Perdue sur mon identité, orientation sexuelle...

avatar contributeur Novalou87
Novalou87
22/01/2021 à 23:30

Bonsoir à tous !

C'est la toute première fois que je poste, je vous préviens d'avance mon texte va être long, pénible et surtout extremment redondant je pense... J'ai beaucoup lu, beaucoup vu et beaucoup écouté de témoignages, forum traitant de la question de l'orientation sexuelle, mais on a toujours cette petite phrase au fond de soi qui dit que chez nous ce n'est pas pareil etc, trop de doute alors je poste, en espérant avoir quelques réponses...

Voilà, je vais essayer d'être la plus concise possible et faire une petite retrospéctive rapide !

Je suis une jeune femme de 22 ans aujourd'hui. J'ai eu une vie disons... chaotique ! Parent séparé à 6 ans, un papa alcoolique (je vous passe les détails et les répercussions sur ma vie et les nombreux traumatismes), un beau père qui n'a pas été tendre avec moi, attouchements à 9 ans... BREF !

Je me pose enormément de questions sur mon orientation sexuelle. Je sors d'une relation de 4 ans et demi avec un garçon avec qui j'ai partagé énormément de chose. Nous nous sommes mis ensemble 3 mois après avoir été folle amoureuse d'un garçon horrible au lycée, avec harcèlement moral et sexuelle, un garçon qui m'a complètement détruite, épuisé et qui a semé la zizanie dans mon cerveau et a reveillé en moi bon nombre de traumatismes.

Avec mon ex (celui dont je me suis séparé en juin dernier) tout se passait bien au début, c'était magique, il était l'homme dont j'ai toujours rêvé, sans rien demander ! Sexuellement parlant c'était super, je me lâchais complètement, on testait plein de chose. C'était mon âme soeur, mon sauveur, on était comme 1 seule et même personne. Il me protégeait beaucoup, beaucoup trop. Puis ca a complètement dégénéré : relation ultra toxique (là aussi je vous passe les détails), crise d'angoisses, somatisation, inhibition, perte de désir envers mon copain, cauchemars, anxiété... A notre séparation j'ai fais une crise d'angoisse comme je n'avais jamais fait, j'ai cru que j'allais mourir... Résultat des courses : phobies d'impulsion (en rapport avec la sexualité pédophilie, zoophilie, necrophilie bref j'en passe), peur d'être une psychopathe, un monstre, une mythomane. Je suis actuellement suivie par une psychologue, psychiatre et hypnothérapeute +anti depresseur et anxiolitique que j'ai arreté à Noel. On m'a aussi diagnostiqué un trouble phobo-obsessionnelle sur fond de culpabilité obsessionnelle.

Je n'ai plus aucune confiance en moi, j'ai l'impression que ma vie est fichue. Je n'arrive plus à supporter mon regard dans le miroir plus d'une minute (ca fait longtemps ça...).

Voilà retrospective faite. Passons au réel sujet.

Je me pose enormement de question sur mon orientation sexuelle et sentimentale. Je ne sais pas si je suis homo ou hétéro ou bi. Tout d'abord je tiens à dire que j'ai grandi dans un milieu ultra open à ce niveau là, mon parain est gay, mon père est bi et, faisant de la musique, j'ai pu cottoyer depuis mon plus jeune âge des individus de toute horizon :)

J'ai toujours pensé être hétéro. A 15 ans je me suis imaginé main dans la main dans la rue avec une amie de mon groupe de danse avec qui j'étais très proche. Je me suis pas inquiété, j'ai pas refoulé, je me suis juste dis que c'était ok et point barre. Au lycée je n'ai eu aucune attirance pour les filles, aucune. Et puis ca a commencé quand je suis sortie avec mon ex, j'ai commencé a être curieuse, quand je pensais qu'une fille était lesbienne dans mon DUT je me demandais si je pourrais lui plaire, et je m'imaginais des trucs (sans amour) des espèces de mini défis. Ce truc là m'est arrivé plusieurs fois, "est ce que je lui plais?", ca m'arrivait aussi de fantasmer sur une ou deux filles. J'ai déjà regardé du porno lesbien, c'était cool, j'ai aucun problème avec ça, mais on va dire que ce n'est pas la chose que je regarde même si je sais que je peux sans soucis, ca m'interesse pas de dingue. Bref je m'imaginais des trucs. Comme avec mon copain je n'avais plus de desir pour lui (j'ai tout essayé pour que cela revienne, arrêt des hormones de synthese, sterilet au cuivre, naturel, lire des livre, forum etc) alors des fois je me laissais aller en imaginant une fille à la place de mon copain, ca m'est tout autant arrivé avec des garcons, pour essayer de me mettre plus "dedans"... J'ai vachement honte...

Le truc c'est que je n'aime pas être avec des filles. Je m'explique : je trouve les filles un peu... neuneu... J'adore être avec des garçons, je me sens libre, moi-même. Avec des filles je me sens ultra mal à l'aise, pas moi même. J'ai bien sure des supers copines filles que j'aime à la folie mais ca se compte sur quelques doigts. Une fois j'ai fais un rêve erotique avec une de mes meilleures amies qui m'a deja dis qu'elle aimerait bien coucher avec moi. Donc je me suis dis bah on va tester avec elle alors ahah. Elle est très tactile. Parfois elle met sa tête sur mes jambes alors j'essaie d'ecouter mon corps, mais là ca bloque ! Rien du tout, ca me degoute un peu même. On est partie en vacances ensemble et elle m'a demandé d'aller prendre sa douche avec elle (on l'avait déjà fait sans aucune arrière pensée sexuelle, simplement des moments "fille" relax où on papote etc, on se connait depuis des lustres donc ok. Revenons à nos moutons, je me suis dis a ce moment là que c'était le bon moment pour tester un truc et cette idée de me repugnais pas, j'étais en mode determiné POUR ENFIN SAVOIR !!! Mais pareil, blocage, on se deshabille elle rentre dans la douche je regarde son corps d'une autre manière (attirance) mais pareil ca ne me tente mais alors pas du tout ! Du coup je doute, est ce que je refoule ou est ce vraiment le reflet de la réalité?

La plupart du temps je dirais que je fantasme sur des filles que j'envie, que j'admire. Tout ce que je ne suis pas, mais surtout tout ce que je ne suis plus aujourd'hui...

Je me demande si je serais pas mieux avec une fille mais en même temps je ne sais pas si je m'invente pas des trucs. Je veux juste être heureuse, enfin, vraiment heureuse, je veux lâcher prise. Si c'est avec une fille ok, mais il faut avouer que ca fait ultra peur, de se dire qu'on va devoir se deconstruire pour ce reconstruire a nouveau.. J'ai tellement trimé pour essayer de me construire et là tout s'est écroulé depuis ma séparation...

Voilà... J'ai pas tout dis mais je pense que vous en avez assez lu comme ça... Je suis navré pour ce pavé, je ne pense pas que j'aurais des réponses, mais je tente ma chance..

Merci d'avance

Lou

avatar contributeur Novalou87
Novalou87
23/01/2021 à 11:50

Hello Apo !

Waouw merci beaucoup d'avoir pris le temps d'écrire cette réponse.

En ce qui concerne ma médication je me suis mal exprimée. En fait je continue mon traitement aux anti-depresseur mais j'ai arrété les anxiolitiques ;)

Merci pour ton témoignage, j'avais une question si ce n'est pas trop indiscret : qu'en est il de ton orientation sexuelle aujourd'hui ?

Je deteste le principe du coming out, pour moi, le seul coming out qui est a faire c'est celui qu'on se fait à soi même.

En fait, j'oscille entre des moments de lucidité, comme hier soir, et des moments de panique et de psychose. Un jour je me pense homo, l'autre jour pan, puis le lendemain ca ne me convient plus, "mais non je suis hétéro!". Sachant que j'ai toujours de fort fantasme avec excitation ++ avec des hommes. C'est simplement que ma curiosité et mes fantasmes homo sont de plus en plus présent.

La seule chose qui me fait réellement peur c'est de me mentir à moi même, de refouler. J'ai grandi avec des personnes qui se mentent et qui se sont détruit à petit feu, je ne veux pas gâché ma vie comme eux. Je veux vivre ma vie à fond !

Le pire dans cette histoire c'est qu'avant je me disais que je detestais ces "cases" : pan, bi, homo, hetero etc. Je ne me suis jamais reconnu dans aucunes de celles ci. Je me disais que c'était completement ridicule ! Même jeune fille, au moment où l'on se pose la question de son orientation sexuelle, je me disais "est ce que j'aime les filles?" et quelques secondes après je me disais "bof, on s'en fiche non? On verra bien !". Et jusqu'à très recemment, je me disais que j'aimais tout le monde (donc ce qui se rapproche de pan).

Tout comme mon identité de genre. Je ne me suis jamais sentie femme, mais pas homme non plus. Je veux dire je ne me sens pas non-binaire, ni gender-fluid ! Je suis très a l'aise avec mon corps de femme. Mais je ne me sens pas comme mes paires, je me sens tellement en décalage avec elles, c'est dur à vivre parfois. Une soirée fille ? ugh non merci ! J'ai une part de masculin en moi que j'aime beaucoup et je l'a laisse s'exprimer

Maintenant, j'ai ce besoin ultime de rentrer dans une case, pour se rassurer. J'ai toujours vécu ma vie au jour le jour, en improvisant chaque seconde de ma vie. Mais comme tu l'as lu plus haut, je suis epuisé de me laisser porter, de subir ma vie ! J'ai besoin de savoir, de me posé, de revenir sur un chemin bien tracé plutôt que perdue dans la fôret ! J'ai perdu pied et maintenant je veux me reservir de mes deux jambes.

Merci de m'avoir lu,

Lou

avatar ancien membre
Ancien membre
27/01/2021 à 19:39

Salut Lou,

Dabort bonjour à toutes et à tous, je suis nouveau ici. Je te rejoint Lou sur une partie de ton sujet, mais côté masculain. Je n'ai pas eu ton parcours, mais je m'intéroge aussi sur mo roientation sexuelle. Bien que je trouve les femmes très belles et atirantes, je phantasme beaucoup sur des mecs, il n'y a que ça dans mes voyages solitaire et donc j'essaie de trouver quelau'un qui, d'une certaine manière me prene en main, mais pas facile de trouver cette personne, il y a bien les sites et applies de rencontres, mais je trouve ç un peu gloque.

Je te comprend sur ton questionnement.

Voilà, j'espère que tu trouveras des réponses à tes questions.

avatar contributeur de Jusdorange
Jusdorange
27/01/2021 à 20:16

Hello Novalou,

Je souhaite tout d'abord te féliciter d'avoir amorcé une démarche de réflexion et d'avoir eu le courage de poster ton histoire. C'est déjà un pas important :)

Je comprends que tu as un vécu particulier et je comprends aussi dans ta recherche d'identité.

Je vais dire quelque chose qui est facile à dire, mais que je trouve tellement vrai! :) Le passé est le passé, il nous a formé, oui c'est sûr mais tu as le pouvoir sur aujourd'hui, sur maintenant, sur toi, sur tes envies, tes besoins et ton corps et c'est le plus important :)

Alors même si tu changes d'avis, entre le matin, le midi ou le soir... Est-ce que c'est grave? Peut-être pas finalement :)

Tu te cherches, les lignes ne te conviennent pas, eh bien choisis la tienne... et s'il s'avère que celle que tu as choisi ne te convient pas finalement, à toi d'en choisir une autre! Et quand je dis choisir, c'est un bien grand mot! :) L'idée c'est plutôt de te suivre, de suivre tes émotions comme elles viennent, petit à petit. Un petit objectif à la fois, que tu sais que tu peux réaliser et ensuite : "Pas de pression, on verra bien où ça me mène" :)

Je sais que lorsqu'on est d'humeur dépressive c'est dur de changer tout le temps d'avis, d'avoir des émotions aussi décuplées, et que parfois elles nous submergent. Mais il y a une voie, une issue, et peut-être même plusieurs qui petit à petit se formeront en même temps que tu avanceras sur ton chemin. Dur à croire, hein? :P

Je voudrais juste rajouter une chose que je trouve importante par rapport à ton sentiment de décalage par rapport aux filles et par rapport au fait que tu préfères passer du temps avec les garçons qu'avec les filles. En fait, c'est mon cas aussi, ou ça l'était car j'ai mis de la tolérance et de l'acceptation dans mon vin depuis :)

En fait, je n'aime pas passer du temps avec un certain type de filles alors qu'avec d'autres je me sentais très bien... Je dirais que le type de filles que j'appréciais moins, sont celles qui sont dans le cliché féminin du système patriarcal tel qu'on peut le connaître dans notre société. Celles qui peut-être ne parlent que de garçons, de maquillages, de fringues, de linge, d'électroménager, de page insta, et les piapias. Mais en fait quand j'y réfléchis, c'est juste que je n'ai pas de centre d'intérêt commun avec elles ou très limité :)

Ca ne veut pas dire que je n'aime pas les filles, ça veut juste dire que certains caractères s'accordent ou pas, et que selon les milieux, on est peut-être plus confronté à des caractères qui ne nous correspondent pas... Pour imager, si tu es verte et que tu vois des rouges autour de toi, et bien tu te sentiras en décalage... alors que peut-être avec des vertes, ou des bleus ou des jaunes tu te sentiras très bien.

Je te souhaite de réussir à t'écouter, à te découvrir, et à t'aimer :) Quelque chose de bien t'attends derrière tout ça... Courage :)

avatar contributeur Nathi
Nathi
29/01/2021 à 06:31

Salut novalou.

Moi aussi un père alcoolique, violent, et décédé jeune alors que je n'avais que 6 ans... Famille matriarchal. Mais je ne pense pas que cela ait eu un impact sur mon orientation..

J'ai comme toi un côté masculin qui fait ma personnalité, je n'ai jamais eu d'affinité avec les fifilles, je suis tombée amoureuse de garçons, ma plus longue relation a durée 10 ans... J'ai toujours eu des attirance pour les filles mais jamais réussi à conclure, je me le refusé... J'ai aujourd'hui 47 ans et j'ai jamais été aussi honnête avec les autres et moi même et franchement ça fait du bien. Mes relations avec les amies se sont épanouies et sont sans ambiguïté et ça facilite les amitiés sincères et vraies... J'ai pris confiance en moi et j'arrive à m'aimer et quand je kiffe une fille je lui fait savoir même si ç un refus au final, je n'ai plus peur du rejet ou de l'abandon, et surtout j'ai appris qu'on puisse m'aimer..

Ça a pris du temps mais aujourd'hui je suis heureuse dans mes relations.

Tu vas y arriver, ça peut prendre du temps mais sois tolérante avec toi même..

Bon courage...

Communauté Bi

betolerant est fier de sa communauté bisexuelle. Notre communauté est un véritable site de rencontres bi tolérant et bienveillant.

Parlons Coming-out

Le coming-out pour une femme ou un homme bisexuel est une étape difficile. Échangez votre expérience sur le forum coming-out.



Suivez-nous
Téléchargez l'application
Application android
conçu avec par Carbonell Wilfried
© Copyright 2021, betolerant.fr