la pire question

photo de l'auteur amour421
Amour421
Homme de 59 ans
Lille
Ce sujet est un débat, échangez et partagez dans la bonne humeur

Pendant la guerre, dans Paris occupé par les allemands pensez-vous que vous auriez succombé au charme unique de jeunes soldats blonds coiffure à la new-yorkaise superbes sous leur casque et pleins de vigueur ou cette pensée vous parait-elle abjecte? (tabou)


photo de l'auteur gaeyeregard
Gaeyeregard
Homme de 24 ans
Paris

11 remerciements
Modérateur
Oula, ça ne me parait pas du tout abjecte ou tabou. Rien de tout cela n'est impossible. Mais, il est peu probable que j'aurais passé de longues heures à bavasser avec les soldats allemands.

Je ne sais pas si j'aurais eu le courage d'entrer en résistance mais j'aurais quand même pris soin de me tenir le plus éloigné possible des occupants.

Après je peux fantasmer un scénario où j'aurais été un résistant infiltré chez les allemands et je serais tomber amoureux d'un soldat de la wehrmacht anti-nazi

photo de l'auteur Inuit53
Inuit53
Homme de 21 ans
Paris

5 remerciements
Arf, je suis d'accord avec Gaeyeregard, si on part du principe que j'ai mon âge entre 1940 et 1944, je serais probablement bien hostile aux allemands donc même si je me pense pas assez courageux pour être résistant je serais ultra "germanophobe".
Et puis pour faire mon chieur : Même si j'étais amoureux, vu le climat de non tolérance des relations homosexuels je serais en gros déni de mon attirance, et pour éviter d'être déporté c'est pas plus mal.

photo de l'auteur amour421
Amour421
Homme de 59 ans
Lille
Je me suis laissé dire que les homos de cette époque avaient vécu de folles nuits de plaisirs avec l'occupant et que Paris était devenu un lieu magique pour ces amours certes risquées.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
L'idée de ce débat le jour de noël, Pourquoi pas mdr!
je dirais qu'on n'a peut-être tous quelque chose de mamselle Arletty en nous

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Inuit53 a écrit :
Inuit53 , garçon de 18 ans de Paris Arf, je suis d'accord avec Gaeyeregard, si on part du principe que j'ai mon âge entre 1940 et 1944, je serais probablement bien hostile aux allemands donc même si je me pense pas assez courageux pour être résistant je serais ultra "germanophobe". Et puis pour faire mon chieur : Même si j'étais amoureux, vu le climat de non tolérance des relations homosexuels je serais en gros déni de mon attirance, et pour éviter d'être déporté c'est pas plus mal.


Pour un peu d'histoire : si tu avais 18 ans à cet époque, tu étais mineur (majorité à 21 ans). Et à partir de 1942 (et jusqu'en 1974, quand la majorité est passé à 18 ans), il aurait fallu que tu fasses bien attention de qui tu étais amoureux : s'il a 21 ans et plus, tu peux l'envoyer en prison (on parlait alors "d'attentat à la pudeur", depuis la réforme du Code pénal en 1994, on parle "d'atteinte sexuelle sur mineur"). Mais, à part pour les relations entre majeurs et mineurs, il n'y avait pas de loi réprimant spécifiquement l'homosexualité (il n'y en a plus en France depuis la Révolution française, en fait). Et sinon (mais on s'écarte du sujet), entre 1974 et 1982, si tu avais 18 ans (donc majeur), c'est toi qui aurait été en prison si ton amoureux était mineur.

Ça c'est pour la loi française. L'occupant nazi ne voyait pas les relations homosexuelles chez les peuples occupés d'un mauvais œil : elles étaient vues comme affaiblissant les "races inférieures", donc à tolérer. Par contre, les relations entre un Allemand et un ressortissant d'un pays occupé était vue comme une "contamination" de la "race aryenne", et valait déportation à coup sûr pour celui qui avait "séduit" un Allemand. Dans le film Un amour à taire, l'histoire est cohérente à cet égard.


https://www.youtube.com/watch?v=pOD8JoyLfOM

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Pour répondre à tous, il me serait difficile, si je me trouvais à cette époque, de trouver un soldat allemand homosexuel, vu que le régime les chassaient sévèrement (camp d'extermination). Désolé de casser vos rêves ! Mais il faut aussi être réaliste!

photo de l'auteur gaeyeregard
Gaeyeregard
Homme de 24 ans
Paris

11 remerciements
Modérateur
Camp de concentration pour les homosexuels, et non pas d'extermination. 

Il est vrai que les homosexuels français n'étaient pas déportés, sauf en Alsace Lorraine puisqu'elles avaient été annexé au Reich. 

Il est peut être exagéré de dire que Paris était le "Ibiza" des homosexuels allemands pendant la guerre mais le milieu homo mondain parisien avait déjà une renommée précédant la guerre et que l'occupation n'a que temporairement remis en cause. On sait que des officiers allemands fréquentaient des cabarets homosexuels, après est-ce qu'ils consommaient ou pas... je me doute que tous ne venaient pas que pour le spectacle et le whisky ^^. 

Notons aussi qu'il s'agit principalement du milieu homosexuel mondain ne concernant donc qu'une minorité des homosexuels. 

Juste, il faut bien considérer que si l'imaginaire collectif on a retenu que le milieu homosexuel était collabo, il ne s'agit que d'une "circonstance aggravante homophobe" pour ternir un peu plus l'image dégoûtante des homosexuels : Homo = collabo. Ça ne reposait au final sur rien d'autre que le mépris des homosexuels, bien ancré dans les esprits et indépendamment de toute idéologie. 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Gaeyeregard a écrit :
Gaeyeregard , garçon de 21 ans de Rennes Camp de concentration pour les homosexuels, et non pas d'extermination.


Oui. D'ailleurs en 1945 certains déportés allemands pour homosexualité, libérés des camps, sont passés du camp à la prison (vu que le paragraphe 175 du Code pénal allemand n'a été abrogé que bien après).

Il est vrai que les homosexuels français n'étaient pas déportés, sauf en Alsace Lorraine puisqu'elles avaient été annexé au Reich.


Ils étaient déportés lorsqu'ils avaient été avec un Allemand.

Il est peut être exagéré de dire que Paris était le "Ibiza" des homosexuels allemands pendant la guerre mais le milieu homo mondain parisien avait déjà une renommée précédant la guerre et que l'occupation n'a que temporairement remis en cause.


La France était très en avance sur le reste du monde : la dépénalisation date de 1791, avec la promulgation du premier Code pénal sous la Révolution française. Les pays issus de territoires conquis sous la Révolution et l'Empire comme les Pays-Bas, le Luxembourg,  la Belgique et la Bavière indépendante avaient la même dépénalisation. Donc Paris était relativement tolérante : le problème était plutôt avec la visibilité de la sexualité en général, hétéro comme homo, que la police et la justice réprimaient assez durement.

Après l'occupation, le gouvernement provisoire choisit de garder la règle spécifique sur les rapports homosexuels entre majeurs et mineurs mise en place sous Vichy, règle qui ne sera complément abrogée qu'en 1982.

photo de l'auteur Hoctave
Hoctave
Homme de 25 ans
Paris/St Dizier

10 remerciements
J'adore quand d'une étincelle fantasmatique on débouche sur des cours enflammés d'histoire !

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit