Je ne suis pas hétéro ! Je ne pourrais jamais franchir le pas !

avatar contributeur anonyme
Anonyme
20/08/2022 à 13:45

Bonjour,

Je viens ici pour essayer de trouver du réconfort.

J'ai 18 ans et je me sens très seul.

Je crois que je suis peut être gay mais je n'y arrive pas.

Tout a commencé à mes 12 ans quand j'ai ressenti mes premiers papillons pour quelqu'un, c'était un garçon.

Depuis, j'ai toujours ressenti comme des papillons dans le ventre pour certains garçons.

Je suis jamais sorti avec une fille, je me suis toujours senti très mal à l'aise pour tout ce qui est relation amoureuse avec des filles, je ne sais même pas si je serai capable d'avoir un jour des rapports sexuels avec une fille, ça m'angoisse trop et puis je n'ai jamais ressenti d'excitation sexuelle avec les filles.

Je me retrouve totalement coincé.

Quand il y a eu le mariage pour tous, mes parents ont manifesté contre, ils m'ont même emmenés aux manifs quand j'étais petit, je crois que ca m'a laissé beaucoup de traces. Ils sont extrêmement homophobe, et je me sens très dégoûté par toute forme d'homosexualité, je me sens dégoûté par les lesbiennes et les gays quand j'en croise dans la rue, et à l'école quand quelqu'un faisait son coming-out, je le fuyais comme la peste.

Le problème c'est que je crois que je suis bien homosexuel et j'ai parfois envie de me suicider.

Avec les filles, je suis très mal à l'aise pour sortir avec elles, et toute tentative pour sortir avec elle se sont soldés par un échec, même quand la fille est intéressée par moi au départ, je crois qu'elles doivent sentir que je suis très mal à l'aise avec elle.

Avec les garçons, je rêve souvent de faire ma première fois sexuel avec un mec depuis mes 12 ans, j'en meurs denvie, mais psychologiquement je suis totalement bloqué pour envisager un quelconque rapport sexuel avec un garçon dans la vraie vie, je me sens tellement dégoûté après quand mon excitation sexuelle est retombée.

Je regarde parfois du porno gay sur mon smartphone, mais je dois faire attention, je dois effacer mon historique de recherche, vérifier que j'ai aps téléchargé des trucs qui pourraient me trahir. Certaines fois, Je me réveille parfois 3 fois par nuit pour vérifier que sur mon smartphone ou sur mon ordinateur que je n'ai laissé aucune trace.

Je vis dans la peur permanente d'être découvert !

J'essaie de me convaincre que je suis bien HETERO et pas GAY, je veux être hétéro, mais jai beaucoup de mal.

J'ai très peur d'être découvert, donc là je suis en train d'écrire à un moment où mes parents ne sont pas à la maison.

J'ai peur aussi d'aller dans des endroits gays de Paris par peur d'y rencontrer des connaissances.

Quand aux applis de rencontre, je peux pas, j'ai trop peur que mes parents fouillent mon smartphone et finissent par tomber sur ça.

J'ai tellement peur d'être gay et d'être découvert que parfois; j'envisage le suicide.

Aidez moi svp !

avatar contributeur de Lyys
Lyys
20/08/2022 à 14:13

Salut, tu as raison d'effacer tes historiques si il y a un risque que tes parents fouillent ton tel car c'est ta vie et ils n'ont pas à découvrir par eux même ce qui est de l'ordre de ton intimité. Donc protège toi de ça mais en fait, ils ont juste pas le DROIT de le faire!

Etre gay c'est pas une maladie, si les filles t'intéressent pas inutile de te forcer. Repose toi le cerveau et rapproche toi de personnes de ta sensibilité, si tu n'oses pas aller dans des endroits gays tu peux déjà échanger ici sur les forums et te créer un compte pour dialoguer en mp sans mettre de photo de toi. Ça peut t'apporter beaucoup de bien. Bon courage, avec ta famille ça semble compliqué. Mais ne les laisse pas diriger ta vie, essaie de t'en éloigner sans couper les ponts si c'est possible matériellement.

avatar contributeur anonyme
Anonyme
20/08/2022 à 14:23

Une fois à 14 ans, ma mère a eu des doutes sur mon hétérosexualité, car je trainais beaucoup avec un copain hétéro à cette époque dont j'étais amoureux secrétement. Ca l'agaçait beaucoup que je traine avec lui tous mes week-ends et une fois elle m'a demandé si je n'étais pas "PD" ou homo pour trainer au temps avec mon ami. J'ai eu très peur qu'elle croit que je suis homo, et j'ai du arrêter de le fréquenter.

Dèjà que mes parents trouvaient très limites que je joue tout le temps avec les filles quand j'étais enfant, ils me disaient tout le temps de faire attention de ne pas tourner tapette.

Je fais très attention, car j'aime encore en secret un de mes copains depuis 1 ans, je peux pas m'en empêcher même si depuis juillet il est en couple avec une fille.

J'ai peur que mes parents ou mes amis comprennent que je suis gay s'ils me voient jamais sortir avec une fille.

Que faire ?

Mais, j'en peux plus d'être gay, de me lever chaque matin en étant homosexuel, je me sens au bout du rouleau !

avatar contributeur de Lyys
Lyys
20/08/2022 à 14:33

J'ai l'impression que tout ton mal-être et ta culpabilité provient de ton univers familial.

Si tu avais grandi dans un foyer plus ouvert, ou neutre sur la question pense tu que tu ressentirai le même dégoût pour ton orientation?

Maintenant tu t'es construit comme ça et tu as plein de blocages et des traces qui te marqueront sans doute à vie. Peut-être qu'une aide psychologique te ferait du bien pour démêler tout ça? Tu peux aussi aller rencontrer des assos lgbt près de chez-toi?

avatar contributeur de Benkium
Benkium
20/08/2022 à 15:01

Bonjour,

J'ai trouvé ton témoignage très touchant et qui fait certainement appel au vécu de beaucoup de monde sur ce site.

Dans l'immédiat, le plus urgent c'est de prendre conscience qu'il n'y a pas besoin d'être pressé de faire évoluer les choses et qu'on doit avant tout s'accrocher aux côtés de la vie qui nous apportent satisfaction (les études, le travail, les amitiés, les projets, les jeux, etc.), chacun aura trouvé ce qu'il a de satisfaisant dans sa vie, mais personne ne sera satisfait de tous les éléments de sa vie, c'est normal.

Te concernant, tu n'as que 18 ans ce qui te place dans une certaine situation de dépendance temporaire vis-à-vis de ta famille : peut-être vis-tu encore chez tes parents, t'aident-ils financièrement, et la peur légitime d'une rupture brutale est un obstacle certain.

Comme tous les jeunes de toutes les orientations de genre et sexuelle, il faut d'abord se construire progressivement une autonomie : obtenir des diplômes professionnalisant (et ça dure plus ou moins longtemps suivant les cursus), un logement hors de chez ses parents, des amitiés fortes et solides, des capacités de mobilité (train, voiture, etc.), peut-être un premier emploi stable, etc.

Dans un second temps, quand tu auras acquis cette autonomie, il te sera plus facile d'y voir plus clair. Ne mets pas tout sur le compte de tes questionnements d'orientation sexuelle. Résoudre cette question sera beaucoup plus facile quand tu auras d'abord acquis une certaine sécurité par l'autonomie.

La question du temps qu'il faut ensuite pour construire une relation stable avec quelqu'un de confiance reste difficile. S'il y a autant de monde sur les sites de rencontre, c'est bien que ça n'est ensuite pas si facile que ça de construire une relation de confiance. Et qu'on soit hétérosexuel, homosexuel, asexuel, pansexuel, bisexuel, etc. ne change rien à l'affaire. D'autres sujets de ce forum sont là pour nous rappeler qu'à 30 ans, 40 ans, il est tout à fait normal de n'avoir encore jamais eu de relation, contrairement à l'image que véhicule le cinéma.

Tes parents n'auraient jamais dû t’amener dans une manifestation politique alors que tu étais encore enfant, quelle qu'elle soit, car tu n'avais alors pas la maturité nécessaire pour comprendre les enjeux politiques sous-jacents. Je craignais à l'époque qu'il n'y ait que trop d'enfants qui, devenus adultes, se retrouveraient comme toi dans cette situation d'incompréhension entre le message qu'ils auront été contraints de soutenir et la réalité de leur convictions, de leur être intérieur. Tu es clairement victime de ce phénomène de "mode" qu'a été la "manif' pour tous", qui n'est en fait qu'une manif' que pour quelques uns qui ont eu peur de la tolérance et de la diversité. J'espère que tu pourras te raccrocher aux valeurs de tolérance et de diversité, et faire tomber ta peur de celles-ci, qui sont essentielles au bien vivre ensemble.

Dans un troisième temps, la question des pensées suicidaires et tentatives de suicide est particulièrement fréquente dans les différents moments de la vie où l'on met une verbalisation sur l'orientation de genre ou sexuelle. J'ai tendance à penser qu'on a tous naturellement nos orientations, mais qu'à un moment de notre vie, il peut devenir important de mettre un mot dessus : pour soi-même, d'abord, pour ceux qui nous plaisent, pour ses amis, sa famille, et d'autres plus tard. Ce sont autant de "coming out" qui sont des moments particulièrement éprouvant émotionnellement et il n'y a jamais d'urgence à verbaliser : ça doit se faire naturellement quand c'est le bon moment.

Enfin, concernant les questions que tu te poses sur le suicide, je pense qu'il faut bien prendre le temps d'y réfléchir. Si le moyen que tu emploierais n'est pas fiable à 100% (et je n'en connais pas qui soient totalement fiable), tu risquerais de souffrir pour très longtemps de lourdes séquelles, d'être beaucoup moins autonome alors que c'est précisément ce qu'il te manque aujourd'hui, de l'autonomie. La question sous-jacente du suicide est donc de savoir si tu es prêt à prendre le risque de rester en vie dans une situation de souffrance extrême toute ta vie et qui sera peut-être très longue afin de faire passer le message que tu souhaites faire passer. Si la réponse est "non", alors il vaut certainement mieux utiliser d'autres formes de communication.

J'espère que ça pourra aider.


Je comprends vite mais... il faut m'expliquer longtemps !

avatar contributeur de Jstophe
Jstophe
20/08/2022 à 15:59

Citation de Lyys #415740

Citation de Benkium #415749

Bonjour, J'admire vos propos pleins d'espoir, puissent-ils être chaleureux et réconfortants pour l'auteur de ce topic.

Comme quoi BeTo est un site empli de bienveillance.

Si le site BeTolerant pouvait être reconnu d'utilité publique ... Ne vous moquez pas, je suis très sérieux.

Faire preuve d'empathie envers ce garçon qui a créé ce sujet c'est lui donner l'amitié et la compréhension qu'il n'a pas trouvé dans son giron familial ou relationnel.

Très cordialement.


Sauf erreur de ma part, j'ai toujours raison.

avatar contributeur anonyme
Anonyme
20/08/2022 à 16:27

En fait je suis le petit dernier de la famille j'ai 3 soeurs et je suis le seul garçon de la famille.

J'ai toujours évolué dans un environnement très féminin et j'y ai pris goût d'être dans un environnement féminin au grand dam de mon père qui a toujours eu peur que mes soeurs et ma mère me transforment en tarlouze.

J'ai parfois peur que ma mère ait deviné, elle me demande souvent quand je vais ramener une petite copine à la maison.

Quant à mon père il me reproche souvent d'être un mec trop gentil avec les autres et surtout avec les filles , de ne pas être assez viril et souvent il m'envoie l'injonction de me comporter en homme car j'ai été trop couvé par ma mère et mes soeurs.

L'autre problème c'est que souvent les profs ont dit souvent que j'étais un garçon très sensible à mes parents et j'ai toujours eu peur qu'en disant ça que je sois gay et que mes parents le comprennent.

Je dois aller en classe prépa à la rentrée c'est mes parents qui veulent que je fasse ce genre d'études. Moi je sais toujours pas quoi faire, je crois que mon problème d'homosexualité a pris tellement le dessus sur le reste de ma vie que ça tourne en boucle dans ma tête que je suis gay. Il ne se passe plus une journée pour moi où je me sens totalement perdu avec mes préférences pour les garçons, je crois que je suis naturellement homosexuel depuis l'enfance, j'ai toujours eu beaucoup d'attachement affectif pour les garçons depuis que je suis enfant, mes parents n'aimaient pas trop qu'enfant j'ai certains comportements inappropriées avec certains garçons (comme montrer de l'affection pour certains copains ) et donc mes parents m'ont donné une éducation très rigides du genre ne pas etre effeminé, ne jamais pleurer et ne jamais montrer mes sentiments alors que mes soeurs le peuvent à tout moment .

Malgré cela j'ai cette sensibilité qui ressort que les profs ont toujours détecté en moi et qui n'était pas du goût de mon père.

J'ai maintenant des pensées très envahissante je ne ressens plus l'envie de faire mes hobbies habituels tellement je ne sens plus bien entre ce que je dois être pour les autres et ce que je vis intérieurement. Je me lève de plus en plus en tard et je ne fais plus rien de mes journées.

Je sais donc plus quoi faire.

Merci en tout cas pour vos réponses.

avatar contributeur de Benkium
Benkium
20/08/2022 à 16:54

Citation de Anonyme #415766 L'autre problème c'est que souvent les profs ont dit souvent que j'étais un garçon très sensible à mes parents et j'ai toujours eu peur qu'en disant ça que je sois gay et que mes parents le comprennent.

Ils n'auraient jamais dû faire ça. C'est un jugement de valeur sur ta personnalité et non sur tes résultats scolaires. Même si leur but aurait été de préparer tes parents à cette éventualité, ce n'est pas aux autres mais à toi de décider quel est le bon moment pour envisager de décrire ton orientation sexuelle à tes parents. Quiconque essaierait de le faire sans ton consentement explicite serait en tort et te nuirait plus qu'autre chose.

Citation de Anonyme #415766 Je dois aller en classe prépa à la rentrée c'est mes parents qui veulent que je fasse ce genre d'études.

C'est une très bonne formation qui t'ouvrira beaucoup de portes ensuite. L'avantage des CPGE dans ta situation, c'est que tu peux concentrer tes efforts sur le travail (et peut-être te faire des amis solides en prépa parce que vous serez tous dans la même galère, j'ai gardé de très bons amis - mes meilleurs - de ma prépa et ce sont encore des amis très fidèles et fiables 14 ans après). A l’issue de la CPGE, tu pourras intégrer une grande école. La plupart des grandes écoles ont un logement étudiant CROUS ou autre que je t'encourage alors à obtenir. Tu auras ainsi ta chambre privative et tu n'auras plus besoin de chercher à te cacher au moins dans cet espace. N'hésite pas aussi à te renseigner sur ces grandes écoles pendant les journées portes ouvertes, et pourquoi pas discrètement sur les associations LGBTQI+ qu'elles proposent.Il te faudra encore 2 ans de patience et je sais combien c'est difficile, mais le jeu en vaut la chandelle.

Citation de Anonyme #415766 "ça tourne en boucle dans ma tête que je suis gay"

La rentrée scolaire dans deux semaines devrait être un peu salvatrice. Tu pourras sortir un peu de cette pensée qui boucle d'autant plus fort que ce sont la fin des vacances et qu'elles t'ont laissé beaucoup (trop) de temps pour te concentrer sur toi-même. Mais que tu sois homosexuel ou non, ça n'est pas la seule chose qui te définit. L'orientation sexuelle ne suffit pas, et ne suffira jamais à décrire la personnalité de quelqu'un. Tu es beaucoup plus que gay ou sensible et tu devrais aussi te concentrer sur les autres aspects de toi-même quels qu'ils soient (gentil? bienveillant? joueur? blagueur? altruiste? cavalier? aventurier? explorateur? etc.)

Peut-être que c'est simplement aujourd'hui le bon moment pour que tu fasses le coming out envers toi-même (et c'est un jour très difficile de la vie, mais tellement libérateur quelques mois plus tard). L'importance que tu ressens de poser un mot, une définition, sur un aspect important de toi-même. Et l'incertitude d'avoir mis le bon mot qui te poursuivra, parce qu'au fond, les humains ne sont pas faits pour rentrer dans des cases, et parce que les frontières des cases sont très poreuses. Simplement, souviens-toi que tu as le droit de ressentir ce que tu ressens, mais qu'il y a toujours une limite entre ce qu'on ressent et ce qu'on peut en faire, qu'il faut apprendre à trouver, qu'il faut faire évoluer.


Je comprends vite mais... il faut m'expliquer longtemps !

avatar contributeur de François76
François76
20/08/2022 à 20:17

Bonsoir Anonyme,

Matériellement, tu peux ouvrir, par exemple dans Microsoft Edge les "fenêtres in Private" , avec ton clic droit, (pas de sauvegarde de ton historique).

Pour plus de discrétion (moins de téléchargement), tu peux utiliser Qwant.

Pour plus de discrétion (moins de téléchargement de cookies), utilise au maximum le "continuer sans accepter".

Je ne pense pas qu'il faille associer un caractère sensible avec l'homosexualité.

Ce n'est pas parce que tes profs ont évoqué ta sensibilité que quelqu'un va en tirer des conclusions hâtives !

Enfin, ne te juge pas.

Tu préfères manger du riz que des pâtes, des nectarines blanches plutôt que des pêches !

C'est peut-être un fait, et alors ?

Peut-être es-tu gay ?

Personne ne choisit son orientation sexuelle.

Elle s'impose à nous, Reste à l'accepter et a trouver plus tard sa moitié, quelque soit son genre !

Pour l'instant, tu vas te lancer en prépa....donne-toi à fond !

Tu pourras faire ensuite de bonnes études.

Après tu pourras faire le boulot que tu veux, y compris un boulot sans rapport avec tes études, mais un métier-passion !

Tu es encore jeune, tu auras encore tout le temps de trouver ton chemin côté coeur !

avatar contributeur de Stephanie 38
Stephanie 38
20/08/2022 à 20:37 - 20/08/2022 à 20:56

Surtout arrete de penser à des CONNERIES et mets toi à penser à construire ta vie ! Au lieu de vouloir la détruire . . .

Tu es peut etre futur gay, peut etre futur transgenre, pour l'instant personne n'en sait rien, il n'y a que toi qui pourra savoir un jour . . et on fond quelle importance si tu trouves le bonheur . . .

Arrete surtout de penser avec les idées que tu as "recues" de tes parents, c'est de ta vie et pas de la leur dont on parle . . et le bonheur existe aussi en dehors du monde "catho-intégriste" . . .

Un de mes amis d'enfance s'est pendu à 18 ans, s'il te plait ne fais pas la même bêtise, c'était une personne avec un avenir fabuleux et il n'en avait pas conscience . . je suis sure que s'il a pu nous voir il a du pleurer et regretter bien plus que tous ses amis qui étaient à ses funérailles . . .

Donne toi un bon coup de pied au cul, et donne nous de bonnes nouvelles de toi à l'occasion . . . dis toi surtout que s'il y a des CONS autour de toi la meilleure façon des les "punir" n'est pas de disparaître mais de leur montrer qu'on peut trouver le bonheur en dehors de leurs principes stupides . . . fais le bon choix et bats toi pour ton existence, tu verras qu'un jour même eux te remercieront . . .

Apres avoir lu ça et si tu penses encore au suicide, pour moi tu es un lache et tu ne m'intéresse pas, dans le cas contraire n'hésite pas à me contacter en MP, si je peux t'aider je le ferai volontiers

avatar contributeur de Cale2001
Cale2001
20/08/2022 à 21:08

Tu as eu plus haut une série d'avis, de conseils d'une rare bienveillance et particulièrement lucides, constructifs...

Je rajouterais seulement que le suicide n'est jamais la solution. Il est important de garder en tête que demain sera différent... Dans quelques années, ta vie, tes préoccupations auront changés. J'espère que la situation se réglera d'une bonne manière avec ta famille... Cependant, c'est ta vie et ton avenir qui est en jeu. Il n'y a pas de modèle, les conventions ne sont là que pour nous limiter. Tu n'a pas à gérer les problèmes d'autrui ni les prendre sur toi, je parle ici de ta famille qui a certainement ses bons côtés aussi..

Ce que je veux dire c'est que demain est à toi... Allez en prépa est une très bonne chose pour ton autonomie. L'avenir te réserve des jours meilleurs et c'est toi l'architecte de ta vie. Laisse aller cette culpabilité, laisse la derrière toi et abandonne les sentiments nocifs qui te gênent. Ne les nourris surtout pas...

Il est temps de penser à toi d'une manière positive. Tu es comme tu es et c'est parfait. Être ou pas homosexuel est totalement secondaire et n'a pas d'importance. La question maintenant pour toi est plutôt d'avancer... Et de te dégager de la manière la plus paisible possible, de ce qui est nocif pour toi. Le "bien" ce sont les sentiments qui te rendent heureux, le "mal" c'est ce qui te rend malheureux. Il est temps de créer ton propre bonheur... Et ça se fera pas à pas... Inutile de voir l'escalier en entier, gravis juste la marche suivante. Le but est que cela te mène vers ce qui te rend heureux.

... Ce sera peut être mouvementé... Difficile par moment... Mais ça en vaut vraiment la peine...

Ne soit pas dur envers toi, c'est un effet de la culpabilité que l'on t'a imposé.

On ne devient que ce que l'on est... C'est toute la beauté de la chose.

Ça va aller... Demain te réserve des jours meilleurs... Garde espoir et ne baisse pas les bras. Tu es loin d'être seul et beaucoup attendent de te rencontrer, de rencontrer celui qui est au fond de toi...

Pour l'instant:

Désamorce la peur autant que possible.

Preserve toi de la folie et des jugements ambiants.

Garde espoir surtout...

...Petit à petit, dégage toi de ces soucis... Et embrasse les possibilités qui s'offrent à toi... Tu en sera affamé...

avatar ancien membre
Ancien membre
20/08/2022 à 22:35

Salut Anonyme, envoie Anonyme, envoie moi un message privé : Je vais te raconter mon parcours : - )

avatar contributeur de Afk13
Afk13
21/08/2022 à 10:22

A l'époque du mariage pour tous, quand je voyais ces gens défiler CONTRE les droits des autres et amener leurs enfants à ce genre de rassemblements, je ne pouvais pas m'empêcher de penser au fait que, statistiquement, dans ces gosses qu'on voit à l'écran il y en a forcément un certain pourcentage qui ne sera PAS hétérosexuel.

Aujourd'hui, c'est terrible de lire ton témoignage. Je suis sincèrement désolé pour toi et j'aurai aimé que tu puisses grandir dans un environnement plus accueillant et ouvert. Quand je lis les injonctions de ton père, tes dires sur la gestion de vos émotions etc, c'est glaçant tellement c'est rétrograde et d'un ancien qu'on aimerait tous oublier.

Je crois que tout a déjà été dit dans les commentaires. Dans un monde idéal j'aimerai que tu puisses en parler à tes parents et que ça puisse faire évoluer leur mentalité. Mais... Est ce possible ? Je l'ignore... Est ce possible sans que ça te mette "en danger" et que tu finisses à la rue ? Je l'ignore...

Dans tous les cas, aussi fataliste que ça puisse paraître, tu es né comme tu es né. Ce n'est pas ton contexte familial ou social qui va te transformer en quelqu'un que tu n'es pas. Sauf en surface si tu es dans un contexte malsain et étouffant qui t’empêchera d'être celui que tu es au fond... Ne te demande pas qui ou quoi t'as rendu tel que tu es, you are born this way comme dirait une certaine chanteuse...

On a qu'une vie, malheureusement elle n'est pas facile pour tout le monde, mais il faut tout faire pour être maître de son destin et être celui qui tiens les rênes ! Peut-être que tes études vont t'ouvrir à de nouveaux horizons, de nouvelles rencontres (dans tous les sens du terme). Entoure toi d'amis sincères, de gens bienveillants sur qui tu pourras compter. Peut-être qu'un jour tes parents évolueront, peut-être qu'il te faudra prendre tes distances...

En tout cas, tu ES,

tu es important,

tu es qui tu es,

tu comptes,

tu es meilleur qu'eux (bon, ça c'est pas compliqué)

j'espère que tu pourras t'accomplir et être à 100% qui tu es censé devenir.

avatar contributeur de Boy70
Boy70
22/08/2022 à 15:11

Tu es majeur et tes parents fouillent encore dans ton téléphone ?

avatar contributeur de Afk13
Afk13
22/08/2022 à 16:23

Citation de Boy70 #416097 "Tu es majeur et tes parents fouillent encore dans ton téléphone ?"

Y'a beaucoup de parents qui n'ont pas conscience des notions de limites, de vie privée, d'intimité... Alors venant de parents qui amènent leurs gosses ( de force ) dans des manifs pour lutter contre la liberté des autres... Ça ne me surprend guère...

avatar contributeur de Jstophe
Jstophe
22/08/2022 à 16:43

Citation de Boy70 #416097

Citation de Afk13 #416103

Disons que - même si légalement c'est faux - un descendant vivant sous le toit de ses parents peut être "considéré" par ses géniteurs ou tuteurs légaux comme encore mineur, car non indépendant et émancipé. Ce qui relève d'un certain abus d'autorité, voire d'un fascisme soujacent. L'exemple d'emmener de force des enfants à des manifs "pour tous" constitue une preuve accablante de domination autoritaire et fasciste.

Ce dont perso je suis bien sûr contre. QQsoit son statut, 18 ans c'est 18 ans, point-barre. C'est la loi (Merci Giscard).


Sauf erreur de ma part, j'ai toujours raison.

avatar contributeur Aurel79
Aurel79
23/08/2022 à 19:51

Citation de Anonyme #415728

Salut. A te lire, ton blocage viens de ton environnement familiale car comme ils sont homophobes ( et encore cela reste à prouver car parfois mis devant le fait accompli on réfléchit)

Tu as peur d'être rejeté et c'est tout a fait normal... Qui aimerai être rejeté par les personnes qu'il aime?

Tu parle d'envie de suicide... C'est une connerie je te le dit. La vie est belle malgré les difficultés et les obstacles.

Tourne toi vers des associations qui sauront t'accompagner . Et surtout ne perd jamais espoir

avatar contributeur de Pi37
Pi37
23/08/2022 à 23:22 - 23/08/2022 à 23:23

"Dèjà que mes parents trouvaient très limites que je joue tout le temps avec les filles quand j'étais enfant, ils me disaient tout le temps de faire attention de ne pas tourner tapette."

Beurk... C'est vraiment révoltant, une telle intolérance... La preuve d'une profonde imbécilité.

Tu n'as pas eu de chance... Barre-toi le plus vite possible de chez eux, et vis ta vie.

avatar contributeur de Cinetique
Cinetique
26/08/2022 à 09:22

Bonjour Anonyme

Désolé par avance, mais ce post sera un peu long.

Il y a eu beaucoup de réactions à ton message. C'est déjà une preuve d'intérêt et de soutien et surtout que tu n'es pas seul, que d'autres ont vécu les mêmes tourments que toi. Je pense que beaucoup ici ont vécu ces sentiments d'isolement, d'étouffement, de danger imminent et ont pensé en finir pour ne plus subir et se libérer de leurs souffrances. Mais ils sont toujours là pour témoigner. Comme quoi, le suicide n'est absolument pas la solution. Tu as une vie à vivre. A priori, nous n'en avons qu'une seule. Alors il ne faut pas y renoncer.

Je ne m'étendrais pas sur mon vécu, mais, en résumé, j'ai (comme d'autres), pas mal subi. Je suis toujours là. Les épreuves, même les plus difficiles, ont pour effet de renforcer et rendre plus combatif. Après avoir tant subi, aujourd'hui je ne me laisse plus faire ni marcher sur les pieds. Par le passé, j'avais même créé une association tournée vers les jeunes en difficulté avec leur orientation sexuelle et les problèmes familiaux que ça engendrait (soutien psychologique notamment).

Je comprends tout à fait ce que tu peux ressentir. Et le chemin est parfois long, sur le moment et quand on le vit, pour sortir la tête de l'eau et respirer à nouveau. C'est toujours trop long quand on est pressé de trouver une issue à un danger.

Tu sens que tu es gay (ou autre, peu importe), mais la perception que tu as de ton identité sexuelle est totalement influencée par ton environnement socio-culturel. Pour ta famille (a minima tes parents) être gay (ou autre) est un drame. Tu le vis donc comme un drame.

Tu vis malheureusement dans un milieu toxique. Des parents rétrogrades, fermés et obtus, xénophobes. Mais, tu dépends encore d'eux matériellement. Ils entendent régir ta vie, si je comprends bien, en t'imposant des études, des comportements, des options politiques. Bref, si c'étaient les miens, je dirais que ce sont des monstres. Mais quoi qu'ils fassent, ils ne pourront diriger ta vie très longtemps encore. Tu es à une période charnière. Les études supérieures vont nécessairement t'ouvrir au monde et t'apporter de l'autonomie et donc du recul vis à vis d'eaux. Ils ne pourront (à moins de t'enfermer dans ta chambre) plus contrôler ta vie très longtemps. Et je pense qu'ils le sentent, car ils resserrent le collier qui t'enserre.

Le suicide n'étant pas une option, il existe d'autres solutions.

Quelqu'un l'a proposé plus haut. il y a "Le Refuge" (https://le-refuge.org/). C'est une fondation sérieuse, reconnue d'utilité publique et qui agit. J'ai rencontré des gens qui y sont passés alors qu'il se retrouvaient à la rue, sans même quelques vêtements pour se changer, ni même parfois leurs papiers d'identité. Cette fondation propose des hébergements d'urgence (pas toujours dans le meilleur des conforts, mais c'est déjà une issue), un soutien psychologique, une aide matérielle (minimale, mais au moins les jeunes sont plus libres d'être eux-mêmes).

C'est une solution temporaire, bien sûr, mais elle permet de respirer un peu sans pression familiale et donc de réfléchir à son identité. Mais c'est aussi une solution de rupture. C'est à dire une rupture avec ton cercle familial et ton entourage. Idéalement, il est préférable de couper net les liens, afin de se protéger.

Après, il y a des solutions plus "douces".

Déjà, trouver quelqu'un de confiance (de grande confiance) avec qui parler, auprès de qui t'épancher, vider ton sac. Tu cumules du stress et contenir tout ça pèse sur ta charge mentale. Ce qui te rends indisponible pour tout autre sujet (y compris les études). Verbaliser sa douleur permet en partie de l'expulser (c'est caricatural, mais c'est juste pour exprimer le principe), de prendre du recul par rapport à elle (la douleur) et donc de réduire la pression. Pour prendre une image, c'est comme faire sortir de la vapeur d'une cocotte minute qui serait prête à exploser. Si tu as au moins un ou une ami(e) de grande confiance (un ou une ex-camarade de lycée dont tu saurais l'ouverture d'esprit), idéalement assez éloigné(e) de ton cercle familial et amical, tu peux t'ouvrir à lui/elle/iel.

A défaut, ça peut être un psychologue, psychiatre, même une association LGBTQI+ (je ne sais pas où tu vis, mais on peut chercher pour toi si tu souhaites). t'exprimer ne résoudra certes pas le problème, mais au moins ça t'apportera l'opportunité d'être moins torturé, en attendant d'autres solutions et en tout cas de respirer un minimum. Plusieurs personnes ont ici proposé que tu leur écrive en message privé. Pourquoi pas. il ne faut négliger aucune opportunité ou main tendue pour parler, réduire ton stress, ne plus penser en finir. Je te propose aussi d'échanger en message privé. Aucune obligation, bien sûr. Contrairement à ce que tes parents voudraient de te faire croire, tu es libre de tes actes.

Il te faut peut-être profiter de l'opportunité des études pour commencer à prendre de la distance avec ton environnement. C'est très cynique, mais il faut parfois apprendre à repérer les solutions dans les problèmes, repérer les faiblesses de ses "geôliers", profiter même de leur bêtise. Par moment, il faut arrêter l'angélisme ! S'il est question de survie, un être humain est même naturellement capable de mettre temporairement de côté son éthique.

Tu n'as pas l'air enthousiaste à l'idée de faire une classe prépa (littéraire ? scientifique ?). Comme tu es aux prises avec une charge mentale hyper pesante, tu n'es pas forcément en mesure de réfléchir à ce que tu as envie de faire plus tard.

Si tes parents te poussent vers cela, c'est peut-être une issue. La classe prépa demande énormément de travail. Là, il est peut-être un peu tard, mais tu peux profiter de la situation pour demander à être en internat. Certains établissements le proposent et ce n'est ps trop coûteux. L'avantage de l'internat serait de te couper de tes parents. Et comme il faut énormément travailler, c'est un prétexte idéal. Ensuite, tu peux arguer que le weekend tu as énormément de travail et donc rester dans l'internat pour échapper à tes parents. Tu feras nécessairement des rencontres avec les autres étudiants. Tu seras forcément confronté à d'autres étudiants en questionnement sur leur identité sexuelle et cela t'offrir la possibilité de t'ouvrir, de parler, de ne plus te sentir isolé avec tes questions. Ce faisant, cela baissera ta charge mentale et tu seras plus disponible pour réfléchir à ce que tu veux faire, chercher des solutions pour prendre le large, peut-être même tomber amoureux (je te le souhaite de tout cœur).

Il n'y aura pas de solution miracle ou instantanée, malheureusement. Il faut donc apprendre à trouver des solutions temporaires, de contournement. S'adapter en permanence.

J'espère que ce post t'aidera un peu dans ta réflexion et surtout t'apportera du courage. En tout cas, sur ce site, tu trouveras bienveillance et écoute. Ne renonce pas.

avatar contributeur de Boulanger44
Boulanger44
05/09/2022 à 00:35

Salut même si il est minuit je vais prendre un peu de temps car ton témoignage m’a marqué. Tu sais, déjà il faut que tu aies conscience que tu n’es pas le seul dans cette situation, il y a malheureusement des milliers de mecs dans ta situation ! Tu es en train de vraiment de te rendre compte d’avoir grandi dans un climat de haine envers les gay, et qu’en fait tu es gay. Maintenant tu vas avoir besoin d’aide pour pouvoir t’épanouir comme tu es, tu sais moi la première fois que j’ai vu 2 hommes s’embrasser à la télé j’étais juste dégouté. Comme on dit tu ne choisis pas ta famille, mais tu peux choisir qui tu veux devenir. C’est compliqué car tu te sens dans un tunnel sans issue, car soit tu suis ce que tes parents veulent (les études, une femme, des enfants etc…) et tu ne seras jamais heureux. Ou soit tu décides de vivre ce que tu es, tu sais ton coeur est bon, tu as énormément d’amour à l’intérieur de toi. Par contre oui un jour peut-être il faudra l’annoncer à tes parents, mais pour l’instant tu n’es pas pret pour ça il faut que tu acceptes qui tu es. N’essaie pas de comprendre pourquoi, c’est pas une maladie ou un choix, t’es comme ça et en France tu as la chance de pouvoir vivre tel que tu es. Arrête de penser à tes parents, leur réaction, vis ta vie, essaie de trouver ta place.

Quand tu écris tu en a marre de te réveiller le matin en étant homosexuel c’est seulement par rapport à tes parents ou l’estime de toi. Quand tu te réveilles penssant à ton copain dont tu es secrètement amoureux tu te sens pas mal, et pourtant c’est exatement la même chose ! De toute façon tu as conscience que petit à petit tu vas avoir ta propre vie, avec tes études, même si tes parents seront proches tu vas pouvoir gérer ta propre vie. Et tu sais ne sois pas si inquiet pour l’avenir, déjà vu la réflexion que ta mère t’a faite il y a des années c’est une maman, au fond d’elle elle sait qui tu es et elle t’accepteras.

Le plus important c’est de ne pas rester seul dans la confidence, tu as parlé de tes soeurs tu es proche d’elles ? Tu dois en parler à une personne que tu sais qu’il ou elle restera dans la confidence, tu sais en parler juste à une personne ça te feras énormément de bien. Moi la première fois que je l’ai annoncé à un pote je me suis mis à chialler toutes les larmes de mon corps de peur de sa réaction et en fait, après il m’a dit que pour lui ça ne changeait rien ! Le suicide malheureusement ici on est nombreux à y avoir pensé, à 17 ans sachant que j’étais gay j’ai fait un choix, j’aurai pû me marier avec un femme avoir des gosses etc et être malheureux toute ma vie. Et bien non, j’ai fait le choix de m’accepter et vivre comme j’étais, je ne demande à personne de me juger je suis très heureux comme je suis la vie c’est juste génial quand on s’accepte, la majorité des gens nous acceptent (et les autres on les emmer…). Donc c’est sûr vivre est pas une solution facile mais dit toi que lorsque tu vas t’accepter tel que tu es la vie sera extraordinaire, tes rêves d’amour vont se réaliser.

Il y a diverses associations qui peuvent t’aider, mes parents comme ils ne savaient pas ce qu’était un gay on été voir l’association Contact (tu peux les appeller et leur parler de manière anonyme ils ont un numéro de tel) et mes parents se sont rendu compte qu’être gay c’est pas vouloir être une fille ou autres idées étranges.

Sinon tu as plein de cours métrages d’histoire gay sur Youtube, ça remonte le moral parfois ! Bon courage à toi, sache que t’es pas tout seul là avec ta nouvelle vie tu vas rencontrer de nouvelles personnes tu vas te rendre compte que tu pouras être toi-même ! Bisous bon courage

Salon de chat Gay

Découvrez notre salon chat gay pour dialoguez avec des centaines de mecs célibataires connectés. Chat réservé exclusivement à la communauté gay.

Communauté Gay

betolerant est fier de sa communauté gay. Notre communauté est un véritable site de rencontre gay tolérant et bienveillant.

Parlons Coming-out

Le coming-out est parfois inévitable pour une homme homosexuel. Partagez vos expériences sur le forum coming-out.

Forum homoparentalité

Le forum sur l'homoparentalité permet aux parents homosexuels de se soutenir et s'entraider, mais aussi de partager leur quotidien.



Suivez-nous
Téléchargez l'application
Application android
conçu avec par Carbonell Wilfried
© Copyright 2022, betolerant.fr