logo BeTolerant.fr Applications et site de rencontres LGBT
avatar célibataire connecté
 Invité

A toi que j'ai aimé

photo de l'auteur Lysie

Lysie
Femme de 42 ans
Mirecourt
star_half

A toi que j'ai aimé,

Rappelle toi de ce jour de novembre ou nous nous sommes rencontrés, froid et humide comme le peuvent être ceux d'automne. Ce jour là, je ne le savais pas, allait être un jour particulier. Un jour, parmi ces jours où le monde semble renaître à lui même tant l'univers tout entier est boulversé par une présence qui occupe étrangement tout l'espace. J'entrais dans une pièce jaune, lumineuse, meublée par de vieilles chaises et tables de collectivité, où des tableaux faits de mains d'amateurs décoraient les murs. Je saluais ces visages inconnus qui affichaient une expression de curiosité, j'avançais, te cherchant, toi que je ne connaissais pas encore. Puis je te vis, exubérante, aux mouvements amples, à la voix haute, au rire fort, à l'accent prononcé, aux cheveux long bouclés et indisciplinés, châtains, avec tes grandes lunettes aux contours orange et épais, ta large jupe bohème, tes vêtements hauts en couleur. Je m'arrêtais, plus rien n'existait autour de moi, tu étais tout. Tu m'aperçus et me dis: "Ah, vous êtes la nouvelle.". Ou peut-être m'avais tu tutoyé, je ne sais plus. Je n'eus pas le temps de répondre que déjà une pluie de mots s'abattait sur mes oreilles et que tel une tornade tu m'emportas à travers diverses pièces, me montrant tes projets: les décors de cartons qui attendais d être finis, les costumes à améliorer, les accessoires qu'il fallait trouver dans un fouillis d'objets mêlés. Et ceci en me posant cent questions à la fois. Tu étais curieuse comme l'est un enfant avec un jouet nouveau qu'il explore et dont il cherche toutes les utilisations possibles. Quel rôle j'allais jouer? Et moi, je me laissais trimballer d'une pièce à l'autre, d'une idée à l'autre, sans même qu'une question ne m'effleure. J'étais incapable de penser. Je ne le savais pas encore mais ces ateliers allaient ponctuer mes semaines tellement je les attendrais avec impatience. A peine un pieds dehors, que je comptais déjà les jours et les heures qui me séparaient de toi.
Va savoir pourquoi, mais il y avait ces instants où tout se figeait: on se fixait du regard durant ce qui me semblait être une éternité. Il n'existait plus que tes yeux, rien qu'eux, et toi tu ne décrochais pas. Pourquoi? Que pensais tu à ces moments là? Que pensais tu de ces moments là? Que ressentais tu? Moi j'étais comme hypnotisée, le fil de mes pensées interrompu.
Tu parlais beaucoup et moi je restais là, buvant tes paroles, attentive à la moindre intonation, au plus petit geste, à la plus petite mimique. Quand par mégarde, tu me frôlais un bras, une douce chaleur m'inondait. Parfois, lorsque tu posais ta main sur mon épaule, le trouble s'affichait sur mon visage, ne l'as tu jamais remarqué? Il s'agissait d'agréables parenthèses dans ma triste vie de solitaire. J'espèrais seulement qu'à aucun moment tu ne découvris ce que je ressentais. J'avais peur d'un rejet qui m'aurais fait souffrir ou même que tu sois mal à l'aise. Tout était parfait comme ça: tes sourires, ton air enjoué, tes conseils, tes éclats de rires, tes taquineries. A aucun moment je n'aurais voulu que ton attitude change.
Durant ces longs mois, je découvris quelqu'un de généreux, d'ouvert, de sensible. J'adorais ton côté militant, à manger bio, végétarien, à protester quand nous gaspillions un peu trop d'eau, à exprimer ta révolte quand une situation te parraissait injuste, et toutes ces petites choses qui faisait de toi une écolo convaincu. Ton humanité me touchais énormément. Bien sûr, personne n'est parfait, tu avais aussi ces petits côtés qui pouvaient agacer. Comme tout un chacun. Tu pouvais être rentre-dedans, avoir tes humeurs, comme ces jours où stressée tu râlais d'un bout à l'autre de la journée. Mais crois tu que ça m'aurais empêché de t'aimer? Car c'est bien de celà qu'il s'agit.
Combien de fois je t'ai entendu dire que tu aimerais avoir un homme à tes côtés, ne plus être seule. Et bien moi je ne suis qu'une femme. Je ne serais jamais ce que tu cherches, ta nature profonde ne permettra jamais une quelconque réciprocité. Alors c'est une lettre dans le vide, comme ça, comme on envoie une bouteille à la mer. Vois tu, je ne suis qu'une pauvre âme qui un jour a eu le bonheur de graviter autour de toi. J'en remercie le destin.
Les derniers mois où nous nous sommes vues, à cause d'ingrates attitudes et de mauvaise personnes, régulièrement tu pleurais, t'excusant pour chaque larme versée. Souvent, on aimerait épargner notre entourage en ne laissant qu'un sourire apparaître sur nos visages, mais parfois la tristesse est plus forte, elle s'impose, et le masque tombe. Alors, pourquoi t'excuser? Saches que j'aurais aimé te prendre dans mes bras, t'embrasser, te réconforter, te dire combien je t'aimais... Mais je me contentais de te laisser quelques messages de soutien.
Ensuite la vie nous sépara. Naturellement, on s'envoya quelques sms pour prendre des nouvelles, puis plus rarement jusqu'à ce que le silence s'installe. Et moi, j'aurais tant aimé te revoir, pouvoir prendre le temps de parler avec toi, de rien, de tout, de banalités, de nos vies, nos espoirs, nos rêves. J'ai eu cette occasion une fois, autour d'un feu, le soir, avec les étoiles comme témoins. Nous étions trois, rappelle toi. Ce fut la plus belle soirée depuis bien longtemps.
Une image m'est revenue en mémoire il n'y a pas longtemps: je suis dans un magasin, c'était bien avant que je ne commence les activités avec toi. Je marche dans les rayons, flânant comme souvent je le fais, et mon regard est attiré par une longue silhouette dynamique, celle d'une femme, habillé d'un sarouel vert kaki et d'un haut orange à motifs, avec des cheveux en pagaille bien qu'attachés. Je suis impressionnée par sa présence et intrigué par son style baba cool. Je me dis que cette personne doit avoir une forte personnalité pour s'exprimer ainsi à travers son style vestimentaire. La personne sur ce cliché qui était enfouis dans ma mémoire, je crois bien que c'est toi. Au fond tu étais là cachée dans un recoin de mon inconscient bien avant d'être là présente dans mon conscient.
J'avais juste envie de te dire ce que tu es pour moi: une personne de valeur. Cet amour que je t'ai porté j'aimerais qu'un autre te le porte et te rende heureuse.


photo de l'auteur Jygo81

Jygo81
Femme de 28 ans
81
star

Très joli !

photo de l'auteur faith141

Faith141
Homme de 43 ans
paris
starstar_half

Très beau.

photo de l'auteur faith141

Faith141
Homme de 43 ans
paris
starstar_half

C'est un text que éventuellement tu pourrais envoyer à la personne dont tu nous parles.....

photo de l'auteur Lysie

Lysie
Femme de 42 ans
Mirecourt
star_half

Merci pour vos compliments.

Je n'ai pas son adresse. Heureusement car la tentation est grande.

photo de l'auteur Laarraa72

Laarraa72
Femme de 18 ans
Le Mans
star_half

whao ! un fin où tu veux son bonheur c'est .... Il n'y a pas de mots tellement c'est sublime!

photo de l'auteur faith141

Faith141
Homme de 43 ans
paris
starstar_half

Oki, on va lancer une recherche pour la retrouver.

photo de l'auteur noflomeys

Noflomeys
Femme de 22 ans
Amboise
star

Wouah. Juste wouah pour la sincérité et la pudeur avec lesquelles tu exprimes tes sentiments. Je te souhaite de trouver le même bonheur que tu espères pour elle :D

photo de l'auteur Robot

Ancien membre
Utilisateur désinscrit

Tu as toutes les cartes en main pour trouver le grand bonheur Lysie ! Quand on est doté d'une sensibilité telle que la tienne, ne manque que la rencontre avec l'autre capable de la discerner au premier regard et de lui permettre de s'exprimer, enfin, libremement... Peut être était-ce le cas avec cette femme... en partie du moins... Est-il possible de revenir en arrière ? De la rencontrer à nouveau ? Si ce n'est pas elle, une autre viendra très bientôt, qui donnera du sens à tout ça :)

NB : Je ne me suis jamais risquée à mettre en mots mes ressentis, trop peur que ceux-ci deviennent dérisoires, mais tu as su le faire avec bcp d'élégance. Elle serait probablement très touchée de les lire, quoi qu'il advienne... :)

photo de l'auteur Leyton

Leyton
Homme de 24 ans
Paris
starstar_half
 10 remerciements

C'est beau l'amour :) surtout lorsqu'il de cet ordre là : donner sans rien attendre en retour.

photo de l'auteur Lysie

Lysie
Femme de 42 ans
Mirecourt
star_half

Je l'ai croisé il y a deux jours. Aujourd'hui, elle m'a appelé, elle a demandé à d'autres mon numéro de téléphone qu'elle n'avait plus. Un rayon de soleil dans la grisaille de la journée. Oh, je n'attend rien, je suis juste contente qu'elle ait repris contact avec moi. Et je serais heureuse qu'elle me donne des nouvelles, et encore plus s'il y a des choses positives dans sa vie.
Juste pour dire.

photo de l'auteur noflomeys

Noflomeys
Femme de 22 ans
Amboise
star

C'est exactement ce genre de choses qui m'incitent à ne plus croire au hasard ! Tu faisais référence à cette personne dans ton poste tout en sensibilité, sans rancoeur, avec de l'émotion et une volonté de la partager... et elle réapparaît doucement :) c'est l'occasion de reprendre contact et d'échanger des nouvelles comme tu l'as écrit. Je vous souhaite de passer un bon moment si vous avez l'occasion de vous retrouver :)

photo de l'auteur Lysie

Lysie
Femme de 42 ans
Mirecourt
star_half

Merci c'est gentil.

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit