Les réseaux sociaux et notre intimité

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Privé, public, où se trouve la frontière ? 

Icône du XXI ème siècle, les réseaux sociaux sont nés et se sont propagés rapidement.
Indissociables des TIC (Technologies de l'Information et de la Communication), ils ont réussi à instaurer un flou entre les domaines privé et public propre à chacun. Cette ambivalence n'est pas sans rappeler les premiers émois de la presse à scandales. Découlant directement de ces médias populaires, l'expansion du phénomène était assuré. S'ajoute à cela un développement rapide et efficace et touchant toutes les sphères sociales ainsi que le monde professionnel. Désormais vu comme une religion, internet se pose en normalité des échanges et ses rituels sont mondialement connus. Nos modes de communication ont ainsi considérablement évolués, on ne dialogue plus, on s'expose.

Cette mutation de nos échanges remet en question notre conception du rapport à l'autre . 
Internet est devenu le nouveau lien entre nous et le monde extérieur. L'élargissement de la toile, grâce, entre autres à l'extension des réseaux sociaux, a non seulement permis d'amplifier les échanges mais aussi nos interlocuteurs. Cette socialisation fulgurante est mise en évidence dans le cercle formé par les adeptes de l'arobase. Désormais le lecteur devient omniprésent, qu'il soit l'un de nos proches ou notre supérieur hiérarchique. Ainsi, en tant que phénomène mondial à l'émergence non contrôlée, internet a ses limites.

Même les réseaux sociaux comportent leurs dangers. En effet, tout est exposé aux yeux de tous. On perd la maîtrise des informations ce qui peut avoir un impact direct sur notre vie personnelle comme professionnelle. L'internaute se doit de garder à l'esprit que les écrits restent et qu'il est donc nécessaire de filtrer l'ensemble des informations transmises afin de limiter  le phénomène d'exhibitionnisme. A l'extrême on parle même de génération des transparents.  Les utilisateurs de la toile ont tout intérêt à ne pas s'enfermer dans les réseaux sociaux pour éviter de s'y retrouver presque emprisonnés, conditionnés par des règles sectaires. Il est ainsi plus prudent de s'ouvrir au monde extérieur, aux institutions qui elles pourront assister le surfeur dans ses cybernavigations.

Propre au XXI ème siècle, ces nouveaux modes de communication ont modifié notre rapport à l'autre. Endémique de la toile, ils ont aussi apporté leur lot de complications et ont engendré un nouveau phénomène comme celui de l'universalité des propos personnels, mais aussi dans une toute autre mesure la dépendance web. 
L'évolution a été fulgurante et l'illusion du contrôle nous a aveuglé. De plus, la perte progressive de la confidentialité n'est par ailleurs pas arrivée à son apogée et l'on peut se demander quelle en sera la prochaine étape.




A vos claviers chers cybernavigateurs.


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Encore un grand moment de lecture XD
Tu finiras journaliste c'est sûr !

photo de l'auteur baptiste64
Baptiste64
Homme de 24 ans
Pau
Tout ce que tu dis est tellement vrai, et cela me touche parce que je m'enferme de plus en plus dans ce monde du réseau sociall Et c'est pourquoi j'ai grandement décidé de me virer momentanément de facebook et twitter, parce que j'ai l'impression de ne plus pouvoir vivre avec ce genre de sites. En fait, je ne dis pas que c'est quelque chose que je quitterai à vie. Ce ne sera certainement pas facile au début, mais je m'y ferai. Et je reviendrai quand je serai prêt à affronter le monde des social networks ;)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Pour répondre à la fin du topic, la prochaine étape, c'est de lever ses fesses de sa chaise et aller boire un café avec des potes SANS prendre le cappuccino-chantilly en photo. Et le level au dessus, pour les plus intrépides : maintenir une conversation orale avec les personnes présentes, sans tchequer les notif sur son phone.

Concernant le phénomène d'exhibition de vie privée, je pars du principe qu'au dela de 20 ans c'est un choix conscient... donc les gens qui publient tout et nimp puis qui font ensuite «han mais fb enregistre tout ce qu'on dit, c'est honteux, la traîtrise !» ça me fait sourire.. de toute façon entre le fait que ce soit dans la base de données et l'hypothèse que peut-être un jour Zuckerberg se passionnera pour les statuts «ouais trop bonne journée avec bestah» et autres photos de ton bébé qui mange son premier petit pot... bref c'est pas comme si on était obligés de publier nos vies.. c'est un choix, mais le faire n'est pas un problème en soi. Ce qui peut-être un problème, c'est la «paresse sociale» se traduisant surtout par le fait que commenter un statut donne l'illusion d'entretenir une amitié, au lieu d'avoir une vraie conversation avec par exemple.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je n'ai pas le courage de répondre d'une manière aussi longue que ton "article", mais je vais défendre ma cause :D 

Sur les réseaux sociaux, ceux qui ont mon compte sont souvent très déçus x) Point de photos de moi (rares sont les amis qui me taguent, ils savent que je hais ça), rien ne me concernant directement (les seules choses que je poste sont souvent en rapport avec l'informatique), les infos que je donne sont évasives... Bref, rien de passionnant, au final je m'en sers plus de manière pro que particulier.

 Donc, pour réagir à tout cela, non je ne pense pas qu'un réseau social soit obligé de vraiment être un fouille merde de notre intimité, tout dépend de ce que l'on souhaite y poster. 

Au passage, ne pensez pas que vos infos intéressent qui que ce soit, l'être humain vaut en moyenne 1,51$ en terme de données, si ma mémoire est bonne. (j'ai un doute, je crois même que c'est moins, j'ai la flemme de chercher)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je suis tout à fait d'accord avec Kattarsis, on peut très bien échanger sans pour autant exhiber sa vie privée. :)
Perso, j'ai pas de compte Twitter (j'en ai toujours pas compris l'intérêt xD) et je ne suis pas constamment sur Facebook.
Les informations me concernant y sont minimales, parce que justement je ne veux pas me retrouver sur la toile, et quand j'écris quelque chose c'est globalement toujours une idée théorique.

Kattarsis, moi aussi j'ai un problème avec les tags, j'ai déjà menacé de contacter la CNIL. xD

photo de l'auteur Ebenezer
Ebenezer
Homme de 28 ans
Lons-le-Saunier
j'aurais pas une grosse participation mais sur des sites de mise en relation entre entreprises et chercheurs d'emploi, j'ai découvert que certains sites en question proposent d'affilier le compte Facebook afin que le site analyse automatiquement toutes les données pour... remplir ton cv : /
j'ai trouvé ça fou. voilà.

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit