n'arrive pas à m'assumer et perdue

auteur anonyme

Anonyme

17 remerciements
Ce sujet est une demande d'aide, écoute et bienveillance sont de rigueur

Bonjour ou Bonsoir à tous

Alors voilà, j'ai besoin d'aide, de conseil. J'explique un peu mon histoire. Dans quelques jours, je vais avoir 18 ans, je sais depuis 4 ans environs que je ne suis pas 100% hétéro. Je suis sortie avec un garçon, le 1er grand amour qui était plutôt une descente en enfer qu'une relation au paradis. En effet, menteur, manipulateur, j'ai failli rentrer dans la drogue et l'alcool... bref, heureusement que j'avais des amis qui étaient là pour me mettre sur le droit chemin.
Puis, il y a un peu plus d'uns de ça... le 19 septembre 2014... premier rapport... sauf que... je n'était pas consentante... j'ai jamais eu le courage de porter plainte contre lui... plusieurs fois cela s'est passé avant que je prenne mon courage à deux mains et rompre... bref, j'ai perdu toute confiance en moi et aux hommes à même rejeter mon propre père pendant un moment alors qu'avec lui je suis très proche.
Après, j'ai rencontré une fille avec qui je suis actuellement depuis 1 ans 1/2 bientôt. Cela s'est su dans mon lycée, le harcèlement scolaire, insultes, étaient encore pire... dépression, tentative de suicide... on a mis les cours à distance pour que je puisse passer le BAC tout de même...
Cependant, je ne sais pas, si je suis bi ou bien lesbienne. Je ne m'assume pas du tout comme je suis, à l'admettre. Je suis perdue. Ma copine s'est ce que j'ai eu, et encore, en ne lui disant pas certaine chose, mais voilà. Je me dit que si je n'avais pas eu se passer avec ce mec rien de tout cela ne serait arrivé etc?

Merci à ceux qui vont me lire et me donner des conseils, etc
Mel


photo de l'auteur Osanagokoro
Osanagokoro
Homme de 22 ans
Paris

7 remerciements
Salut

Tu as eu un passé tragique, et ça me semble assez naturel que tu n'aies plus confiance en les hommes. Bien sûr, tous ne sont pas irrécupérables, et heureusement. Avec le temps, tu te referas sans doute d'excellents amis masculins. Mais rien ne t'oblige à ressentir du désir pour eux de nouveau, a fortiori si tu te sens bien avec les filles.

Dans les sentiments, il est parfois préférable de ne pas se poser trop de questions. Tu dis que tu n'as pas porté plainte. Mais en as-tu parlé à quelqu'un ? Parler à un membre de ta famille, à un psychologue, à quelqu'un en qui tu as confiance, pourrais t'aider à te reconstruire, et à ne plus rejeter tous les hommes. Une fois cette étape franchie, il ne tiendra qu'à toi d'être attirée plutôt vers les eux, ou de rester avec les filles. Mais tes sentiments doivent se baser sur l'amour et l'attirance pour un genre, et pas sur le rejet de l'autre.

Pour le harcèlement au lycée, c'est sûr que ce n'est pas facile, mais les mentalités évoluent au fur et à mesure que tu progresses dans les études. Prends tes distances avec ceux qui ne t'acceptent pas, ceux qui t'apprécient vraiment n'accorderont pas d'importance à ces détails.

Garde confiance en toi, et n'hésite pas à en parler à quelqu'un, à demander de l'aide, pour remettre de l'ordre dans tes idées et dans tes sentiments.

auteur anonyme

Anonyme

17 remerciements
La seule personne qui est au courant est ma copine actuelle, et encore... elle voit que ça me fait encore beaucoup de mal mais elle comprends pas mal de chose, heureusement pour moi... Pour le moment, je me sens incapable d'en parler à quelqu'un d'autre...
Confiance en moi? je ne l'ai plus. Pour la suite, je sais que j'ai des sentiments envers ma copine actuelle mais je me perds parfois...

photo de l'auteur Osanagokoro
Osanagokoro
Homme de 22 ans
Paris

7 remerciements
Parler à un psy pourrait peut-être t'aider. C'est plus facile de discuter avec une personne qui ne te connait pas, ne te juge pas, et est capable de te comprendre (c'est son métier après tout ^^).

Tout est lié, tant que tu n'auras pas retrouvé ta confiance en toi, tu resteras incertaine dans tes sentiments. Tu dois y aller par étape, progressivement. Tu disais que tu étais assez proche de ton père. Ce genre de lien ne disparaît pas comme ça. Si tu ne te sens pas de lui en parler directement, tu peux essayer de lui écrire.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Bonjour,
De ce qui t'es arrivé, il n'y a pas de nom, de qualificatifs assez forts...
En revanche, il semble que tu aies une certaine résilience et ça, c'est bien :)

Comment t'aider ? Je vois 2 façons...

1) Il est normal de se chercher, et plus encore au niveau sexuel. Il ne faut pas t'inquiéter de cela plus que de raison.
Tu te positionneras, tu te construiras, petit à petit, au gré des rencontres, des expériences...
Concernant la triste et douloureuse expérience, ce n'est malheureusement pas une histoire de "mecs".
Il y a aussi du harcèlement 'morale, sexuel) féminin envers les hommes (et certaines femmes entre elles d'ailleurs).
Il y a aussi des hommes violés par des femmes (hé oui, c'est techniquement faisable !)...
Et plus sordide encore, il y a des femmes pédophiles...
Je ne dis pas cela pour te consoler car ce serait bien maladroit !! Non, je dis ça pour que ton schéma mental intègre que TOUS les mecs sont pas des violeurs, des manipulateurs etc. Non seulement ça mais aussi que des femmes se comportent de la même et dégueulasse façon. Bien sûr, les proportions de violences commises par les hommes sont supérieures à celles commises par les femmes mais là n'est pas le propos.

2) Comme Osanagokoro, je ne saurais trop te conseiller de consulter un spécialiste.
L'aide que nous t'apporterons ici sera bien insignifiante par rapport aux traumatismes vécus.
A distance, ce n'est juste pas possible d'être efficace comme il faudrait.
Te dire le contraire serait mentir et ne te rendrait certainement pas service.
Un professionnel saura déconstruire et reconstruire, saura réparer, saura donner confiance...
Je pense qu'il ne faudrait pas trop attendre, et ne pas croire que "le temps" effacera naturellement les choses : un événement, des circonstances particulières dans 1, 5 ou 20 ans et ça te reviendra avec d'autant plus de force dans la figure...
Il faut traiter ça "à la base".

Voilà, en espérant que ça t'aidera quand même un peu, à défaut de vraiment soulager ;)

auteur anonyme

Anonyme

17 remerciements
Bonsoir

Je vous remercie d'avoir pris le temps de me répondre. Tout d'abord, la seule personne qui est au courant réellement est ma copine et eux amies que je connais bien. Par rapport à l'harcèlement scolaire, après le BAC je vais porter plainte.
Je suis allée voir une spécialiste, cependant, elle m'a plus "enfoncé" qu'autre chose... je vis bientôt changer de région pour mes études, je verrais à ce moment là pour ce point de vue là.
Encore merci à vos deux et désolé du retard mais je suis en pleine révision pour le BAC...

photo de l'auteur jawax
Jawax
Femme de 30 ans
Villeurbanne

2 remerciements
Hey!!

Si je peux raconter un bout de mon histoire...

Je me suis inscrite sur beto il y a maintenant presque 3 ans. A l'époque, j'étais perdue, j'étais persuadée de ne pas être normale, je vivais ma sexualité comme un fardeau. 

Puis j'ai discuté avec des gens sur ce site, rencontré des personnes, j'ai même eu des histoires avec des filles rencontrées ici. Cela a été salvateur pour moi, car je me suis rendue compte que la différence, l'anomalie, elle se créait dans ma tête. Je n'étais pas bien dans ma peau, car je pensais que le monde entier m'en voudrait d'être telle que j'étais, mais c'est faux.

En réalité, les autres nous jugent sur ce que nous n'assumons pas. Ne parlons pas de cette période du lycée durant laquelle nous nous construisons et devons lutter chaque jour pour nous trouver, alors que nous sommes jugés en permanence par des groupes de petits boutonneux aliénés par l'âge bête et le besoin de dénigrer pour pouvoir se sentir à leur place. On pense que ça s'arrête après le lycée, mais en réalité, cela continue, c'est juste que les adultes apprennent à être plus ou moins discrets. 

Je ne fais pas une généralité, bien entendu, je suis personnellement entourée de personnes compréhensives, qui ont compris que j'étais comme ça, et qui n'y voient pas une différence. C'est bien plus facile à dire qu'à faire, mais il ne faut pas se laisser atteindre par les remarques de personnes fermées d'esprit. Elles ne méritent qu'une chose: qu'on les laisse baigner dans leur ignorance. 

Dans ton cas, forcément, il y a eu harcèlement, violences psychiques, acharnement, et tu as raison de ne pas laisser ce délit impuni. Ces idiots doivent payer pour leur bêtise.

Enfin bref, tout ça pour dire que j'ai commencé par être perdue, et après presque 3 ans, aujourd'hui, je m'assume. Je ne suis pas expansive sur ma sexualité car je pense que cela reste de l'ordre de la vie privée, et je ne l'étale pas. Mais il en serait de même si j'étais hétéro. Je ne suis ni fière, ni honteuse d'être homo, c'est juste un fait. Ca ne me rend pas plus intelligente, ou plus stupide, ça ne m'oblige pas à coller à des stéréotypes. Faire mon coming-out m'a libérée, et depuis, j'ai pris confiance en moi, j'ai envie de plaire, je me fais belle, j'aime faire du shopping, plein de trucs de meuf, quoi. Tu m'aurais connue avant, j'étais un garçon manqué de première catégorie, hormis les cheveux longs.

En conclusion, le chemin est plus ou moins long, mais un jour, tu seras sereine, et tu te seras trouvée, et tu te rendras compte que cette bande d'abrutis du lycée avaient tort de te reprocher ton orientation sexuelle, ce sont eux les idiots finis. Tu es une personne normale, il n'y a pas de différence. Et ce jour-là, tu leur répondras: "oui, j'aime les filles, et alors?". :)

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit