Une victoire pour les droits LGBTQ aux Seychelles.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ce sujet est une actualité

Une victoire pour les droits LGBTQ aux Seychelles.

Actes du même sexe ne sont plus illégaux dans la République des Seychelles, le pays de 115 îles au large de la côte d'Afrique orientale, ce qui en fait l'un des rares pays africains à décriminaliser les actes homosexuels.


Il aura fallu environ soixante années pour que les Seychelles retirent enfin la loi pénalisant l'homosexualité. En effet selon l'article 151 introduite dans le code pénal du Pays, les hommes n'étaient pas autorisés à avoir toute relation charnelle contre-nature sinon ils seraient passibles d'une peine de prison pouvant aller jusqu'à quatorze ans. C'est une avancée pour un des pays de L'Union Africaine, qui pour beaucoup d'entre eux, cela reste un crime. Toutefois il y'a eu de rares condamnations, puisque les contrevenants devant être pris sur le fait.


Ronny Govindel, procureur général des Seychelles, a rapporté qu'il avait prévenu au mois de mars que cet amendement qui visait à décriminaliser l'homosexualité, serait voté dans l'archipel.


La politique en faveur de la tolérance


C'était en février que James Michel, le président seychellois avait proposé cette réforme. Michel a appelé la loi un vestige colonial et une "aberration" dans la société "tolérante" des Seychelles. Il a rappelé l'accord Seychelles de 2011 avec le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies.


Notre Constitution stipule clairement que toutes les personnes sont égales et c'est ce en quoi notre parti croit. Donc, je ne vois pas pourquoi nous devrions entretenir une discrimination contre un groupe spécifique fondé sur son orientation sexuelle.

Déclaration de Francesca Monnaie, chef de l'opposition au parlement et responsable par intérim du Mouvement démocratique populaire.


Sur les 32 députés comptés dans l'Assemblée Nationale, 28 étaient présents durant le vote. 14 députés ont votés alors que les 14 autres se sont abstenus.


Critique


Les chefs religieux ont critiqué les propos du président, affirmant que le projet de loi allait à l'encontre des croyances dans le pays majoritairement catholique. Les ministres qui ont voté pour la loi en désaccord que ces croyances devraient informer la loi, un Etat rapporte l'agence de nouvelles :


Quand on aborde la proportion de la population qui ont dit que la sodomie est un péché, Morgan a dit que par décriminaliser l'acte ne signifie pas que la loi est plus un péché.


"Un péché est pas déterminé par le gouvernement, mais par la religion. Chaque individu doit suivre sa conscience sur la question "


Avant le vote, les chefs religieux avaient déjà exprimé leur mécontentement face à la proposition lors d' une réunion consultative organisée par le chef des affaires du gouvernement à l'Assemblée nationale. Pourtant, évêque catholique du pays a appelé le Parlement à voter selon leur conscience éclairée, libre de toute ingérence extérieure hors de propos.


La prochaine étape, a déclaré l'évêque du diocèse anglican de Seychelles, est le dialogue.


L'église ne pousse pas à ceux qui pratiquent la sodomie ou des membres de LBGTI [Lesbian gay, bisexuelle, transgenres et intersexe], mais ce que je propose est la nécessité d'établir un dialogue, où nous disons que les portes de l'église sont ouvertes et que Dieu aime tous les hommes de la terre. Nous devons établir un dialogue entre les deux parties et à la fin de la journée, l'amour de Dieu doit l'emporter, a déclaré Wong.

"L'église est contre l'abrogation de la loi, mais la politique de l'église est que si elle a été abrogée ou non, la vie continue. Nous ne devons pas discriminer personne ", a t-il ajouté.


Informations

Date de publication : 17/06/2016 à 00:35



photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit

Actes du même sexe ne sont plus illégaux dans la République des Seychelles, le pays de 115 îles au large de la côte d'Afrique orientale, ce qui en fait l'un des rares pays africains à décriminaliser les actes homosexuels.


Il aura fallu environ soixante années pour que les Seychelles retirent enfin la loi pénalisant l'homosexualité. En effet selon l'article 151 introduite dans le code pénal du Pays, les hommes n'étaient pas autorisés à avoir toute relation charnelle contre-nature sinon ils seraient passibles d'une peine de prison pouvant aller jusqu'à quatorze ans. C'est une avancée pour un des pays de L'Union Africaine, qui pour beaucoup d'entre eux, cela reste un crime. Toutefois il y'a eu de rares condamnations, puisque les contrevenants devant être pris sur le fait.


Ronny Govindel, procureur général des Seychelles, a rapporté qu'il avait prévenu au mois de mars que cet amendement qui visait à décriminaliser l'homosexualité, serait voté dans l'archipel.


La politique en faveur de la tolérance


C'était en février que James Michel, le président seychellois avait proposé cette réforme. Michel a appelé la loi un vestige colonial et une "aberration" dans la société "tolérante" des Seychelles. Il a rappelé l'accord Seychelles de 2011 avec le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies.


Notre Constitution stipule clairement que toutes les personnes sont égales et c'est ce en quoi notre parti croit. Donc, je ne vois pas pourquoi nous devrions entretenir une discrimination contre un groupe spécifique fondé sur son orientation sexuelle.

Déclaration de Francesca Monnaie, chef de l'opposition au parlement et responsable par intérim du Mouvement démocratique populaire.


Sur les 32 députés comptés dans l'Assemblée Nationale, 28 étaient présents durant le vote. 14 députés ont votés alors que les 14 autres se sont abstenus.


Critique


Les chefs religieux ont critiqué les propos du président, affirmant que le projet de loi allait à l'encontre des croyances dans le pays majoritairement catholique. Les ministres qui ont voté pour la loi en désaccord que ces croyances devraient informer la loi, un Etat rapporte l'agence de nouvelles :


Quand on aborde la proportion de la population qui ont dit que la sodomie est un péché, Morgan a dit que par décriminaliser l'acte ne signifie pas que la loi est plus un péché.


"Un péché est pas déterminé par le gouvernement, mais par la religion. Chaque individu doit suivre sa conscience sur la question "


Avant le vote, les chefs religieux avaient déjà exprimé leur mécontentement face à la proposition lors d' une réunion consultative organisée par le chef des affaires du gouvernement à l'Assemblée nationale. Pourtant, évêque catholique du pays a appelé le Parlement à voter selon leur conscience éclairée, libre de toute ingérence extérieure hors de propos.


La prochaine étape, a déclaré l'évêque du diocèse anglican de Seychelles, est le dialogue.


L'église ne pousse pas à ceux qui pratiquent la sodomie ou des membres de LBGTI [Lesbian gay, bisexuelle, transgenres et intersexe], mais ce que je propose est la nécessité d'établir un dialogue, où nous disons que les portes de l'église sont ouvertes et que Dieu aime tous les hommes de la terre. Nous devons établir un dialogue entre les deux parties et à la fin de la journée, l'amour de Dieu doit l'emporter, a déclaré Wong.

"L'église est contre l'abrogation de la loi, mais la politique de l'église est que si elle a été abrogée ou non, la vie continue. Nous ne devons pas discriminer personne ", a t-il ajouté.


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit

Actes du même sexe ne sont plus illégaux dans la République des Seychelles, le pays de 115 îles au large de la côte d'Afrique orientale, ce qui en fait l'un des rares pays africains à décriminaliser les actes homosexuels.


Il aura fallu environ soixante années pour que les Seychelles retirent enfin la loi pénalisant l'homosexualité. En effet selon l'article 151 introduite dans le code pénal du Pays, les hommes n'étaient pas autorisés à avoir toute relation charnelle contre-nature sinon ils seraient passibles d'une peine de prison pouvant aller jusqu'à quatorze ans. C'est une avancée pour un des pays de L'Union Africaine, qui pour beaucoup d'entre eux, cela reste un crime. Toutefois il y'a eu de rares condamnations, puisque les contrevenants devant être pris sur le fait.


Ronny Govindel, procureur général des Seychelles, a rapporté qu'il avait prévenu au mois de mars que cet amendement qui visait à décriminaliser l'homosexualité, serait voté dans l'archipel.


La politique en faveur de la tolérance


C'était en février que James Michel, le président seychellois avait proposé cette réforme. Michel a appelé la loi un vestige colonial et une "aberration" dans la société "tolérante" des Seychelles. Il a rappelé l'accord Seychelles de 2011 avec le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies.


Notre Constitution stipule clairement que toutes les personnes sont égales et c'est ce en quoi notre parti croit. Donc, je ne vois pas pourquoi nous devrions entretenir une discrimination contre un groupe spécifique fondé sur son orientation sexuelle.

Déclaration de Francesca Monnaie, chef de l'opposition au parlement et responsable par intérim du Mouvement démocratique populaire.


Sur les 32 députés comptés dans l'Assemblée Nationale, 28 étaient présents durant le vote. 14 députés ont votés alors que les 14 autres se sont abstenus.


Critique


Les chefs religieux ont critiqué les propos du président, affirmant que le projet de loi allait à l'encontre des croyances dans le pays majoritairement catholique. Les ministres qui ont voté pour la loi en désaccord que ces croyances devraient informer la loi, un Etat rapporte l'agence de nouvelles :


Quand on aborde la proportion de la population qui ont dit que la sodomie est un péché, Morgan a dit que par décriminaliser l'acte ne signifie pas que la loi est plus un péché.


"Un péché est pas déterminé par le gouvernement, mais par la religion. Chaque individu doit suivre sa conscience sur la question "


Avant le vote, les chefs religieux avaient déjà exprimé leur mécontentement face à la proposition lors d' une réunion consultative organisée par le chef des affaires du gouvernement à l'Assemblée nationale. Pourtant, évêque catholique du pays a appelé le Parlement à voter selon leur conscience éclairée, libre de toute ingérence extérieure hors de propos.


La prochaine étape, a déclaré l'évêque du diocèse anglican de Seychelles, est le dialogue.


L'église ne pousse pas à ceux qui pratiquent la sodomie ou des membres de LBGTI [Lesbian gay, bisexuelle, transgenres et intersexe], mais ce que je propose est la nécessité d'établir un dialogue, où nous disons que les portes de l'église sont ouvertes et que Dieu aime tous les hommes de la terre. Nous devons établir un dialogue entre les deux parties et à la fin de la journée, l'amour de Dieu doit l'emporter, a déclaré Wong.

"L'église est contre l'abrogation de la loi, mais la politique de l'église est que si elle a été abrogée ou non, la vie continue. Nous ne devons pas discriminer personne ", a t-il ajouté.


Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit