pourquoi sommes nous gouvernés ?

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ce sujet est un débat, échangez et partagez dans la bonne humeur

              Ceci un sujet très large, pour prendre un peu de recul et de temps de réflexion

sur un fait évident, plus ou moins accepté certes, mais de gré ou de force, la gouvernance est une donnée de notre quotidien qui intervient dans presque toutes les dimensions de

notre vie...

mais par delà le comment de cette gouvernance, une question se pose, pourquoi sommes

nous gouvernés ?


photo de l'auteur Dedale
Dedale
Homme de 23 ans
Strasbourg

14 remerciements
Toute société est régie par une série de code sociaux et culturels. originellement, dans des sociétés de petites échelle, c'est la pression sociale et/ou un chef qui étaient garants de la conservation de ces codes, et tout écart pouvait entraîner une punition voir même une exclusion de la communauté.

Aujourd'hui c'est toujours pareil mais a plus grande échelle. Le gouvernement est garant des valeurs de la société qu'il gouverne, et en tant que pouvoir exécutif, il doit faire respecter les "règles" qui régissent la communauté (ce qui se traduit par l'application des lois). Et tout écart entraîne une exclusion de la communauté (prison) ou une punition autre.

Le fait est que chacun a une conception du monde et surtout du bien et du mal différent, sauf que pour vivre tous ensemble, il faut qu'on ai tous la même. Les lois sont là pour déterminer un "bien/mal" commun, c'est a dire que dans une société, c'est la loi qui détermine a quel moment on considérera une chose comme bien, et une autre comme mal.  On a le droit de ne pas être d'accord avec la loi, c'est parfois légitime, mais il faut bien comprendre que la loi est censé représenter le "bien commun" et non notre conception du bien. 
La loi est une sorte de référentiel commun à tous finalement, afin de juger le plus équitablement possible, et c'est en partie au gouvernement de déterminer et de faire respecter ce référentiel. 

Voila pourquoi nous sommes gouvernés à mon avis, pour déterminer un bien commun et le faire appliquer, dans une société de grande échelle incapable de se maintenir par la simple pression sociale. 

photo de l'auteur Kattarsis
Kattarsis
Homme de 29 ans
Strasbourg

66 remerciements
Sans gouvernement, donc avec une totale liberté je craigne que l'humain ne retourne vers ses penchants naturels qui sont l'envie de dominer et la violence. 
En résulterait la disparition de ceux qui ne se sentent pas concernés par ces défauts et une guerre sans fin entre ceux qui resteraient.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Vos deux positions parallèles mais non identique nous donne les deux premières notions de l'autorité de l'état, pour Dédale : " Les lois sont là pour déterminer un "bien/mal" commun, c'est a dire que dans une société, c'est la loi qui détermine à quel moment on considérera une chose comme bien, et une autre comme mal."
[color=rgb(67,74,84)]
pour Kattarsis :"Sans gouvernement, donc avec une totale liberté je craigne que l'humain ne retourne vers ses penchants naturels qui sont l'envie de dominer et la violence."
[/color]
le parallèle est l'évidente utilité qu'une autorité supérieure, encadrant par des lois les citoyens, les préservant d'eux même et des autres, mais leur différence serait la cause de cette nécessaire gouvernance, pour Dédale, c'est une harmonisation des mœurs sur un choix collectif des limites entre le bien et le mal, pour Kattarsis, une barrière anti-régression...

la notion de bien commun qui est mentionné par Dédale, comme un projet issu d'un délibéré, politique et social, qui serait l'autre nécessité d'une gouvernance  à savoir s'entendre sur ce bien commun et l'appliquer.

pour ma part la nécessité de la gouvernance pour encadrer et déterminer le bien commun n'est pas son "pourquoi" absolu, je le verrais plutôt dans un désir humain de passer de sa destiné personnelle au destin collectif, une sorte d'unification, non pas seulement dictée par la nécessité de cohabiter ensemble (dans toutes les dimensions que cela impliquent) mais de porter dans la multitude une unité réelle...

comme disait Aristote, le bien collectif est supérieur au bien personnel, non pas de façon absolu mais relatif à ce qu'est la personne humaine...
c'est pourquoi chaque acte de gouvernance collective devrait être un acte aussi prudent, déterminé, intelligible et aussi libre que celui d'un individu...

et pour mettre une note un peu critique en conclusion, je dirais que la complexité de nos modes de fonctionnements économiques, productifs, culturels  (Dédale y a fait allusion) est cause d'une gouvernance, qui n'est plus dans beaucoup de ces décisions, à la mesure de la personne humaine...
que ces notions référentielles évolues c'est bien évident, mais qu'elles soient transformées en vue d'une projection de toute puissance, cela n'inaugure pas que de bonnes choses...

pardonnez d'être un peu long mais le sujet l'exige...

photo de l'auteur sylfarme
Sylfarme
Homme de 20 ans
Lille
Pour répondre sans vraiment répondre , si le sujet t’intéresse , tu peux lire le Discours sur L'origine de l'inégalité de Rousseau 

(Je m'y replonge au moment où je t'écris cette réponse , j'espère ne pas dire trop de bêtise ) 
Pour le citer : " Le premier qui ,ayant enclos un terrain, s'avisa de dire : Ceci est à moi, et trouva des gens assez simples pour le croire, fut le vrai fondateur de la société civile." 
Je remonte à un peu plus que ta question , mais il me semble que le gouvernement est là pour garantir la propriété qui, selon Rousseau est le fondement de la société. 

J'espère avoir pu donner quelques éléments de réflexion.
Sylfarme.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
merci de ce bon  à-propos cher Sylfarme, je n'ai pas parler de la propriété dans l'intitulé, bien que  la notion de propriété soit une des causes de la gouvernance, mais pour moi la plus caricaturée dans les temps et les lieux ou elle s'est installée...nous y reviendrons certainement quant nous parlerons de la propriété intellectuelle et morale en plus de celle des biens "terrestres"... 

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit