Don't I like sex ?

auteur anonyme

Anonyme
Ce sujet est une demande d'aide, écoute et bienveillance sont de rigueur

Bonjour à tous,
Voilà, je voulais vous faire part d'un petit problème pour connaitre votre avis... ou peut-être juste pour me confier à quelqu'un, allez savoir.

Je n'aime pas le sexe. Voilà, c'est dit. Seulement, mon instinct/corps/libido/insérez-ce-qu'il-vous-plaira n'est pas d'accord du tout avec cette vision des choses et donc en demande quand même. 

J'ai eu trois relations sexuelles dans ma vie (jamais "jusqu'au bout"), la première était avec une personne dont j'étais amoureux, il m'a largué le lendemain (je ne sais toujours pas si c'est parce que j'ai refusé de continuer ou pour une autre raison), toujours est-il que je me souviens m'être ennuyé au bout d'un moment. Les deux autres fois étaient quasiment des "plans q" pour tester, et j'ai détesté, à chaque fois je suis très excité au début, mais rapidement je n'ai plus envie de continuer. Après je me sens sale et j'ai mauvaise conscience pendant plusieurs heures voire jours, je peux aussi avoir très mal au ventre.

Bon, ben je voulais savoir ce que vous en pensiez, si je dois céder à mes pulsions pour apprécier plus tard (sait-on jamais, il parait qu'on aime la cigarette à force de fumer, peut-être que c'est pareil avec le sexe), attendre de vraiment trouver quelqu'un ou m’émasculer complètement décider de ne pas céder à la tentation ? 

Merci de m'avoir lu 


photo de l'auteur Gameboy
Gameboy
Homme de 21 ans
Boulogne-sur-mer

1 remerciement
Si c'était tes seules expériences, c'est tout à fait normal, beaucoup de personnes ressentent cette honte, ce sentiment d'être sale, j'irais même jusqu’à appeler ça du dégoût. Néanmoins le seul moyen de se débarrasser de cet affreux sentiment et de le faire, encore, et encore jusqu’à ce qu'il passe. 
Tu devrais réessayer, avec quelqu'un que tu aimes vraiment. Parce que les plans cul, c'est clairement pas une solution. Peu à peu la honte devrait s’atténuer et disparaître. 

photo de l'auteur Gameboy
Gameboy
Homme de 21 ans
Boulogne-sur-mer

1 remerciement
Oui, le pavé de mon voisin du dessus t'aidera sans doute plus ! Ma solution inclut de la souffrance et de mauvaises expériences, désolé de l'avoir conseillé sans avoir parlé des conséquences. 

photo de l'auteur Gameboy
Gameboy
Homme de 21 ans
Boulogne-sur-mer

1 remerciement
Gameboy a écrit :
Ma solution inclut de la souffrance et de mauvaises expériences, désolé de l'avoir conseillé sans avoir parlé des conséquences. 


Je vois pas trop ton problème là, un pavé est un pavé, j'ai dit qu'il fallait qu'il t'écoute et qu'il ne m'écoute pas moi car j'ai répondu avec hâte.  

Gameboy a écrit :
désolé de l'avoir conseillé

Gameboy a écrit :
désolé de l'avoir conseillé

Gameboy a écrit :
désolé de l'avoir conseillé

Gameboy a écrit :
désolé de l'avoir conseillé


Il n'y avait pas de sarcasme dans ma réponse. 

Mais bon si ta fierté viens à être heurtée par le terme '' pavé '' la prochaine fois, envoie moi plutôt un message. 

photo de l'auteur Helmor
Helmor
Homme de 30 ans
Saint Etienne

4 remerciements
Chacun amène sa façon de voir les choses, soit en quelques lignes, soit en plusieurs paragraphes. Je pense que nous devrions plutôt revenir au sujet et continuer à essayer d'échanger dessus et non pas sur la sémantique de chacun ! Je dis ça, je dis rien.
En parlant de sémantique....

Klasu a écrit :
En bref, je penses qu'il te serai bénéfique d'en parler à un ou une psychologue. Il n'y a aucune honte à cela, prétendre le contraire serai stupide et peu respectueux au regard de la discipline. Il y a un blocage, c'est certains. Et ce n'est ni nous, ni toi même qui pourront t'en donner la réponse. Un psychologue lui t’amènera à te poser les bonnes questions, te suggéra les pistes les plus pertinentes pour trouver la réponseLa solution, je viens de te la donner.


Alors la solution du psychologue est en effet UNE des solutions, mais pas LA solution. Ce que j'entends par là, c'est que oui, aller voir un professionnel est une solution pour certaine personne (voire peut-être un sexologue dans le cas présent viendrait aussi aider, accompagné à côté d'un psychologue bien-sûr !) mais ce n'est pas forcément la solution pour tous. Klasu le précise, d'ailleurs, c'est à toi de voir ce que tu préfères. Je sais pertinemment, que même si l'avis peut être subjective, ou viciée, je préfère beaucoup plus en parler avec des amis et amies très proches, qui, non sans être professionnel, me font beaucoup avancer. Je dis ça en ayant travaillé auprès de psychologue plusieurs fois et ayant pu échanger sur le fameux "Va voir un psy'" dès qu'un blocage psychologique se fait ressentir. J'ai été ravis de voir que d'eux-même, ils ont pu me dire que la solution peut aussi se trouver dans notre cercle proche et que LA solution est en nous (oui Klasu, avec une aide extérieure bien-sûr !).
Bref mais je dévie du sujet.

Pour en revenir à toi Anonyme, tu as donc plusieurs possibilités selon toi, c'est-à-dire selon où tu en es par rapport à ce fait que tu nous rapportes. Si tu as des visages qui te viennent à l'esprit avec qui parler, fonce, si le psychologue t'attire plus, fonce ! :p

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Le plus important c'est de t'écouter toi-même, c'est ton corps et ton esprit donc c'est toi qui détiens la réponse. Tu peux essayer de t'aiguiller par les conseils d'autres personnes mais chaque personne à sa sexualité.

Moi je suis as.exuel,  j'ai eu beaucoup de sexe avec une personne dont j'étais amoureux. Mais aucune libido, ça venait toujours d'elle jamais de moi. Quand je suis dans le feu de l'action, j'aime bien mais ce n'est pas moi donc avant et après c'est comme si je n'avais pas été là. 
Du coup il a fallu du temps et je me suis juste rendu compte que c'est pas mon truc point barre.

Hésite pas si tu veux qu'on en parle en MP ^^

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit