Jusqu'où pouvez-vous être tolérant?

avatar ancien membre
Ancien membre
26/11/2014 à 11:28

On se dit tous tolérant mais à quel point? On ne va pas se mentir, il reste toujours des choses que l'on ne tolère ou plutôt, qu'on ne partage pas. En toute franchise, surtout dans le milieu homo, bi, qu'est-ce que vous ne laisseriez pas passer? A vos claviers !
avatar ancien membre
Ancien membre
26/11/2014 à 11:53

Pour ma part je considère que le mot «respect» a plus de signification que «tolérance». Dire qu'on «tolère» quelqu'un, pour moi c'est un peu comme dire «il pue et il est con, mais faut de tout pour faire un monde hein, c'est un enfant de dieu après tout» ou quelque chose comme ça. Je peux ne pas adhérer à une façon d'être, un esprit qui n'est pas le mien, mais respecter ces différences dans le sens où je les laisse vivre leur vie, quelle me plaise ou non... Après je suis humaine et il m'arrive de critiquer, donc la notion de respect s'arrête pour moi au fait de ne pas nuire à leur liberté, que ce soit par diffamation ou provocation. (La notion entre critiquer et diffamer est parfois floue, mais dans le second cas on nuit sérieusement à la réputation de quelqu'un). Donc 1) je ne suis pas forcément tolérante, mais je respecte ceux qui en font autant 2) ce que je ne laisse vraiment pas passer, ce sont les personnes condescendantes, malhonnêtes, indiscrètes ou qui aiment semer le trouble. Pour le reste, le feeling tout ça, c'est une question de goûts et de dégoûts... mais pas vraiment de tolérance à moins de vouloir sortir ou être ami avec le premier venu.
avatar ancien membre
Ancien membre
26/11/2014 à 13:00

Les extrémistes (peut importe que ce soit religieusement ou politiquement) les racistes , les criminels et ce peut importe le delit ,et les homophobes. Clairement c'est gens là j'aurais jamais de respect pour eux et je leur crachent dessus. On peut se dire que chacun fait ce qu'il veux. Mais si ça va à l'encontre de quelqu'un d'autre je dit non . Sinon je respecte tout. Chacun est libre de faire ce que bon lui semble.  Tant que ça fait chier personne.
avatar ancien membre
Ancien membre
26/11/2014 à 14:21

"Clairement c'est gens là j'aurais jamais de respect pour eux et je leur crachent dessus." C'est une position extrémiste ça, comment tu fais pour te cracher dessus?
avatar ancien membre
Ancien membre
26/11/2014 à 14:27

Je suis très ouvert d'esprit .. Jusqu'au moment où quelqu'un ne respecte pas les autres ou que quelqu'un va se sentir supérieur aux autres. Je ne respecte aucunement ces gens là. Après bien sûr lorsqu'on se montre agressif et qu'on annonce très clairement au départ qu'on ne veut pas de moi ça passe moyen, même si je ne fais rien en représailles ^^
avatar ancien membre
Ancien membre
26/11/2014 à 20:23

Respecter et tolérer les extrêmes c'est la porte ouverte à l'enfer. Libre à toi de tolérer ça 
avatar ancien membre
Ancien membre
26/11/2014 à 20:28

J'crois qu'on peut ne pas tolérer un acte ou une parole, mais la personne en elle-même c'est une autre affaire. Parmis les gens dans les extrêmes, et les quelquechose-phobe, il y a toujours une raison, que ce soit une mauvaise expérience, une éducation rétro-grade, être très influençable, etcetera... une personne est ce qu'elle est parce qu'elle a été conditionnée, par la vie, par les gens, etc, à être comme ça. Je ne veux pas dire qu'on doit dire amen à ses paroles ou ça ce qu'elle fait ! Même nous, on est les extrêmes de quelqu'un. Aux yeux d'un extra-terreste qui nous observerait on fait probablement des choses largement pire que d'être raciste ou homophobe ou méprisant... donc être quelqu'un de "bien et respectable" ou de "mauvais", OUI la notion de mal est une réalité, par contre le seuil est très relatif...
avatar ancien membre
Ancien membre
27/11/2014 à 10:10

Y'a le problème de la majorité légale et le problème des animaux on peut ainsi se poser la question sur le réel consentement des anmiaux et des personnnes
avatar ancien membre
Ancien membre
27/11/2014 à 10:37

Bonjour à tous, merci pour tous vos avis et contributions qui sont tous intéressants à lire. J'avais eu l'idée de lancer se sujet en référence au site "betolerant" et il est vrai que ça a dévié sur le mot "respect". J'aime beaucoup vos différents commentaires venant de tout horizon mais une des choses les plus importante est de ne pas tomber non plus dans l'extrême pur et dur. Après, on peut tout tolérer mais la limite se conditionne avec ce que l'on est, je pense.
avatar ancien membre
Ancien membre
27/11/2014 à 23:27

Ooh mais déjà qu'est ce que la tolérance ! (j'ai vu ca en philo l'année dernière! :p) Et bien je m'en rappelle plus bien, mais j'ai de vagues souvenirs ! Le paradoxe de la tolérance !! Il est impossible de tout tolérer, car cela signifierais tolérer l'intolérance! Et on ne peut se dire tolérant tout en tolérant les intolérants ! Voila bref je ne tolère pas l'intolérance! (racisme, homophobie, inégalités, maltraitance... Tout ce qui va a l'encontre de mes valeurs..)
avatar ancien membre
Ancien membre
28/11/2014 à 11:13

Tolérer en soi c'est déjà faire acte de non agression envers quelque chose qu'on supporte sans être d'accord pour autant ,c'est donc admettre qu'il y a des divergences avec l'opinion et les accepter sans pour autant les assimiler à un droit fondamental ou aimer cela . Exemple:"En Belgique on tolère qu'une personne ai sur elle quelques grammes de cannabis ,pour son usage personnelle ,dépasser un certain nombre de gramme est interdit car considéré comme un usage de vente qui reste elle ,proscrite" En gros le terme tolérance est déjà très ambiguë en lui même. Personnellement pour en revenir à ton sujet ,dans le milieu gay,moi personnellement ce que je tolère à défaut d'assimiler ça intégralement ce sont les personnes qu'on appelle vulgairement "les folles" ,je trouve que ça caricature totalement l'homosexuel lambda et que la réalité est autre que l'excentricité, le fait d'être maniéré à l'extrême ,le matérialisme à outrance ...etc Je trouve donc que le délire "cage aux folles" c'est vulgaire et ça me parait pas naturel ,voir surjoué,et je pense que d'un certain côté les gens n'aiment pas cette image en général et que c'est pour cette raison qu'on nous catalogue . MAIS bien sur je tolère cela ,du moment qu'un respect est palpable je ne vois pas pourquoi je ne respecterais pas moi même ces personnes .
avatar ancien membre
Ancien membre
29/11/2014 à 22:11

Bonsoir les betos D'abord il me semble important de définir, qu'est ce que la tolerance? voici sa defintion: , ', . '. Elle implique, pour moi, une notion de réciprocité!!! je suis tolerant avec toi si tu l'es avec moi!!! les seuls référents contre l'intélorance sont les valeurs humanistes et la loi!!!! bien que certains pourraient croire qu'elle ne s'adrese qu'aux homos elle est malheureusement dirigée vers tout le monde et vers toutes les commnautés!!! la lutte contre cette peste doit se faire a tous les niveaux!!! et surtout ne jamais oublier que l'intolérance est la mère des dictatures!!!
avatar ancien membre
Ancien membre
07/12/2014 à 23:58

Je suis quelqu'un, je pense, d'extrêmement tolérant. Déjà, je ne tolère pas les déviances (car pour moi, elles sont déviantes) sexuelles qui se terminent en -philie, ou du moins celles qui vont dans des extrêmes. Je dois aussi admettre que j'ai un gros soucis de tolérance avec les gays qui surjouent leurs manières afin de se donner en spectacle. Quand ça reste naturel, parce que je ne vais pas mentir j'ai mes manières, ça ne me dérangent en aucun cas. Mais quand ça part dans des excès pour faire les princesse, les divas ou les queens, je ne peux juste pas cacher mon mépris. Et comme beaucoup de mon j'imagine, je ne tolère ni les cons, ni les intolérants sur le plan large, ni les limaces et les cafards.
avatar ancien membre
Ancien membre
08/12/2014 à 00:29

Toutes les déviances en «philie» ne sont pas objectivement novices, dans ce cas pourquoi ne pas tolérer les «déviants» qui les pratiquent ? Et pour tout ceux qui disent ne pas tolérer les cons, questce qu'un con ? Un type qui a une façon de penser ou d'agir que vous ne tolerez pas, mais ça ne précise pas quoi ^^ Conclusion, j'aime l'amour, et je déteste la haine :) bisous à tous, sauf les cons (à vous de définir si d'après moi vous en etes un ou pas, lolilol)
avatar ancien membre
Ancien membre
08/12/2014 à 00:29

On est tous tolérants, on tolère tous les autres, le monde qui nous entoure, même si on n'aime pas tout le monde, même si on accepte pas tout le monde. Certaines personnes sont rejetées et ne sont pas facilement tolérées dans cette société, par d'autres car elles ont une différence visible ou non par rapport à la norme pré-établie qui fait que les préjugés de la société sur ces différences empêche les membres de cette société d'accepter ces différences. Ça peut être un handicap, une maladie, une couleur de peau, une origine, un accent, une orientation sexuelle, un style vestimentaire, une façon d'être, une mauvaise adaptation à la société, une corpulence, un physique, ect. Pour ce qui est des "déviances" sexuelles: pédophilie, zoophilie, etc, la société à dit que c'était mal, que c'était des "maladies", que c'était à condamner. Or c'est confondre l'acte et le sentiment. Le sentiment n'est pas choisit. L'acte est, lui choisit (même sous l'impulsion..) et c'est l'acte et non le sentiment qui m'est en tout cas à moi intolérable. Mais la tolérance est dans les moeurs, on DOIT être tolérants, c'est bien vu! Alors, oui, pourquoi pas? si ça permettait aux mentalités d'évoluer, et faire accepter les différences de chacun, alors c'est une super bonne chose! Le problème c'est que c'est basé sur l'hypocrisie. Les gens sont tolérants jusqu'à ce que les personnes dites "différentes" viennent trop près d'eux, là, tout de suite ils sont beaucoup moins tolérants.. Ce qui montre qu'ils n'acceptent pas ces personnes, ils essayent juste de faire bonne figure. Alors heureusement c'est pas le cas de tout le monde et ce n'est pas le cas partout mais il y a encore des personnes comme ça, on en voit à la télé, sur internet, dans la vie de tout les jours je dirais enfin en tout cas pour ma part..
avatar ancien membre
Ancien membre
08/12/2014 à 17:50

Pour ce qui est de confondre l'acte et le sentiment, notamment pour la pédophilie, je dis juste : AMEN. Vraiment. T'es la seule personne actuellement qui semble partager le même avis que moi à ce sujet : on ne choisi pas nos désirs (même déviants) mais on choisit de les concretiser ou non. Bien malheureux celui qui, même avec des intentions bienveillantes de base, est habité par des désirs/pulsions illégales ou immorales sans pouvoir s'en débarrasser ou en parler sans être traité de monstre...
avatar ancien membre
Ancien membre
08/12/2014 à 18:02

Quant à la tolérance «hypocrite» où l'on fait bonne figure tant que les gens différents ne s'approchent pas trop près de nous, je pense qu'il ne faut justement pas confondre tolérance et amour. Comme tu l'as dit au debut, on tolère déjà la majeure partie de la population dans le sens où l'on fait avec ceux qui nous entoure, qu'on les laisse vivre. Alors que pour accepter de faire entrer quelqu'un dans notre sphère personnelle, il faut de l'amour, du moins se sentir bien avec... ce qui exclue les différences en désaccord avec nos valeurs/notre ambiance. Voilà pourquoi tolérer n'est pas aimer, ça n'a même rien a voir : être indifférent ou feindre l'indifférence face aux caractéristiques de l'autre ne signifie pas désirer créer un lien avec lui.
avatar ancien membre
Ancien membre
08/12/2014 à 19:03

Je parlais de tolérance pure, pas d'amour, en effet, pas de la sphère personnelle enfin même ça dépends! Quand t'es au boulot, par exemple, tu contrôle pas et peut être que tu vas rejeter quelqu'un à cause d'une différence que tu ne tolère pas (sans question d'affinité). Ou alors en prenant le cas de l'homos.exualié (je prends cet exemple car il à été raconté, plusieurs fois par beaucoup de personnes, mais ce n'est pas une généralité) par exemple, certaines personnes après avoir fait ton coming-out te rejetterons, alors que sans connaitre cette différence, elles t'aimaient bien. Etc. Mais oui, alors sinon pour revenir à ton message (et à la philo! Ah qu'est ce que ça manque! ^^) Peut-on dire que l'amour est une barrière à la tolérance?
avatar ancien membre
Ancien membre
03/01/2015 à 21:29

Tout dépend de l'implantation de l'intolérance. On a tous besoin aussi de détester des gens, à certains moments. Assister à un étalage de médiocrité ou à des manipulations évidentes a tendance à faire surgir de la colère et de la haine. Mais c'est plutôt passager. C'est ce que je ne comprends pas trop dans une intolérance catégorique, cette non remise en question quelque soit la personne qui en soit la cible. Quant à l'hypocrisie de la tolérance, je pense que c'est une formule un peu forte. Il arrive un moment où j'estime que je subis quelque chose, et la personne qui en est l'auteur devient désagréable et empiète sur mon bien être. Tout le monde fonctionne ainsi. Donc si un type arrive dans un lieu public et commence à avoir un comportement nuisible, il est hors de question de le tolérer. Quand la personne en face se moque ostensiblement des conséquences de ses actes (ou n'en a pas conscience), la notion de tolérance est caduc. Malheureusement, c'est souvent dans ce type de situation qu'on assiste à des insultes. Evidemment, il faut aussi faire preuve de recul et avoir une certaine ouverture (juste pour ne pas défoncer la gueule du premier adolescent qui écoute son rap à fond avec son casque daubesque qui n'isole rien du tout), mais il est des situations où une remise en place s'impose.
avatar ancien membre
Ancien membre
04/01/2015 à 15:42

Pistache et Atchoum78 respect à ses grands penseurs qui se penchent vraiment sur le sujet et nous donnent là une réflexion très seine sur ce sujet, je suis tout à fait d'accord avec vous! J'ai un film qui me vient comme ça que je n'ai pas encore vu (quand j'aurai le temps :) ) mais qui colle bien à certaines notions abordées ici c'est Gerontophilia  
avatar ancien membre
Ancien membre
04/01/2015 à 17:07

Vos réponses rejoignent bien en partie mon avis, donc je ne répéterais pas ce qui as été dit. Surtout sur la notion de respect qui est essentielle et malheureusement énormément de gens la zappe bien vite. Pour ma part,  je suis un je-m'en-foutiste-en-puissance, suivi d'un gros blasé de la vie. Et il faut faire part de ce qu'est un je m'en foutiste et la tolérance car ce n'est pas la même chose, même si quelques gens tendent à confondre la frontière entre les deux qui peut être parfois mince. Je ne suis pas un expert en cette théorie, mais je me permets d'exposer mon point de vue. La tolérance, c'est faire un effort pour cautionner quelque chose qui ne te plaît pas, qui n'a pas lieu d'être pour toi mais qui est là. Parce que tout le monde est différent, on ne vas pas entrer en guerre avec le monde entier ou réduire la liberté et l'égalité de chacun, blablabla...  Par exemple : Il y a des vidéos Youtube que je n'aime pas du tout. Et bien je m'abstiens de commenter ou bien, je fais la part entre les points positifs ou négatifs de la chose de manière à avoir un avis qui puisse aider la personne, comme un avis constructif. Le but n'étant pas de descendre, justement. Et y a le reste qui lance des '' c tro nul '' ( seigneur, Robert tu serais pas fier ), des insultes à la personne alors qu'ils ne la connaissent même pas, des menaces de mort carrément oui parfois. Le je m'en foutiste, est assez controversé. C'est de l'indifférence qui peut passer pour de l'égoïsme, de la sédentarité éthique, de la paresse dans notre vie active en matière de choix et j'en passe. Chacun à son degrés d'intolérance comme son degrés de je m'en foutiste. Bref le je m'en foutiste, c'est dire carrément qu'on en a rien à carrer et que nous ne mettrons pas de mots là dessus, on ne s'implique pas ni rien. Et quand quelque chose de grave arrive et que le je m'en foutiste passe juste là sans rien dire, il est pointé du doigt comme la brebis galeuse ( à un titre moins extrême que les ignorants souhaitant étaler leur avis dysfonctionnels, insulteurs ou autres ). '' Tu dis rien parce que tu le cautionne ! '', '' Dis quelque chose enfin, faut être un monstre pour ne pas s'indigner ! '' '' T'en a rien à foutre de ce qui arrive à ses pauvres gens ?! ''. Parfois on s'en fiche, d'autres non, seulement on s'implique pas là dedans pour X ou X raisons. Si les gens n'ont pas envie d'en débattre là dessus, qui sommes nous pour les obliger ? Après on peut reconnaître de sortes de je m'en foutiste. Ceux qui s'abstiennent et ceux qui votent blanc. Et encore la majorité du temps ce qui votent blanc sont neutres ou par manque de choix. Donc là on s'égare, muy muy loin. Et ensuite viens le blasé. Le blasé pure souche. Ce n'est un secret pour personne mais la médiatisation y est pour quelque chose : Présentateur : '' Aujourd'hui, le petit Emile a été retrouvé mort dans la Seine car son papa alcoolique l'a battu après avoir enterré sa femme dans le jardin... '' Jean Charles Edouard : '' Ouais bof, ça ne fait que le quatorzième du moi, hein... Ouh pinaise ! Je vais rater ma série ! ''. Tout dépend comment l'info est traitée, néanmoins il y a cet effet de banalisation qui revient toujours au milieu de la tronche. Le blasé peut donner son avis, mais il y a un ras-le-bol général. Il veut plus entendre parler de tel ou tel truc ET pourtant il le regarde quand même, parce que à la longue, ça lui fait plus tellement d'effet. Et le soucis, c'est que si t'es autant tolérant, que je m'en foutiste et blasé de la vie et bien c'est pas simple de définir l'ordre de tes priorités ! Ce qui fait que mon exposé se retrouve à moitié valide ! L'art de se casser la gueule tout seul.               Mais voyez, s'il y en a qui ne sont pas d'accord avec ce que je raconte, et bien je prends les critiques comme ça vient !               Un échange convenable, c'est respectueux. Un '' je suis pas d'accord mais... '', c'est de la tolérance qui peut aboutir à un nouvel échange respectueux. Un '' Chuis pas d'accord '' tout court, c'est de la tolérance.. Un '' Tu racontes nawak                fils de... '', je m'en fous. Un '' Cc slt ça vab1 who bien ? '', je suis gravement blasé. Pour ma part si il y a bien une chose que je trouve intolérable, c'est le mal fait aux animaux. Je ne le cautionne pas. A un degrés plus bas mais tout aussi important, je ne tolère pas les gens qui polluent en transformant un lieu d'habitation ou la nature en porcherie, Ni ceux qui s’immiscent dans la vie privée des gens même s'ils sont dotés de bonnes intentions à leur égard. Les gens qui ne respectent pas le travail des autres en les rabaissant ou abîmant le produit fini. Ce qui vienne chercher la merde à des gens qui n'ont rien à faire dans leurs histoires. Si le reste ne me touche pas personnellement, c'est que je ne veux pas m'impliquer à donner un avis ou une critique. Je ne suis pas juge, je suis pas psychiatre, je ne suis pas le criminel en question. Il a fait quelque chose horrible et inadmissible,  je peux ni le tolérer, ni l'accepter.Il me faut toutes les informations requises pour prendre cette décision. Je ne suis pas dans la tête de ce mec, et le crime en question ne me touche pas, moi et les miens. Mon comportement peut en choquer certains qui diront : '' Ouais ! C'est à cause de gens comme nous, qui ne disent jamais NON que y a plus de pédophile, criminels, dealers, de mecs bourrés qui prennent le volant... ''. Je suis capable d'exposer mon avis sur la chose, je peux le cautionner ou non à certains degrés MAIS je garde mon avis pour moi seul. Tout dépend ensuite de me nourrir des avis des autres ou non.  Bref chaque situation est complètement relative.


Suivez-nous
Téléchargez l'application
Application android
conçu avec par Carbonell Wilfried
© Copyright 2021, betolerant.fr