Des expériences polyamoureuses viables?

photo de l'auteur Lanaawyn
Lanaawyn
Non binaire de 21 ans
Nîmes

3 remerciements
Bonsoir chers Betolériens,

étonnée que personne n'ai baptisé le forum des polya, je me lance! Terme récemment pris en compte sur Beto, rares sont les sites qui y sont dédiés soit dit en passant!

Je souhaiterai faire une sorte de recueil d'expériences polya, qu'elles soient du domaine du trouple ou +.
Avez-vous peut-être vécu une histoire viable entre polya? Asexuels ou sexuels confondus.
Si c'est le cas, avez-vous une organisation hiérarchique particulière? Ou privilégiez-vous un socle d'égalité ^^?
Auriez-vous des conseils à donner pour favoriser sur le long terme le polya?
Et quelle est votre position au vu de la société et de la famille par exemple? Assumez-vous partiellement ou totalement?

Voilà, à vos claviers... si le coeur vous en dit ;).


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
La viabilité ne me semble pas le critère....
Mais le sujet est intéressant....

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Salut!

De mon côté je suis une personne ultra honnête lorsqu'il m'arrive d'aimer plusieurs personnes en même temps alors je communique. La communication est le maître mot de ma conception de vie. Peu importe ce que je fais, que ce soit perçu comme des prouesses ou comme des "erreurs"( car il m'arrive de mal communiquer quand je m'emballe parfois).

Ainsi, j'essaie du mieux que je peux de communiquer en amont avec la personne de mes tendances polyromantiques. Je ne le brandit pas comme un panneau mais je l'insinue, jusqu'à en arriver à une discussion sérieuse avec la personne. Car cela implique beaucoup de choses: accepter le partage, faire attention à ne pas rendre l'autre/les autres jaloux ou imposer un malaise.

Mes premières histoires polyamoureuses je les ai vécu au détour de jeux de rôle en ligne (pour les non geek, j'ai passé 10 ans à écrire des romances partagées avec d'autres personnes dans des univers fantastiques). Il m'est arrivé d'écrire et de ressentir plusieurs histoires d'amour. L'écrit pour moi était un moyen puissant pour retranscrire mes émotions, les partager avec d'autres personnes et ainsi créer des liens affectifs (toujours réciproques). J'ai du en vivre une bonne dizaines en même temps avec des personnes conscientes souvent d'être partagées. cela m'est déjà arrivé de subir des crises de jalousie de la part de certaines personnes avec lesquelles j'avais ces relations purement "virtuelle". J'avais tout juste 20 ans à l'époque et j'ai commencé donc à m'interroger sur la notion d'exclusivité/inclusivité et de possession/jalousie. Quand est ce que nous sommes jaloux? a l'époque il m'est arrivé d'être jalouse lorsque de mon côté je n'étais pas claire avec mes "relations" alors j'ai commencé un travail sur moi: lectures, demande de renseignements et de témoignages d'autres ami/es plus vieux/vieilles que moi et qui avaient déjà vécu.

Il s'est passé 7 années (car à côté j'ai étudié fort et je n'ai jamais vraiment eu le temps d'entamer des histoires passionnées avec de vraies personnes). Mais lorsque cela arrivait, j'ai toujours évoqué mon indépendance. Je ne souhaite pas être possédé par quelqu'un(e) ni posséder quelqu'un(e); Et c'est un travail de tous les jours, ça peut paraître inné chez certaines personnes mais l'oppression sociétale fait que nous doutons parfois sur nos propres intentions.

Maintenant EN VRAI, J'ai déjà aimé un homme tout en aimant une femme en parallèle. Les deux étaient au courant et adeptes de ce type de conception sentimentale. Le premier je l'aime toujours, c'est purement affectif et nous ne sommes jamais allés plus loin que des attentions, des mots, de la complicité dans nos activités (non sexuelle). La deuxième, nous partagions plus et cela n'a jamais posé problème parce que de toute manière nous étions toutes et tous au courant. En revanche nous n'avions pas de relations de trouple (elle ne voulait pas, lui ça l'aurait tenté et moi peu importe).

Voilà pour mon témoignage. Il est un peu décousu, c'est la première fois que j'écris et j'évoque tout ça d'un bloc, ça m'entraîne pour les prochaines fois.

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
Les poly-désirs, poly-affections, et poly-besoins matériels, autrement dit poly-amours sont inhérents à l'humain, notamment aux mecs qui sont moins contraints par la nature à élever des enfants jusqu'à leur maturité, et en particuliers aux gays qui n'en élèvent généralement pas et qui ont une âme d'éternels séducteurs.

Après tout dépend de l'organisation de la société dans laquelle on vit, et depuis ces derniers milliers d'années c'est le modèle du couple stable et si possible fidèle qui s'est majoritairement imposé. Le clan indifférencié a disparu, la polyandrie a pratiquement disparue, la polygamie a drastiquement diminuée au XIX et XX siècle et peut encore faire de la résistance au travers de la religion musulmane qui est un conservatoire de l'antiquité. Mais dans tous les cas c'est le modèle de vie en société qui autorise et codifie les amours possibles, autrement dit désirs, affections, et soutient matériels possibles.

Mon expérience personnelle est qu'il est aisé d'aimer plusieurs personnes, mais en l'absence de codification par la société il est très difficile de les stabiliser. Assez rapidement des intolérances, jalousies, sentiment d'injustice, s'installent. D'autant plus facilement que c'est généralement une personne dominante qui impose son gout de la pluralité à ses "amours" que derrière son mot amour il n'y a bien souvent plus de désir que d'affection, et dans l'autre sens il y a bien souvent plus de besoin de soutient matériel que d'affection. Le polyamour est rarement symétrique, et même bien souvent très dissymétrique.

Dans notre société qui dimensionne actuellement le groupe unitaire à celui de couple et famille de ce couple, le plus simple, plus stable, plus durable, reste encore le mono-amour.

photo de l'auteur Lanaawyn
Lanaawyn
Non binaire de 21 ans
Nîmes

3 remerciements
Intéressant tout ça :D.

Luxale, original les romances partagées, surtout dans un cadre fantastique!
Et oui, ne pas rendre autrui jaloux, ne pas imposer un malaise, c'est tout un art!
"Quand est ce que nous sommes jaloux?" bonne question. Quand on nombrilise les relations, tel un un cocon toujours clos, par exemple.
Oui voilà il y a une certaine question de possession, assez quantifiable, et dosable, d'ailleurs, heureusement!

Beau témoignage, c'est rare de concilier ascétisme sexuel avec l'un et plaisirs avec l'autre, j'admire x).


Lindos, pour la polyandrie, c'est en miniorité certes, mais c'est toujours d'actualité à travers les siècles ^^. Après pour ça et la polygamie en Orient, je doute qu'il ai de l'affection entre chaque personne. Le problème, c'est aussi la notion de concurrence, qui comme la jalousie, peut très bien se minimiser et s'abolir. Fin perso je ne vois pas ça comme un danger d'être préférable ou de préférer, à condition de vouloir l'union (spirituelle du moins) et non pas renforcer les divisions.
C'est exact ahah, malheureusement c'est souvent dissymétrique comme tu le dis. Je pense qu'il faut déjà avoir un couple monogame très solide et tempéré, à la base. Enfin, ça peut faciliter les choses.
Stable le mono-amour, oui, je l'espère haha, mais pour la monogamie, changer de partenaire 4 fois dans une vie, j'en vois qui se marie plusieurs fois et divorcent de même, je vois ça comme de la polyandrie/polygamie non-verbalisée.

photo de l'auteur clenake
Clenake
Femme de 40 ans
Tours

3 remerciements
Bonsoir 🙂

Voilà un sujet qui mérite bien un 1er message ! J'ai déjà appris des mots nouveaux ! Mais j'ai des questions.
Alors je me lance :)
Si j'ai bien compris, le polyamour c'est une relation à plusieurs dans laquelle chacun est amoureux des 2 autres (je reste sur le trouple, c'est déjà assez compliqué ), mais Lindo dit que ces relations sont le plus souvent dissymétriques.
Ca veut dire quoi ? Ca veut dire que par ex, je serait amoureuse des 2 autres mais qu'eux ne sont amoureux "que" de moi et sont simplement amis ? Est ce que dans ce cas là c'est encore du polyamour ?

Parce que j'aurai tendance à penser que ce serait plutôt une relation subie par les 2 autres à cause de mon propre égoisme... Et une facon pour moi de ne pas faire de choix et donc d'avoir le beurre et l'argent du beurre.

Je me demande si au final, il n'y a pas plutôt 2 amis, intimes certes, mais qui sont simplement amoureux de la même personne et qui accepte une situation par amour pour elle et dans ce cas là, il n'y a plus de polyamour, je suis juste devenue bigamme.

En tous cas j'ai du mal à croire que les 3 relations puissent vraiment être vécues sur un pied d'égalité.

J'arrête là parce que je sais plus si ce que je dis à un sens. C'est compliqué de coucher ca sur le papier.

Ca donne à réfléchir ! J'attends la suite avec impatience et j'espère n'avoir offenser personne.

A bientôt 😄

photo de l'auteur Salphal
Salphal
Homme de 24 ans
Cachan
A mon sens, le polyamour de façon plus général (par rapport au trouple) peut-être défini par : "X aime Y ; X aime Z ; Z et Y ne se connaissent pas forcément, ne se sont peut-être jamais parler et n'ont peut-être aucun intérêt l'un pour l'autre" (qu'on pourrait encore plus généraliser, soit dit en passant)

Donc, si on prend le cas de X dans mon exemple, X est amoureux de Y et de Z, mais les deux autres ne sont pas forcément en contact. A partir du moment où Y et Z sont au courant que X est polyamoureux, qu'il est capable d'aimer d'autres personnes que lui et qu'il est potentiellement dans une autre relation en //, je pense qu'X a fait sa part des choses en étant honnête. Cela peut très bien ne pas plaire (Y ou Z voulant l'exclusivité, pour se diriger vers un couple plus "mono-amour") comme cela peut plaire.

Je suis d'accord sur le point que se dire polyamoureux, c'est un moyen d'avoir le beurre et l'argent du beurre, mais pas sous la forme que tu le dis Clenake. Ce serait plus dans le sens "ce que je ne peux offrir à quelqu'un, il peut aller le chercher ailleurs. Et fatalement, ce que l'autre ne peut m'offrir, je peux le chercher ailleurs". Y'a moins d’égoïsme à forcer la personne a se compromettre/changer que d'accepter ce qu'elle est.

Puis, là, on s'est concentré sur X, mais qui sait ? Y peut très bien être en couple avec A et B à côté aussi. Y'a pas de limite. Tant que chacun est honnête l'un avec l'autre, c'est une relation qui est beaucoup plus libre que n'importe laquelle.

Pour finir par rapport au côté "dissymétrique" que cela peut engendrer, je dirais juste : c'est logique. Selon la période, ce qu'on vit, on a plus ou moins envie de côtoyer telle ou telle personne. Si X se trouve un crush dans la personne de D, il est logique qu'il ait envie de passer plus de temps avec D, mais ça ne veut pas dire qu'il n'aime plus Y ou Z, c'est juste temporaire.

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
Lanaawyn,
"Lindos, pour la polyandrie, c'est en miniorité certes, mais c'est toujours d'actualité à travers les siècles ^^.
Après pour ça et la polygamie en Orient, je doute qu'il ai de l'affection entre chaque personne."

Tout dépendant de la définition de l'amour, par exemple les liens fraternels dans une fratrie qui se supporte tout juste on appelle encore cela de l'amour fraternel mdr.

Pour les polyandries cela semble être la fin de la fin dans les populations des plateaux et piedmonts sud de l'Himalaya. La Chine et l'Inde le tolèrent mais ne l'encourage pas. Apparemment il y en aurait encore marginalement en Afrique, plus pour des raisons économiques que traditionnelles.

J'ai trouvé une belle photo de famille dans les montagnes du nord de l'Inde, elle est marié à une fratrie de 5 hommes et ils vivent tous ensemble dans une pièce modeste :


Source : http://www.slateafrique.com/119161/une-femme-polyandre-epouse-5-freres-et-vivent-tous-dans-une-seule-chambre

photo de l'auteur Santian
Santian
Femme de 32 ans
Lyon

Ah, c'est certain que les relations polyamoureuses ouvrent tout un univers de possibles. Je me suis toujours sentie polyamoureuse, mais en restant cachée derrière mon mariage hétéro, je ne m'en étais d'ailleurs pas bien rendu compte, et ce n'est qu'en pouvant pleinement l'assumer et le vivre que je me rends compte de l'étendue des possibilités!

Donc pour revenir au sujet (j'espère qu'on ne m'en voudra pas de le déterrer, il n'y a pas tant de sujets que ça dans le forum poly :D) et des expérience poly plus ou moins viables dont je peux parler puisque c'est les miennes :

  • un trouple qui a duré environ 9 mois entre mon mari, moi et notre amant. Il est toujours notre amant à l'heure actuelle, mais je ne crois pas qu'on soit encore un trouple, on vit plutôt nos relations amoureuses séparément maintenant. Après une sorte de période de lune de miel, je crois que la relation de trouple s'est avérée déséquilibrée, entre l'amant qui a sa propre famille et qui déménage outre-Atlantique, mon mari qui tombe en parallèle amoureux d'une fille très en demande, l'élan initial n'est pas resté.

  • une famille poly entre moi, mon mari, sa chérie, et mon amoureux, dans laquelle on peut inclure leur chat je suppose aussi. Ca fait un an et 4 mois et on a l'impression de tout devoir inventer, c'est un sacré travail mais ça en vaut tellement la peine! J'ai l'impression de nager littéralement dans l'amour, il y en a partout. La chérie de mon époux est celle qui vit le moins bien cette situation (j'ai ouvert une autre discussion à ce sujet) mais j'ai plutôt l'impression que nous sommes stables, on passe de super moments tous ensemble. Il y a aussi des envies de projets partagés. Bref, on verra ce que le temps en dit...


Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit