40 mots obligatoires et 5 Mots minimum pour le titre

avatar contributeur de Arena
Arena
28/06/2022 à 00:14

Il est encore tôt, la lumière strie lentement entre les volets, pénétrant la pénombre mourante de la nuit passée. Cette nuit, encore une qui a laissé passé heures et minutes, à quelle fin ! Ecrire bien sûr, écrire dans le noir, pour que l'encre s'y confonde et se confie au papier nu et blanc. Des ratures, très peu, la vivacité jaillit lorsque le monde s'endort. Les cliquetis du clavier rythment l'élan qui s'élance, l'histoire s'invente au fil des mots, il n'y a jamais d'idée de départ, juste un besoin qui s'exprime dans le soir.

Les yeux encore fatigués par la veille tardive, je m'extirpe pour vivre ma journée. Mécaniques, les habitudes s'enchaînent, est ce que le désir d'écrire y a sa place, non jamais, il dort tout le jour durant. Parfois je ressens quelques expressions des rêves qu'il fabrique, mais elles sont tellement furtives et pudiques, qu'elles ne s'attardent pas. Le temps d'écrire n'est pas identique à celui de vivre les choses d'un présent bien rôdé. Mais ce présent me permet cette dissociation, en effet sans le jour, je ne pourrais pas écrire la nuit.

Deux vies d'une même vie qui se chevauchent, l'une en pleine lumière, l'autre en pleine noirceur. Elles ne rejoignent jamais, ne se comparent, ni se ressentent de la même manière, leur temps sont différents, celui du jour passe sans esclandre, celui de la nuit s'étire, stagne, ou emporte selon l'émotion de l'instant. J'écoute mon coeur me guider, je le laisse écrire sans lui refuser quoique ce soit, il ne s'allège pas, il s'ouvre juste aux instants que lui procurent la nuit. Comment pourrais je décrire ces instants, vous les faire lire et peut être ressentir.

Je pourrais les vêtir d'adjectifs tous plus lumineux et accrocheurs les uns que les autres, vous les présenter sur un plateau argenté pour que vous puissiez en mesurer les contours, voir les secondes se suspendre unes à unes à un fil imaginaire, mais ni l'argent, l'adjectif ou l'imagination ne sauraient représenter exactement ce que ses instants creusent et puisent à l'intérieur de moi. Ils forent, transpercent les couches successives, cherchent l'émoi, la passion dévorante, l'absence, la tristesse, l'amour et tout ce que j'ai caché. Ecrire en dit long mais seule la nuit le sait, c'est rassurant, protecteur et elle donne place à une lecture intimiste.

Ecrire sur écrire peut paraître vide de sens, mais pour qui le vit souvent, c'est chercher de l'air à donner à son coeur, le regonfler un peu pour qu'il vive encore et transmette ses battements au delà des frontières du temps. Il est minuit, je n'ai pas entendu ses douze coups, l'heure du crime sonne donc sans que je la perçoive, l'écriture instantanée est sourde et aveugle au monde qui l'entoure.

avatar ancien membre
Ancien membre
28/06/2022 à 00:35

J'ai lu. C'est beau, c'est enlevé. Presque éthéré. J'aime. Encore.

avatar contributeur de Arena
Arena
28/06/2022 à 23:28

Citation de Maxine #405564

Merci c'est sympa, encore lol, quand ça viendra !

Bonne fin de soirée

avatar contributeur de ReveuseParis
ReveuseParis
29/06/2022 à 08:04

Citation de Arena #405560

Un plaisir de vous lire et de découvrir l'atmosphère de votre Plume...... L'écriture vous va bien....Très très très bien même........

Je sais bien que l'inspiration vient par phase et qu'il faut de suite l'attraper au vol pour qu'elle ne s'enfuie pas , c'est aussi un état dans lequel on aime plonger et parfois, on ne voudrait plus en sortir....

PS, PS, PS, PS, PS, PS LOL : Je veux bien que vous me Prêtiez votre beau Vocabulaire et en échange, je vous prête ma Plume qui Rature, efface, recommence ou grince des dents, oui, Ma Plume a les dents longues et des idées courtes 🤣🤣

Si vous ne me prêtez pas votre Vocab, je vous le volerais dans vos tiroirs de pensées 👍😍

avatar contributeur de Arena
Arena
29/06/2022 à 22:42

Citation de ReveuseParis #405748

Bonsoir ReveuseParis,

Il va m'être extrêmement difficile de recevoir votre plume, parce que d'une part, elle n'a pas du tout les idées courtes, je les penserais plutôt fournies et grouillantes d'idées, et d'autre part parce qu'elle ne va qu'à vous. Mes tiroirs de pensées, très belle expression j'adore, ne sont pas fermés à clé, vous pouvez donc vous servir, je ne vous dénoncerai pas, je déteste les balances. Lorsque je vous lis, et bien que vous n'aimiez pas les citations d'auteurs, je me dis que vous avez des points communs avec une femme qui vécu au 16ème siècle, il s'agit de Tullia d'Aragona une courtisane italienne, elle aurait écrit ou inspiré (on ne sait pas trop) un ouvrage nommé dialogues sur l'infini de l'amour, cet ouvrage est basé sur une succession de questions autour de l'amour. C'est une femme mystérieuse, voici ce que j'ai trouvé en parcourant le net :

"Tullia expose sa propre conception de l’autonomie amoureuse et des deux « régimes » de l’amour : l‘amour « déshonnête » et l’amour « honnête ». Le premier amour, vulgaire, serait suscité par le désir de jouir de l’être aimé sans autre pensée ni nul souci. Quand le but désiré est atteint, aussitôt l’amant s’arrête et n’aime plus. Son amour peut même se changer en haine. Le second amour, propre aux êtres nobles qui ont l’âme délicate et vertueuse, qu’ils soient pauvres ou riches, souhaite l’union et la transformation spirituelle de l’être aimé."

et une de ses citations : "Quand on parle d’amour, on aborde un sujet si vaste et si profondément mystérieux que chaque mot fait naître une infinité de questions, dont chacune exigerait un temps et un savoir infinis. »

Ce sont vos questionnements autour de l'amour qui m'ont fait penser à elle, sa plume est un mélange de philosophie et de théologie.

Bonne soirée ReveuseParis.



Suivez-nous
Téléchargez l'application
Application android
conçu avec par Carbonell Wilfried
© Copyright 2022, betolerant.fr