Transition difficile, gros manque de stabilité...

photo de l'auteur Carpenoctem
Carpenoctem
Femme de 20 ans
Bailly-Romainvilliers
Ce sujet est une demande d'aide, écoute et bienveillance sont de rigueur

Bonjour/bonsoir à tous, je me décide enfin à écrire sur le forum pour demander de l'aide, du réconfort ou peut-être même juste pour que ça sorte de mon système.

Je vais essayer d'aller au plus simple, cela fait environ 4 ans que j'ai une scolarité très difficile pour de multiples raisons: après un divorce plus que sévère lorsque j'avais 11 ans (avec plusieurs visites au commissariat, disputes de famille, scènes violentes), un "coming out" auprès de mes amis et de mes parents vers l'âge de 12 ans, un style toujours particulier et difficile à assumer, un surpoids morbide vers l'âge de 9-10 ans, j'ai eu de quoi m'inquiéter au quotidien. Avec les années les problèmes identitaires n'ont fait que s'accumuler, j'ai tenté par plusieurs moyens de me faire du mal, à cause de cette névrose qui m'entourait au quotidien j'ai perdu beaucoup de personnes dans mon entourage et cela n'a fait que renforcer l'idée que personne ne m'aimait pour qui j'étais. Je sais que c'est expédié et bête à dire mais aussi loin que je me souvienne j'ai toujours eu du mal à accepter qu'on puisse réellement m'apprécier puisque j'ai pris l'habitude que l'on m'abandonne.
Depuis presque 2 ans j'ai rencontré mon copain actuel, j'ai perdu ma virginité avec lui, je lui ai accordé ma confiance, lui ai prêté mon coeur et il m'a trahie à de nombreuses reprises. Nous avons eu nos hauts et nos bas mais avec le climat qu'il y avait chez moi je n'avais pas du tout la stabilité nécessaire pour construire une relation. Et aujourd'hui j'ai l'impression que c'est de trop. En fin d'année scolaire 2015 mon père me jette pour la deuxième fois de chez moi, j'avais 17 ans. Je pars donc vivre chez ma mère et doit en plus réviser pour passer mon bac de première... Ma mère perd son emploi et son appartement, je pars donc vivre chez ma grand-mère qui finit par en avoir marre de moi et change la serrure de sa porte vers le mois de novembre. La mère de mon copain décide donc de m'héberger pas loin de Paris, alors que mon lycée était à plus d'une heure de trajet. comme je n'avais pas le choix je décide de continuer en cours. Le problème est que depuis mes 14 ans j'ai développé une vraie phobie de l'école, je suis devenu anorexique, je faisais des crises de spasmophilies, je tombais malade toutes les 2 semaines et ne venait presque plus en cours... Malgré cela je continue à passer à la classe supérieure puisque j'ai des facilités depuis mon enfance.
Sauf que sa mère est complètement bipolaire et menaçait de se suicider chaque fois qu'on faisait le ménage, qu'on rangeait quelque chose, c'est devenu insupportable, j'ai fini par exploser et lui dire ce que je pense de son comportement, elle me jette également. Je me retrouve donc à la rue, encore. Ma mère l'apprend et me force à me réconcilier avec mon père, je le fais. Les premières semaines sont géniales, mon père n'a jamais été aussi bien  avec moi malgré nos différences et nos différents. Mais l'ambiance redevient vite tendue et mon père grince des dents chaque fois qu'il me voit maquillée à la maison. On finit par se brouiller et je suis forcée à partir pour la 3ème fois.
J'ai tout de même réussi à avoir mon bac mais je n'ai pour le moment pas de réel logement, la même grand mère qui avait changé la serrure de sa porte a voulu m'héberger pour un moment, je ferme les yeux chaque soir avec la boule au ventre, avec cette même angoisse: "et si on me virait demain?".
Et dans tout ça, j'essaie d'assumer ma transition car j'ai fini par annoncé à mon copain et quelques proches que j'étais une fille, mon copain, qui est homosexuel, a toujours su que je n'étais pas comme les autres garçons et au final s'en doutait un peu, mais l'entendre de ma bouche l'a anéanti, notre relation a beaucoup changé, nous n'avons presque plus de rapports sexuels... Bref en ce moment j'essaie de trouver un travail tout en oubliant que ma relation est une ruine, que ma famille n'est pas digne de confiance, que je pourrais finir à la rue à n'importe quel moment et que je vais devoir assumer en plus ma transsexualité parce que je suis fatiguée d'avoir refoulé cela pendant autant d'années...
Je suis désolée d'avoir écrit autant, pourtant j'ai épargné beaucoup de détails, je n'attends pas forcément de réponses concrètes mais pitié que quelqu'un me dise qu'il arrive à comprendre ma situation, j'en peux plus je dois me forcer chaque jour à ne pas pleurer parce que j'en ai marre d'être faible et de m'apitoyer sur mon sort mais c'est dur, c'est trop dur de devoir porter tout ça toute seule...

En tout cas merci si vous avez pu lire tout ça jusqu'au bout j'apprécie déjà beaucoup... 


photo de l'auteur Elkaa
Elkaa
Femme de 39 ans
Rebourguil

7 remerciements
La seule chose que je peux te dire c'est que tu n'es pas faible. Étant donné la vie compliquée que tu as, je pense au contraire que tu es beaucoup plus forte que tu ne crois. Tiens le coup et essaie de trouver du soutien hors de ton entourage actuel (via une asso, un médecin, psy, autres, forum,...)

"Être différent n'est ni une bonne ni une mauvaise chose. Cela signifie simplement que vous êtes suffisamment courageux pour être vous-même"                    Albert Camus

photo de l'auteur Kattarsis
Kattarsis
Homme de 29 ans
Strasbourg

66 remerciements
Effectivement c'est dur de répondre quelque chose...
Je ressens une énorme détresse dans ton message, j'ai envie de t'aider, mais hélas je ne vois pas comment :-(

Tu as vécu de terribles choses, avec la craintes qu'elles ne recommencent, je peux comprendre que tu aies du mal à gérer la transition tout en étant stable... Ca parait impossible dans ton cas.

Je suis désolé d'être aussi impuissant et finalement sans réponse, mais sans avoir vécu ça je pense que c'est hélas de savoir t'orienter dans une direction qui pourrait t'aider.

Cela dit, même si je ne peux rien faire de manière directe, tu auras toujours trouver une écoute ici, par mon biais ou celui des autres.

photo de l'auteur Valoo07
Valoo07
Homme de 27 ans
Versailles

11 remerciements
Salut à toi, et bien que d'épreuves que tu as dû vivre malgré ton jeune âge.
Essaye de contacter Le Refuge, une asso qui vient en aide aux personnes mises dehors par leurs parents à cause de leurs différences, je suis quasi certain qu'il pourront t'aider !

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je rejoins l'avis de Kattarsis, pour le moment il est difficile de t'aider. Peut-être qu'en sachant plus sur toi, les choses vont pouvoir mieux se dessiner. En tout cas il y a une particularité dans ton poste: tu sembles vivre des cycles, dans lesquels les choses se répètent. C'est presque comme si aujourd'hui tu anticipais déjà le fait que ta grand-mère te mette dehors, car cela a été fait et en plus dans le même ordre vis à vis de l'expulsion par ton père.
Affaire longue et complexe mais n'hésite pas à nous en dire plus.

photo de l'auteur Carpenoctem
Carpenoctem
Femme de 20 ans
Bailly-Romainvilliers
Au final j'avais juste besoin d'en parler, je ne demande pas d'aide particulière puisque je sais que ma situation est extrêmement complexe, pour moi elle finira par se régler avec le temps, ce n'est qu'une passe difficile. Comme j'étais dépendante de ma famille depuis tout ce temps je les ai laissés me tirer vers le bas, mais en trouvant en travail je vais pouvoir gagner en assurance, en indépendance et me détacher de toute cette négativité. Je sais que j'ai en moi la volonté et la détermination pour m'en sortir. En tout cas merci pour vos réponses, elles me font chaud au coeur même si je sais que personne n'aura de réponse concrète à mes problèmes. Et par rapport à ce que tu as dit Valoo7, j'avais effectivement entendu parler d'une association pour les jeunes à la rue, j'ai déjà ouvert un dossier à la mission locale de Torcy, ils sont là pour m'aider à trouver un travail et peut-être un logement social en cas de besoin. J'ai également plusieurs contacts sûrs qui sont près à m'héberger, j'essaie de mettre toutes mes chances de mon côté, de m'entourer des bonnes personnes, mais ça reste assez difficile de trouver des gens qui peuvent vraiment comprendre ce que je ressens, et je m'étais dit qu'il y en aurait forcément ici!
De base je m'étais inscrite sur ce site pour trouver un certain réconfort, pour me faire des amis, mais comme j'ai cette peur constante du rejet, de l'abandon, c'est de plus en plus difficile de réellement accorder ma confiance aux autres.

photo de l'auteur Carpenoctem
Carpenoctem
Femme de 20 ans
Bailly-Romainvilliers
Je voulais également préciser que je ne voudrais pas que quiconque ait l'impression que je le prenne pour mon défouloir sentimental, on me l'a très souvent reproché, on m'a souvent dit que je me plaignais trop et je déteste réellement gêner les autres... J'ai toujours la boule au ventre quand je me confie à quelqu'un parce que j'ai l'impression que ma vie n'est pas assez intéressante, qu'on pense que je m'invente une vie, mon père avait raconté à l'assistante sociale d'un de mes lycées que j'étais mythomane, que j'aimais m'inventer des problèmes pour attirer l'attention... Comme si j'aimais et cherchais à cultiver cette part de névrose en moi, j'essaie au contraire à tout prix de m'en détacher, de voir la vie côté coca cola haha

photo de l'auteur Kattarsis
Kattarsis
Homme de 29 ans
Strasbourg

66 remerciements
Ce que je remarque c'est que tu as la volonté, la détermination de t'en sortir ! C'est souvent ce qui manque aux gens pour y arriver. Toi avec cette détermination tu as fais une bonne part du travail !

Comme tu as pris les informations au niveau des assocs tu es aussi protégée en quelque sorte. Tu sais où aller si ça dégénère. 

Je pense que tu t'es vraiment donné toutes les cartes pour que ça évolue de manière positive, du coup ça devrait se débloquer peu à peu ! 

Et en plus t'essaye de prendre la vie du bon coté, donc ça évite la déprime !

photo de l'auteur Carpenoctem
Carpenoctem
Femme de 20 ans
Bailly-Romainvilliers
Ca dépend surtout des périodes, je peux aller très mal comme très bien, j'avais de grosses tendances à m'autodétruire auparavant mais j'ai compris aujourd'hui que ça ne servait à rien, que ça faisait du mal à moi et à mon entourage

photo de l'auteur Kattarsis
Kattarsis
Homme de 29 ans
Strasbourg

66 remerciements
Cela prouve une force d'esprit que de réagir comme ça. Tu as sans doute gagné depuis la maturité nécessaire aussi ! Que du positif !!!

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ton messages m'a beaucoup touché
Je commencerais , par te dire BRAVO , bravo pour avoir sût mettre un mots sur t'a détresse , et de demander de l'aide
Je n'est pas la solution . Biens que j'aimerais t'aider !
Mais saches que tu n'est pas quelqu'un de faibles , malgrès tout ce que tu as vécue tu a sut te relever !
Si tu as besoins de parler , j'ai une oreille attentive !

photo de l'auteur Carpenoctem
Carpenoctem
Femme de 20 ans
Bailly-Romainvilliers
Bonjour/bonsoir je voulais vous tenir un petit peu au courant!

J'habite encore chez ma grand-mère pour le moment, elle est très enthousiaste à l'idée que je me féminise, elle aime me donner du maquillage, des vêtements, elle a beau avoir commis des choses horribles par le passé, j'essaie de garder à l'esprit qu'elle a 70 ans et sûrement plus toute sa tête... (sans vouloir être méchante évidemment). Je n'ai toujours pas trouvé d'emploi, malgré mes multiples tentatives et dépôts de cv, je pense que tous ceux qui ont eu à faire avec la recherche d'emploi comprendront ma galère... Mon rendez-vous au Pôle emploi n'a rien donné de concluant, les pistons que j'étais censée avoir ne m'ont pas donné de nouvelles, bref rien d'encourageant mais je ne baisse pas les bras pour autant!
J'ai également enfin annoncé à ma mère que j'étais trans... Elle m'a dit qu'elle le savait déjà, qu'elle en parlait d'ailleurs avec un ami il y a quelques jours, elle en parlait avec une banalité tellement réconfortante, j'en avais les larmes aux yeux. C'était très important pour moi de savoir ce que ma mère en pensait, même si évidemment, qu'elle approuve ou pas, je continuerai dans ce sens car c'est comme ça que je suis heureuse.
Les choses vont également beaucoup mieux avec mon petit ami, il prend beaucoup soin de moi malgré les quelques disputes habituelles, il dit que je suis "belle", m'appelle "ma chérie"... Mes amis l'ont également très bien pris, ça ne les étonnait pas tant que ça non plus haha mais ça me réchauffe le coeur de savoir que mon entourage finit par ne plus y faire attention parce qu'au final moi aussi je l'oublie. Enfin je veux dire il est évident que biologiquement je reste un garçon mais je suis devenue tellement à l'aise avec moi-même que je parle naturellement de moi au féminin, sans changer mon comportement ou ma personnalité mais je ne saurais comment le décrire... j'ai juste l'impression d'être plus claire avec moi-même et c'est réellement libérateur. On pourrait penser que ce serait vouloir se cacher derrière un masque, derrière une identité que de porter du maquillage ou s'habiller comme une fille, mais je ne me suis jamais sentie aussi bien au final. Je n'ai pas pleuré depuis un moment, je dors beaucoup mieux et j'ai hâte de pouvoir continuer à vivre ainsi... j'aimerai également pouvoir prendre rendez-vous avec un psy qui saurait m'aider et m'orienter vers ce genre de démarches, si quelqu'un en connait, les suggestions sont les bienvenues!

Et en tout cas merci de votre écoute, votre soutien, j'ai reçu un paquet de messages me disant que j'étais forte, courageuse, que j'avais en moi la capacité de traverser les épreuves et ça m'a beaucoup touchée... Merci à tous encore une fois, je ne pensais pas avoir autant de retours...
Et désolée de venir raconter ma vie une énième fois mais je pense que je le fais surtout par ennui, ou aussi pour rassurer ceux qui m'ont lue, leur dire que je suis toujours vivante et que les choses s'améliorent, qu'ils avaient raison...
Je vous souhaite à tous une très bonne journée/soirée/nuit, plein de bisous

Maxence.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Bonjour. Tout d'abord tu n'as pas à t'excuser de venir nous donner des nouvelles, un forum par définition est fait pour parler! <il y a donc de bonnes nouvelles pour toi. Prochaine étape: l'emploi. Et là tu seras encore plus comblée!

Pour la psychologie il y a 2 solutions, soit les centres médico-psychologiques proposant la plupart du temps des services gratuits, mais le temps d'attente peut être très long, soit voir parmi les privés du côté de chez toi.

photo de l'auteur Carpenoctem
Carpenoctem
Femme de 20 ans
Bailly-Romainvilliers
Bonjour/bonsoir à tous!

Je me suis dit qu'il était peut-être temps de mettre à jour ce post.
Ca fait bientôt 4 mois que je suis sous traitement hormonal. J'ai pu consulter un psychiatre spécialisé sans encombres, prendre rendez-vous avec une endocrinologue, tout s'est passé très vite finalement. Au bout de 2 mois je commençais à avoir beaucoup de mal à contrôler mes émotions/mes humeurs, je pleurais tout le temps, je pouvais m'énerver très rapidement, bref un cauchemar haha! Aujourd'hui j'ai l'impression que mon corps commence à s'y faire, je n'ai jamais été aussi calme et sereine de ma vie, c'en est presque effrayant! Mon corps commence à changer, notamment au niveau de la poitrine et des hanches/cuisses, c'est léger mais je peux voir que ça avance, tout doucement... Et c'est tant mieux, c'est exactement ce que je voulais, ça me permet de prendre le temps pour moi et de ne pas trop choquer mon entourage!

Au niveau du logement, j'ai fini par retourner vivre chez mon père et je me suis installée une chambre improvisée dans le grenier, mes murs sont des rideaux parsemés de papillons en papier, j'accroche des découpures de magazine sur les murs, je colle des posters et dispose ma décoration où bon me semble... Comme ça fait du bien d'avoir son espace à soi, son intimité (même si niveau insonorisation, les rideaux ne couvrent aucun bruit haha).

Evidemment même si je commence à me sentir à l'aise ici je garde l'esprit vif et alerte, qui sait ce que me réserve l'avenir? Un évènement pourrait arriver subitement et me forcerait encore à changer de domicile! Alors même si j'apprécie ce confort j'essaie de ne pas trop m'enraciner, je sors beaucoup, au final je dors presque un soir sur deux ailleurs que chez mon père. Je fais tout ça pour éviter que ma famille ne subisse de trop ma présence en attendant que mon contrat commence en Juillet (parce que OUI j'ai enfin trouvé du travail, dans une boutique du vêtements qui ouvrira ses portes courant été normalement). Mon père et mes frères ont encore du mal avec ma transition, je peux le sentir, même si évidemment je n'ai jamais été aussi décomplexée et tranquille avec eux, je sens encore un léger malaise parfois. Mon petit frère utilise tout de même "elle" parfois pour parler de moi lorsque je ne suis pas dans la même pièce et je trouve ça tellement adorable qu'à chaque fois je verse une petite larme ahah!

Enfin sentimentalement parlant, ça n'allait plus avec mon copain, il devenait de plus en plus distant, il disait être trop occupé par le travail. La période des élections fut la pire de notre couple, ça le stressait énormément et il en devenait blessant, méchant, froid... Je ne pouvais plus supporter de voir que je ne le faisais plus sourire, il ne me regardait plus, ne cherchait plus à savoir si j'allais bien... J'ai fini par dire que je voulais rompre, pour tenter de le faire réagir, mais non... "tu as pris la bonne décision", "tu es trop bien pour moi", "je fais partie de ton ancienne vie", "je dois te laisser devenir la femme que tu veux être" etc etc.
2 ans et demi à la poubelle, comme ça. Alors oui c'est dur parce que jusqu'au bout il n'aura pas été entièrement honnête avec moi et au final j'ai presque l'impression qu'il était délivré... Il me faisait passer pour un monstre en permanence, me reprochait d'être hystérique, mais tout ce que je faisais c'était fondre en larmes chaque fois que j'avais l'impression de le décevoir. Je me demande juste comment il est possible de faire autant de mal à la personne que l'on est censé aimer, à ce jour je ne comprends toujours pas...

Mais c'est fini. J'ai encore le coeur brisé, mais il en est ainsi, aujourd'hui je dois penser à vivre pour moi avant tout, tant pis si je déçois les autres, tant que je n'ai rien à me reprocher. Je n'ai pas envie de me retrouver sur mon lit de mort en pensant à toutes les choses que j'aurais dû faire/dire/être, de peur de décevoir, d'être moquée, rejetée. Je suis ce que je suis et fais ce que je fais, si une personne doit m'aimer c'est pour ce que je suis pas pour ce que je devrais être. Alors je sèche mes larmes, me mouche un peu le nez, et continue naïvement à marcher en espérant tomber sur la bonne personne...

Ah et puis désormais c'est par Amélie que je me présenterais, ma mère m'a choisie ce nom il y a quelques mois, ce fut un instant très spécial et magique. C'était un soir où je mangeais à table en regardant ma série. Je sentais qu'elle était très silencieuse depuis que j'étais rentrée, elle avait l'air très pensive, je lui ai même demandé à plusieurs reprises si elle allait bien... Puis elle a pris un feutre, une feuille, a écrit quelque chose et m'a tendu la feuille en me fixant droit dans les yeux. On ne disait rien, je lisais juste "Amélie", alors je souris, les yeux un peu brillants, et lui demande: "Qui est Amélie?" "C'est toi. Tu m'avais demandé de te trouver un nouveau prénom, j'y ai réfléchi toute la journée, et le voilà.". Amélie sera désormais le premier nom sur mes papiers d'identité, j'espère pouvoir garder Maxence en second prénom car c'est un nom mixte et il me plaît toujours!

Voilà je ne vais pas vous ennuyer plus longtemps, merci à tous ceux qui ont pris la peine de lire mon gros racontage de vie haha! Je vous souhaite à tous une belle journée, belle soirée, bonne nuit! Gros gros bisous!

Amélie.

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit