Sexualité et médicaments psychotropes

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ce sujet est une demande d'aide, écoute et bienveillance sont de rigueur

Bonsoir / bonjour à tous !

Cela fait depuis 2013 que je suis sous médication psychotrope (on m'a fait essayé une bonne trentaine de molécules depuis, en ce moment je ne prend "que" du Xeroquel, du Lamictal et du Valium).

Et il faut bien avouer que tout ça, eh bien ça a des effets sous la ceinture, et pas les bons. Ma sexualité a quasiment été réduite à néant.
Des fois, l'envie est là. Mais quand elle est là, c'est la... "mécanique" qui fait défaut. C'est pas évident pour moi, qui a toujours placé la sexualité comme un élément structurant de mon équilibre personnel.

Bien entendu, le corps médical est au courant. Mais pour les médecins, c'est un "moindre mal" en rapport avec les bénéfices apportés par le traitement.

J'aurais aimé avoir des témoignages de gens dans ma situation. Comment vivez-vous cette situation ? Avez-vous réussi à retrouver un équilibre dans votre sexualité ? Et comment ?

Merci !


photo de l'auteur Demel
Demel
Homme de 20 ans
Paris

1 remerciement
Effectivement, ça semble assez agaçant.
As-tu pensé à aller consulter un médecin ayant une formation en sexologie ? Généralement ce sont soit des généralistes (qui vont être très à l'écoute), soit des urologues (qui vont peut-être être davantage tourné sur la tuyauterie). Leur formation médicale leur permet de connaître les interactions et les effets médicamenteux, et leur formation en sexologie t'assure qu'ils accorderont de l'importance à cette part-là de ta vie.

Après, le fait que tes médecins accordent moins d'importance à ta sexualité ne signifie pas nécessairement qu'ils la dénigrent. Simplement que toute thérapeutique s'inscrit dans un rapport bénéfices/risques et que les risques leur semblaient effectivement convenables étant donnés les bénéfices attendus ;)

photo de l'auteur meclyon69
Meclyon69
Homme de 40 ans
Villeurbanne

1 remerciement
Salut
j'ai subi cette contrariété avec mon traitement anxolitique et anti dépresseurs ..... c'est allé jusqu'à ne plus avoir envie de sex avec qui que se soi, avec ce traitement ... à un moment je me suis posé la question suivante : allez bien via le traitement mais plus de sex ou bien plus de traitement mais retrouver du sex ...

perso j'ai choisi de stopper mon traitement et meme si j'ai encore des petites crises ( mêmes si elles sont assez espacé ) je retrouve ma sexualité petit a petit.... Apres c'est mon choix et Ca n'engage que moi... 

apres il faut voire avec le medecin si il peut redoser ton traitement ... 

courage

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
J'ai eu toutes sortes de traitements et c'est vrai que les effets à ce niveau c'était un peu le grand n'importe quoi, pour ce qui est du tiens, je pensais que c'était devenu impossible de pouvoir avoir une relation "normale" de mon coté. Au début je ne voulais pas le croire, mais être avec la bonne personne (rencontré en tant que rdv via appli (pour dire la rapidité du changement)) à réglé ce soucis et a eu des effets plus que positifs.

photo de l'auteur Khloroforme
Khloroforme
Homme de 24 ans
Paris

29 remerciements
Les médocs ont jamais altéré ma sexualité à l'époque ou j'étais sous traitement (j'étais pas très actif à ce moment là aussi), mais je vois c'que tu veux dire

C'est ton choix, ta santé ou ta sexualité.
Certains y arrivent bien sans les médocs, d'autres non, c'est ton choix

Pèse le pour et le contre, en essayant d’être le plus objectif possible

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Merci pour cet idée Demel, je n'y avais pas pensé. Mon généraliste est un (excellent) médecin du sport, et ma psychiatre n'aborde pas ce genre de problématiques. Je vais chercher un spécialiste !

Après, l'arrêt des traitements oui, j'ai essayé trois fois, dont une fois il y a quelques mois. Trois échecs. Mais je n'ai pas abandonné l'idée d'arrêter les médicaments. Peut-être qu'il existe des praticiens spécialisés dans l'arrêt de tels médicaments, dans la même lignée que les addictologues ?

Merci pour vos réponses en tout cas !

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit