La relation la plus intime entre deux personnes

Auteur : Robot
Compte supprimé
  il y a 1 an


J'ai trouvé l'article hyper intéressant, je vous fais un copié-collé, bonne lecture :p

La relation la plus intime entre deux personnes, ce n’est pas la relation physique, mais la mise à nu émotionnelle

L’intimité affective implique une certaine ouverture à l’autre un « échange des cœurs » grâce auquel sont partagé les états d’âmes, les sentiments les plus profonds, les fragilités émotionnelles. Ce dévoilement, cette mise à nu émotionnelle est possible à la condition d’avoir confiance en l’autre, d’être profondément convaincu de l’authenticité des sentiments de l’autre. Dans l’état amoureux, on retrouve une disponibilité quasi total à l’autre, ce qui est propice à l’intimité affective.(Crépaut, 1997, p. 81).

La mise à nu émotionnelle

Autrement dit, un échange se produit lorsque l’on parvient à vaincre nos peurs et que l’on s’offre à l’autre en lui permettant de nous connaître vraiment.

Cependant, ce n’est pas facile d’y arriver ; de fait, la mise à nu émotionnelle, ce n’est pas quelque chose à prendre à la légère, et cela représente un travail de longue haleine.

Il faut donc du temps, de la force, mais aussi une envie d’écouter, de ressentir et d’embrasser les émotions. Il faut se connaître soi, mais aussi connaître l’autre.

Vu sous cet angle, le terme CONNAITRE, employé par les écrivains bibliques pour parler de l’amour sexuel et de l’instauration de l’intimité, ne semble plus si ordinaire que cela.

Se connaître et mettre à nu ses passions, ses sentiments, son histoire émotionnelle, voilà le thème de cet article.

La mise à nu émotionnelle commence par soi-même

La mise à nu émotionnelle commence par soi-même. Autrement dit, il est très important de s’identifier à ce que l’on ressent et de savoir si on se sent à l’aise ou pas, de prendre conscience de nos pensées ainsi que de la façon dont on peut mettre nos émotions au service de nos pensées.

S’écouter, se connecter et connaître notre héritage émotionnel; en d’autres termes, scanner notre corps émotionnel est indispensable afin de découvrir nos peurs, nos conflits, nos manques d’assurance, nos réussites, nos apprentissages, etc.

Connaître notre philosophie émotionnelle, explorer nos vulnérabilités permanentes, être conscient de ce qui fait mal et que cela finit par passer, est indispensable pour pouvoir contempler l’image que notre miroir émotionnel nous renvoie lorsque nous enlevons nos vêtements afin de nous permettre de véritablement nous "voir".

Le fait d’avoir conscience de nos vulnérabilités émotionnelles ne nous permet pas de les voir disparaître, mais en tout cas, avec une conception plus approfondie de ces dernières implique qu’à chaque fois qu’elles font irruption dans notre vie, on est capable de les identifier et de les contrôler, les empêchant ainsi de noyer nos connexions émotionnelles

Notre héritage émotionnel, ou la clé pour se connecter

Notre héritage émotionnel exerce un fort impact sur notre capacité à nous connecter émotionnellement aux autres, et à savoir à quelle occasion le faire.

Il n’est pas facile de s’exposer à nos souvenirs et à ces sensations pouvant nous être désagréables, mais bien souvent, ce n’est pas bien utile non plus.

Cependant, pour de nombreuses raisons, il est préférable d’ôter ses vêtements et de se mettre à nu :

* Si on veut avoir des relations plus significatives, il est important de prendre le temps de se tourner vers le passé et de soigner les blessures émotionnelles de notre enfance.

* Le conduit qui transporte nos messages émotionnels doit être découvert afin que nos réactions ne prennent pas le dessus sur nous. Par exemple, lorsque l’on dit que «mon frère me met hors de moi», on a en fait la sensation qu’il sait exactement quoi faire pour nous énerver.

* Connaître ces règles de réaction émotionnelle et les communiquer, cela nous permet de régénérer nos pensées et notre état de bien-être général.

* Ainsi, quand on mène un travail de connaissance de soi, notre dialogue interne peut réussir à transformer un «Ces personnes représentent un danger pour moi» en un «La façon dont elles m’ont traité m’a fait du mal, mais dorénavant j’en suis conscient, et je fais tout pour que cela n’ait pas d’influence sur moi».

* Quand on accède à notre héritage émotionnel et que l’on comprend de quelle façon les sentiments du passé teintent les expériences du présent, on peut alors être plus habile au moment de tisser des liens solides et sains avec ceux qui nous entourent.

* Etre conscient des filtres émotionnels et des carapaces qu’on se construit contribue à faire de nous un habile lecteur et interprète, aussi bien des tentatives de connexion des autres que des nôtres.

Il n’est pas facile de mettre à nu une personne blessée

Mettre émotionnellement à nu les personnes très marquées par leur passé peut se révéler difficile, puisqu’il faut lutter contre les carapaces, les vêtements qui les rendent inaccessibles, les désillusions qui enveloppent la personne, les peurs du rejet, de l’abandon, de la solitude…

Pour ce faire, il faut être intelligent, aimer la personne et ouvrir ses oreilles, ses yeux et sa peau en en bannissant les préjugés et le jugement. Autrement dit, ce qu’il nous faut, c’est une écoute active émotionnelle au travers de tous nos sens sans «mais» ni virgules

On doit alors savoir qu’une mise à nu émotionnelle ne se crée pas dans n’importe quel type d’environnement, mais que les conditions idéales doivent être réunies pour générer des émotions, les ressentir, les manipuler, les examiner et les utiliser.

Les scénarios émotionnels idéaux pour la mise à nu sont ceux où prime l’écoute depuis l’intérieur, l’empathie et l’intelligence émotionnelle ; les scénarios où sont favorisées la communication et la compréhension basées sur le respect et la tolérance.

Il n’y a qu’ainsi que l’on peut réussir à créer une ambiance émotionnellement décontractée pouvant nous permettre de nous adonner à la relation intime, à la mise à nu des peurs, des manques d’assurance et de la vérité émotionnelle. Il n’y a qu’ainsi que l’on peut atteindre ces câlins qui rompent les peurs, qui nous font fermer les yeux et qui livrent à 200% notre corps et notre âme à l’autre.

Auteur : Robot
Compte supprimé
  il y a 1 an


C'est un article très intéressant, qui éclaire certaines choses (même si j'en avais déjà une bonne idée) ! Merci beaucoup POzitivelif3.
Auteur : Dedale
Dedale - 22 ans
De Strasbourg
  il y a 1 an


Un très bel article, et j'ajouterais que se connaitre soi-même n'est pas seulement utile dans une relation intime, mais dans notre rapport au monde en générale. Et c'est également le meilleur moyen de se créer son propre esprit critique, car la remise en question du monde passe d'abord par notre propre remise en question.

 14 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.
Auteur : Phyl0s
Phyl0s - 28 ans
De Rosny-sous-Bois
  il y a 1 an


Et surtout ... ne jamais s'ouvrir trop tôt.

Ca fait carrément fuir ceux qui ne sont pas capables de comprendre.
(Mais après tout, étaient-ils faits pour nous s'ils sont incapables de comprendre ?)
Auteur : Robot
Compte supprimé
  il y a 1 an


J'ai tendance à m'ouvrir très vite, je déteste les discussions superficielles.

Mais en effet ça peu faire fuir.

Auteur : Robot
Compte supprimé
  il y a 1 an


C'est clair que ça peut faire fuir oui, plutôt deux fois qu'une.

Et c'est bien dommage parce que l'intimité émotionnelle permet une vraie rencontre, de vrais échanges et partages. Encore faut-il avoir confiance, comme cela a déjà été évoqué.

Auteur : Robot
Compte supprimé
  il y a 1 an


Après, ça élimine les personnes qui ne valent pas le coup. :)

Mais je ne suis pas rancunier, j'accepte les gens qui prenne leur temps^^
Auteur : Robot
Compte supprimé
  il y a 1 an


@FAUV3 Je suis tout à fait d'accord avec toi :-)

Ca pour éliminer : ça élimine ;-)

Par contre quand le temps est là et que les relations se construisent doucement, ça permet vraiment de très belles rencontres, de magnifiques amitiés ; voire plus évidemment.
Auteur : Robot
Compte supprimé
  il y a 1 an


Citation de POzitivelif3 : Après les nombreux coups de pute et trahisons à s’ouvrir trop rapidement, à avoir confiance beaucoup trop rapidement, et te mettre à nu intérieurement beaucoup trop tôt, avec tellement de gens qui jouent un double-jeu sans aucun scrupule ni respect de ta mise à nu, je peux te dire que t’apprend que la confiance, ça se mérite.


Je confirme :-)

Parfois ce sont les coups de pute et les trahisons, parfois ce sont aussi les incompréhensions.
Genre l'autre, en fait, ne comprend pas ou comprend de façon erronée, parce qu'il n'est pas en phase.
C'est pour ça que dans l'article que tu proposais plus haut, ce que j'aime bien, c'est cette notion de "retour à soi" en quelques sortes ; indispensable je pense pour être au clair avec soi-même et pour mieux comprendre aussi l'ouverture / le manque d'ouverture / les peurs de l'autre.

Mais la confiance en effet : argh !
Auteur : Khloroforme
Khloroforme - 23 ans
De Paris
  il y a 1 an


Non mais s'ouvrir aux autres c'est bien, s'ouvrir à tout le monde c'est pathétique

J'vous lis écrire que s'ouvrir aux autres permet "une vraie rencontre, de vrais échanges et partages" et que ceux qui refusent, ça permet d'éliminer "les personnes qui ne valent pas le coup"

M'enfin, moi quand je lis ça (et libre à vous de le prendre mal), je me dis juste que vous avez tellement faim que vous essayez désespérément de créer une connexion, quitte à ce qu'elle soit faussée, parce que vous arrivez pas à vous contenir
Évidemment que dans le cadre d'une relation, il faut se faire confiance, s'ouvrir à l'autre et partager.
Mais le faire trop vite, ça montre juste que vous avez pas de retenue et que vous avez besoin que le mec vous connaisse avant même qu'il se soit passé un truc, alors que le principe d'une relation c'est d'apprendre à se connaitre, petit à petit.

 29 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.
Auteur : Robot
Compte supprimé
  il y a 1 an


Je suis d'accord sur un point avec toi Khloroforme : "ça élimine ceux qui ne valent pas le coup" est peut-être un peu trash exprimé de cette façon.

Mais à côté de ça, essayons peut-être aussi d'être vigilants parce que nous ne mettons pas forcément le même sens derrière les mêmes mots. Et peut-être aussi ne regardons-nous pas l'article proposé par POzitivelif3 depuis le même angle de perspective.

Pour ce qui me concerne, l'article faisait écho à des situations que j'ai maintes fois rencontrées quand à une certaine époque je travaillais dans l'accompagnement psychothérapeutique. Parce que dans bien des cas, les problématiques que subissaient les personnes que j'accompagnais étaient étroitement rattachées à des difficultés d'intimité émotionnelle soit avec elles-mêmes, soit avec des proches (ce qui au fond revient au même). Et effectivement, comme tu le soulignes avec pertinence, cela donnait lieu à des "appétits" dévorants, des attentes frustrantes, des impatiences insupportables et jamais satisfaites - pour ne pas dire destructrices - pour ces personnes et leurs "victimes".

Et bien entendu : si on replace l'article dans un contexte relationnel "classique" voire amoureux, une relation se construit avec le temps, l'intimité émotionnelle dont il est question dans cet article se construit avec le temps. Qui a parlé de vouloir aller vite, d'exiger de l'intimité là tout de suite sur l'instant, de "prendre" les gens de force et d'exiger d'eux cette intimité ? Personne il me semble ; enfin en tout cas pas moi.

Alors pourquoi j'étais d'accord avec cette notion d'élimination pour ma part ? Je ne faisais pas référence à des relations "classiques" évidemment. Moi je lisais l'article sur la base des situations que j'ai rencontrées en accompagnement thérapeutique, c'est à dire ces phases pendant lesquelles certaines personnes projettent sur toi une multitude d'attentes émotionnelles et affectives (parce qu'elles ne font plus la différence entre le thérapeute et la personne humaine sur laquelle elles projettent tout), et qui soudain se mettent à adopter des comportements possessifs, de la jalousie, qui exigent cette intimité émotionnelle quasiment de force, qui peuvent devenir violentes, manipulatrices, jouer à des chantages de toutes sortes si elles n'obtiennent pas ce qu'elles veulent. Parce que, comme tu le disais très bien quoi que différemment, elles ne comprennent pas que l'autre ne leur appartient pas et veulent le "posséder" par tous les moyens, tout de suite. Quitte parfois à chercher à le détruire purement et simplement.

J'ai connu ces situations, même si exposées de cette façon ça peut sembler ubuesque. A tel point qu'il m'a fallu écarter certaines personnes que je suivais, parce que non contentes de m'avoir pour elles elles s'en prenaient carrément à ma compagne et même à mes proches ami(e)s. Et c'est allé très très loin. Compagne avec laquelle je suis encore aujourd'hui cela étant dit, donc côté "appétit dévorant pour tout le monde" moi ce n'est pas le genre de la maison en ce qui me concerne.

Après, au niveau amoureux ou amical, là je ne sais pas. C'est vrai qu'avec ma compagne nous vivons cette intimité émotionnelle dont il est question dans l'article, c'est vrai aussi que les problématiques qu'il évoque nous y avons été confrontés nous-mêmes, donc là-dessus... Cela ne veut pas dire pour autant que nous l'exigeons des autres, et nous ne sommes pas ouverts au monde entier non plus xD.

'Fin bref : à relativiser donc, du moins je pense :-)
Auteur : Robot
Compte supprimé
  il y a 1 an


Oui en effet :-)

D'ailleurs cet article aborde la relation à soi et à l'autre d'un point de vue "thérapeutique" en fait. Il évoque l'approche de notre propre champ émotionnel à soi, du champ de l'autre (dans le cadre d'une relation, pas des contacts interpersonnels de tous les jours bien entendu), pour mettre en lumière que dans le champ d'une relation qui se construit émergent sa propre histoire affective à soi, celle de l'autre, et que la relation est un espace commun où deux personnes peuvent prendre le temps de se rencontrer, de se reconnaître doucement, patiemment, et avec compréhension mutuelle ; voire peuvent s'entraider aussi.

Et justement, pour faire écho à ce que disait Khloroforme (caractère intrusif, possessif de certaines attentes dans des relations où l'un est beaucoup trop fusionnel et ne laisse finalement aucune place à l'autre parce qu'il veut s'en emparer et le "prendre" par tous les moyens), j'aime bien l'approche de Jacques Salomé - même si elle est sur certains points un peu simpliste à mon goût. A savoir que dans un couple selon lui, il y a en fait trois "entités" : soi, l'autre, et l'espace où les deux mettent en commun quelque chose et s'y rencontrent (le couple). Et que chacun doit conserver sa liberté, son autonomie, tout en étant en couple (qui devient alors un espace de partage commun). Et justement, quand un couple se détruit conflictuellement d'un point de vue émotionnel, c'est selon lui la plupart du temps parce que l'un des deux conjoints essaye de prendre le dessus sur l'autre, essaye de le posséder, de le "soumettre" à ses besoins, ses exigences et ses attentes ; sans plus tenir compte du temps de l'autre, du fonctionnement de l'autre, de ses limites et de son espace de liberté à lui.

'Fin bref : je pense que l'article en question mérite d'être lu pour ce qu'il exprime sur le fond, et non pas sur la forme.

Auteur : Robot
Compte supprimé
  il y a 1 an


C'est malheureux à dire mais c'est les coups durs, les embûches qui font nous avancer, pour éviter que ça se reproduise, et surtout qui forgent notre caractère. :)
Auteur : Khloroforme
Khloroforme - 23 ans
De Paris
  il y a 1 an


POzitivelif3 : C'est comme ça que l'on nous montre les choses aujourd'hui, genre il faut se connaitre au niveau Q, avant niveau tête (et coeur), genre apprendre à se connaitre petit à petit, jouer la carte du mystère xD

J'ai pas parlé de cul
Enfin pas forcément. (Je fais partie des gens qui pensent qu'il faut aussi savoir si on s'entend bien sexuellement avec la personne qui nous intéresse avant de se mettre en couple parce qu'une fois le moment arrivé, si y un bug (autant de l'ordre de "2 actifs ou 2 passifs" que tout simplement "aucune alchimie au lit") c'est vraiment un truc qu plombe la relation (et donc entraine de la souffrance, pensez y))

Mais même sans ça, bien évidemment qu'il faut déjà se connaitre, on peut pas se mettre en couple avec un inconnu, mais tout dévoiler sur soi trop vite, accabler l'autre d'une tonne d'informations plus ou moins personnelles, je trouve ça déplacé. Autant pour soi que pour l'autre.
Un couple ça se construit, ça se cultive, ça se travaille... On peut pas forcer quelqu'un à tout savoir sur soi à quelques mois de relation, à devoir dès les 1ers instants tout connaitre sur soi et comprendre tout son passé

J'trouve ça un peu nocif... Et après perso, j'trouve aussi que oui, préserver du mystère, des choses nouvelles à apporter au fil du temps c'est bon pour un couple.

Il faut se connaitre, il faut partager des choses. Mais pas tout. Et surtout pas dès les 1ers instants. Nous vivons assez longtemps pour nous permettre de prendre notre temps et d'apprécier ce qu'on a en apprenant à se découvrir

 29 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.
Auteur : Robot
Compte supprimé
  il y a 1 an


Citation de Khloroforme : Je fais partie des gens qui pensent qu'il faut aussi savoir si on s'entend bien sexuellement avec la personne qui nous intéresse avant de se mettre en couple parce qu'une fois le moment arrivé, si y un bug (autant de l'ordre de "2 actifs ou 2 passifs" que tout simplement "aucune alchimie au lit") c'est vraiment un truc qu plombe la relation (et donc entraine de la souffrance, pensez y) 

L’univers sexuel d’une personne est, la plupart du temps, l’endroit où il y a le plus de « dysfonctionnement psychologique » chez une personne, parce que c’est lié à l’enfance depuis la naissance, l’éducation familiale (exemple familial inconscient), l’entourage social, les blocages, les frustrations, les complexes, les culpabilités, les peurs, les fantasmes, la honte, etc. Donc on ne se met pas avec quelqu’un parce qu’il y a osmose sexuelle avec une personne (ça c’est pour son petit plaisir personnel), on se met avec une personne parce qu’on l’aime, et on prend son lot de « différence-souffrance-dysfonctionnement » avec.

Il vaut mieux être avec une personne qu’on aime profondément (et réciproquement) où il y a une rare alchimie « spirituelle », même si sexuellement c’est moyen (la plupart des gens dans la vraie vie), plutôt qu’avec une personne où il y a une rare alchimie sexuelle mais rien (ou du faux et des faux-semblants) entre les caractères des individus.

L’amour ce n’est pas une amitié avec du sexe, et c’est bien là une des duplicités : Essayer de savoir comment la personne est sexuellement pour savoir si on peut se mettre avec ou pas... Donc chercher une personne avec qui le Q va bien... Ignoble.

En tout cas c’est bien connu, un véritable amour réciproque guérit « tout » avec la patience.

Perso je préfère « souffrir » avec quelqu’un qui le sexe serait moyen et être heureux sur un nuage chaque jour avec cette personne (mon doudou quoi haha), que de réellement souffrir dans un faux-semblant quotidien avec une bête de sexe désinhibé, qu’il faut supporter tout le reste du temps.

Un exemple d’un témoignage d’un véritable amour ou le sexe est secondaire
Auteur : Neptunide
Neptunide - 34 ans
De Choisy-le-roi
  il y a 1 an


Citation de Phyl0s : Et surtout ... ne jamais s'ouvrir trop tôt. Ca fait carrément fuir ceux qui ne sont pas capables de comprendre. (Mais après tout, étaient-ils faits pour nous s'ils sont incapables de comprendre ?)

NB : Je reprends cette citation vu que beaucoup sont du même avis, et c'est pour globaliser l'ensemble des réponses similaires ;)
Je pense pas que ça soit une question de "temps", mais plus de ressenti.
Je reste toujours un livre ouvert qui ne cache rien, et étrangement, personne n'a fuit.
Je suppose donc qu'il doit y avoir une façon de le faire, trouver les bons mots et le climat adapté.
Après, j'ose imaginer que certains fuient car ils se sentent "redevables" de s'ouvrir autant que la personne en face d'eux.

Citation de Robot : J'ai tendance à m'ouvrir très vite, je déteste les discussions superficielles. Mais en effet ça peu faire fuir.

Mais ça, c'est une qualité, et c'est même super courageux :)
Si cela fait fuir, c'est peut être que la personne n'est tout simplement pas prête à s'ouvrir aux autres, donc pas forcément qu'à toi. Maintenant, dois-tu te tempérer ou te maitriser pour autant? Je pense pas, car là pour le coup tu ne serais pas toi même :)

Citation de Galoupio : C'est clair que ça peut faire fuir oui, plutôt deux fois qu'une. Et c'est bien dommage parce que l'intimité émotionnelle permet une vraie rencontre, de vrais échanges et partages. Encore faut-il avoir confiance, comme cela a déjà été évoqué.

Ah ça... la confiance, c'est toujours un grand problème. Beaucoup ont trop été trahi ou abusé de leur confiance, donc sur le coup, on est plus méfiant.
C'est dommage, car vu que cela est aujourd'hui difficile à acquérir de la part des autres, je pars du principe que si l'on donne sa confiance en premier, alors la personne sera également plus enclin à faire confiance également.

Citation de Khloroforme : Non mais s'ouvrir aux autres c'est bien, s'ouvrir à tout le monde c'est pathétique.

En quoi cela est pathétique? C'est toujours pas l'intermédiaire des autres que l'on apprend le plus.
Faire une sélection élitiste de qui serait "digne d'intêret de sa part" est juste arrogant, immature, et hyper fermé d'esprit.
Il y a une différence entre s'ouvrir à tout le monde et faire rentrer n'importe qui chez soi.

Citation de POzitivelif3 : C'est comme ça que l'on nous montre les choses aujourd'hui, genre il faut se connaitre au niveau Q, avant niveau tête (et coeur), genre apprendre à se connaitre petit à petit, jouer la carte du mystère xD

LOL exactement, et le côté le plus stupide dans tout cela est que l'on doit passer par le cul tout en jouant la carte du mystère... je vois difficilement comment on peut être mystérieux quand on a déjà dévoilé toute son intimité corporelle :P

Citation de POzitivelif3 Ceux qui ont tellement faim qui n'arrivent pas à se contenir, vont plutôt sur Tinder ou ce genre de choses, les connexions cherchées sont différentes, là tu apprends à te connaitre après, petit à petit...


+1.
De plus, ce n'est pas parce que l'on est un livre ouvert que l'on est forcément un "crève la dalle".
C'est justement en restant fermé et sinueux qu'on est suspicieux!

Citation de Khloroforme Je fais partie des gens qui pensent qu'il faut aussi savoir si on s'entend bien sexuellement avec la personne qui nous intéresse avant de se mettre en couple parce qu'une fois le moment arrivé, si y un bug (autant de l'ordre de "2 actifs ou 2 passifs" que tout simplement "aucune alchimie au lit") c'est vraiment un truc qu plombe la relation (et donc entraine de la souffrance, pensez y))


Sauf qu'on ne peut pas être toujours au top sexuellement parlant, et même en étant en couple, cela arrive qu'on soit tout simplement pas dans l'humeur ni dans l'envie.
De plus, une relation ne tourne pas uniquement autour de la sexualité, et il n'y a pas que la pénétration dans la sexualité. Il existe bien des asexués qui ont des superbes relations de couple et qui ne font rien au lit pour autant.
On tombe rarement amoureux d'une bite ou d'un cul, ou dans ce cas là, c'est que l'on est insécurisé au point de n'avoir que ça pour avoir confiance en soi, ce que l'on voit malheureusement trop souvent sur les sites de rencontres habituels!

Citation de KhloroformeMais même sans ça, bien évidemment qu'il faut déjà se connaitre, on peut pas se mettre en couple avec un inconnu, mais tout dévoiler sur soi trop vite, accabler l'autre d'une tonne d'informations plus ou moins personnelles, je trouve ça déplacé. Autant pour soi que pour l'autre.

En quoi cela est déplacé de faire confiance à une personne et de lui parler de son histoire?
C'est pourtant la base quand on s'intéresse à quelqu'un: d'où viens la personne, comment a-t-elle grandit, quelle parcour a-t-elle eu... c'est justement ce qui va rapprocher les deux personnes dans l'intimité.

Citation de KhloroformeUn couple ça se construit, ça se cultive, ça se travaille... On peut pas forcer quelqu'un à tout savoir sur soi à quelques mois de relation, à devoir dès les 1ers instants tout connaitre sur soi et comprendre tout son passé J'trouve ça un peu nocif...

Je vois pas le rapport. Tu peux très bien être ouvert à l'autre, lui parler de toi sans tabou ni cacher quoi que ce soi du moment que la personne a envie de te découvrir. Comprendre son passé est justement primordial pour mieux connaitre la personne. Mais encore une fois, faut-il que cela intéresse l'autre. Si ce n'est pas le cas, c'est déjà mal barré!

Citation de KhloroformeEt après perso, j'trouve aussi que oui, préserver du mystère, des choses nouvelles à apporter au fil du temps c'est bon pour un couple. Il faut se connaitre, il faut partager des choses. Mais pas tout. Et surtout pas dès les 1ers instants. Nous vivons assez longtemps pour nous permettre de prendre notre temps et d'apprécier ce qu'on a en apprenant à se découvrir

Je pense que justement, à vouloir trop jouer le mystère, c'est que l'on a quelque chose de douteux à cacher.
On ne demande pas de sortir sa biographie, juste de parler ouvertement avec l'autre. Après, l'échange se fait de lui même. Tu laches quelques bribes un peu perso, et si la personne répond de la même manière, c'est que là, il y a une vraie connexion qui se créer.



Pour participer à [ La relation la plus intime entre deux personnes ] il faut être obligatoirement inscrit