Le mensonge

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ce sujet est un débat, échangez et partagez dans la bonne humeur

Bonjour à tous,

D'après vous :


Le mensonge est t'il inacceptable ou bien parfois nécessaire ?

Justifiez :)  


photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
L'épreuve est en temps limité ?

photo de l'auteur Gargantua
Gargantua
Homme de 52 ans
Bordeaux

3 remerciements
Citation de Lindos : L'épreuve est en temps limité ?


Oui ! Vous avez doit à 2H00.
Le devoir sera noté et tout ceux qui auront moins de 10/20 seront recalés de Betolerant :p

photo de l'auteur Gargantua
Gargantua
Homme de 52 ans
Bordeaux

3 remerciements
Citation de Lindos : L'épreuve est en temps limité ?


Et si pour rendre ce débat intéressant, tu nous disais ce que toi tu en penses, avec tes mots, et sans recopier des articles faits par d'autres !

Si en plus tu l'illustres d'exemples concrets et personnels, nous devrions obtenir un sujet qui tienne la route sur ce forum et qui soit utile à la communauté sans êtres trop scolaire.

Bien à toi.

Xavier

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Citation de Gargantua : Citation de Lindos : L'épreuve est en temps limité ? Oui ! Vous avez doit à 2H00. Le devoir sera noté et tout ceux qui auront moins de 10/20 seront recalés de Betolerant


Pas mal l'idée :) Ahah :p

photo de l'auteur LORANLAO
LORANLAO
Homme de 45 ans
Paris

4 remerciements
Sorry

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
Essayons de positiver.

Concernant les gens qu'on aime, pour moi le mensonge n'est acceptable que si on estime il est vital à l'autre, et qu'on pend la responsabilité de ses conséquences. Sinon c'est évidemment  un manque de respect, mais qui dépend beaucoup de la culture : en France le mensonge est habituel, quasiment culturel, mais il y a des pays où c'est très mal vu.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Pour moi tout dépend du mensonge et de l'état de l'esprit du menteur. 

Par exemple une personne qui me ment sur son âge (c'est grave pour moi parce que la personne ment sur quelque chose de petit) mais si elle ment pour que je l'accepte et bien je me dis que d'un côté elle peut être pardonnée 

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
Depuis que l'écriture existe c'est plutot mentir par écrit qui est mal vu, l'oralité laisse moins de trace. Les trahisons et mensonges oraux sont habituels.

Avant la parole était primordiale, il a même existé des cultures qui punissaient de mort les mensonges, par exemple certains améridiens. Cela n'a d'ailleurs pas réussi à la culture astèques au Mexique, qui s'est effondrée devant une poignée d'espagnol qui ont menti sur leurs intentions.

La bible garde la trace de l'oralité des nomades dont elle était la loi coutumière, tout en bénéficiant très tot des premières écritures alphabétiques : le mensonge est un péché devenu peu mortel.

Pas besoin de grands principes pour comprendre qu'on aime pas trop les mensonges, sauf quand ils sont indispensables ou font rêver. C'est important de faire rêver, et même indispensable en politique...

photo de l'auteur Gargantua
Gargantua
Homme de 52 ans
Bordeaux

3 remerciements
Bonsoir,

Le mensonge est il acceptable ?
Mais toute vérité est elle bonne à dire ?

Mensonge réel, mensonge par omission, la fin justifie t'elle les moyens ?

Du petit mensonge sans conséquences au gros-mensonge, véritable escroquerie morale, la palette est diverse et quoi qu'il en soit le seul but en est le confort ou la tranquillité égoïste du menteur.

Menteur un jour, menteur toujours ?
Quelle confiance témoigner à celui qui vous a déjà menti, trompé, berné ?

Pour ma part, je pense que l'on peut tout dire, si on trouve les mots et si on a le courage d'avouer ses erreurs ou ce que l'on détient. La rédemptions est au prix de la franchise même si la conséquence de la vérité doit être brutale et si on doit en souffrir. On ne peut construire de relations humaines sur des bases corrompues, fragilisées par le mensonge. Il n'y a pas de confiance si le doute de la parole est présent. On commence par un petit mensonge de rien du tout, un oubli volontaire et immanquablement nous serons tentés par un plus gros puis un autre plus gros. Cette escalade conduit à la défiance et à la déception.

Bien à vous.

Xavier

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Tout dépend, comme cela a été dit...

A la limite tout mensonge serait même justifiable, mais certains sont plus problématiques, moins "normaux" dans le rapport à l'autre et ont pour unique conséquence d'entamer une confiance parfois bien précaire.

Il paraît qu'un être humain normal ment entre 10 et 20 fois par jour. La palette est variée.
la recontre entre deux collègues qui ont des soucis par exemple:
-"Salut, ca va ?"
-"oui et toi ?"
-"bien, merci"

On a le mensonge admis, même si moralement il est condamnable, c'est celui du voleur à l'étalage qui dira ne pas savoir d'où viennent toutes ces barres de chocolat devant le vigile qui l'interroge. Ce jeu du chat et de la souris devant la vérité est tellement banal qu'il n'étonne personne.

Il y a le mensonge qui sert de camouflage à la réalité parce que la personne peut avoir honte d'une situation: l'âge, la virginité,... Dans ce type de mensonges je ne rangerai pas ceux qui ont pour but de préserver l'autre. Mentir pour protéger l'autre de quoi que ce soit, c'est surtout se protéger soi-même. Et ceux qui pensent faire le bien en mentant, je vous conseille alors d'éviter de penser aux autres. Croire qu'ils ne seraient pas assez grands, matures ou solides pour encaisser une vérité, c'est les rabaisser.

Le plus problématique des mensonges sont, pour moi, ceux qui ont pour but de se rendre intéressant. Pas de camoufler une réalité gênante, mais inventer des faits qui vont grandir la personne. C'est le genre de mensonges qui grillent une personne et qui entament la confiance au point qu'il y a rarement de retour en grâce possible.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
ça dépend des situations , tu peux préciser ? si c'est possible 

photo de l'auteur yannick694
Yannick694
Homme de 23 ans
Lyon
Il existe plusieurs formes de mensonge et plusieurs objectifs derrière un mensonge qui le pousseraient à apparaître : tout dépend du résultat j'ai envie de dire...

photo de l'auteur Ghulab
Ghulab
Homme de 22 ans
Paris

2 remerciements
Je pense que tout dépend du mensonge et du but à atteindre. On ment tous qu'on l'assume ou pas.

Il y a des mensonges que je peux tolérer part exemple une personne qui va me dire que tout va bien alors que non ça peut passer c'est juste que la personne ne veut pas en parler. 

Mais en règle général j'ai beaucoup de mal avec le mensonge ça peut faire encore plus mal que la vérité. Ça touche quand même la confiance qui est la base de toute relation qu'elle soit amoureuse ou amicale ou encore familiale.. 

Personnellement je m'oblige à toujours être sincère avec mon prochain, le mensonge ne fait pas avancer les choses alors que la vérité et la sincérité si

"Le mensonge donne des fleurs mais ne donne pas de fruit"

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit

https://www.youtube.com/watch?v=P_6vDLq64gE

https://www.ted.com/talks/pamela_meyer_how_to_spot_a_liar

C'est en l'écoutant que j'ai compris que le Dr. House avait raison ! :o

photo de l'auteur Contrevent4
Contrevent4
Femme de 21 ans
Paris
Ça dépend je dirai ! Déjà de l'ampleur du mensonge, des personnes à qui on ment, de la définition qu'on donne au mot mensonge...
Pour ma part aux proches, sur des sujets sérieux, je ne mentirais jamais (pas forcément de manière volontaire d'ailleurs, c'est juste que j'en suis incapable). Des mensonges par omission : ok, détourner la conversation : pas de soucis, mais mentir droit dans les yeux à quelqu'un de proche je trouve ça violent pour le coup. 
"Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur". Et en effet je pense que c'est le privilège des amis et des proches que de pouvoir assener des vérités, quand bien même elles feraient mal... Sauf si le but est de protéger la personne (dans ce cas c'est un mensonge compréhensible).
Ce n'est peut être pas très clair désolée ^^"

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
La vie étant elle même un mensonge, je me sens l'envie de dire que finalement peu nous importe que les mensonges des uns et des autres, même les mensonges les plus néfastes.

Mais si je redeviens raisonnable, et comme cela a été dit plus haut, il y a des mensonges volontaires, d'autres non, il y a des mensonges pour faire du mal, d'autre pour préserver. Et puis n'est-ce pas hypocrite de poser la question si le mensonge est bien ou mal, sachant que nul n'est parfaitement honnête ni avec soi-même ni avec les autres ?

photo de l'auteur Backpacker
Backpacker
Homme de 40 ans
Nantes

8 remerciements
Le mensonge à 20 ans est interdit, car on est jeune, on est amoureux. Ensuite on évolue, on se rends compte que modifier un peu la vérité c'est nécessaire. Le soir tu ne vas pas dire à ton mec genre, tiens, j'ai passé une très bonne après midi avec ....c'était trop bien, il es trop bo, j'aurais aimé que ça dure. Non il va te demander tu as passé une bonne journée ? Et tu vas répondre "oui normale". C'est comme l'hypocrisie, le mensonge est essentiel dans notre relation avec l'autre, les autres, ton voisin qui pus et qui est moche tu vas lui dire bonjour mais dans ta tete tu te diras tu pues tu es moche...Le mensonge il faut juste bien le doser, il existe aussi pour se protéger soi meme ou protéger une relation, il n'existe personne sans mensonge il n'est pas forcément négatif, il doit seulement respecter sa propre morale....

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Et du coup, c'est encore un sujet pompé sur un autre forum...
Franchement, c'est pourtant pas difficile de créer un sujet inédit, non ? Pas besoin de mentir pour dire que tout ça, c'est d'un chiant incroyable et de ne pas avoir envie de se bouger le cul pour chercher des réponses.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
la question du mensonge est d'abord la question de la vérité et de sa recherche en toute chose, car si nous ne savons déjà pas en quoi consiste la vérité, il est fort à parier que nous aurons une notion du mensonge, comment dire....personnelle et fluctuante...

c'est justement en sachant ce qu'est la vérité que nous pourrons estimer exactement les cas ou :  "ne pas dire ou ne pas faire tout en vérité" s'avère acceptable ou pas...

dire ou faire tout en vérité serait une perfection qui, partagé avec tous, nous éviterait tous les malheurs, car les qualités de la vérité sont en toutes choses un bien...

dans les relations humaines, la vérité pose deux difficultés :

1/ la connaissance exact et totale de telle ou telle réalité : une personne, une expérience, une situation etc...

2/ la permanence à garder en acte cette connaissance pour établir notre agir morale ou pratique en fonction d'elle...

...à chaque fois que le mensonge "apparait", c'est que nous nous trompons nous même sur l'importance de telle réalité ou que sa connaissance n'est pas acceptée volontairement comme centre de notre agir morale ou pratique...

donc le mensonge provient toujours d'une erreur d'appréciation de l'importance de la vérité, et nous préférons ne pas dire ou faire tout en fonction de cette dernière...vu sous cet angle c'est une lâcheté...

et puis il y a une position adjuvante qui est de cacher ou de tronquer telle ou telle réalité, pour ne pas être enfermé dans une situation que nous présentons désagréable, c'est le mensonge de sauvegarde qui est lié à notre volonté de garder notre liberté, mais ce mensonge est aussi une forme d'égoïsme...

enfin il y a le mensonge fait ou dit pour épargner une personne ou une relation avec des personnes, mais là c'est un cas de conscience particulier assez rare en fin de compte....

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit