L'homosexualité et les dons de sang en France

Place aux débats - Créé le - 8 Participations

L'homosexualité et les dons de sang en France

Ce sujet est un débat, échangez et partagez dans la bonne humeur

Il existe, depuis 1983, une loi en France interdisant aux homosexuels masculins d'être donneurs à l'EFS (Établissement Français du Sang).

Bien que l'EFS déclare le 15 Juillet 2014 être "inquiet face à des stocks de sang "plus tendus" que l'année précédente" à la même période, la population masculine homosexuelle demeure en France interdite de dons.

Les raisons en serait une exposition au VIH plus forte chez la population homosexuelle masculine: "en 2010, en France, le nombre de cas de découverte de séropositivité VIH
était de 6 pour 100 000 pour les hétérosexuels. Et de 758 pour 100 000
chez les homosexuels masculins (Données INVS). Le risque d'exposition au
VIH était donc 200 fois plus élevé lors d'une relation sexuelle entre
hommes que lors d'une relation hétérosexuelle ou d'une relation sexuelle
entre femmes" (EFS).

L'autre argument en défaveur serait aussi la période dite "silencieuse" de la détection par prélèvement sanguin du VIH qui serait équivaut à une durée d'une quinzaine de jours après rapport sexuel. Or, un sang contaminé par le VIH à 100% de chances de contaminer le receveur.

Face à la question, le député PS d'Isère Olivier Véran, également auteur d'un rapport sur la filière sang remis à Marisol Touraine, ministre de la Santé, réponds: "Ce n’est pas parce que vous êtes homosexuel que vous avez le sida. Ce n’est pas parce que vous êtes homosexuel que vous avez des pratiques à risque. C’est une vision complètement dépassée!"; ou encore Acte Up Paris sur Rue 89 "C’est une vision selon laquelle il y aurait des groupes à risques ; or il n’y a que des pratiques à risques"

Que penser de cet enjeux?
Est-il légitime d'interdire l'accès au dons à tous les homosexuels?
Ceci ne dénote t-il pas une inégalité sociale?
La sexualité justifie t-elle le réel risque de séropositivité ou est-ce lié aux pratiques et à l'attention de chacun?
N'y a t-il vraiment aucun moyen de garantir des dons sains en provenance d'individus homosexuels?
0 vote

Hum, je crois qu'il n'y a pas vraiment débat. Ou plus précisément, qu'il ne devrait y avoir de débat...

En 1983, de mémoire, est l'année de la découverte du virus HIV.
Le contexte de l'époque, surtout en Amérique, était que c'était la maladie des gays.
Et je ne parle pas des illuminés qui parlaient de punition divine envers les fornicateurs etc.

Il y avait littéralement une peur panique. Peur de respirer dans la même pièce qu'un malade. Vi, à ce point là !
Si je puis me permettre une comparaison, l'inquiétude à l'époque correspondait à celle d'ébola aujourd'hui, la contagion en moins.

Niveau sang, en France le don est gratuit mais les tests, puis le stockage sont payants.
La collecte, elle, elle est payante  (matos, casse croute, frais de déplacement etc).
L'entretien AVANT chaque don, même pour le donneur régulier que j'étais, consiste à cerner les risques ET vérifier que "rien" (pas seulement le HIV) ne corrompe le sang.
Ceci ayant pour but, déjà que la collecte coûte beaucoup d'argent, d'avoir, en plus, à jeter du sang...

Donc en 1983, il était normal de faire cette loi.
Aujourd'hui, cette loi pourrait être dénoncée comme discriminatoire.
La ministre de la santé a raison. Le député à tort. Le combat d'un "dinosaure" (homophobe ??) contre "l'air du temps" et la vision moderne, actuelle, censée et équitable.

0 vote

Il ne devrait pas y avoir de débat. Pour les personnes qui font attention, qui font des dépistages réguliers, c'est juste du ciblage gratuit.
Ce que je trouve aberrant aujourd'hui, ce que l'on cible uniquement les homosexuels masculins. Bien sûr tous les autres n'ont que des pratiques sûres. J'ai donné deux fois mon sang, il ne s'en sont jamais plein, bon aujourd'hui je n'ai plus le droit de le donner (à cause d'un truc qui pourrait soit disant me fatiguer alors que c'est pas grand chose). Bref, ils arrêtent pas de diffuser des slogans "on a besoin de sang" et ils refusent les personnes qui seraient prêtes à le faire. Peut être qu'un jour ça évoluera, mais qu'ils ne viennent pas se plaindre après.

Je trouve cette pratique discriminatoire aujourd'hui, il faut que ça évolue.
0 vote

A préciser: j'essaye de ne pas prendre position dans l'ouverture du débat (qui a lieu d'être du certaine manière en raison des chiffres et des statistiques sur lesquelles s'appuie l'EFS), j'ouvre juste le sujet en citant ce qui ce dit encore aujourd'hui, y compris les arguments de l'EFS. Moi après je suis (comme en même temps la plupart des homosexuels car c'est nous retirer des droits) pour notre accès au don, aussi j'aurais du ouvrir ce sujet à tout le monde (tous genres et attirances confondus). D'ailleurs il y a une pétition: http://www.petitionduweb.com/Petition-pour-que-les-homos-puissent-faire-des-dons-de-sang-5450.html  
0 vote


Oups je suis pas à jour d'ailleurs, une nouvelle loi est en train de passer
0 vote

Oui 1 an d’abstinence pour donner son sang il me semble que c'est ça la nouvelle loi....c'est juste de la discrimination sexuelle.
Perso je boycotte le don du sang tant qu'il n'y aura pas d’équité entre les donateurs.
0 vote

interdiction de don du sang pour les homosexuels ? j'etait même pas au courant et je suis donneur depuis que j'ai l'age pour donner mon sang >.<

mais malgrés cela il y a un questionnaire tout ca a chaque fois et les fameuses question sur la sexualité, la protection avec SA partenaire ou si jamais il y a eu des relation sexuelle entre homme

mouais.. je crois bien qu'un jour je n'aurais plus le droit de donner mon sang.. c'est triste c'etait juste une bonne action.

ça me parait être plus de la discrimination que de la prévention, le VIH est plus present dans la communauté homosexuelle que chez les hétérosexuels mais ce n'est pas exclusifs .


0 vote


41 remerciements

Au 14 nov 2018,

Le risque de contamination au VIH par transfusion sanguine est resté stable depuis l’ouverture de ce droit aux hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes, de l’ordre de 1 sur 5,2 millions de dons :

https://www.santepubliquefrance.fr/Accueil-Presse/Tous-les-communiques/Respect-des-criteres-de-selection-des-donneurs-de-sang-1ers-resultats-de-l-enquete-Complidon-realisee-aupres-de-110-000-donneurs

Je cite :

"le risque de transmission du VIH par transfusion sanguine est resté stable, à un niveau très faible, avant comme après l’ouverture du don de sang aux HSH"

"0,73% ont déclaré avoir eu des rapports sexuels entre hommes au cours des 12 derniers mois, sans l’avoir indiqué avant le don"

"le respect du critère de sélection concernant les HSH pourrait augmenter avec une période d’ajournement plus courte. À la suite de données similaires, en novembre 2017, le Royaume?Uni a autorisé les HSH à donner leur sang, à condition qu’ils n’aient pas eu de rapports sexuels entre hommes dans les 3 mois précédant le don."

Personnellement je pense qu'on ne peut pas faire confiance aux français qui ne sont pas (ou plus) éduqués pour être honnetes, et qu'il convient de se laisser une marge entre la sensibilité des meilleurs dépistages, actuellement inferieure à un mois, et la période d'ajournement des dons. Un an pour les HSH était de toute évidence hors de proportion, d'autant que d'autres groupes à risques n'y étaient pas soumis. Mais elle ne devrait pas non plus être trop courte, ni discriminatrice.

La proposition de cet article de s'aligner sur les 3 mois du Royaume Uni apparaitrait raisonnable.

Mais indépendemment de ces dons, ce serait bien qu'en parallele le nombre d'infections nouvelles dépistées et celles non encore depistées diminues comme dans les autres pays occidentaux. Et là il y a un comme souci en France, tout se passe comme si il y avait une défaillance quelque part, soit au niveau du suivi statistique (cf le site vih.org), soit au niveau de la prévention (laquelle n'est plus très loin d'être atone).


0 vote




Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit