Marche des fiertés à Jérusalem 2016 sous haute sécurité

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ce sujet est une actualité

Marche des fiertés à Jérusalem 2016 sous haute sécurité

Pour cette quinzième édition de la marche des fiertés les 25 000 participants se sont réunis au centre de Jérusalem. Durant cet événement un dispositif de sécurité conséquent a été mis en place. Un effectif de 2000 officiers de police à portée de main.


<iframe src="//www.youtube.com/embed/wk4f27D2utE" width="425" height="350"></iframe>


Un journaliste de " A times of Israel " rapporte avoir vu une seule entrée au défilé, où les participants ont été assemblés pour subir deux contrôles de sécurité. Une deuxième entrée a été ensuite été ouverte. Des barrières à la ligne de la marche et une grande partie du centre-ville de Jérusalem a été fermé à la circulation des véhicules, et, au milieu de la sécurité accrue, même pour les piétons se sont plaints que la police les a empêché de traverser certaines rues.


Yoram Halevy, le chef de la police de Jérusalem s'exprime plus tôt lors d'un briefing aux journalistes : " Il y'avait une menace grave pour ceux qui participent [dans le défilé de la fierté de Jérusalem]". Effectivement les agents ont arrêté 30 personnes soupçonnées d'essayer de perturber l'événement, une porte-parole de la police israélienne disait. Deux d'entre eux étaient en possession de couteaux, Luba Samri dit dans une déclaration " La police continuera d'utiliser une main ferme et faire preuve de tolérance zéro à l'égard toute personne qui tente de perturber le défilé de quelque façon," a t-elle ajouté.


Les participants ont commencé à se rassembler au Liberty Bell Park à partir de 16h15, la marche a débutée environ de 15h45, en direction des rues du Keren Hayessod et King George pour finir au centre-ville, à Independence Park plus tard dans la soirée.


 mémorial à Shira Banki
 
Les organisateurs ont demandé aux participants d'apporter des fleurs à placer sur le mémorial dans la rue Keren Hayessod, là où le 30 juillet 2015 Shira Banki, une jeune adolescente de 16 ans qui participait à la marche en solidarité avec ses amis LGBTi, a été tuée par Yishai Schlissel, un extrémiste juif ultra-orthodoxe et qui a aussi blessé cinq autres personnes lors de cette attaque au couteau. L'adolescente succombe à ses blessures trois jours après. Après sa mort, la famille a décidé de faire don de ses organes selon un quotidien israélien Haaretz.


"Notre Shira était magique. Elle a été assassinée parce qu'elle était une fille de 16 ans heureuse, pleine de vie et d'amour, qui était venue exprimer son soutien à ses amis et à leur droit de vivre comme ils le souhaitent. Sans autre raison que le mal, la stupidité et la négligence, la vie de notre jolie fleur a été brutalement abrégée. De mauvaises choses arrivent aux bonnes personnes, et une très vilaine chose est arrivée à notre incroyable fille" se sont exprimés les parents de Shira Banki.


<iframe src="//www.youtube.com/embed/oV1kA02TP14" width="425" height="350"></iframe>


Agression similaire en 2005


L'attaque de l'extrémiste ultra-orthodoxe agé de 39 ans Yishai Schlissel à la marche des des fiertés de Jérusalem est venu quelques semaines seulement après sa sortie de prison. Il purgeait une peine de 12 ans, elle fût écourtée à 10 ans, pour une autre attaque en 2005 à une ancienne marche des fiertés dans laquelle il aurait aussi poignardé trois personnes.


Préchant la haine et critiques contre les homosexuels sur des forums avant de passer de nouveau à l'acte, vêtu de son austère costume noir traditionnel des ultra-orthodoxes, il s'est précipité sur le cortège de la marche et avait choqué bon nombre d'Israëliens.


La police, critiquée pour n'avoir pas pu l'empêcher de nouveau à passer à l'acte et les hautes autorités avaient suivi cette attaque.


Yishai Schlissel, juif ultra-orthodoxe


 


Famille et des opposants mis à l'écart de Jérusalem


Dans une étape très inhabituelle, la police a ordonné à la famille de l'assasin de Banki, Yishai Schlissel, de rester loin de Jérusalem le jour de la marche.


Tôt mercredi matin, la police est allée à la maison de famille Schlissel à Yad Binyamin afin de détenir la mère et cinq de ses frères et soeurs pour interrogatoire. Ils ont ensuite été invités à signer un engagement à rester en dehors de Jérusalem.


Particulièrement Michael Schlissel qui a été arrêté et détenu pendant plusieurs jours de la semaine dernière dû aux soupçons d'un complot avec son frère contre le défilé de cette année.


L'avocat de la famille, Itamar Ben-Gvir, a déclaré le comportement de la police constituait " un abus simplement parce qu'ils sont parents de Yishai Schlissel. " L'assocation pour les droits civils en Israël a également critiqué la décision, nommant un abus de pouvoir.


La police avait également mis en garde plusieurs militants opposés à la marche de rester loin, violant ainsi leur liberté d'expression et leur droit de manifester.


« Aimer quelqu’un ne devrait jamais signifier vivre dans la peur et la terreur »


Le premier ministre Benjamin Netanyahu a abordé la communauté LGBTi et les participants à la marche des fiertés de Jérusalem dans un message vidéo jeudi, en disant qu'ils sont une partie inséparable de la société israélienne et doivent être traités avec respect et égalité.


Un grand absent de l'événement était le maire de Jérusalem, Nir Barkat, qui a annoncé mercredi dernier qu'il ne serait pas présent. Il a, cependant, déposer des fleurs plutôt dans la journée à l'endroit où Shira Banki a été assassiné.


Maire de Jérusalem, Nir Barkat et District de Jérusalem commandant de la police Yoram Halevi


Le maire de Jérusalem sous pression religieuse


" Je ne vais pas marcher parce que je ne veux pas faire partie de quelque chose qui offense la communauté ultra-orthodoxe et la communauté religieuse sioniste ", a déclaré Barkat dans une interview publiée dans le quotidien Yedioth Ahronoth. Effectivement environ 250 rabins ultra-orthodoxes ont manifesté un soutien, dans une lettre ouverte, en faveur de leur collègue, Yigal Levinstein, qui avait insulteé la communauté LGBTi de : Pervers. Dirigeant  une école de formation pour les conscrits sur le point de rejoindre l'armée, dans la colonie d'Eli, en Cisjordanie.


« Il existe un mouvement insensé dont les membres ont abandonné la normalité de la vie, avait expliqué le rabbin lors d’une conférence à Jérusalem, le 13 juillet. Ce groupe rend le pays fou et a pénétré de toute sa puissance les forces armées, et personne n’ose ouvrir sa bouche et s’élever contre lui. »


Barka, dont la coalition municipale comprend plusieurs partie orthodoxes, a souligné que les manifestants ont le droit de marcher.


" La municipalité de Jérusalem, la police et je ferai tout ce que nous pouvons pour leur permettre d'exercer leur droit. " a t'il dit dans l'interview. " Mais ils ont besoin de savoir qu'ils blessent les autres ... Une grande partie de la population a Jérusalem a beaucoup de mal au sujet de la marche. "


Des dixaines de manifestants de l'événement ont également fait apparition sur les lieux mais la police les a empêcher de perturber l'événement.


Itzik Shmuli ( Union sioniste), qui a également participé à la marche, a déclaré: " la parade de l'année, plus que tout, représente la lutte contre les forces violentes et radicales dans la société Israélienne. Nous marchons pas seulement dans la mémoire de Shira Banki, mais pour nous-mêmes. Il y'a un lien direct entre son assassin et ceux justifiant l'idéologie radicale. "


<iframe src="//www.youtube.com/embed/WALaYqKehOA" width="425" height="350"></iframe>


Informations

Date de publication : 25/07/2016 à 03:03



photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit

Pour cette quinzième édition de la marche des fiertés les 25 000 participants se sont réunis au centre de Jérusalem. Durant cet événement un dispositif de sécurité conséquent a été mis en place. Un effectif de 2000 officiers de police à portée de main.


<iframe src="//www.youtube.com/embed/wk4f27D2utE" width="425" height="350"></iframe>


Un journaliste de " A times of Israel " rapporte avoir vu une seule entrée au défilé, où les participants ont été assemblés pour subir deux contrôles de sécurité. Une deuxième entrée a été ensuite été ouverte. Des barrières à la ligne de la marche et une grande partie du centre-ville de Jérusalem a été fermé à la circulation des véhicules, et, au milieu de la sécurité accrue, même pour les piétons se sont plaints que la police les a empêché de traverser certaines rues.


Yoram Halevy, le chef de la police de Jérusalem s'exprime plus tôt lors d'un briefing aux journalistes : " Il y'avait une menace grave pour ceux qui participent [dans le défilé de la fierté de Jérusalem]". Effectivement les agents ont arrêté 30 personnes soupçonnées d'essayer de perturber l'événement, une porte-parole de la police israélienne disait. Deux d'entre eux étaient en possession de couteaux, Luba Samri dit dans une déclaration " La police continuera d'utiliser une main ferme et faire preuve de tolérance zéro à l'égard toute personne qui tente de perturber le défilé de quelque façon," a t-elle ajouté.


Les participants ont commencé à se rassembler au Liberty Bell Park à partir de 16h15, la marche a débutée environ de 15h45, en direction des rues du Keren Hayessod et King George pour finir au centre-ville, à Independence Park plus tard dans la soirée.


 mémorial à Shira Banki
 
Les organisateurs ont demandé aux participants d'apporter des fleurs à placer sur le mémorial dans la rue Keren Hayessod, là où le 30 juillet 2015 Shira Banki, une jeune adolescente de 16 ans qui participait à la marche en solidarité avec ses amis LGBTi, a été tuée par Yishai Schlissel, un extrémiste juif ultra-orthodoxe et qui a aussi blessé cinq autres personnes lors de cette attaque au couteau. L'adolescente succombe à ses blessures trois jours après. Après sa mort, la famille a décidé de faire don de ses organes selon un quotidien israélien Haaretz.


"Notre Shira était magique. Elle a été assassinée parce qu'elle était une fille de 16 ans heureuse, pleine de vie et d'amour, qui était venue exprimer son soutien à ses amis et à leur droit de vivre comme ils le souhaitent. Sans autre raison que le mal, la stupidité et la négligence, la vie de notre jolie fleur a été brutalement abrégée. De mauvaises choses arrivent aux bonnes personnes, et une très vilaine chose est arrivée à notre incroyable fille" se sont exprimés les parents de Shira Banki.


<iframe src="//www.youtube.com/embed/oV1kA02TP14" width="425" height="350"></iframe>


Agression similaire en 2005


L'attaque de l'extrémiste ultra-orthodoxe agé de 39 ans Yishai Schlissel à la marche des des fiertés de Jérusalem est venu quelques semaines seulement après sa sortie de prison. Il purgeait une peine de 12 ans, elle fût écourtée à 10 ans, pour une autre attaque en 2005 à une ancienne marche des fiertés dans laquelle il aurait aussi poignardé trois personnes.


Préchant la haine et critiques contre les homosexuels sur des forums avant de passer de nouveau à l'acte, vêtu de son austère costume noir traditionnel des ultra-orthodoxes, il s'est précipité sur le cortège de la marche et avait choqué bon nombre d'Israëliens.


La police, critiquée pour n'avoir pas pu l'empêcher de nouveau à passer à l'acte et les hautes autorités avaient suivi cette attaque.


Yishai Schlissel, juif ultra-orthodoxe


 


Famille et des opposants mis à l'écart de Jérusalem


Dans une étape très inhabituelle, la police a ordonné à la famille de l'assasin de Banki, Yishai Schlissel, de rester loin de Jérusalem le jour de la marche.


Tôt mercredi matin, la police est allée à la maison de famille Schlissel à Yad Binyamin afin de détenir la mère et cinq de ses frères et soeurs pour interrogatoire. Ils ont ensuite été invités à signer un engagement à rester en dehors de Jérusalem.


Particulièrement Michael Schlissel qui a été arrêté et détenu pendant plusieurs jours de la semaine dernière dû aux soupçons d'un complot avec son frère contre le défilé de cette année.


L'avocat de la famille, Itamar Ben-Gvir, a déclaré le comportement de la police constituait " un abus simplement parce qu'ils sont parents de Yishai Schlissel. " L'assocation pour les droits civils en Israël a également critiqué la décision, nommant un abus de pouvoir.


La police avait également mis en garde plusieurs militants opposés à la marche de rester loin, violant ainsi leur liberté d'expression et leur droit de manifester.


« Aimer quelqu’un ne devrait jamais signifier vivre dans la peur et la terreur »


Le premier ministre Benjamin Netanyahu a abordé la communauté LGBTi et les participants à la marche des fiertés de Jérusalem dans un message vidéo jeudi, en disant qu'ils sont une partie inséparable de la société israélienne et doivent être traités avec respect et égalité.


Un grand absent de l'événement était le maire de Jérusalem, Nir Barkat, qui a annoncé mercredi dernier qu'il ne serait pas présent. Il a, cependant, déposer des fleurs plutôt dans la journée à l'endroit où Shira Banki a été assassiné.


Maire de Jérusalem, Nir Barkat et District de Jérusalem commandant de la police Yoram Halevi


Le maire de Jérusalem sous pression religieuse


" Je ne vais pas marcher parce que je ne veux pas faire partie de quelque chose qui offense la communauté ultra-orthodoxe et la communauté religieuse sioniste ", a déclaré Barkat dans une interview publiée dans le quotidien Yedioth Ahronoth. Effectivement environ 250 rabins ultra-orthodoxes ont manifesté un soutien, dans une lettre ouverte, en faveur de leur collègue, Yigal Levinstein, qui avait insulteé la communauté LGBTi de : Pervers. Dirigeant  une école de formation pour les conscrits sur le point de rejoindre l'armée, dans la colonie d'Eli, en Cisjordanie.


« Il existe un mouvement insensé dont les membres ont abandonné la normalité de la vie, avait expliqué le rabbin lors d’une conférence à Jérusalem, le 13 juillet. Ce groupe rend le pays fou et a pénétré de toute sa puissance les forces armées, et personne n’ose ouvrir sa bouche et s’élever contre lui. »


Barka, dont la coalition municipale comprend plusieurs partie orthodoxes, a souligné que les manifestants ont le droit de marcher.


" La municipalité de Jérusalem, la police et je ferai tout ce que nous pouvons pour leur permettre d'exercer leur droit. " a t'il dit dans l'interview. " Mais ils ont besoin de savoir qu'ils blessent les autres ... Une grande partie de la population a Jérusalem a beaucoup de mal au sujet de la marche. "


Des dixaines de manifestants de l'événement ont également fait apparition sur les lieux mais la police les a empêcher de perturber l'événement.


Itzik Shmuli ( Union sioniste), qui a également participé à la marche, a déclaré: " la parade de l'année, plus que tout, représente la lutte contre les forces violentes et radicales dans la société Israélienne. Nous marchons pas seulement dans la mémoire de Shira Banki, mais pour nous-mêmes. Il y'a un lien direct entre son assassin et ceux justifiant l'idéologie radicale. "


<iframe src="//www.youtube.com/embed/WALaYqKehOA" width="425" height="350"></iframe>


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit

Pour cette quinzième édition de la marche des fiertés les 25 000 participants se sont réunis au centre de Jérusalem. Durant cet événement un dispositif de sécurité conséquent a été mis en place. Un effectif de 2000 officiers de police à portée de main.


<iframe src="//www.youtube.com/embed/wk4f27D2utE" width="425" height="350"></iframe>


Un journaliste de " A times of Israel " rapporte avoir vu une seule entrée au défilé, où les participants ont été assemblés pour subir deux contrôles de sécurité. Une deuxième entrée a été ensuite été ouverte. Des barrières à la ligne de la marche et une grande partie du centre-ville de Jérusalem a été fermé à la circulation des véhicules, et, au milieu de la sécurité accrue, même pour les piétons se sont plaints que la police les a empêché de traverser certaines rues.


Yoram Halevy, le chef de la police de Jérusalem s'exprime plus tôt lors d'un briefing aux journalistes : " Il y'avait une menace grave pour ceux qui participent [dans le défilé de la fierté de Jérusalem]". Effectivement les agents ont arrêté 30 personnes soupçonnées d'essayer de perturber l'événement, une porte-parole de la police israélienne disait. Deux d'entre eux étaient en possession de couteaux, Luba Samri dit dans une déclaration " La police continuera d'utiliser une main ferme et faire preuve de tolérance zéro à l'égard toute personne qui tente de perturber le défilé de quelque façon," a t-elle ajouté.


Les participants ont commencé à se rassembler au Liberty Bell Park à partir de 16h15, la marche a débutée environ de 15h45, en direction des rues du Keren Hayessod et King George pour finir au centre-ville, à Independence Park plus tard dans la soirée.


 mémorial à Shira Banki
 
Les organisateurs ont demandé aux participants d'apporter des fleurs à placer sur le mémorial dans la rue Keren Hayessod, là où le 30 juillet 2015 Shira Banki, une jeune adolescente de 16 ans qui participait à la marche en solidarité avec ses amis LGBTi, a été tuée par Yishai Schlissel, un extrémiste juif ultra-orthodoxe et qui a aussi blessé cinq autres personnes lors de cette attaque au couteau. L'adolescente succombe à ses blessures trois jours après. Après sa mort, la famille a décidé de faire don de ses organes selon un quotidien israélien Haaretz.


"Notre Shira était magique. Elle a été assassinée parce qu'elle était une fille de 16 ans heureuse, pleine de vie et d'amour, qui était venue exprimer son soutien à ses amis et à leur droit de vivre comme ils le souhaitent. Sans autre raison que le mal, la stupidité et la négligence, la vie de notre jolie fleur a été brutalement abrégée. De mauvaises choses arrivent aux bonnes personnes, et une très vilaine chose est arrivée à notre incroyable fille" se sont exprimés les parents de Shira Banki.


<iframe src="//www.youtube.com/embed/oV1kA02TP14" width="425" height="350"></iframe>


Agression similaire en 2005


L'attaque de l'extrémiste ultra-orthodoxe agé de 39 ans Yishai Schlissel à la marche des des fiertés de Jérusalem est venu quelques semaines seulement après sa sortie de prison. Il purgeait une peine de 12 ans, elle fût écourtée à 10 ans, pour une autre attaque en 2005 à une ancienne marche des fiertés dans laquelle il aurait aussi poignardé trois personnes.


Préchant la haine et critiques contre les homosexuels sur des forums avant de passer de nouveau à l'acte, vêtu de son austère costume noir traditionnel des ultra-orthodoxes, il s'est précipité sur le cortège de la marche et avait choqué bon nombre d'Israëliens.


La police, critiquée pour n'avoir pas pu l'empêcher de nouveau à passer à l'acte et les hautes autorités avaient suivi cette attaque.


Yishai Schlissel, juif ultra-orthodoxe


 


Famille et des opposants mis à l'écart de Jérusalem


Dans une étape très inhabituelle, la police a ordonné à la famille de l'assasin de Banki, Yishai Schlissel, de rester loin de Jérusalem le jour de la marche.


Tôt mercredi matin, la police est allée à la maison de famille Schlissel à Yad Binyamin afin de détenir la mère et cinq de ses frères et soeurs pour interrogatoire. Ils ont ensuite été invités à signer un engagement à rester en dehors de Jérusalem.


Particulièrement Michael Schlissel qui a été arrêté et détenu pendant plusieurs jours de la semaine dernière dû aux soupçons d'un complot avec son frère contre le défilé de cette année.


L'avocat de la famille, Itamar Ben-Gvir, a déclaré le comportement de la police constituait " un abus simplement parce qu'ils sont parents de Yishai Schlissel. " L'assocation pour les droits civils en Israël a également critiqué la décision, nommant un abus de pouvoir.


La police avait également mis en garde plusieurs militants opposés à la marche de rester loin, violant ainsi leur liberté d'expression et leur droit de manifester.


« Aimer quelqu’un ne devrait jamais signifier vivre dans la peur et la terreur »


Le premier ministre Benjamin Netanyahu a abordé la communauté LGBTi et les participants à la marche des fiertés de Jérusalem dans un message vidéo jeudi, en disant qu'ils sont une partie inséparable de la société israélienne et doivent être traités avec respect et égalité.


Un grand absent de l'événement était le maire de Jérusalem, Nir Barkat, qui a annoncé mercredi dernier qu'il ne serait pas présent. Il a, cependant, déposer des fleurs plutôt dans la journée à l'endroit où Shira Banki a été assassiné.


Maire de Jérusalem, Nir Barkat et District de Jérusalem commandant de la police Yoram Halevi


Le maire de Jérusalem sous pression religieuse


" Je ne vais pas marcher parce que je ne veux pas faire partie de quelque chose qui offense la communauté ultra-orthodoxe et la communauté religieuse sioniste ", a déclaré Barkat dans une interview publiée dans le quotidien Yedioth Ahronoth. Effectivement environ 250 rabins ultra-orthodoxes ont manifesté un soutien, dans une lettre ouverte, en faveur de leur collègue, Yigal Levinstein, qui avait insulteé la communauté LGBTi de : Pervers. Dirigeant  une école de formation pour les conscrits sur le point de rejoindre l'armée, dans la colonie d'Eli, en Cisjordanie.


« Il existe un mouvement insensé dont les membres ont abandonné la normalité de la vie, avait expliqué le rabbin lors d’une conférence à Jérusalem, le 13 juillet. Ce groupe rend le pays fou et a pénétré de toute sa puissance les forces armées, et personne n’ose ouvrir sa bouche et s’élever contre lui. »


Barka, dont la coalition municipale comprend plusieurs partie orthodoxes, a souligné que les manifestants ont le droit de marcher.


" La municipalité de Jérusalem, la police et je ferai tout ce que nous pouvons pour leur permettre d'exercer leur droit. " a t'il dit dans l'interview. " Mais ils ont besoin de savoir qu'ils blessent les autres ... Une grande partie de la population a Jérusalem a beaucoup de mal au sujet de la marche. "


Des dixaines de manifestants de l'événement ont également fait apparition sur les lieux mais la police les a empêcher de perturber l'événement.


Itzik Shmuli ( Union sioniste), qui a également participé à la marche, a déclaré: " la parade de l'année, plus que tout, représente la lutte contre les forces violentes et radicales dans la société Israélienne. Nous marchons pas seulement dans la mémoire de Shira Banki, mais pour nous-mêmes. Il y'a un lien direct entre son assassin et ceux justifiant l'idéologie radicale. "


<iframe src="//www.youtube.com/embed/WALaYqKehOA" width="425" height="350"></iframe>


Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit