Amour et non réciprocité, comment s'en débarrasser?

Publicité
auteur anonyme
Anonyme
Ce sujet est une demande d'aide, écoute et bienveillance sont de rigueur

Bonjour,

Après avoir longuement exploré le forum, à mon tour d'écrire ce que je ressens en ce début d'année. Je n'attends pas une réponse "magique", ou un argument qui éclaire tous mes doutes et me fassent passer à autre chose, puisque je pense qu'inconsciemment, je sais ce qu'il faut faire mais je n'arrive pas à sauter le pas.

Mais avant tout de chose, bonne année à vous tous, qui que vous soyez!

Je suis lesbienne et demi-sexuelle, j'ai fait mon coming-out il y a bientôt 8 ans, je le vis bien, j'assume complètement et peu importe ce qu'en pense mon entourage, ça m'est égal car je sais qui je suis sur ce point là. Seulement voilà, depuis mon coming-out, j'ai eu 2 relations non concluantes(pas sérieuses) avec des femmes. En effet, étant demi-sexuelle, j'ai besoin d'apprendre à connaitre la personne, les sentiments d'attachement se font seulement si une certaine complicité est naissante. Or, le fait de coucher dès le premier soir m'est impossible au risque de créer un fiasco "sexuel" et un rejet de désir.

Il y a bientôt 4 ans, j'ai rencontré une femme (milieu professionnel). Elle est hétéro, en couple avec un homme de puis plus de 10 ans. Elle ne semble ni féminine, ni masculine, ainsi, au début de notre relation amicale, j'avais des doutes sur son orientation sexuelle. En effet, j'ai connu beaucoup de femme passant d'hétéro à bi ou lesbienne, alors je me suis dit que peut-être c'était mon tour d'essayer de faire "retourner la veste" à cette femme. On s'entendait très bien, on a créé une forte complicité rapidement, et au bout d'un mois, dans ma tête, ça a matché. Autrement dit je suis tombée amoureuse d'elle. Elle connaissait mon orientation sexuelle, elle n'en pensait rien. Au début, je ne lui ai rien dit. Puis, un soir, l'alcool aidant, j'ai décidé de franchir le pas en la draguant plus ou moins et en lui disant clairement qu'elle me plaisait. Elle m'a repoussé (on faisait une accolade), mais ne m'a rien dit de plus.

Le lendemain, j'avais quasi oublié ce que je lui avais dit mais je savais qu'il s'était passé quelque chose et que ça s'était finis en jus de boudin. Elle m'en a reparlé sur le ton de l'humour, disant que la veille, je l'avais draguée. Je lui ai dit (une fois à jeun) que j'étais mal à l'aise et que je ne voulais pas en savoir plus. Elle ne semblait pas troublée de cette situation, on n'en a pas reparlé. Pourtant, au fond de moi, je savais que j'étais très amoureuse d'elle, mais je savais qu'il n'y avait rien à faire car après coup, je me rendais compte qu'elle n'est pas du tout intéressée par les femmes, elle est hétéro et en couple !

Les mois ont passé, mais les sentiments ne s'estampiaient pas, bien au contraire. Je tentais d'étouffer tous types de sentiments à son égard mais j'étais accros à elle. J'en souffrais beaucoup de cette situation et j'en pleurais beaucoup toute seule. J'ai retenté une seconde approche, et ce fut de nouveau un refus catégorique. Etant plus que déprimée par la suite, j'ai décidé de lui envoyer un message lui demandant de garder les distances car je n'y arrivais pas... Je ne disais pas les choses clairement, mais je pense qu'elle comprenait où je voulais en venir. Elle m'a répondu qu'elle comprenait et que oui, si c'est cela que je voulais, alors elle respecterait mon choix. Cependant, dès le lendemain, elle me proposait de se voir en dehors du contexte professionnel, j'acceptais sans crier gard, tout en sachant que je me plaisais à me faire du mal, à me faire des fausses illusions, et à croire en quelque chose qui n'existera jamais.

Un soir (quelques temps avant le deuxième refus), c'est elle qui est venue à me parler du fait que j'étais fortement attirée par elle (son copain avait compris que j'étais amoureuse de son amie et lui en avait parlé). J'étais mal à l'aise mais oui, je lui ai dit que son copain avait raison. Elle m'a répondu qu'elle ne mangeait pas de ce pain, et que si j'éprouvais autant de sentiment (non réciproque), elle serait obligée de couper les ponts. Je lui ai répondu que j'avais trop peur de la perdre et que j'allais me reprendre et oublier.

Il n'en a jamais rien été de celà. Mes sentiments étaient toujours là, comme si, plus on me rejetait, plus je m'accrochais.

On a par la suite changé d'entreprise, et donc on se voyait beaucoup moins (distances kilométriques). Comme dit l'expression, loin des yeux, loin du coeur ou encore il faut laisser le temps au temps pour oublier. Ca a fonctionné... du moins, c'est ce que je m'efforçais de croire.

Il y a deux ans, j'ai remis le sujet sur le tapis car pour moi, ça allait beaucoup mieux, je pensais ne plus avoir de sentiements à son égard. Je la sentais mal à l'aise, je sais qu'elle me considère comme une très bonne amie, limite "une soeur", elle est bienveillante et on a partagé beaucoup de chose, donc elle voulait qu'on n'en reparle pas. Pour elle, il était claire qu'on était seulement amies, et rien de plus. Je lui juste dit que maintenant (il y a 2 ans) ça allait mieux et qu'il n'y aura plus de sous entendus ou d'illusions de ma part, j'étais guéris! Ainsi, je m'engageais à ne plus jamais en reparler.

En réalité, dès que je la vois ou la revois, mes sentiments reviennent très vite, j'ai le coeur qui me fait si mal car je sais que ça ne sera jamais réciproque et surtout je sais que je ne peux plus lui en parler au risque de la perdre définitivement. Je n'arrive pas à m'ouvrir à d'autres femmes ou d'autres relations car lorsque je la revois, j'ai l'impression de fondre pour elle, je n'ai d'yeux que pour elle. C'est insupportable.

Alors, je sais au plus profond que moi qu'il faudrait que je coupe définitivement les ponts. Je ne la vois pas tous les jours et heureusement finalement, mais dès que je la vois, ça recommence encore et encore, et je mets beaucoup de temps à m'en remettre. Je fabule, je m'imagine des choses. Ca me fait mal, tout est irréel, mais la réalité est très violente puisqu'elle ne partagera jamais les sentiments que j'éprouve. La vie me semble tellement cruelle sur ce point là.

Alors, une petite question, est ce qu'il y a des personnes à qui ce genre de situation est déjà arrivée? Qu'avez-vous fait pour vous en sortir?

Je préfère rester "anonyme" mais je serai très attentive à vos réponses et je ne manquerai pas de répondre à vos interrogations si vous en avez. J'aimerai vraiment avancer, oublier et rencontrer une personne qui partagera mes sentiments.

Merci pour votre bienveillance!


Date de publication : 12/01/2020 à 16:45
#321687
auteur anonyme
Anonyme

Citation de Skyquiver #321693

Bonsoir Skyquiver,

Merci pour ta réponse et pour l'intérêt que tu as porté à ma demande d'aide.

Je te souhaite de trouver ta "divinité" ^^

Oui, je te rejoins sur le fait qu'il est difficile de trouver chaussure à son pied sur les sites de rencontres...

Pas trop d'issue pour le moment mais gardons espoir.

#321695
photo privée de l'auteur Choupin
Choupin
Femme de 24 ans
- modifié par Choupin le 12/01/2020 - 20:08:03

Coucou,

d'après moi tu devrais couper définitvement les ponts avec elle. Cette situation à l'air de durer depuis deja trop longtemps et te faire souffir. Tu ne mérites pas de souffrir/d'être triste à cause d'elle ou à cause d'une personne en particulier depuis tout ce temps. Je sais que c'est très dur surtout puisque vous êtes devenue très amies et que tu penses avoir rencontrer LA fille, mais avec le temps (beaucoup de temps) et de la volonté de s'en sortir on peut oublier n'importe qui à mon avis. Et au bout d'un (long) moment tu te rendras compte qu'au final, elle n'en valait vraiment pas la peine. Mais je sais comme c'est dure au début quand on a coupé totalement les ponts avec quelqu'un. Mais en même temps si tu veux un jour etre disposé et disponible pour pouvoir rencontrer une autre femme et être heureuse, il n'y a pas le choix. Moi même je suis passée par la mais c'était une rupture avec une ex que j'aimais à la folie et j'ai eu beaucoup beaucoup de mal pendant longtemps surtout qu'on est resté amie apres la rupture et je souffrais même si je faisais semblant que tout allait bien pour ne pas la perdre en tant qu'amie (je pensais qu'on était ame soeur ou que le destin nous avait réuni ou des conneries du genre), mais aujourd'hui ( apres avoir coupé totalement les ponts, je n'ai plus aucun contact) j'en rigole et je trouve ça tellement ridicule, je suis totalement passée à autre chose, et je la vois comme une grosse bolosse et tocarde clairement.

Donc selon moi tu devrais lui dire que tu l'aimes et que tu ne veux plus avoir de contacts avec elle car c'est trop dur à vivre pour toi de savoir qu'il n'y aura jamais rien entre vous.

Courage

Xoxo


 0 vote #321696
photo de l'auteur mimoza
Mimoza
Homme de 47 ans

Bonjour.

@Anonyme, il s'agit d'un sujet assez récurrent sur ce site, donc tu vois que tu n'es pas la seule à avoir eu ce problème. Les filles en particulier j'ai l'impression. Je me demande si certaine femmes se ne se pretent pas volontier au petit jeu perverse qui consiste à entretenir une relation avec une homo qui laisse toute la place aux débordements amoureux. En meme temps, n'as tu pas entretenu volontier et ne continues-tu pas d'entretenir ce rapport de dupe ? Simple question car je sais bien qu'en amour, on se laisse facilement duper en toute conscience. C'est meme parfois un rapport de force tacite entretenu par celui qui dupe pour que le dupé lui témoigne de son amour.

@Sky, j'ai cru comprendre que l'amour dont tu parles était d'ordre virtuel ? N'a-t-il été qu'exclusivement virtuel ?


 1 vote #321699
auteur anonyme
Anonyme

Bonsoir Choupin,

Merci pour ta réponse. C'est honnête, ça fait mal.

Le soucis finalement, c'est qu'elle, elle n'a rien demandé. Elle n'a pas choisi cette situation.

Je sais que la solution est de "partir", mais, j'ai peur qu'elle soit déçue de moi, et qu'elle se dise que tout était basé sur un sentiment "malsain".

Par moment, j'essaie de me mettre à sa place, et je me demande comment je réagirais si j'étais très bonne amie avec quelqu'un et que cette personne, elle, soit amoureuse " en cachette" de moi alors que je ne verrai que de la pure amitié entre nous... Ben, je pense que ça me décevrait et me laisserait désarmée face à cette situation qui peut paraitre, je me repète, malsaine.

J'espère trouver le courage un jour de couper les ponts en lui expliquant le pourquoi du comment, mais j'ai honte rien que d'y penser. Honte de lui avouer que je suis toujours très amoureuse d'elle quand je la vois, honte du regard qu'elle portera sur moi, honte du sentiment de déception qu'elle aura à mon égard, peur de la réponse qu'elle me dira, et pour l'instant, peur bleue de la perdre définitivement.

Ce qui est sure, c'est que si j'arrive à franchir le pas, même des années plus tard, peut-être que j'en rigolerai, mais en aucun, je la considèrerai par la suite comme une bollosse ou autre. Au contraire, je penserai que la tocarde dans l'histoire, c'est moi!

#321702
photo de l'auteur Felix35
Felix35
Homme de 51 ans
- modifié par Felix35 le 12/01/2020 - 19:44:30

Il n'est pas question d'être une "tocarde", mais effectivement, cette femme a l'air d'avoir une position très claire.

Que tu décides de couper les ponts ou pas, j'imagine qu'il faut creuser un peu, sinon la situation va, soit durer avec elle, soit recommencer avec une autre.

Est-ce que ça te donnerait une piste de chercher les "bénéfices secondaires" de cette relation qui te fait souffrir ? De trouver ce qui t'arrange dans le fait d'être amoureuse d'une femme avec qui il n'y a aucun espoir de ce côté ? (en la "choisissant" hétéro et en couple, tu t'es doublement assurée que rien ne serait possible.

Penses-tu que cette façon de poser des questions puisse te faire avancer ?


 2 votes #321703
auteur anonyme
Anonyme

@Mimoza Bonsoir,

Merci pour ta réponse!

Oui, c'est ce que je disais dans le message de base, finalement je me complaisais de cette situation, car j'avais besoin de la voir, comme une drogue où certainement le dénouement sera violent, voir très violent.

De part nos travails respectifs et la distance, il arrive que parfois pendant 9 mois, on ne se voit pas, alors, tranquillement, les sentiments s'estompent et à chaque fois je me dis "bon, ça va mieux, c'est du passé, l'amitié est là, bien présente, j'ai envie de la voir et de s'actualiser comme deux vraies potes", mais même avec ce grand laps de temps, ba les sentiments reviennent au triple galop...

Il est vrai que même pendant nos longs mois où on se voit pas, je vais mieux, plus ouverte à la rencontre, mais je ne trouve personne qui m'intéresse ou plutôt je pense être inintéressante pour les autres femmes peu importe leur orientation sexuelle, autrement dit, même les lesbiennes ne sont pas intéressées par mon profil réel.

C'est ainsi

#321704
photo privée de l'auteur Choupin
Choupin
Femme de 24 ans
- modifié par Choupin le 12/01/2020 - 19:55:13

Apres tocarde c'est ce que je pense de mon ex, ça ne veut pas dire que c'est pour tout le monde pareil. Et c'était juste pour montrer que je me trouve ridicule (moi et la situation) en y repensant, et oui, je me considère aussi comme la tocarde de l'histoire ahah.

Pour ce qui est de sa réaction, je pense que le plus important c'est toi et comment tu te sens toi, et que tu sois heureuse et en paix dans ta vie et que tu mérites quelqu'un qui t'aimes et avec qui tu peux avoir une relation aimante et enrichissante et qui ne te fasse pas soufffir. Peut être pourrais tu reprendre contact avec elle après que plusieurs années soient passées, et que tu aies rencontré une autre femme qui t'auras fait oublier cette femme completement. Après bien sur chaque situation est différente donc à toi de voir ce qui est le mieux pour toi.

XoXo


 0 vote #321705
Meilleure réponse

photo de l'auteur anteros38
Anteros38
Homme de 35 ans

Bonsoir Anonyme,

La situation dans laquelle tu te trouves risque de durer si tu ne coupes pas les ponts avec cette femme.

Votre lien d'amitié étant fort, la séparation sera difficile mais vitale pour toi car la souffrance que tu exprimes, va te détruire sur le long terme. Personne ne peut sortir indemne de ce type de relation sans issue.

Ce que tu vis me rappelle l'histoire de Prométhée dans la mythologie grecque : Prométhée est condamné par Zeus à être attaché à un rocher sur le mont Caucase, son foie dévoré par l'Aigle du Caucase chaque jour, et repoussant la nuit. Le calvaire est sans fin, condamné à revivre chaque jour la même souffrance.

Je pense qu'il faut expliquer la situation à ton amie, elle comprendra sans nul doute ta souffrance et la nécessité de couper les ponts.

Cela te permettra d'être clean dans la tête, te permettant ainsi d'être ouverte à d'autres rencontres.

J'ai déjà connu ce type de situation, c'est un cauchemar sans fin. J'étais en adéquation parfaite avec cette personne qui était un collègue de travail, les sentiments amoureux (non-réciproques) sont alors devenus puissants et rien ne pouvait stopper la spirale. Je pensais qu'avec le temps les sentiments disparaitraient, rien de plus faux.

La seule solution a été d'arrêter de se voir. Par chance, il avait été débauché par une autre société, sans quoi la situation aurait été compliquée. Ce fut long, comme une sorte de deuil, et puis le temps a fait son travail.

Je te souhaite du courage pour traverser cette passe compliquée.

Tu n'oublieras pas cette femme mais dans quelque temps tu la verras différemment, grâce au recul.

Antéros


 3 votes #321708
photo de l'auteur Tangerine
Tangerine
Femme de 41 ans
- modifié par Tangerine le 12/01/2020 - 20:45:45

Coucou Anonyme,

Bon, il y a plusieurs choses pas très claires dans ta situation, et du coup ça te met un peu dans le brouillard pour savoir comment agir.

D'abord, tu dis que tu as peur de lui avouer que tu es toujours amoureuse d'elle, parce qu'elle risque de mal le prendre, tu risques d'avoir honte de toi... bref, tu ne te sens pas en sécurité avec elle. Si c'est le cas, alors c'est qu'elle ne te mérite pas, même seulement en tant qu'amie. Une amie sincèrement attachée à toi ne te jugera pas. Bien sûr elle peut se sentir gênée, ne pas oser te montrer son affection de peur de te donner des illusions, mais si elle est claire que rien ne se passera entre vous, et que toi tu acceptes de ne plus jamais rien tenter, alors elle n'a pas de raison de te juger mal... (à moins qu'elle ne soit homophobe ??)

Là-dessus, je te conseillerais bien d'être claire avec elle, surtout si tu veux la garder comme amie : tu es amoureuse d'elle, tu sais que ce n'est pas réciproque, et tu promets de ne plus jamais lui faire d'avances. Si elle te rejette, te critique, te dit par exemple que ça la dégoûte et qu'elle se sent trompée... c'est qu'elle ne te mérite pas, et couper les ponts sera plus facile pour toi.

Tu dis aussi qu'après quelques mois d'absence, le manque d'elle s'estompe en toi, et que tu la vois plus comme une amie. C'est un sentiment encourageant... si tu pouvais croiser la route d'une autre femme avec attirance mutuelle pendant une de ces périodes, tu serais sauvée. Il faut que tu sois persuadée, car c'est la réalité, qu'il existe bien d'autres femmes qui t'inspireront les mêmes sentiments que tu ressens pour cette amie-ci, avec le grand avantage qu'elle te rendront tes sentiments. Donc ne te ferme pas en te disant qu'il n'y a qu'elle, ouvre les yeux et prépare-toi, ça peut arriver n'importe quand et ça risque d'être une bonne surprise pour toi ;-)

Quand on a envie d'aimer et d'être aimée, on s'accroche un peu à n'importe qui nous montre un peu d'intérêt, on s'emballe et voilà, on plonge dans ce genre de relation très embarrassante pour les deux côtés... Dis-toi bien que ton potentiel d'amour t'appartient, il n'est pas lié à elle, et si elle disparaît de ta vie ce potentiel sera intact, il fait partie de toi. Garde-le pour quelqu'un qui l'acceuillera comme un trésor, et renonce à l'adresser à elle, qui, la pauvre, ne peut rien en faire....

Pour la marche à suivre, voici ce que je te conseillerais, et ça dépend bien sûr de ton ressenti actuel : demande-toi si tu serais capable de vivre une relation simplement amicale avec elle, oui ou non. Si c'est non, alors coupe les ponts, en lui expliquant pourquoi posément. Si tu penses que ça te sera peut-être possible dans l'avenir, alors tente de prendre quand même de la distance avec elle, histoire que ton esprit se libère de son image. Tu pourras alors voir au fil du temps si une véritable amitié est possible. Mais dans ce cas-là aussi, mieux vaut lui expliquer le pourquoi de ta prise de distance, et qu'elle la respecte. Si elle revient quand même t'asticoter alors que de ton côté tu es encore dans une phase de silence, alors c'est qu'elle fait passer son intérêt avant le tien, et (encore une fois) peut-être qu'elle n'est pas digne du profond sentiment que tu lui portes...

Bon courage, et surtout pense à ton propre équilibre !


 1 vote #321710
photo de l'auteur Reglisse
Reglisse
Intersexe de 32 ans

Coucou Anonyme,

Un amour impossible est intense, douloureux et merveilleux. Il ne mourra jamais dans ton cœur. Par contre, ses couleurs s'estomperont avec le temps.

Aujourd'hui, il devient un obstacle car tu ne parviens pas à renoncer à cet amour irréel. Du coup, tu t'y accroches et tu penses ne jamais retrouver une autre femme que tu puisses aimer (ce qui sera vrai tant que tu ne renonceras pas à cet amour impossible).

C'est à toi de savoir comment accepter la frustration de la réalité et comment faire ton deuil. S'il y avait une recette magique et universelle, ce serait trop simple ! C'est peut-être aussi une occasion de te comprendre… Et puis tout n'est pas noir, puisque tu sais aimer véritablement.

Amicalement, Réglisse


 2 votes #321711
photo de l'auteur gael3592
Gael3592
Homme de 35 ans

Citation de Skyquiver #321693

J'ai juste envie de mourir parfois, car malgré mes efforts et mes recherches, rien n'y fait, j'ai l'impression que je ne vivrais que pour me mettre avec quelqu'un qui ne correspond tellement pas à cet idéal, à cette idée de la personne qui pour nous représente un foyer.

À ce niveau là ? Jusqu'à mettre fin de ta vie ? Par l'obsession de quelqu'un de virtuel, qui ne t'a jamais appartenu.

Où tu te place dans ce monde de brut, de manipulation, et de combat permanent ?

Tu vaut mieux que ça.


 0 vote #321713
auteur anonyme
Anonyme

Citation de Felix35 #321703

Bonsoir Felix 35,

Merci pour ta réponse!

En fait, cette situation, je l'ai déja vécue... au moins 5 fois!

En fait, j' ai toujours, toujours, toujours été amoureuse de femmes hétéros et même parfois en couple comme dans la situation actuelle...

Je sais, ce n'est pas normale de vouloir s'acharner sur de l'impossible.

Le pire, c'est que je sais le mal que ça fait... comme si à défaut d'avoir connue une vraie relation amoureuse dans ma vie avec les sentiments, l'attirance physique, l'Amour !!: (seulement quelques fausses conquêtes de garçons quand j'étais jadis pseudo hétéro et 2 femmes depuis mon coming-out mais où je ne ressentais absolument rien et où toutes les 2 savaient qu'il y avait une date de fin programmée ou sans suite), je m'accroche à 1 histoire d'amour montée de toute pièce dans ma tête alors que je sais qu'il n'y aura rien, que c'est impossible!! En fait, je me complais dans le rejet...

Je n'ai pas eu une enfance ordinaire, placée dans les services sociaux à 10 ans, une enfance brisée par une mère plus que toxique et nocive. Bref, tout ceci pour vous dire que dès le plus jeune âge, j'ai ressenti ce sentiment de rejet par 1 membre de la famille qui est censé t'aimer et t'élever avec un minimum de tendresse, etc. Quand on est gamins, notre premier repère de la vie, ce sont nos parents, pas très gâtée. Voilà, y a pas de mystère, l'obstination de vouloir s'accrocher au rejet finalement vient de là. Cela reviendrait à dire: Aimer le rejet.

Je recommence obstinément la même expérience. Vouloir être aimée par une femme qui ne peut pas t'aimer! Habituellement, je m'en remets "assez" rapidement, mais dans la situation actuelle, même si on ne se voit pas pendant 9 mois (ça devient déja les 3/4 d'une année), ba, les sentiments reviennent vite, alors que je pensais aller beaucoup mieux et libre avant de se revoir.

Je ne sais pas comment faire pour arrêter cette spirale infernale! car je sais que ça risque malheureusement de recommencer. :(

Alors tu sais les "bénéfices secondaires", ben je ne sais pas trop quoi te répondre. Je crois que ça me fait du bien de la voir, de parler avec elle, mais après quand on prend congès, je ne pense qu'à elle, j'attends avec impatience ses nouvelles, et j'ai le coeur qui fait mal car il me dit "arrête, ça sert à rien, tu fais mal!", mais je continue...

Je sais que ça ne va pas très bien se terminer car c'est une situation vraiment insupportable et en effet qui dure dans le temps! J'en laisserai des plumes, mais il ne faudra plus que ça recommence avec une autre personne.

Citation de anteros38 #321708

Bonoir anteros38,

Merci d'avoir consacré un peu de ton temps pour me répondre!

Ca "rassure" de ne pas se sentir seul dans ce cas là...

Oui, en effet, je pense qu'il faut que j'arrête de la voir pendant quelques années, histoire de trouver quelqu'un qui me correspondra à ma juste valeur... Adviendra que pourra par la suite.

J'espère en effet voir cette femme de façon différente par la suite... Définitivement!

Citation de Choupin #321705

Oui j'ai bien compris qu'il s'agissait de ta situation concernant le terme de "tocarde" ^^

Oui, je pense qu'il va falloir des années avant de la revoir, voir définitivement si je décidais de couper les ponts... L'avenir le dira..

Merci pour ton message et pour tes voeux!

#321715
photo de l'auteur Reglisse
Reglisse
Intersexe de 32 ans

@ Anonyme

Je te conseillerais de consulter un thérapeute, car tu risques d'avoir du mal à te sortir seule de la situation. Tu te retrouveras régulièrement dans ce type de relations tant que tu n'auras pas réglé certains traumatismes. Bon courage 🙂


 2 votes #321717
photo de l'auteur Sociable30
Sociable30
Homme de 58 ans

Tu es assez lucide quand à ta situation et pourtant, tu plonges…

Tu en as besoin, tout simplement.

Partant de là, ce n'est pas la fin de ta relation avec cette personne qui réglera ton problème et tu le sais bien.

Donc, elle ou une autre, autant que ce soit elle, te dis tu intérieurement.

Tu es face à cela comme une malédiction, en quelque sorte.

Ce besoin vient de ton enfance et, là dessus aussi, tu es lucide.

Ton enfance n'est pas au rayon des souvenir, c'est encore ton actualité.

Elle te poursuit, fait que tu éprouves le besoin de te sentir non aimable.

Tes possibilités d'aimer sont devenus un besoin d'adorer.

Trouver l'inaccessible et se casser les dents dessus.

Un peu comme un fan qui admire son idole, lui voue sa vie, sans espoir de la partager avec lui.

Mais un univers pour aimer sans risque puisque l'inaccessible fait que le rejet ne peux venir que de soi puisque, quelque part, l'autre n'est pas concerné.

L'autre t'apprécie comme une star aime son public.

Tu fais partie de son univers, elle te fait gravité autour d'elle par sa force d'attraction.

Elle est ton étoile mais, prisonnière de ton orbite, tu sera à jamais à distance et sans jamais pouvoir t'échapper.

Que penses tu de cette description ?

Tu te reconnais là dedans ?

Si je ne me trompe pas, je pense que tu as besoin d'une aide psychologique sérieuse.

Ton histoire ne se résoudra pas, comme tu le sais déjà, sur un forum.

Quand bien même tu recevra de très bon conseils, tu me sembles dans une espèce de terreur de sortir de cet enfer qui te brules autant qu'il te rassure dans sa grande prévisibilité.

En sortir te place en terra incognita; le veux tu vraiment ?

Peut-être as tu déjà essayé et as tu été suivi par un psy.

Est-ce le cas ?

Il n'y a aucun mal à cela; on va bien chez le médecin quand notre corps à un problème.

Notre noble cerveau mérite, lui aussi, les soins appropriés quand on souffre d'indigestion d'enfance.

Creuse ou recreuse cette piste car ton soucis n'est pas mineur et il faut que tu t'en occupes.

Une dernière question: Quel âge as tu ?


 2 votes #321718
photo de l'auteur w0nderwOOman
W0nderwOOman
Femme de 40 ans
- modifié par w0nderwOOman le 13/01/2020 - 07:02:15

Chère Anonyme,

On est tou·te·s (ou presque) déjà tombé·e·s amoureux·se d'une personne qu'on a mise sur un piédestal pour les meilleures raisons du monde, mais qui ne nous aimait pas de la même manière, voire dans certains cas, ne nous aimait pas tout court. De plus, sache que les personnes qui ont eu une enfance de rêve et/ou une famille de rêve (genre la famille Ingalls), tombent aussi amoureuses sans qu'il y ait réciprocité. Alors bien sûr qu'il est possible de « passer à autre chose » après un rejet amoureux, comme après une rupture. Qu'as-tu de moins que les gens qui y arrivent ? Rien. J'en suis convaincue. Tu peux même y arriver en te faisant aider, si tu as l'impression que tu n'y arriveras pas seule, comme te l'ont recommandé Reglisse et Sociable30.

Personne sur terre, n'est condamné·e à errer ad vitam æternam dans un amour à sens unique. Tu l'as constaté : les fruits d'un tel amour sont des fantasmes, des scenarii et de la souffrance. Or, aimer ce n'est pas souffrir. Et ce n'est pas non plus se faire souffrir.

Citation de Reglisse #321717

Tu te retrouveras régulièrement dans ce type de relations tant que tu n'auras pas réglé certains traumatismes.

Je plussoie ce que tout le monde t'a dit ici et particulièrement cette phrase 👆

Je ne te souhaite pas d'aimer un jour, une autre femme, de la même façon que tu « aimes » cette femme. D'ailleurs, je ne vois pas qui rêverait d'être aimé·e ainsi. J'ai l'impression que tu as besoin d'apprendre à aimer d'une nouvelle façon. Je dirais même d'apprendre à t'aimer. Car parfois, on cherche chez un·e autre, ce qu'il manque cruellement chez nous. Et peut-être dois-tu d'abord revoir la relation que tu as avec toi-même avant d'envisager une véritable relation avec quelqu'une. Plus facile à dire qu'à faire, je le concède. Voilà pourquoi une aide psychologique ne te sera que bénéfique.

Tu n'es pas la première, ni la dernière mais tu peux y arriver. Je te souhaite bon courage.


 0 vote #321723
auteur anonyme
Anonyme

Bonjour tout le monde,

Merci pour vos messages (Wonderwooman, Réglisse, Sociable 30, Gael3592, Tangerine)...

@Sociable 30, pour répondre à ta question, je fais partie de la classe des trentenaires.

J'ai tenté de me faire soigner par différents moyens autre que la psychologie car, dans mon enfance, je ne garde pas un très bon souvenir des nombreux psychologues que j'ai pu croisés. Alors, j'ai déjà tenté d'autres moyens paramédicaux légaux, évidemment, non remboursés par la sécu!

En vain, je pense qu'il faut que je continue de me faire "soigner". Je sais bien qu'il n'y a pas de honte à aller consulter un "médecin du cerveau", encore faut-il trouver le bon! et ça, c'est encore une autre histoire.

Finalement, oui je me retrouve dans ce que tu as décris ci-dessus : "l'étoile qui brille inacessible car cloisonnée dans mon orbite", d'ailleurs, c'est une très jolie métaphore!

Je suis consciente que je dois me faire aider et que l'enfance n'est malheureusement pas rangé au rayon des souvenirs... Je le pensais mais force est de constater que plus je vieillis, plus j'ai du mal à trouver ma place dans la société, surtout au niveau "affectif".

@Wonderwooman,

Si je suis si "accros" au sentiment de rejet, forcément, c'est qu'inconsciemment, je me rejette moi-même. Tu n'es pas la première à me dire qu'il faut apprendre à s'aimer soi-même... J'aimerai tellement, mais je n'y arrive pas... Comme si je m'interdisais d'être heureuse et de m'apprécier. Dans la vie de tous les jours (non virtuel), je n'aime pas qu'on me complimente, le malaise m'envahit, toujours ce fameux sentiment de honte, honte de quoi? Je ne sais pas... Mon jugement intérieur est très puissant (accords Toltèques), je m'auto-punis constamment, parfois, je m'en rends compte et j'essaie d'aller à son encontre ( sortir des sentiers battus et donc de sa zone de confort), mais souvent, je ne m'en rends pas compte sur le moment et c'est par la suite que je réalise que je me "torture".

@Reglisse,

Oui, je sais déjà que fatalement ça va se reproduire, comme si c'était la vie que j'avais choisie de mener... Je vais y réflechir, c'est certains!

Merci en tout cas encore une fois pour tous vos messages bienveillants. Ca va me faire avancer, je suis convaincue...

Restons en contact!

Bonne journée et bon lundi :D

#321724
photo de l'auteur Felix35
Felix35
Homme de 51 ans

Devant la répétition de la situation, moi aussi je te conseillerais d'aller voir un psy… de bien prendre le temps de le choisir, d'en voir un autre si tu tombes sur un qui ne te convient pas.

Ce sera la solution la plus rapide et la moins douloureuse de faire cesser cette spirale infernale.


 0 vote #321728
photo de l'auteur w0nderwOOman
W0nderwOOman
Femme de 40 ans
- modifié par w0nderwOOman le 13/01/2020 - 13:56:28

Citation de Anonyme #321724

J'aimerai tellement mais je n'y arrive pas

Rectification : tu n'y arrives pas seule. Car tu as besoin d'aide. On ne peut pas sortir de tels schémas mentaux tout·e seul·e. Sans faire l'apologie de la méthode Coué, on sait tou·te·s que se marteler des phrases comme je n'y arrive pas, contribue réellement à ne pas y arriver. Evidemment, je ne parle pas d'objectifs comme battre le record du monde du 100m ou se télétransporter d'un endroit à un autre.

En vain, je pense qu'il faut que je continue de me faire "soigner". Je sais bien qu'il n'y a pas de honte à aller consulter un "médecin du cerveau", encore faut-il trouver le bon! et ça, c'est encore une autre histoire.

Ce sont les malades qui ont besoin de se faire "soigner". Et je ne crois pas que tu sois "malade". Un·e psychologue clinicien·ne n'est pas un médecin et pratique ce qu'on appelle un accompagnement thérapeutique. Un tel accompagnement ne devrait pas être vain. Encore faut-il chercher le ou la thérapeute qui te convienne... là aussi, ça demande un investissement personnel non négligeable, mais qui en vaut la peine. D'ailleurs, si ça ne fonctionne pas avec tel·le psy, ne pas hésiter à en changer, comme l'a dit Felix35. Une thérapie est une collaboration entre un·e thérapeute et un·e patient·e qui se choisissent mutuellement. Comme en amour, il faut ne pas choisir n'importe qui*, n'importe comment.

Courage 💜

*idéalement un professionnel avec un numéro ADELI


 1 vote #321733
photo de l'auteur DouniaAna
DouniaAna
Femme de 32 ans

Salut Anonyme,

Le récit de ton amour sans réciprocité est très touchant et résonne en moi, parce que je sors tout juste d'une impasse comme la tienne, à ceci près que la femme que j'aime (encore, malgré moi, mais plus pour longtemps, je le sens et j'y crois) n'a pas repoussé mes avances, a légitimement pensé que toute expérience était bonne à prendre et m'a laissée l'aimer quelque temps avant de me servir du "désolée, je suis 100% hétéro".

Pour ma part, la seule chose qui fonctionne, c'est le coupage de ponts. C'est terrible, et très difficile de s'y tenir, mais une amitié frustrante et mensongère ne remplace pas l'amour partagé, en aucune manière, et n'est source que de tristesse, d'illusions, d'isolement et d'autodévalorisation (que penser d'autre que "si j'étais ci ou ça, au moins elle pourrait m'aimer" ou encore "tout a été dit sur l'impossibilité d'une relation entre nous, donc sois une amie et tais-toi, c'est mieux que rien, et surtout garde tes sentiments pour toi"... que des choses saines pour l'estime de soi et l'équilibre émotionnel, en somme). Être séparée d'elle (au moins pour quelques années) est la seule garantie pour retrouver son intégrité, me semble-t-il, ne pas s'émietter à nouveau sur place pour un regard, une attention, un mot gentil... en vivant le reste du temps dans l'attente de ces petits riens, qui sont vraiment des riens, en fait.

J'aime beaucoup la réponse de Réglisse :

Citation de Reglisse #321711

Un amour impossible est intense, douloureux et merveilleux. Il ne mourra jamais dans ton cœur. Par contre, ses couleurs s'estomperont avec le temps. […] C'est peut-être aussi une occasion de te comprendre… Et puis tout n'est pas noir, puisque tu sais aimer véritablement.

Pour moi, l'essentiel est dit en quelques mots ici. Après coup, il reste toujours l'immense richesse personnelle d'avoir aimé, de toute son âme, et peut-être d'avoir créé quelque chose en soi, pour soi ou en-dehors de soi grâce à cette force. Peut-être juste de s'être senti.e vivre !

Bon courage !


 1 vote #321978
photo de l'auteur Frango
Frango
Homme de 56 ans

Bonsoir "Anonyme",

Après un petit break, je reviens sur les forums et je lis ton message, avec quelques jours de retard.... Désolé.

Ton récit est vraiment prenante et je peux vraiment comprendre à quel point tu dois souffrir....

Cette histoire, nous somme sans doute nombreux à l'avoir vécu, d'une façon ou d'une autre, car, étant tous différents, nous avons tous quand même un coeur...

Et ce foutu coeur nous en fait voir de belles !

Te voilà confrontée à un choix cornélien ; rester et souffrir, ou partir et quitter celle que tu aimes. Mais qui d'autre que toi pourrais prendre cette décision pour toi ? Car c'est ta vie ! C'est ton souffle ! C'est ton soleil !

Je ne peux, simplement que te faire part brièvement de mon expérience, assez récente, sans savoir si ça t'aidera.

Pendant 10 ans, j'ai aimé un homme, qui est mort l'année dernière. L'un de ses amis m'a aidé à surmonter cette épreuve. Nous nous sommes rencontrés, de fréquemment à très régulièrement. Les sentiments que j'avais pour lui ont évolués et je me suis rendu compte que je ressentais plus que de l'amitié pour lui... et même beaucoup plus. Pourquoi ? Je ne sais pas, parce que la vie est comme ça.. Alors, je lui ai dit ce que je ressentais. Et, comme toi, je suis tombé à côté ! Le problème, c'est que je suis amené à voir cet homme chaque week-end...

Donc, je me suis retrouvé devant cette même question ; vivre avec, ou vivre sans ? Alors, j'ai cherché une autre solution et j'ai rencontré quelq'un que j'aime et qui me fera oublier ce cachemar cornélien... Mais, là encore, ce n'est pas "LA" réponse, c'est "une" réponse possible...

Quoiqu'il en soit, si tu restes bloquée sur ce choix impossible, tu souffriras et ta vie s'en ressentira. Ouvre ton coeur au bonheur. L'Amour est peut-être ailleurs... Même à mon âge, j'y crois encore..!

Je t'embrasse, Frango.


 0 vote #321981
photo de l'auteur lilou91
Lilou91
Femme de 42 ans

Bonjour anonyme

J ai avant tout pris le temps de lire bien évidement ton histoire et les réponses bienveillantes qui ton été destiné

de mon point de vue et pour éviter tout détour je vais être direct avec toi

tu as à l évidence conscience de tout

Le plus dur reste pour toi de prendre conscience de certaine choses peu être

  • la douleur qui te reviens à chacune de vos retrouvaille serais t elle plus compliquer plus intence que le soulagement et la sérénité que tu retrouve en son absence

  • ne vos t il pas mieux oublier ce douloureux fantasme que tu as laisser naître en toi

  • enfin mets de l ordre dans ton esprit et prend les bonnes décisions pour toi.

  • sois réaliste elle est hétéro et te la fait entendre c est une situation qui ne changera pas et le point fort réalise qu elle est en couple !!

  • j espère apporter ma contribution ...il est clair que l amour ou le sentiment naissant est difficile à gérer ou à maîtriser alors avant de laisser ton coeur souffrir laisse toi guider par ton esprit de lucidité...les réponses sont déjà en toi


 1 vote #322011