Bisexualité : déni, pas déni

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ce sujet est une demande d'aide, écoute et bienveillance sont de rigueur

Bonjour à toutes et tous,

J'ouvre ce sujet car je voudrai vous parler d'un problème qui me bouffe un peu la vie et pour lequel je n'ai pas encore vraiment trouvé de réponses en parcourant les forums.

Je suis Bi, mon attirance pour les femmes n'a jamais fait aucun doute et je dois reconnaitre que certains hommes m'attirent, j'ai eu des relations avec des femmes, j'adore, j'ai eu des relations avec des hommes se limitant aux préliminaires bien qu'aller plus loin m'aurait plu.

Alors mon problème est le suivant :

Par période, je suis plus attiré par les hommes, et à d'autres par les femmes, jusque la rien d'original, mais lorsque mon désirs pour les hommes s'estompe, je tombe dans le déni, je n'accepte plus cette par de moi et je le vis assez mal.

J'évite dans ces moments de fréquenter des hommes, je change de chaine quand il y a du rugby à la télé (oui, tous ces muscles... enfin vous voyez quoi), ça me gène qu'un homme me regarde dans la rue (homo ou pas) ça devient vraiment obsédant.

Alors, selon vous comment gérer ça? Comment accepter, assumer, tout ça tout ça vous voyez de quoi je parle.

Merci d'avance pour vos réponses,

Ludo


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Citation de Kamiz : Soutien Bisexualité : déni, pas déni Bonjour à toutes et tous,   J'évite dans ces moments de fréquenter des hommes, je change de chaine quand il y a du rugby à la télé (oui, tous ces muscles... enfin vous voyez quoi),  




Je suis dead putain, tu m'as tué mec.

Quant à ton problème, je pense qu'un psychologue est plus à même de t'aider que des inconnus sur un forum qui ne pourront pas enlever la honte que tu ressens par rapport à tes désirs.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
T'a raison pour le psy, je suis suivi déjà mais j'ai du mal a aborder le sujet tellement j'ai honte. C'est clairement ça faut que je prenne mon courage a deux mains et que je lui en parle.

Merci pour ton message, ça m'eclaire :p

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
S'il y a bien quelqu'un à qui tu devrais pouvoir parler sans honte c'est bien ton psy, c'est un professionnel qui est là pour t'aider à dénouer ce qui te gêne dans la vie, tu le rémunères pour ça, il est tenu au secret professionnel, dis lui ce que tu as sur le coeur.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
C'est vrai, je vais faire l'effort, de toute façon je veux que ça avance

Merci nonobstant

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Absolument d'accord avec les coms précédents. Ça me paraît relever de la compétence d'un psy qui est un professionnel de santé qui en a vu bien d'autres...
Tu as raison, pour avancer, il faut parler

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
"Quant à ton problème, je pense qu'un psychologue est plus à même de t'aider que des inconnus sur un forum... Nonobstant" 
"Ça me paraît relever de la compétence d'un psy Pierro66.." 

N'abrégez pas le débat.
Bien des comportements dans notre vie quotidienne relèverait de psychologues !!! Cela dit, quelque soit la compétence de ce professionnel il est là pour aider la personne à se poser les bonnes réponses mais pas pour échanger. Discuter, échanger avec les autres d'une manière plus ou moins anonyme sur ce forum, faire part de ces expériences ne peut être que positif et complémentaire à la démarche de Ludo.  De plus désir, plaisir, ou envie refoulée, honte, ou déni ont a tous vécu cette problématique à un moment donné.

" Tu as raison, pour avancer, il faut parler...'   Tout à fait d'accord avec Pierro66 mais parler avec tous aussi.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Bien qu'un psy soit toujours de bonne mesure quand on a du mal à ce comprendre, j'aurais aimé partager mon sentiment sur le sujet, bien que ne te connaissant ni d'Eve, ni d'Adam, ni de Steve.

mais lorsque mon désirs pour les hommes s'estompe, je tombe dans le déni, je n'accepte plus cette par de moi et je le vis assez mal.


Quand j'ai lu ça, une chose m'a traversée l'esprit: est-ce que quand ton désir pour les homme s'estompe, c'est généralement lié à ton désir pour les femmes qui prend sa place?
Il y aurait-il lieu que tu assimiles ton attraction pour les hommes comme une détérioration à ta masculinité ce qui t'amène à penser que tu as moins de chance de séduire une femme? Que de le dénier, et le rejeter te permet d'être vraiment un "homme"?

(On entend bien que la masculinité est un concept défini par la société, que c'est un mode complètement basé sur masculinité=fort / féminité=faible et que c'est complètement bidon comme truc - mais ça c'est un autre débat).

Enfin, food for thought. Laisse-nous savoir comment tu évolues, je suis sûr que d'autres pourraient bénéficier de ton partage sur le sujet.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
D'abord merci pour vos coms,

Je crois comprendre ce que tu veux dire Xavie et je suis assez d'accord, ma confiance en moi est proche de 0, assumer et défendre cette part de moi me semble très compliqué et puis ça m'angoisse tellement que quand ça "passe" je préfère me dire que c'était faux et rejeter ça le plus loin de moi possible.

Par contre, ayant un proche homosexuel assumé et "mature" (la 50ène) je suis tout à fait conscient qu'on peut être homo ou bi sans pour autant perdre en virilité ou masculinité, chacun est comme il est, tout les homos ne sont pas effémine bien que je n'ai rien contre ça, c'est vrai que ça me fait peur car ça ne me correspond pas.

En tout cas ça fait du bien d'en parler, c'est un peu "acté" et ca m'aidera un peu à ne pas retomber dans le déni j'espère.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
". j'ai eu des relations avec des hommes se limitant aux préliminaires ..  . Kamiz."
";.. mais lorsque mon désirs pour les hommes s'estompe, je tombe dans le déni, je n'accepte plus cette par de moi et je le vis assez mal... Kamiz."

Une question idiote, compte tenu du temps passé employé j'ai l'impression qu'il s'agit de très vieilles expériences. Je me trompe ou tu as des relations limitées mais de façons régulières avec les hommes  ?
En résumé tu as un  déni des actes commis avec eux donc  de ton  homosexualité confirmée (enfin dans le cas présent de ta bisexualité) ou simplement c'est le simple fait de penser  que  tu  puisses l'être  que tu ne supportes pas ?

En m'excusant de mon indiscrétion :(, Il n'y a d'ailleurs  peut être pas beaucoup de différences majeures entre ces attitudes mais c'est pour essayer de comprendre.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Hum, en fait ces expériences étaient très ponctuelles et espacées dans le temps, ça ne m'est arrivé que 4-5 fois dont 2 quand j'étais ado.

Merci de ta question car en fait en y réfléchissant bien ce n'est pas vraiment le fait d'être bi qui me fait peur je crois mais plutôt de faire confiance à un homme au delà de l'amitié.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Finalement tu es peut être sur le bon site pour échanger avec les uns et les autres en dehors même de ce Forum avec les membres inscrits. Le reste te concerne. Bonne soirée à toi Ludo. Bonnes rencontres et mauvaises car il y en aura aussi mais ce sera peut être plus facile auprès de gens concernés qu'avec le quidam croisé dans la rue aussi attirant soit t'il. Peut être plus facile aussi pour t'aider à répondre à tes vrais questions que ton psy qui lui n'est pas forcement gay :)  (Il s'agit d'une boutade bien sur - Je respecte leurs compétences)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Un psy donne des réponses, certes, mais un psy qui ne serait pas bisexuel lui aussi, c'est un peu comme les obstétriciens hommes, ils n'ont jamais accouché eux-mêmes, donc il y a une part énorme qui leur manque, c'est de vivre la chose.
Un forum t'apportera le contraire, des idées de personnes pas forcément qualifiées par un diplôme, mais ca n'est pas à rejeter pour autant.

Pour mon propre parcours, qui ressemble un peu au tien, c'est le temps et en partie une thérapie qui m'ont aidé à accepter (enfin même pas complétement ^^) ce que je suis. Et comme déjà dit ci-dessus, ton psy tu peux tout lui dire, il ne te jugera pas comme quelqu'un d'autre le ferait, c'est un peu dur au début, mais tu peux commencer par lui parler de ces appréhensions à lui parler... de choses dont tu n'oses pas lui parler, c'est un bon commencement qui permet d'en parler plus librement à terme.

Par ma part, ma philosophie c'est de remettre en cause les carcans et règles morales imposées qui me font être mal car ce que je suis (et j'y peux pas grand chose) ne rentre pas dans leurs moules. Après tout, on est que des singes peu poilus sur la couche refroidie d'une boule de lave qui tourne autour d'une étoile.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Slt mon Ludo,

Alors résumons un peu, t'es du genre "j'aime les huitres autant que certains légumes", mais parfois tu rejette ton côté "végétarien", ne supportant même + de voir une "betterave" en peinture........( comme je te comprend, la nature morte ça craint.......hahaha........... ouais je sais, je sais..........).

 Bon bas écoute, c pas dramatique en soit, tout est une question d'acceptation, tu as la chance de pourvoir jongler avec les "genres", donc c'est à toi de décider, avec lequel t'amuser.

Après faut pas t'en faire toute une montagne, tu te met la pression pour rien, si tu n'aime + la "végétarienne" choisi l'"océane" et quand ton appétit retrouvera des envies d'ailleurs et bien il te suffira de varier les plaisirs.

Quand à te mettre la pression au point de vomir sur une frisé ( variété de salade), c'est à toi de travailler là-dessus.

Quoi qu'il en soit, bon courage et bonne appétit bien sûr ( en espérant que tu retrouveras le goût des bonnes choses ( bas ouais, pour être en forme mange au moins 5 fruits et LEGUMES par jour), celle là n'est pas de moi.......hahaha.

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit