Les Zébres, ces hommes un peu différents

avatar ancien membre
Ancien membre
14/10/2014 à 16:25

Bien le bonjour lecteur attentif ! Comme Betolerant est théoriquement un Eldorado de tolérance avec des petits cœurs et des paillettes (ahah), je viens aborder aujourd'hui un point différent de la sexualité mais qui mérite un regard tout aussi attentif : Les Zébres, ou plus couramment appelés « personnes surdouées » (ce terme, personnellement sent aussi bon pour moi qu'un camembert laissé trop longtemps à l'air libre). Pour commencer  tout cela, un petit pitch sur ma vie : Je suis une de ces personnes jugées « surdouées » à l'adolescence grâce à un test de QI professionnel ( se fier à ceux sur internet revient à pisser dans un violon). J'ai longtemps envoyé valser tout cela car un test de QI ne montre pas l'intelligence d'une personne et puis je ne me considérais pas franchement surdouée (ou tout du moins selon la définition populaire et fausse que j'en avais avant...). J'ai donc poussée contre vents et marrées, ou plutôt contre la volonté de bien faire, le doute, le manque d'estime en moi, la dépression, le petit cœur brisée et de nouveau dépression à tel point que l'on peut dire que je suis aujourd'hui une jeune fille parfois charmante, mais souvent bien paumée émotionnellement (genre « coucou, et si je disparaissais de la civilisation après avoir dit à mes proches que je les aimais » Ambiance...) Sauf que cet état n'est pas uniquement dû à ma capacité légendaire d'être une Drama Queen ( si vous ne connaissez pas ce terme c'est  une sorte de Calimero) mais aussi à mes connexions neuronales un peu différentes. Bref, j'ai juste un comportement classique de Zébre découvert sur le tard et qui a donc souffert de cette inconnaissance et une éducation non adaptée. Être un Zèbre peut-être handicapant dans pleins de domaines de la vie : Amour, travail, construction de soi, permis de conduire... Mais comprendre qu'on appartient à cette petite communauté aide déjà beaucoup car cela permet de mettre le doigt sur un malaise et sur notre façon profonde d'Être. Ça permet de comprendre que l'on est pas seul, chochotte, débile ou éternellement insatisfait. Mais ça ne pardonne pas tout hein, il faut bosser sur soi après! ;)  Je vais donc débroussailler un peu le chemin savaneux des Zébres :  Tout d'abord, pour vous expliquer un peu ce qu'être surdoué et défaire les clichés, un petit C/C ( je suis vile et feignante) trouvé ici : [...]" Puis, comme ça reste flou quand même, une petite liste de caractéristiques fréquentes chez les Zébres et plus spécifiquement chez le spécimen adulte : Et comme on est quand même sur un site de rencontres avec de l'Aaaammûûûûrrr à la clef, voici un peu la façon de penser/réagir d'un zèbre  (mais ce n'est pas une vérité universelle hein .___. ...) => http://journal-dune-surdouee.blogspot.fr/2013/01/le-surdoue-et-lamour-1.html Et car je ne vais pas écrire une thése non plus, pour que vous puissiez approfondir (car je ne m'y connais que très peu au final) : -http://www.zebras-crossing.org/doku.php -http://www.zebrascrossing.net/ - Merci de m'avoir lu, en espérant que ce post vous aura permis d'esquisser quelques pistes de réflexion... Si vous avez des amis/proches/enfants zébres, pensez maintenant à adapter votre comportement pour la personne et surtout, n'hésitez pas à en parler !  :) Sus aux clichés du vieux génie einsteinien ! è___é Si vous voulez connaître un peu mon parcours personnel (mais il a rien de palpitant hein! C'est plus de l'ordre du témoignage! XD) ou que vous avez d'autres questions/précisions, n'hésitez pas, j'essayerais d'y répondre avec soin. Et maintenant que vous avez bien lu, le débat vous est ouvert ! Et ça a intérêt à fuser !
avatar ancien membre
Ancien membre
14/10/2014 à 16:48

Annesol : Salut =) Quand j'ai vu le titre de ton sujet, j'ai cru que t'allais nous parler de Zèbres genre, les animaux code-barre... Je suis déçue xD Je n'ai pas parcouru tous les articles (promis je le ferai!) mais avec tout ce que tu as dit, on arrive à apprendre pas mal de choses... à commencer par la définition de Zèbre :P Et plein d'autres trucs aussi. C'est vrai que vivre avec des définitions erronées sur le fait d'être surdoué, c'est vraiment dur, déjà pour se construire, se développer dans une société amatrice de psychologie de comptoirs, incapable de dire "Je sais pas, je devrais me renseigner". Et quand même les psychiatres s'y mettent, bonjour --" Je fais des études de psychologie et pourtant, j'avais déjà connaissance de certains de ces faits, qui me paraissent, personnellement, logiques. Mais les gens, aujourd'hui, s'ils googlent pas, sont persuadés de la bêtise dans laquelle ils baignent --" Je trouve que rien qu'avec la citation faisant l'allégorie (mot que je viens lâchement de googler pour en vérifier l'orthographe, mais je suis fier je l'ai bien écrit :D) QI / plomberie, on comprend parfaitement le mécanisme de la "chose" (je suis fatiguée, je repasserai pour utiliser des vrais mots qui collent bien ^^). En tout cas ça soulève, pour ma part, des petits détails (seulement ^^) que je voyais pas forcément ainsi, donc c'est cool :P Je pense que mettre en lumière un sujet qui n'est pas souvent soulevé (car estimé acquis à tort) est une super initiative =) Enfin un sujet cool qui soit en rapport avec autre chose que le sexe et l'amour :P Faudrait pas qu'on sature ^^ J'ai étudié pas mal de tests psychologiques / professionnels de QI, mais j'espère pour toi qu'il a été plus facile et intéressant à passer qu'il ne l'est à étudier --" Perso, j'ai pas tellement de questions à poser... ^^" Désolé :P Mais j'aimerais assez en connaître plus sur ton parcours personnel, par curiosité "scientifique" =)
avatar ancien membre
Ancien membre
14/10/2014 à 19:30

Super article sur ce sujet qui me fait encore plus réfléchir sur moi même..   Le lien  est malheureusement mort. 
avatar ancien membre
Ancien membre
15/10/2014 à 23:11

Tiens! Je dois avouer que je suis assez surpris de voir ce sujet sur betolerant, vu que c'est pas encore si connu que ça et que les gens en général en dehors des forum comme Zebra que je connais bien évitent d'en parler, pour éviter les préjugés, etc...   Pour le moment, je voulais juste dire que tu n'es pas la seule ici à être concernée ;-)  .  
avatar ancien membre
Ancien membre
16/10/2014 à 08:53

Salut Flodesonges,  De mon côté je ne suis pas jugée "officiellement" Zébre car je n'ai eu que le test de QI et je m'en méfie comme la peste... >>'  130-135 (je me rappelle même plus x)), bref, un chiffre, pour moi, ça peut légèrement aiguiller mais ça ne veut rien dire au fond. Surtout que les tests de QI sont basés sur pleins de critères comme la vivacité d'esprit, l'imagination, la logique, la culture et je pense donc qu'ils peuvent être faussés si par exemple tu as une bonne culture ou un autre critère en dominance.  Mais il y a certaines spécificités zébrées dans lesquelles je me reconnais beaucoup, et d'autres moins~~ Mais je trouvais cela intéressant d'en parler! :) Néanmoins vu que tu as l'air plus "expert" que moi, j'aimerais savoir s'il y a des écueils et surtout si tu penses qu'il est plus judicieux de supprimer le sujet pour ne pas créer davantage de pré-jugés~~ Je suis toute ouïe! 
avatar ancien membre
Ancien membre
16/10/2014 à 09:42

Ces hommes un peu différents... Différents de quoi? Y a-t-il une organisation de cerveau normale, et les autres sont considérées comme "différentes"? Pour moi, il y a comme un spectre d'organisations de cerveau (un peu comme le spectre des couleurs visibles par l'homme), avec comme extrêmes des personnes qui accusent un retard mental, et des surdoués qui te résolvent un rubik's cube en 17 secondes (sans même être asiatique! mouahahah), ou qui gagnent des parties d'échecs en ayant prédit dès le début de la partie que leur adversaire allait être échec et mat dans tant de coups (je sais pas si c'est possible, mais ça doit être classe de commencer une partie par "Vous allez perdre, vous savez... Et dans 14 coups."). Bref, ce que je veux dire par là, c'est qu'on isole un peu ces personnes au QI surélevé, on en fait des sortes de bêtes de foire, genre "eh, eh!! t'es capable de calculer la racine cubique de 542, là comme ça??". Même si ça fait 8,153 (en tronquant au millième. Ne vous méprenez pas, j'ai cherché sur Google, juste parce que du coup j'avais besoin de savoir...), c'est ridicule, parce que même si la personne est capable de le faire, est-ce un signe ultime d'intelligence? Comme il est très bien souligné dans le premier article cité dans ton post, Annesol, les QI élevés souffrent souvent de problèmes relationnels, et QI élevé ne veut pas dire dispensé d'être un connard. Du coup, est-ce que les QI élevés n'auraient pas un QI à la masse en relations sociales? Moui, vous voyez vers où j'essaye de glisser...  Le sacro-saint test de QI. Il est certes révélateur d'une aptitude à raisonner vite et logiquement. Mais tout ne se résume pas à une équation logique, et les relations humaines sont quasiment dénuées de logique, d'ailleurs, car personne ne raisonne de la même façon (bon, à part les personnes qui nous comprennent, mais quand on y pense, elles sont rares). Bref, je ne cherche pas là à blâmer qui que ce soit, mais je blâme le fait qu'aujourd'hui, il n'existe quasiment qu'une référence de test pour évaluer l'intelligence de quelqu'un. Ca reviendrait à dire "Oh, dis donc, tu as 800 à ton TOEIC, alors tu es fort en anglais!" (petite référence à un de mes potes qui a eu 800 au TOEIC et qui ne sait pas aligner une phrase à l'oral ^^). Pardon pour ce beau hors-sujet :D
avatar ancien membre
Ancien membre
16/10/2014 à 14:53

Je suis tout à fait d'accord avec ta réponse Jawax :) Je pense malheureusement que les autres fonctionnements neuronales moins courants et tout ce qui en découlent sont jugés par la plupart, comme différents. Car il y a incontestablement un besoin de normalisation dés qu'il y a des groupes. :(  Mais j'avoue, que mon titre peu paraître stigmatisant de ce point de vue (mais il y a "un peu" tout de même dedans, ce qui atténue la pensée courante qu'ils sont totalement différent... Et différent, ça ne sous-entend pas "supérieur" ;) Enfin je le voyais comme cela) (Si vous avez une meilleure idée de titre je suis toujours preneuse u_u) Et les test de QI deviennent plus complets avec le temps nan? Enfin je sais pas, mais je me souviens que ce n'était pas que des trucs de raisons. Il y avait aussi des questions de culture et d'imagination et de sensibilité je crois. ;) Et on peut compléter cela avec le test MBTI ( mais je m'en méfie aussi de celui-ci...) pour un côté plus psychologique.  Je ne l'ai pas vu jusqu'à la fin mais le début du docu de vulgarisation scientifique " les pouvoirs extraordinaires du corps humain" sur le cerveau était sympa et vraiment pas compliqué :) Ils parlaient un peu des tests de QI =)  
avatar ancien membre
Ancien membre
16/10/2014 à 15:14

Ouais, je vois. En fait, j'essaye de lutter contre le cliché de l'intelligence comme étant seulement lié à des capacités cognitives utilisées pour réussir dans les études. Je pense qu'il existe autant d'intelligences qu'il existe d'humains. A propos des tests de QI, je n'en ai qu'une vison assez clichée, vu que je n'en ai jamais passé, je ne sais pas comment ça se passe. Mais on est bien sur l'établissement d'un score de quotient intellectuel, donc à priori notre capacité à intégrer les choses et à raisonner. Or, dans ma vision des choses, on peut être intelligent manuellement, parce qu'on va être un as du bricolage ou du jardinage (pour ne citer que ces deux activités manuelles, mais il en existe bien d'autres), on peut être intelligent "relationnellement", car on va avoir cette capacité à établir un contact humain avec quasiment n'importe qui. On peut aussi être doué pour écouter, avoir un sens pratique supérieur à la moyenne, un sens des affaires,... Tout talent, finalement, relève d'une intelligence particulière. Et même s'il est utilisé à de mauvaises fin (voyez Hitler: une ordure, certes, mais une ordure intelligente... et folle, aussi, mais bon, ça c'est un autre débat ^^') Alors de nos jours, on ne jure que par la réussite dans la vie, quelque part donc par le niveau d'études, et par conséquent, par une capacité de mémoire, de raisonnement, et de réactivité face à diverses situations. Or, dans tous les domaines, exceller relève, comme je l'ai déjà dit (mais je suis presque une mamie ici, donc je radote, c'est normal), de l'intelligence. Le problème, avec cette histoire de QI, c'est qu'on instaure un classement, et que l'individu qui aura un QI moyen ou faible en conclura qu'il n'est pas intelligent. Or, ça n'est pas le cas, je pense. Nous avons tous une organisation de notre cerveau qui nous prédispose à être bon dans un domaine, ou plusieurs.
avatar ancien membre
Ancien membre
16/10/2014 à 15:48

C'est sûr qu'il y a pleins d'intelligences, mais dans la croyance populaire,l'intelligence scientifique prévaut (il suffit de voir à quel point l'éducation met en voie royale le bac S (qui est un trés bon bac, disons le, mais pas supérieur aux autres). Enfin on tourne en rond.  Dans mon post de départ, je voulais montrer justement qu'on a beau être socialement et scientifiquement considérés comme "surdoués" (au bûcher ce mot), on n'est pas forcement PLUS intelligent mais que l'intelligence est différente du modéle de base établie. Si ce  n'est pas cette impression qui découle de l'article, je souhaite l'éditer, mais j'aurais besoin de vos conseils pour cela ;) D'ailleurs, si vous avez une idée d'ouverture pour plus d'ouverture envers TOUT type d'intelligence et de façon d'être ( car un zébre c'est aussi bien plus qu'une façon de réfléchir) , je suis partante pour l'ajouter à la fin sans oublier de vous mentionner ;) 
avatar ancien membre
Ancien membre
16/10/2014 à 16:20

Lol ça me fait rire ce genre de débats :) Etre diagnostiqué zèbre (j'aime beaucoup ce mot, il est rigolo, et c'est juste un animal comme un autre), c'est comme être diagnostiqué dislexique : OSEF les performances, ce qu'on veut c'est savoir comment on fonctionne, pour mieux s'apprivoiser. Je ne sais pas exactement ce qu'on fait pour venir en aide au dislexiques (faudrait que je me renseigne un peu mieux, j'en ai une sous la main :D ) mais il est évident qu'on ne passe généralement pas un test de QI pour après jouer à celui qui aura la plus grosse. Ce serait mesquin, injuste et surtout complètement con. Un test, divisé en plusieurs sous-tests, servira à cartographier le fonctionnement cognitif de l'individu. Cela permet de mettre des béquilles aux bons endroit (ré-éduquer la mémoire de travail par exemple), ou déboucher sur d'autres diagnostiques (trouble du déficit d'attention etc...). Si un mec s'en sort avec 150 de QI et possède la capacité émotionnelle d'une adolescente extravertie pré-pubère en dépression post-twilight et les capacités attentionnelles d'une huître morte en stade de décomposition avancé, bon bah on sait qu'il va falloir peut être s'intéresser au mode de fonctionnement des structures environnantes pas forcément adaptées : famille/école/amis ... Bref un test de QI est une cartographie cognitive, un QI individuel est un indice sur le mode de fonctionnement interne qui ne vaut pas mieux/pas moins qu'un autre. L'essentiel est d'en être conscient, de travailler/vivre avec lui et non pas contre lui (tout comme les dislexiques ont leur tiers temps : ô mesure égalitaire dans un contexte pédagogique peu enclin à la diversité ! ).
avatar ancien membre
Ancien membre
16/10/2014 à 16:59

Gros merci à toi seabirds! *^* Tu résumes trés bien la chose (avec même un gros plus sur les test de QI) là où je m'étais totalement perdue! :)
avatar ancien membre
Ancien membre
16/10/2014 à 23:05

De rien So :) Le smiley est un oiseau ? :D Je comprends cela dit le point de vue de Jawax, qui trouve la notion de classement illégitime... Mais l'important est que le but de l'outil (ou de son application) ne soit pas la hiérarchisation des patients. Après ce que pensent les gens est une autre histoire... Je me souviens d'un sujet de débat sur le forum qui parlait (en gros) de beauté physique, et j'avais réagi assez négativement car je trouvais la question profondément inégalitaire... On peut parler de QI, on touche à la même chose : on parle en fait plus ou moins de l'inné, qui nous rend mal à l'aise parce qu'on varie tous les uns des autres tout en essayant d'adopter un raisonnement égalitaire, ce qui est contradictoire... Bref tout ça me fait penser à cette image, et désolé si je suis parti à l'ouest : [img]]
avatar ancien membre
Ancien membre
17/10/2014 à 13:26

Certes, le test de QI a une visée plus complexe que la simple identification de personnes intelligentes sur cette Terre (en tout cas j'espère). C'est peut-être dans l'instauration d'un score que ce test me dérange. Car du coup, on tend à penser qu'une personne ayant 130 de QI est plus intelligente qu'une personne ayant 100 de QI. Dans l'opinion commune, c'est ainsi. De même, on va avoir tendance qu'une personne accusant un retard mental certain n'est pas intelligente. Et pourtant, quand on voit la capacité de personnes dites "attardées mentales" à s'émerveiller de choses que d'autres personnes ne verraient même pas, quand on remarque leur capacité à interroger le monde... C'est une manière différente de raisonner, mais le raisonnement est là, même s'il nous parait simpliste.
avatar ancien membre
Ancien membre
17/10/2014 à 14:03

Sans compter qu'il y a un autre "souci" d'interprétation pour le sens commun, quant à l'intelligence : trop souvent elle est apparentée à la maturité. Quelqu'un de plus mature sera tout de suite vu comme quelqu'un de plus intelligent et vice versa. Enfin, à mon avis. Concernant le QI, un test de QI, comme tout autre "test" administré seul n'est pas valable. Justement, il appartient au professionnel (plus souvent un psychologue, bref un thérapeute) de s'appuyer sur ce test pour travailler avec le patient. Ce genre de tests est par définition standardisé. Or un individu seul est tout sauf un "modèle standard". Le test montre seulement le positionnement dudit individu par rapport à une moyenne. S'arrêter à ce stade là c'est comme simplement dire "Ok c'est cool, t'es au-dessus". Ca sert à rien. Le test de QI englobe, comme vous l'avez dit, tout un tas de "qualités", de "niveaux de performances". Un test est simplement un outil mettant en évidence les acquis et les lacunes de l'individu, il y a autant de résultats à ce test que d'individus, mais un tel résultat ne vaut pas grand chose, c'est qu'une observations dans un "plan d'approche" complexe. C'est souvent la première étape dans un bilan psychologique (je dis ça parce que je l'ai étudié tel quel en cours). L'étape suivante c'est l'entretien, puis on passe à un "suivi" (et s'il est personnalisé ce n'est pas pour rien ^^). L'objectif de faire passer un tel test à quelqu'un est bien sûr de savoir où il se place par rapport aux autres, bon c'est le principe d'un test standardisé on n'y peut rien, mais surtout il permettra au professionnel d'avoir matière à travailler avec le "sujet" (la psychologie sait être super abstraite aussi xP). Je pense qu'on en voit pas assez dans une formation de psychologue pour lever tous les préjugés. On parle de plein de choses, mais on survole ce genre de trucs, ce que je trouve dommage. Parce que ça, c'est important aussi. On nous apprend à voir l'humain comme un cerveau avant tout (ça dépend aussi de la fac, y en a des plus scientifiques que d'autres), donc arrivé à terme de nos études on ne voit qu'un cerveau parmi tant d'autres... C'est une grosse erreur. Comme pour la médecine : les gens ne sont que des numéros de dossiers, parfois des noms parmis tant d'autres, on part d'une norme ce qui fait qu'on considère un résultat élevé au test de QI comme différent de la norme... ou pas. Je sais pas, j'ai pas encore fini ma formation xD Au stade où j'en suis je ne peux en faire que la supposition. Et la Fac de Grenoble est vachement scientifique par rapport à d'autres (j'en ai de la chance, je vous le dis --") Mais voilà, être entrainé à standardiser tout ce qu'on voit est assez handicapant, selon moi. Contrairement à la médecine on est certainement plus centré sur l'humain, certaines matières de ce fait se contredisent (comme la psychologie sociale et la neurophysiologie / neuroanatomie...). Dès que c'est pas dans la norme on parle de "pathologie" (plus ou moins), je trouve ça con parce même s'il s'agit d'un continuum (qu'on prend en compte quotdiennement en psychologie) il n'y a pas que ça. Ca nous biaise dans notre façon de voir les choses. OK je suis sans doute totalement hors sujet, now, mais je tenais quand même à le dire : que le test nous positionne par rapport à une norme est plus un "dommage collatéral" qu'autre chose, le but étant d'évaluer la personnalité d'un individu et de travailler avec lui sur ses lacunes. Un test n'est jamais une fin en soi, c'est qu'un outil parmi tant d'autres. Je sais pas si vous avez déjà rempli des questionnaires sur OpenAsk (une application FB) que, perso, j'aime bien, mais ça revient au même : avoir des résultats comme "Fan' est un hibou" en soi c'est COOL mais ça ne m'a jamais avancé plus que ça x) Ca souligne certaines qualités, certes, mais si c'est pour ne rien en faire, quel intérêt ? Si vous avez eu le courage de tout lire, bravo xP Désolé si je suis trop HS, j'ai pas encore tout à fait émergé xD


Suivez-nous
Téléchargez l'application
Application android
conçu avec par Carbonell Wilfried
© Copyright 2022, betolerant.fr