affirmer NOUS-MÊME et non au nom d'une communauté, et donc ce n'est pas la crédibilité de la dite-communauté qu'on veut défendre, mais notre droit à nous d'exister et de montrer à fond ce que l'on est, peu importe notre comportement, la longueur de nos vêtements, et la façon dont on sera perçu. Certains voient ça comme l'unique jour où ils peuvent exprimer complètement ce qu'ils sont ou veulent être, ce qui peut expliquer pourquoi ils ont font trois tonnes, et font ça pour leur plaisir propre et non pour l'image de la "communauté". Auquel cas, je peux y être favorable.

La question de la fin, c'est donc : faut-il manifester en pensant à soi (que ce soit par amusement ou pour défendre des valeurs personnelles), ou pour soutenir une communauté ? Un homo/bi/trans/queer doit-il se sentir concerné par la réputation d'un groupe mettant toujours plus d'initiales pour cibler au final tout le monde, si bien qu'au final le slogan sera "fier d'être un humain !" ?
Je crois que la seule limite qu'il est logique de mettre, est celle de ce qu'on ne pourrait faire légalement dans la rue en temps normale, comme par exemple b**ser sur la place publique ou poursuivre des enfants de 6 ans avec un fouet à la main.
Les gens ouverts d'esprit feront la part des choses (même s'ils peuvent ne pas cautionner le comportement de quelques uns... sans en juger la "communauté"), les homophobes le resteront probablement quoi qu'il arrive... à moins qu'ils aillent eux-mêmes se renseigner sur la question, ailleurs que devant la télé (mais vu qu'ils sont homophobes, c'est bien qu'ils ne l'ont pas fait et ne le feront sûrement pas).
Donc si la gaypride ne fera pas reculer l'homophobie (et peut-être même le contraire), elle a quand même participé dans le passé à briser le tabou de l'homosexualité, montrer à certaines personnes qui se découvrent qu'elles ne sont pas des cas isolés, et faire en sorte que le tabou ne retombe pas insidieusement si on commence à se rendre plus discret ou arrêter complètement de défiler.
Pas le meilleur moyen d'être bien vu car les médias nous feront toujours passer pour des bêtes de foire, mais une piqûre de rappel et un moyen de s'exprimer/s'amuser pour soi-même, et non pour faire la pub d'une communauté fourre-tout remplie de gens qu'on connait pas.

Sinon pour l'alternative... bah du coup ce serait la self-pride.. très égocentré, mais au moins chacun ferait ce qu'il voudrait sans entacher la réputation d'un groupe de personnes.

photo de l'auteur magicalwaves
Magicalwaves
Homme de 44 ans
Paris

3 remerciements
Je plussoie, Pistache.

Je dirais qu'aller à la gay pride, c'est un peu comme aller voter. En ne participant pas, vous laissez les autres choisir pour vous. En l'occurrence vous les laissez vous définir en tant que minorité sexuelle. Vous laissez certains légitimer leurs discriminations. En participant, vous avez la chance de montrer que vous êtes comme tout le monde, que vous êtes partie intégrante de la société et ne faites que demander un traitement égalitaire. Peu importe le traitement médiatique. Ne former qu'un malgré nos divergences lors de la marche sera toujours plus efficace que de resté replié individuellement sur soi. La présence du plus grand nombre de participants est un signal fort envers les politiques du pays.

Sinon Thierry Heems résume bien l'intérêt de la gay pride dans son article paru aujourd'hui sur le Huffington Post, en réponse à un précédent billet publié sur le journal: Cher Sébastien, être homosexuel n'est pas l'énorme cliché que tu médis
Je recommande de lire intégralement l'article mais voici l'extrait concernant les marches des fiertés annuelles:

" [...] Aux yeux de certains, toi comme moi, nous serons toujours des sales pédés, des tapettes, des tantouzes. C'est en ça que notre communauté est importante et forte.
Tu la décries? Elle n'est pas parfaite, c'est vrai. Elle est très hétérogène, surtout. Forcément complexe, du coup. Mais il faut dire aussi que, contrairement aux autres communautés, la nôtre n'a pas une histoire qui se transmet par nos parents. Nous ne pouvons compter que sur cette communauté pour savoir ce que c'est que d'avoir une sexualité qui n'est pas la norme.
D'où l'importance d'avoir ces événements annuels pour ceux pour qui c'est moins facile. Ces Gay Pride qui permettent de prendre la rue d'assaut, de montrer au monde notre existence, de mener nos combats, et par là-même, de nous faire accepter.
Alors, oui, c'est carnavalesque. Mais d'abord je trouve pas ça si mal, moi, que le fait d'être marginalisé puisse être quelque chose qui ne soit pas triste, au moins une journée dans l'année. C'est même une chance, dis-toi, de pouvoir manifester dans la joie, quand cela est interdit ailleurs, comme à Saint-Pétersbourg, ou pire, comme à Jérusalem, où des gens meurent pour avoir marché.
Puis, qu'est-ce que tu en as à faire, en vrai, que la Gay Pride soit "un carnaval médiatique", "une technoparade costumée"? En quoi ça t'emmerde que la téléréalité donne image que tu considères comme cliché? En quoi vivre cette sexualité reviendrait à endosser cette image que tu rejettes?
Tu clames que le fait de ne pas être dans la revendication est être une forme d'acceptation. OK. Mais rejeter des homos parce qu'ils ne sont pas à ton image ou à celle qui te rassure l'est déjà beaucoup moins. D'ailleurs, pourquoi refuses-tu si fort d'y être associé, au fond?

Souviens-toi que c'est parce que les folles, ces "clichés" qui te gênent, se sont battues, et se battent encore pour avoir le droit d'être et de l'être, que nous avons aujourd'hui, toi et moi, le droit à cette indifférence que tu chéris.
Mais il y a aussi chaque jour des gens qui prouvent qu'être homosexuel, ce n'est pas que cet "énorme cliché" que tu médis. Des acteurs de talents, comme Elen Page, des businessmen de renom, tel Tim Cook, des champions olympiques comme Ian Thorpe ou Tom Daley. [...] "

photo de l'auteur greg686ws
Greg686ws
Homme de 42 ans
PLOERMEL

4 remerciements
Je commence  à comprendre un peu mieux en quoi certains sont si attaché à cet événement, et les raisons qui en font une manifestation importante. 

Mais c'est la fin de l'article qui moi m'interpelle. Je crois que si la représentation/médiatisation des sexualités différente ne se bornent qu'à la seule journée de la Gay pride, c'est un peu triste, et finalement voué à l'échec. Le plus important est sans doute un travail de fond quotidien. Ce site, les associations, en font partie. Ça passe peut-être aussi par le fait d'assumer ouvertement sa sexualité, montrant ainsi à tout à chacun que nous ne sommes en définitive pas différents de nos voisins. Et là j'admet ne pas être un exemple.

Ce que je veux dire c'est qu'en tant qu’événement festif, je ne me sens pas concerné par le décorum. Et en tant qu'outil pour affirmer nos droits, c'est à mon sens très nettement insuffisant.

J'avais pensé à un mouvement politique, mais c'est idiot. C'est comme de vouloir faire de l'écologie un parti. Ça restreint la question un groupe particulier en dédouanant les autres de la prise de position, alors que la préoccupation devrait faire partie de toutes les sensibilités.
Donc, je ne sais pas vraiment.
Ou alors, la défense des minorités sexuelle est justement comme l'écologie. C'est en faisant de petites choses chacun de notre côté, mais inlassablement et quotidiennement, que l'on fait avancer doucement les choses. Pas en sous-traitant nos droits à un parti/groupe/lobby/syndicat.
Je réfléchis en même temps que je tape (ou l'inverse?) donc vous pouvez me jeter des cailloux si vous pensez que je dis des conneries.

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit