Maroc : deux lesbiennes jugées pour homosexualité

photo de l'auteur Wiloooo
Wiloooo
Homme de 29 ans
Lyon

33 remerciements
Administrateur
Ce sujet est une actualité

Maroc : deux lesbiennes jugées pour homosexualité

Une triste affaire pour ces deux amoureuses qui ont eu le malheur de s'embrasser et de s'enlacer même de façon discrète. Le Maroc et l'homosexualité ne font pas bon ménage souvenez-vous : Inquiétante chasse aux homos au MarocMaroc : 6 mois ferme pour une relation intime homoMaroc Hebdo : Faut-il brûler les homos ?


Prénommées Sanaa et Hajar, ces deux jeunes adolescentes homosexuelles  de 16 et 17 ans ont été suprises par la Police locale jeudi dernier d'après AFP Omar Arbib.


De la prison pour des embrassades


Combe de l'horreur, c'est un membre de la famille d'une des deux jeunes lesbiennes qui les a dénnoncé aux autorités locales. Les deux amoureuses ont été vues sur les toits d'une maison du quartier Hay Mohammadi par une personne qui les a photographié et a transmis ce clichet à leur famille.


Sanaa et Hajar encourent à une peine de six mois à trois ans de prison. Le Maroc n'est pas un pays tolérant sur l'homosexualité, les emprisonnements sont réguliers et ne s'arrêtent pas. Elles vont être jugées vendredi prochain en vertu de l'article 489 du code pénal qui criminalise "les actes licencieux ou contre-nature avec un individu du même sexe".


Pour rappel en avril dernier des victimes d'agressions homophobes ont été comdanées d'un mois d'emprisonnement par une juridiction locale, alors qu'ils n'avaient rien fait hormis s'aimer...


Illustration appartennant à M.A.L.I.Mouvement Alternatif pour Les libertés Individuelles


Informations

Date de publication : 03/11/2016 à 09:17



photo de l'auteur Wiloooo
Wiloooo
Homme de 29 ans
Lyon

33 remerciements
Administrateur

Une triste affaire pour ces deux amoureuses qui ont eu le malheur de s'embrasser et de s'enlacer même de façon discrète. Le Maroc et l'homosexualité ne font pas bon ménage souvenez-vous : Inquiétante chasse aux homos au MarocMaroc : 6 mois ferme pour une relation intime homoMaroc Hebdo : Faut-il brûler les homos ?


Prénommées Sanaa et Hajar, ces deux jeunes adolescentes homosexuelles  de 16 et 17 ans ont été suprises par la Police locale jeudi dernier d'après AFP Omar Arbib.


De la prison pour des embrassades


Combe de l'horreur, c'est un membre de la famille d'une des deux jeunes lesbiennes qui les a dénnoncé aux autorités locales. Les deux amoureuses ont été vues sur les toits d'une maison du quartier Hay Mohammadi par une personne qui les a photographié et a transmis ce clichet à leur famille.


Sanaa et Hajar encourent à une peine de six mois à trois ans de prison. Le Maroc n'est pas un pays tolérant sur l'homosexualité, les emprisonnements sont réguliers et ne s'arrêtent pas. Elles vont être jugées vendredi prochain en vertu de l'article 489 du code pénal qui criminalise "les actes licencieux ou contre-nature avec un individu du même sexe".


Pour rappel en avril dernier des victimes d'agressions homophobes ont été comdanées d'un mois d'emprisonnement par une juridiction locale, alors qu'ils n'avaient rien fait hormis s'aimer...


Illustration appartennant à M.A.L.I.Mouvement Alternatif pour Les libertés Individuelles


photo de l'auteur Wiloooo
Wiloooo
Homme de 29 ans
Lyon

33 remerciements
Administrateur

Une triste affaire pour ces deux amoureuses qui ont eu le malheur de s'embrasser et de s'enlacer même de façon discrète. Le Maroc et l'homosexualité ne font pas bon ménage souvenez-vous : Inquiétante chasse aux homos au MarocMaroc : 6 mois ferme pour une relation intime homoMaroc Hebdo : Faut-il brûler les homos ?


Prénommées Sanaa et Hajar, ces deux jeunes adolescentes homosexuelles  de 16 et 17 ans ont été suprises par la Police locale jeudi dernier d'après AFP Omar Arbib.


De la prison pour des embrassades


Combe de l'horreur, c'est un membre de la famille d'une des deux jeunes lesbiennes qui les a dénnoncé aux autorités locales. Les deux amoureuses ont été vues sur les toits d'une maison du quartier Hay Mohammadi par une personne qui les a photographié et a transmis ce clichet à leur famille.


Sanaa et Hajar encourent à une peine de six mois à trois ans de prison. Le Maroc n'est pas un pays tolérant sur l'homosexualité, les emprisonnements sont réguliers et ne s'arrêtent pas. Elles vont être jugées vendredi prochain en vertu de l'article 489 du code pénal qui criminalise "les actes licencieux ou contre-nature avec un individu du même sexe".


Pour rappel en avril dernier des victimes d'agressions homophobes ont été comdanées d'un mois d'emprisonnement par une juridiction locale, alors qu'ils n'avaient rien fait hormis s'aimer...


Illustration appartennant à M.A.L.I.Mouvement Alternatif pour Les libertés Individuelles


Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit