Jeune homme à la rue et en danger

avatar contributeur Armando
Armando
06/10/2021 à 21:07 - 06/10/2021 à 21:37

Bonsoir à tous,

 C'est la deuxième fois que je lance un sujet de discussion sur BeTolerant. Je suis un jeune homme de 28 ans habitant à Paris. Je débute ma carrière en enseignant dans le secondaire. Il y a environ deux mois, j'ai fait la connaissance, au cours d'une soirée, d'un garçon de 18 ans qui m'a semblé en grande détresse sociale et matérielle. Nous avons échangé nos numéros et je l'ai invité à m'appeler en cas de besoin. 

 Quelques semaines plus tard, je l'ai logé une nuit dans un appartement qui m'était prêté par une amie pour l'été, ce qui m'a permis d'en savoir plus sur lui : une jeunesse ravagée, placé de nombreuses fois et fugueur depuis ses 12 ans, descolarisé très tôt, contraint de se prostituer pour avoir de temps en temps un peu d'argent de poche ou simplement un endroit où dormir, à la rue depuis plusieurs semaines après avoir quitté le domicile familial. Je ne sais bien-sûr que ce qu'il a voulu me dire et je me doute qu'à son âge, pour se retrouver à la rue, il a dû faire lui-même échouer plus d'une tentative de résolution. Cependant, sa situation m'a ému et le voyant, le lendemain, repartir chargé de deux énormes sacs au poids inhumain, j'ai pris la décision de l'aider réellement. 

 J'ai appris qu'il avait une assistante sociale, qu'il était dans l'attente du versement de la Garantie Jeune. Quelques jours après, il a trouvé une solution d'hébergement provisoire chez quelqu'un mais j'ai vite compris la précarité de la situation en appelant la personne. Dès lors qu'il a été provisoirement à l'abri, j'ai pu observer un relâchement immédiat : il ne semblait pas comprendre la précarité de sa propre situation et retardait systématiquement toutes mes tentatives de l'emmener à la Mission locale, pour entamer un processus d'insertion. Néanmoins je l'ai aidé à ouvrir un compte en banque, et lui ai fait des courses à plusieurs reprises, la personne qui le logeait ne s'étant jamais préoccupée de savoir s'il mangeait à sa faim. J'ai aussi pu constater une terrible tendance à dépenser son peu d'argent dans l'alcool, le tabac et d'autres substances moins licites. Plusieurs fois, je l'ai incité à s'arrêter ou au moins à diminuer sa consommation, voyant bien que cela ne l'aidait ni à y voir clair, ni bien-sûr à économiser un peu d'argent.

 Il sera mis à la porte d'ici quelques jours, comme je l'en avais prévenu il y a un mois, et désormais c'est lui qui me presse de l'accompagner à la Mission locale mais le problème est bien ici : il ne réagit que lorsque sa situation devient dangereuse et semble cesser tout effort dès lors qu'une solution provisoire lui est offerte. Je ne peux, pour ma part, pas le loger, habitant encore dans l'appartement familial pour des raisons qui seraient trop longues à détailler, mais ma mère a accepté que nous prenions ses affaires chez nous ou éventuellement que nous lui permettions de se laver à l'appartement car il tient absolument à rester propre en toutes circonstances.

 Pour ma part, je me rends compte désormais de son irresponsabilité financière totale (sa priorité lorsqu'il reçoit son aide sociale mensuelle en liquide étant d'aller tout claquer en fringues et dans un nouveau portable). Cela a généré plusieurs rappels à l'ordre de ma part et plusieurs disputes entre lui et moi. J'ai réellement peur pour lui car la température baisse que je sais ce que peut signifier le fait de se retrouver à la rue pour une durée indéterminée pour un jeune homme sans ressources.

 Certes, sur le principe il a accepté que nous lui cherchions un boulot alimentaire, ce qui le rendrait éligible aux foyers de jeunes travailleurs ou lui permettrait de louer une chambre, mais je doute de plus en plus de sa capacité réelle à respecter un règlement et des horaires stricts. Le problème, de toutes façons, est aussi de lui trouver une solution d'urgence, dans l'attente du versement hypothétique d'un salaire. À cela s'ajoutent ses addictions, qui risquent de le pénaliser où qu'il aille. Il semble également très naïf, persuadé qu'une solution miracle se présentera à lui (certains de ses amis, plus chanceux ou plus volontaires ont obtenu des aides et des solutions de logements), malgré mes mises en garde.

 De mon côté, je suis de plus en plus désemparé. Nous sommes désormais liés par une relation d'affection mutuelle et je veux vraiment l'aider à s'en sortir mais le découragement commence à me gagner. Je suis déchiré entre mon amitié pour lui et les problèmes que me pose son manque de sérieux. Je suis très inquiet, sa situation me déprime et j'en perds par moments le sommeil. Je crains de ne pas supporter psychologiquement le fait de le savoir livré à lui-même dehors, dans le froid, d'ici quelques jours. Cette pensée ne me quitte plus et je me sens totalement impuissant. Je vais encore explorer les quelques pistes restantes mais je pense de plus en plus que ce jeune homme a besoin de l'accompagnement psychologique d'une personne formée et compétente. D'ici à ce qu'il l'accepte...

 Je voulais savoir si certains ou certaines d'entre vous ont vécu des situations similaires ou si vous aviez des conseils, des observations, des expériences à partager avec moi. 

 Désolé d'avoir été si long et peut-être lourd dans mon style, j'ai rédigé ce message sur le coup de l'émotion d'un après-midi passé avec lui. Merci beaucoup de m'avoir lu jusqu'au bout.

 Bonne soirée à tous !
avatar contributeur de Olberic
Olberic
06/10/2021 à 21:34 - 06/10/2021 à 21:34

Bonsoir,

Je voulais te prévenir que ton message m'apparaît comme coupé : il manque l'affichage des fins de lignes.

avatar contributeur Armando
Armando
06/10/2021 à 21:38

Citation de Olberic #375274

Oui bizarrement à moi aussi mais je n'ai pas d'explication

avatar contributeur de Olberic
Olberic
06/10/2021 à 21:41

Citation de Armando #375275

Est-ce que tu as utilisé un copié-collé ? La police d'écriture est différente.

avatar contributeur Armando
Armando
06/10/2021 à 22:23

Citation de Olberic #375277

Justement non, c'est étrange

avatar contributeur de Faith141
Faith141
06/10/2021 à 23:03

Salut,

a toi ds voir si tu te sens capable de le porter. ... Je pense que cala va être dur. C'est mieux de le soutenir mais de passer la main à des professionnel 's qui vont faire le maximum pour le réinsérer. Mais la solution ne pourra venir que de lui.

avatar contributeur de Doremi
Doremi
06/10/2021 à 23:04

Citation de Armando #375271

Salut Armando,

C'est chouette l'attitude bienveillante que tu as pour ce jeune !

Connais-tu Pierrot et Bianca ?

https://www.francebleu.fr/infos/societe/montpellier-un-ancien-sdf-lance-une-plateforme-pour-mettre-en-relation-sans-abri-et-familles-d-1610312066?fbclid=IwAR0ty0iwR2Xzb380IrkI0vrhnLrwbmVS8xNgdv_AQwSKsywzaim726qvmQU

Et pour ton texte, j'ai essayé de réduire la largeur, voyons ce que ça donne :

====================================================

C'est la deuxième fois que je lance un sujet de discussion sur BeTolerant.

Je suis un jeune homme de 28 ans habitant à Paris. Je débute ma carrière en

enseignant dans le secondaire. Il y a environ deux mois, j'ai fait la connaissance,

au cours d'une soirée, d'un garçon de 18 ans qui m'a semblé en grande détresse

sociale et matérielle. Nous avons échangé nos numéros et je l'ai invité à

m'appeler en cas de besoin.

Quelques semaines plus tard, je l'ai logé une nuit dans un appartement qui

m'était prêté par une amie pour l'été, ce qui m'a permis d'en savoir plus sur lui :

une jeunesse ravagée, placé de nombreuses fois et fugueur depuis ses 12 ans,

descolarisé très tôt, contraint de se prostituer pour avoir de temps en temps

un peu d'argent de poche ou simplement un endroit où dormir, à la rue depuis

plusieurs semaines après avoir quitté le domicile familial. Je ne sais bien-sûr

que ce qu'il a voulu me dire et je me doute qu'à son âge, pour se retrouver

à la rue, il a dû faire lui-même échouer plus d'une tentative de résolution.

Cependant, sa situation m'a ému et le voyant, le lendemain, repartir chargé

de deux énormes sacs au poids inhumain, j'ai pris la décision de l'aider réellement.

J'ai appris qu'il avait une assistante sociale, qu'il était dans l'attente du versement

de la Garantie Jeune. Quelques jours après, il a trouvé une solution d'hébergement

provisoire chez quelqu'un mais j'ai vite compris la précarité de la situation en

appelant la personne. Dès lors qu'il a été provisoirement à l'abri, j'ai pu observer

un relâchement immédiat : il ne semblait pas comprendre la précarité de sa propre

situation et retardait systématiquement toutes mes tentatives de l'emmener à la

Mission locale, pour entamer un processus d'insertion. Néanmoins je l'ai aidé à

ouvrir un compte en banque, et lui ai fait des courses à plusieurs reprises,

la personne qui le logeait ne s'étant jamais préoccupée de savoir s'il mangeait

à sa faim. J'ai aussi pu constater une terrible tendance à dépenser son peu

d'argent dans l'alcool, le tabac et d'autres substances moins licites. Plusieurs fois,

je l'ai incité à s'arrêter ou au moins à diminuer sa consommation, voyant bien

que cela ne l'aidait ni à y voir clair, ni bien-sûr à économiser un peu d'argent.

Il sera mis à la porte d'ici quelques jours, comme je l'en avais prévenu il y a un mois,

et désormais c'est lui qui me presse de l'accompagner à la Mission locale mais le problème

est bien ici : il ne réagit que lorsque sa situation devient dangereuse et semble cesser

tout effort dès lors qu'une solution provisoire lui est offerte. Je ne peux, pour ma part,

pas le loger, habitant encore dans l'appartement familial pour des raisons qui seraient

trop longues à détailler, mais ma mère a accepté que nous prenions ses affaires

chez nous ou éventuellement que nous lui permettions de se laver à l'appartement

car il tient absolument à rester propre en toutes circonstances.

Pour ma part, je me rends compte désormais de son irresponsabilité financière totale

(sa priorité lorsqu'il reçoit son aide sociale mensuelle en liquide étant d'aller tout claquer

en fringues et dans un nouveau portable). Cela a généré plusieurs rappels à l'ordre

de ma part et plusieurs disputes entre lui et moi. J'ai réellement peur pour lui car

la température baisse que je sais ce que peut signifier le fait de se retrouver à la rue

pour une durée indéterminée pour un jeune homme sans ressources.

Certes, sur le principe il a accepté que nous lui cherchions un boulot alimentaire,

ce qui le rendrait éligible aux foyers de jeunes travailleurs ou lui permettrait de

louer une chambre, mais je doute de plus en plus de sa capacité réelle à respecter

un règlement et des horaires stricts. Le problème, de toutes façons, est aussi de lui

trouver une solution d'urgence, dans l'attente du versement hypothétique d'un salaire.

À cela s'ajoutent ses addictions, qui risquent de le pénaliser où qu'il aille. Il semble

également très naïf, persuadé qu'une solution miracle se présentera à lui (certains

de ses amis, plus chanceux ou plus volontaires ont obtenu des aides et des solutions

de logements), malgré mes mises en garde.

De mon côté, je suis de plus en plus désemparé. Nous sommes désormais liés

par une relation d'affection mutuelle et je veux vraiment l'aider à s'en sortir mais

le découragement commence à me gagner. Je suis déchiré entre mon amitié

pour lui et les problèmes que me pose son manque de sérieux. Je suis très inquiet,

sa situation me déprime et j'en perds par moments le sommeil. Je crains de ne pas

supporter psychologiquement le fait de le savoir livré à lui-même dehors, dans le froid,

d'ici quelques jours. Cette pensée ne me quitte plus et je me sens totalement impuissant.

Je vais encore explorer les quelques pistes restantes mais je pense de plus en plus que

ce jeune homme a besoin de l'accompagnement psychologique d'une personne formée

et compétente. D'ici à ce qu'il l'accepte...

Je voulais savoir si certains ou certaines d'entre vous ont vécu des situations similaires

ou si vous aviez des conseils, des observations, des expériences à partager avec moi.

Désolé d'avoir été si long et peut-être lourd dans mon style, j'ai rédigé ce message

sur le coup de l'émotion d'un après-midi passé avec lui. Merci beaucoup de m'avoir

lu jusqu'au bout.

Bonne soirée à tous !

=========================================================

avatar contributeur de Dime
Dime
06/10/2021 à 23:16 - 07/10/2021 à 15:03

Salut Armando.

Ton message est touchant.

J'imagine tout à fait la difficulté entre vous deux. Ce sont deux mondes tellement différents qui se cotoient et s'affrontent. Mais c'est bien. Ce sera surement enrichissant pour vous deux. Attention à te préserver tout de meme. On ne peut pas tout faire pour quelqu'un, surtout s'il a l'insouciance de la jeunesse et beaucoup de casseroles à trainer. Il a visiblement de trés grosses perturbations (alcool, drogue et prostitutions ne sont pas rien).Il n'a surement pas les memes priorités que toi. Essaie d'etre là, mais peut-etre de lacher du mou. A son age il a besoin d'indépendance aussi et ne supporte surement pas trop les contraintes.

@Doremi, merci pour avoir retranscrit le post originel.

avatar contributeur Chagrindame
Chagrindame
07/10/2021 à 00:25 - 07/10/2021 à 09:16

Citation de Armando #375271

Tout d'abord, je suis admirative de votre élan de solidarité envers ce jeune homme et plus encore de la sincère Amitié que vous lui offrez..... Admirative également sur le fait que vous vous préoccupiez de son présent et de son futur....

Les Personnes ayant vécue Sans Domicile, que ce soit pendant une semaine, des mois ou des années vivent des traumatismes liées à l'Errance dans la Rue..... Ces traumatismes, rares sont ceux qui vont pouvoir les exprimer, souvent, parcequ'elles ne trouveront pas d'Oreilles pour entendre l'Inaudible.....

Le Passage de la Rue à un Lieu d'habitation fixe ou temporaire peut s'avérer des étapes extrêmement fragiles pour une personne ayant vecue l'errance, en raison, du fait, que ces personnes doivent faire le pont voire le super grand écart entre un Univers et un Autre..... La personne à la rue peut idéaliser le "Monde Normal" et est souvent en butte avec la Deshumanisation qu'elle abrite en son sein....

Oui, on pourrait croire que seule la survie à la Rue mène à la Deshumanisation, la Désocialisation et l'Exclusion ..... Mais ça peut tout a fait arrivé à beaucoup de personnes étant du bon côté de la Barrière....

Généralement, une personne à la Rue ou ayant un parcours de rue fonctionne à l'humain et essentiellement à l'Humain..... La personne SDF va faire des choses pour s'en sortir par rapport à ses rencontres humaines, elle y croit, elle Tombe, elle refait surface pour ne pas Décevoir et ainsi de suite.....

Tout simplement parcequ'elle n'en est pas encore à l'étape de ses propres désirs personnels et souvent, elle aura des doutes sur ses capacités à "s'en sortir"...

Vous dîtes avoir observé un relachement dès qu'il a eue un toit sur la tête...... Il faut savoir que toutes personnes ayant vécue à la Rue aura un temps de pause qui peut durer autant de temps que sa durée d'errance .... C'est une étape incontournable pour qu'il récupère de la fatigue cumulée, pour se "reconstruire", pour réfléchir sur lui-même et son parcours cabossé, pour ré-apprivoiser le quotidien de Monsieur et Madame tout le monde..... Le simple fait d'avoir une Clé , d'ouvrir une porte, dormir dans un lit, pouvoir se laver est déjà une montagne pour certaines personnes EX SDF, alors, le reste, est extrêmement compliqué à mettre en place..... Les démarches administratives, la recherche de boulot et les règles de vie peuvent vite devenir des Montagnes insurmontables pour les concerné(es)....

C'est coutumier que les personnes ayant vécue la rue mettent en pièce toutes les propositions qui leurs sont faîtes, parcequ'ils sont consciemment ou pas en miette eux mêmes.

Beaucoup de personnes y compris les travailleurs sociaux projettent des projets à la place des personnes SDF ou EX SDF...... Du coup, les personnes Sans Abris tentent de faire des Bébés pas vers la direction dans laquelle on les a mise..... Dans la majeure partie des cas, c'est échec sur échec qui viennent se rajouter aux échecs antérieurs et ces personnes lâchent tout et peuvent fuir les Liens humains qui les aidaient....

Rares sont les personnes à la Rue pouvant survivre dans l'univers de la Rue sans substituts illicites...... L'accoutumance ne s'arrête pas du jour au lendemain......

Je comprends très bien que vous soyez complétement desemparé devant l'ampleur de la tâche liée à la situation de votre AMI..... Oui, votre Ami..... J'ignore le temps de son errance, les causes qui l'on parachuté à la rue, sa fragilité actuelle et sa force, son niveau de croyance en lui, mais, sa jeunesse est un atout majeur pour entrevoir l'avenir...... Ca ne se fera pas par des discours de moralités, il y aura probablement des mises en échecs répétitifs etc etc etc

A Paris, il y a des Assos qui domicilie les SDF pour leurs courriers administratifs, pour qu'il ne perd pas ses droits..... Mais beaucoup de SDF refusent les Hébergements d'Urgences à cause de la violence et des vols....

J'ai conscience que mon message ne va pas vous aider a avoir des solutions concrètes et croyez bien que j'en suis vraiment navrée.

Selon les Assistantes Sociales qu'il aura déjà rencontré pendant son errance antérieure , il aura un niveau de confiance qui peut être positif ou négatif selon ses expériences avec elles .... L'association EMMAUS à chatelet et autres qui sont très connues des gens à la rue, ainsi, que les lieux d'accueils de jours , il les connaît surement.....

avatar contributeur de Doremi
Doremi
07/10/2021 à 06:43

Citation de Armando #375271

Voici le site de Pierrot et Bianca dont je parlais plus haut :

https://pierrot-biancka.webador.fr/

Citation de Dime #375300

Avec plaisir, c'était frustrant de ne pas pouvoir lire ce post !

avatar contributeur de Faith141
Faith141
07/10/2021 à 09:02

Autre association... Thelemythe. Regarde sur internet.

avatar contributeur de Dime
Dime
07/10/2021 à 15:13

Citation de Chagrindame #375314

Trés bon message pour Orlando sur certaines réalités que les gens "en ordre" sont loin de se figurer. Les désordres psychiques chez les gens qui errent sont souvent colossaux (trauma sexuels et/ou violence physique pour la plupart). Ceci allié en plus à des consommations importantes de drogue et d'alcool font que la prise en charge ou les aides sont extremement délicates à apporter.

Bravo pour l'humanisme d'Orlando malgré tout ( peut-etre est-il un peu sous le ,charme du jeune homme en difficulté ?). Mais ça n'enlève rien à la noblesse de sa démarche.

avatar contributeur Chagrindame
Chagrindame
07/10/2021 à 20:28 - 07/10/2021 à 21:03

Citation de Dime #375356

Je vous rejoins totalement sur le constat des Problèmes Psys qui touche le public sans Abris..... La Rue rend fou à petite dose et de manière surnoise...... L'antidepresseur de la Rue est l'Alcool et la Drogue..... Les viols H/H et H/F sont des choses courantes ( les SDF ne portent jamais plaintes ou extrêmement rarement), pour les plus désocialisés ils se font dépouiller de leurs RSA et autres ressources, il y aussi les Conduites Prostitutionnelles contre un toit, un repas, une bouteille et autres....... C'est un Public qui peut tout voir, tout subir et tout vivre sans jamais avoir recours à la justice en tant que Victime, en revanche , s'ils sont coupables de certains faits, ils seront condamné(es) .....

Pour ceux qui s'en sortent, je regrette qu'il n'y ait pas d'Associations d'Anciens SDF, parceque cela éviterait certaines rechutes à la Rue après 10, 15 ans de Réinsertion sociale et professionnelle...... Que dis je après une longue Ré-Ré-Ré-Ré-Insertion dans l'univers de Monsieur et Madame tout le Monde...... Le "Monde Normal" est hyper dur pour les personnes ayant eue un parcours de Rue, mais, aussi pour tout le monde....

Dans le registre de la survie à la Rue, il y aurait tant à dire..... Tant et tant à dire qu'un simple message ne pourrait contenir.....

Il y a différents Publics qui errent dans la Rue, des moins désocialisés aux plus exclus et l'un repousse l'autre ou les maltraite ou les utilise a des fins peu recommandables........... Toutes formes de Déshumanisation existe au sein de la Rue

avatar contributeur de Boulanger44
Boulanger44
20/10/2021 à 01:27

Salut Armando, je comprend ta détresse et ton sentiment j'héberge depuis quelques mois des mineurs étrangers isolés. Je suis en contact avec Médecins du Monde et divers collectifs, j'étais déjà en contact avec ces jeunes depuis des années mais pas dans les mêmes conditions et parfois on se prend de grosses claques. Essaie de trouver des collectifs (tu en as sur Facebook), cela te permettra d'avoir des contacts. Dans notre collectif sur Nantes parfois des jeunes sont hébergés des mois dans une famille et disparaissent du jour au lendemain ils retournent à la rue, c'est pas évident à gérer on parle parfois des heures au tel avec les autres hébergeurs pour se soutenir. Il faut aussi avoir conscience que ce sont souvent des jeunes qui sont brisés, qu'il leur faudrait un suivi psy pendant des mois ou des années, ce qu'ils n'auront pas. Ce qui est important est de ne pas faire ce rôle de psy, ne pas se sentir coupable si tu te sens désemparé et aies envie d'abandonner. Le dernier jeune que j'ai hébergé c'est Médecin du Monde qui m'appelle à 17h00 me disant en gros un jeune vient de sortir du CHU, dans 2h00 il est à la rue. Je vais le chercher et là je découvre un jeune tout juste majeur que je connaissais, il avait fait un stage de 3 semaines dans ma boulangerie il y a...plus de 2 ans. Il a été reconnu mna (mineur non accompagné) au bout de 1 an et demi de procédures, a fait un apprentissage pendant ce temps et ensuite un juge a cassé la décision de sa reconnaissance de minorité. Maintenant il n'est plus rien et pourtant un gamin génial...Bienvenu en France

avatar contributeur de Sourirefroid
Sourirefroid
20/10/2021 à 19:04

Bonjour et félicitations pour les efforts que vous déployez pour cette personne. Mais prenez garde à ne pas tout porter sur vos épaules : vous avez déjà fait beaucoup pour ce jeune homme qui, compte tenu de ce que vous indiquez, doit tout reprendre à zéro. Si un organisme peut l'aider, c'est très bien. Il existe des associations et des organisations dédiées à l'insertion sociale, essayez de voir auprès d'elles. Quel que soit l'endroit où vous êtes, vous devriez être entouré de ces structures. Maintenant, prenez des distances, ne vous laissez pas happer par cette personne qui, ainsi que vous le précisez, consomme des stupéfiants. Bon courage!



Suivez-nous
Téléchargez l'application
Application android
conçu avec par Carbonell Wilfried
© Copyright 2021, betolerant.fr