Fermeture des bars et rencontres

avatar contributeur NewPeople
NewPeople

Salut les gars et les filles.

Hier, avant la fermeture des bars, j’ai encore entendu des conversations de personnes qui discutaient de sexe et qui affirmaient qu’ils avaient tout le temps envie de baiser.

De mon côté, je sais que certains hommes et femmes, disons beaucoup de personnes, n’ont pas forcément envie d’avoir des relations tout le temps et parfois ils sont asexels (pas d’attirance pour la chose).

Peu de personnes en parlent mais cela existe.

Je viens à vous afin de savoir quel type de sexualité ont vos amis(e) ou connaissance?

Ont-il toujours envie de baiser et pourquoi?

Au contraire, ont-il des peu d’envies?

Merci d’avance pour vos réponse

avatar contributeur Dime
Dime

Salut.

Je te répondrais que le besoin frénétique de sexualité est lié au psychisme et non au physiologique. Les causes peuvent etre multiples : manque de confiance en soi, vide existentiel, solitude, manque de contacts sociaux, manque surtout de reconnaissance sociale, frime devant les copains, etc, etc.. ça semble etre de bon ton de vivre une sexualité frénétique. En particulier chez les gays, qui manquent malheureusement bien souvent de projet affectifs à long terme (procréation et famille).

avatar contributeur NewPeople
NewPeople

Merci Dime pour ta réponse.

Pense-tu que le Corona a un effet sur la libido?

avatar ancien membre
Modération Ancien membre

"manque de confiance en soi, vide existentiel, solitude, manque de contacts sociaux, manque surtout de reconnaissance sociale, frime devant les copains, etc, etc.."

Non mais n'importe quoi mdrrrr !

On peut simplement apprécier le plaisir aussi, ça ne relève pas forcément du "désordre psychologique".

Le sexe c'est bon, ça fait du bien et ça donne des endorphines pour chouchouter notre cerveau !

Kiss 😘

avatar contributeur de Maya67
Maya67

Bonsoir

Je trouve curieux que tu poses la question de la sexualité de nos amis ou connaissances, si j’ai reçu des confidences de mes amis sur leur libido, je ne vais pas venir l’étaler pour eux...

Ce qui est probable c’est que la difficulté, l’impossibilité due au confinement puis aux gestes barrières de faire de nouvelles rencontres et des rapprochements intimes exacerbe les envies, c’est un comportement humain.

Et je pense que chacun.e a selon ses envies des périodes avec plus ou moins de relations sexuelles ou pas et que chacun.e fait bien ce qu’iel souhaite.

avatar contributeur de BoumVoyageur
BoumVoyageur

"le besoin frénétique de sexualité est lié au psychisme et non au physiologique. Les causes peuvent etre multiples : manque de confiance en soi, vide existentiel, solitude, manque de contacts sociaux, manque surtout de reconnaissance sociale, frime devant les copains, etc, etc.. ça semble etre de bon ton de vivre une sexualité frénétique. En particulier chez les gays, qui manquent malheureusement bien souvent de projet affectifs à long terme (procréation et famille)."

🙃

Je ne vois pas où est "le mal-être" à aimer le sexe : matin / midi & soir ----- toute la nuit & + si affinité ^^

Le fait d'avoir différent(es)s partenaires ne relève pas forcément pour reprendre le terme déjà cité de : "désordre psychologique" :/

Sous prétexte que le schéma de la société dit : "procréation & famille" etc... pour résumer ^^ => & le seul modèle à suivre comme "projet affectif" : je trouve tellement réducteur & pathétique "ce schéma" => on peut totalement bien vivre, être heureux en étant célibataire/solitaire tout en ayant plusieurs conquêtes ou avec une seule d'ailleurs pour des relations sexuelles très fréquentes. Ça ne veut pas dire non plus qu'il n'y a pas de sentiments même si, dans ce modèle de relation : le sexe domine.

Tant qu'il y a consentement mutuel ; complicité ; épanouissement & + : C que du bonheur ------- pour les personnes qui préfèrent vivre de cette façon !

Après, chacun sa vie ^^ : C la sphère privée => arrêtez de juger ; de mettre les gens dans des cases ; de généraliser :/

C pas une maladie ^^

avatar contributeur de MissKim
MissKim
- modifié par missKim le 06/10/2020 - 23:10:36

moi je mettrais cela volontiers sur le compte de la testostérone... avec un taux de 10 % par rapport à avant, mes envies sont vraiment limitées à 2-3 fois par mois au lieu de tous les jours... ET QUELLE LIBERATION fini d'être esclave de la libido 😃

avatar contributeur de Maya67
Maya67

Entre aimer partager les plaisirs charnels et avoir le besoin de baiser plusieurs fois par jour et éventuellement plusieurs partenaires par jour, il y a une notion que je suppose pouvoir qualifier d’addiction. Chacun dans le respect fait comme il le souhaite.

Je ne suis pas certaine que seule la testostérone soit responsable de notre libido, l’idée que la femme et ses hormones ont une libido moindre... je n’y adhère pas forcément.

avatar contributeur de JustMe
JustMe

Je suis d'accord avec Romane, il existe une addiction au sexe et avoir besoin de plusieurs relations par jour en relève... et cela est donc lié au psychisme et pas à la physiologie comme le disait Dime précédemment... de plus il y a souvent un élément déclencheur à une addiction...

Envoyé depuis l'application android
avatar ancien membre
Modération Ancien membre

On est tous addictes à quelque chose.

La psycho, ça fait de l'argent

avatar contributeur de Wiloooo
Modération Wiloooo

heureusement qu'il y a beTolerant


Webmestre, gourgandine et créateur de cette communauté

avatar contributeur de BoumVoyageur
BoumVoyageur
- modifié par BoumVoyageur le 07/10/2020 - 00:23:11

L'addiction est une souffrance qui peut être grave si ça entraîne de la violence ou de l'agressivité etc... : C un terme "négatif" ; médical qui désigne l'abus & la perte de sa liberté d'action, la dégradation de la santé ou la ruine (ex. : l'alcool ; la drogue ; la nourriture ; les achats ; les jeux d'argent...).

La masturbation peut être une addiction si, le sujet a conscience d'une certaine souffrance comme tout autre addiction.

Avoir des relations sexuelles 3 fois par jour (matin/midi & soir) au même titre que manger le matin au p'tit dèj' / le midi avec le déjeuner & le soir au dîner, peu importe le nombre de partenaires rien qu'avec une seule personne par exemple, la journée peut être longue hein ^^ => Peut-on considérer ceci comme une addiction !?! (En sachant que le sujet doit ressentir une souffrance donc conscient d'un mal être en lui après l'action.)

Quel est le nombre de relations sexuelles, doit-on avoir !?! ^^

Une personne qui fait une partouze tous les weekends le samedi soir avec plus ou moins 10 personnes : Peut-on considérer ceci comme une addiction !?!

Je suis d'accord avec toi : "Et je pense que chacun.e a selon ses envies des périodes avec plus ou moins de relations sexuelles ou pas et que chacun.e fait bien ce qu’iel souhaite."

avatar ancien membre
Modération Ancien membre

L'addiction c'est juste le fait de répéter plusieurs fois la même chose et n'a un terme négatif que dans la tête des gens.

C'est sûr que regarder Netflix tout les jours c'est pas considéré comme négatif par la majorité des gens et pourtant ça reste une addiction.

J'vais pas m'étaler là-dessus (surtout sur Netlifx, j'vais me faire pas mal d'ennemis vu le nombre de gens qui passent leurs vies dessus) mais une addiction n'est mauvaise que pour une catégorie de personne.

En soit, on s'en fou un peu de tout ça, la vie n'est qu'un divertissement.

avatar contributeur de BoumVoyageur
BoumVoyageur

Je suis d'accord ^^

avatar contributeur de Mozartracks
Mozartracks
- modifié par Mozartracks le 07/10/2020 - 00:41:04

C'est la vie, elle ne fait que passer

On est sur terre pour s'amuser

Faut pas chercher plus loin !

La Princesse et la Grenouille ❤️

Fermeture des bars et rencontres


"Oh, my stars ! If it isn't Steven Universe ! We finally meet !"

avatar contributeur de JustMe
JustMe

Alors 3 rapports par jour ne définit pas forcément une addiction au sexe, mais celle ci existe.. j'ai trouvé ça sur le net si ça vous intéresse :

En règle générale, l’être humain et son organisme sont faits de telle façon qu’au plus tard après trois ou quatre rapports par jour, l’intérêt et la motivation et le temps ne sont plus au rendez-vous.

Cependant quand la fréquence des rapports et besoins devient excessive, croissante et échappe au contrôle, alors on peut commencer à parler d’addiction au sexe. Les personnes qui ont une addiction au sexe ne peuvent pas s’arrêter. Non seulement, elles y pensent en permanence, mais elles se sentent de plus obligées de le pratiquer en permanence. Ce besoin de consommation obsédant occupe un temps considérable et de nombreuses autres activités de la vie sont délaissées et deviennent annexes à cause de cela. Celui ou celle - car il y aussi bien des hommes que des femmes qui sont concernés avec un sexe ratio de 30 pour 1 (donc 30 hommes pour une femme concernée) - qui est touché(e) par l’addiction au sexe va négliger ses amis, sa famille, ses loisirs et son travail pour partir à la chasse de nouveaux partenaires sexuels, sa vie se transformant en de perpétuelles escapades sexuelles. La perte de contrôle et le besoin irrésistible et obsédant de passer à l’acte sont des mots-clés comme pour toutes les addictions.

Envoyé depuis l'application android
avatar contributeur de BoumVoyageur
BoumVoyageur

D'accord sur les excès si souffrance(s)

avatar contributeur Mistnight
Mistnight
- modifié par le 07/10/2020 - 01:08:56

Par rapport aux "libérations d'endorphines" je suppose qu'on à tous des besoins différents..

Maintenant au lieu du sport de chambre tu peus aussi aller courir 15 km ou nager 1km ou d'autres trucs de ce genre pour avoir la dose.

Certes ça prends plus de temps (en théorie) mais il y à d'autres bénéfices pour le corps et l'esprit en parallèle.

Sinon mes connaissance leurs vies intîmes ne m'intérêssent pas et les amis... sont en couple rangés.

Je ne sais pas si c'est un truc répandus comme demande mais en tout cas moi j'ai jamais pensé les interroger sur leurs fréquences de coïts.

Et aucun ne sait jamais confié à moi sur ce sujet sexuel spécifique donc désolé mais je ne saurais répondre aux questions posées.

Pour rebondir sur la notion d'addictions, nos sociétés sont toutes addict au pétrole, la plupart d'entre nous sommes au moins addict au sucre, sans même le savoir en général et il existe bien des addict du sexe en souffrances (qui en parlent donc rarement, même dans les bars) puisqu'on leur à créé des groupes d'aide et de soutiens psychologique.

La question de savoir pourquoi ont deviens addict à quelque chose (comme le sexe) mériterais un long thread à elle toute seule après..

Avec un meilleur titre que celui choisis ici au passage.. 😉

avatar contributeur de Wondeur
Modération Wondeur

Citation de NewPeople #342883

Je viens à vous afin de savoir quel type de sexualité ont vos amis(e) ou connaissance?

Citation de Mistnight #342936

Je ne sais pas si c'est un truc répandus comme demande mais en tout cas moi j'ai jamais pensé les interroger sur leurs fréquences de coïts.

😂 😂 😂

+ 1 : Ouais allô ! Salut Julia, ça va ? Dis-moi, j'voulais te demander... euh quel "type de sexualité" tu avais en ce moment, tu sais avec la covid et tout ça...

😅


La vie est un perpétuel recommencement...



Suivez-nous
Téléchargez l'application
Application android
conçu avec par Carbonell Wilfried
© Copyright 2021, betolerant.fr