Les petites erreures cognitives de la vie de tout les jours.

Publicité
photo de l'auteur Kendany
Kendany
Homme de 24 ans

Yo

Voila là une liste de 25 biais cognitif que l’on peut faire, que l’on a déjà fait, et que l’on referat forcément dans le futur.

Vous êtes vous déjà reconnus dans certain d’entre eux ?

http://www.psychomedia.qc.ca/psychologie/biais-cognitifs

J’ai plutôt tendance à me laisser dominer par mon biais de confirmation. Mais c’est plus dans le domaine des évenements que des individus.

Ainsi que le l’illusion de corrélation.

J’ai trouvé ça plutôt cool le fait de nous mettre face à nos propres travers ou démons. Cela peut éventuellement nous faire réfléchir sur nous même.?


Date de publication : 01/11/2019 à 18:36
#316121
photo de l'auteur Tangerine
Tangerine
Femme de 41 ans

Très intéressant, merci Kendany !

J'ai enchaîné ensuite sur les distortions cognitives, où chacun devrait se reconnaître aussi ^^ http://www.psychomedia.qc.ca/psychologie-cognitive/2013-03-14/distorsions-cognitives-liste-definitions

La pensée "tout ou rien", la conclusion hâtive, la minimisation et la dramatisation, les fausses obligations... oui oui, ça parle ! Mais ne serait-ce pas aussi une façon de faire de "l'étiquetage" (une des distortions cognitives de la liste, justement !) 😅


 0 vote #316126
photo de l'auteur Kendany
Kendany
Homme de 24 ans

Citation de Tangerine #316126

Génial. Je ne sait pas pourquoi mais ces distorsions cognitives me parlent un peu aussi. J'essai trés souvent de prendre du recul et de rationnaliser certains biais de conception. Car j'en ai comme tout être humain je pense.

Sinon être capable de s'introspecter ( je ne sait pas si ce mot éxiste ) pour réussire à comprendre et repérer certaines erreures cognitives que l'on peut faire. N'est pas forcément un étiquetage pour moi je trouve. Aprés peut on commettre des biais cognitifs en parlant de biais cognitifs ? hmmmmmm ce n'est pas impossible.


 1 vote #316129
photo de l'auteur Kemino
Kemino
Homme de 23 ans

Salut,

Article intéressant, merci pour le partage !

Il y avait une interview d'Hervé Chneiweiss (neuroscientifique) dans le Télérama du début d'octobre qui parlait justement de ces biais, en expliquant que le cerveau cherchait avant tout la facilité : "Il se fie donc en priorité à ce qui est le plus facile d'accès pour lui, et le plus facile, c'est ce qu'il sait déjà... ou croit savoir" ; et il parlait des biais comme des "facilitateurs de pensée".

Ça nous rappelle aussi qu'il faut faire attention aux fausses évidences (comme disait mon prof de français : "l'évidence est un raisonnement caché sous une apparence d'immédiateté").

Pour ma part, je me sens concerné par le biais de contrôle, mais aussi certainement par beaucoup d'autres, c'est difficile d'en être conscient en permanence au quotidien. Mais c'est déjà bien de les connaître !

On retrouve aussi ce type de biais pour expliquer les théories complotistes...


 1 vote #316131
photo de l'auteur Kendany
Kendany
Homme de 24 ans
- modifié par Kendany le 01/11/2019 - 20:03:54

Citation de Kemino #316131

Quelque part l'immédiateté de certains biais cognitifs s'expliquent peut être aussi par le fait que par mécanisme de survie l'être humain devaitt juger trés vite et en un lapse de temps trés court car face au danger il faut réagire vite. Et ca nous ai rester du coup chez l'être humain moderne. Voilà comment ont peut émettre des conclusions hâtives sur certaines personnes.

Peut être. C'est une hypothése que j'avance.


 0 vote #316136
photo de l'auteur CeliaJones
CeliaJones
Femme de 39 ans

Bah je les ai presque tous.. 😂

A part le biais d'omission, de complaisance, au monde juste, l'illusion du savoir, du statut quo.


 1 vote #316137
photo de l'auteur Kendany
Kendany
Homme de 24 ans
- modifié par Kendany le 01/11/2019 - 20:12:35

Citation de CeliaJones #316137

Ho Il semblerait que l'on a trouvé notre "miss névrose" 2019 alors ? 😜


 0 vote #316138
photo de l'auteur CeliaJones
CeliaJones
Femme de 39 ans

Citation de Kendany #316138

Ca me rassure car qui n'est pas névrosé est psychotique... 🤪


 1 vote #316139
photo de l'auteur w0nderwOOman
W0nderwOOman
Femme de 40 ans

Citation de Kendany #316121

Vous êtes vous déjà reconnus dans certain d’entre eux ?

Bien que j'ai eu du mal à me reconnaître dans les 25 biais listés, en faisant un effort (un seul parce que je suis fatiguée ^^), j'ai fini par trouver : le biais rétrospectif.

Le biais rétrospectif est la tendance à surestimer, une fois un événement survenu, comment on le jugeait prévisible ou probable. Je crois que pour moi, ça fonctionne en cas d'examen raté, d'avion raté ou de rupture, donc de relation ratée :) Et même quand il m'arrive d'acheter des viennoiseries ratées, qui pourtant avaient l'air délicieuses dans la vitrine de la boulangerie !!

Je compte vérifier ultérieurement si d'autres biais cognitifs me concernent.


 1 vote #316151
Meilleure réponse

photo de l'auteur BarelyInsane
BarelyInsane
Homme de 27 ans
- modifié par BarelyInsane le 02/11/2019 - 03:11:51

Les biais et les distorsions cognitifs ne sont pas tous forcément une mauvaise chose. Certains sont facilement identifiables et corrigeables alors que d'autres sont très incrustés dns notre psyché.

Par exemple, la paréidolie est une distorsion cognitive qui donne l'illusion de percevoir des visages lorsqu'il n'y en a pas, et c'est un cas particulier de l'apophénie, une distorsion qui nous convainc de voir des motifs ou un sens dans des phénomènes aléatoires. Mais ce n'est pas très mauvais puisque cette distorsion nous aide à comprendre les dessins-animés. L'effet humour est l'effet qui nous permet de mieux mémoriser des choses lorsqu'elles se présentent dans des situations drôles. C'est un cas du biais de mémoire dépendants de l'humeur.

En revanche, d'autres biais sont parfois dangereux. L'effet Peltzman est un biais cognitif qui pousse les gens à prendre moins de précautions lorsque des mesures de sécurité sont mises en place. Des conducteurs peuvent se dire qu'ils ont pas besoin de ceinture puisque les airbags existent, ou des personnes peuvent se dire que les capotes ne servent plus à rien vu qu'il a le PrEP maintenant. Le biais de l'escalade d'engagement convainc les personnes ayant une addiction aux jeux de hasard que plus ils mettent leur argent (et perdent), plus ils doivent mettre encore puisqu'après plusieurs échecs ils doivent gagner une fois.

On est tous exposés à es biais, et le nier pour soi-même est un biais cognitif aussi (biais de la tâche aveugle).


 2 votes #316191
photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 37 ans
- modifié par Lindos le 02/11/2019 - 15:36:57

BarelyInsane,

"En revanche, d'autres biais sont parfois dangereux. L'effet Peltzman est un biais cognitif qui pousse les gens à prendre moins de précautions lorsque des mesures de sécurité sont mises en place. Des conducteurs peuvent se dire qu'ils ont pas besoin de ceinture puisque les airbags existent, ou des personnes peuvent se dire que les capotes ne servent plus à rien vu qu'il a le PrEP maintenant."

Remarque très pertinente. Mais résulte d’un défaut de ce que les spécialistes appellent culture du risque, et que je préfère appeler culture de la sécurité, car vise à réduire un risque déjà « faible » sinon c’est de l’inconscience. Pour mémoire un risque est la combinaison d’une probabilité et d’un danger, en temps normal on s’intéresse aux dangers élevés de faible probabilité. Normalement on le combine aussi avec la vulnérabilité de la personne, mais le vocabulaire français devient moins précis, on retrouve le mot risque, ou aléa, etc.

Il est habituel de compenser un risque élevé de faible durée, souvent par une augmentation de l’attention, toujours par augmentation de l’entraînement autrement dit diminution de la vulnérabilité. Il est tout aussi habituel de substituer cette attention par des automatismes. Le biais nait de l’oubli que les automatismes sont plus surs lorsqu’ils sont indépendants, en offrant une protection complémentaire, mais surtout, en ayant pas de mode commun de défaillance. La ceinture et les airbags offrent des protections complémentaires, mais aussi des modes de défaillance différents, la première sujette à des défaillances humaines (significatives si pas réflexes), les seconds à des défaillances mécaniques (actuellement très rares). De plus un point important est qu’au début des airbags ils n’étaient installés que sur les voitures de luxe les plus rapides, alors que les ceintures n’existaient que sur les voitures communes encore trop souvent des poubelles roulantes. La ceinture était avec la formation du permis de conduire une couche généralisée de sécurité, les airbags étaient une protection complémentaire en cas de haut risque, les deux combinés pour un plus haut niveau de sécurité, et surtout pour ne pas défaillir en même temps.

«  des personnes peuvent se dire que les capotes ne servent plus à rien vu qu'il a le PrEP maintenant »

Tu mets le doigt sur la faiblesse actuelle de la prévention française des IST, la désuétude du préservatif, qui conduit d’ailleurs à des résultats plutôt moyens. Même si l’affinage progressif des statistiques (jusqu’alors pas très fiables) montre que le ciblage des foyers d’infection par le dépistage et les médicaments tels que PrEP, TasP, TPE, apparaît finalement entraîner une lente décroissance de l’extension de l’épidémie de VIH en France, pendant que les autres IST croissent fortement. Car la prévention ne peut pas se passer d’une protection générale par le préservatif, combinée avec des protections médicamenteuses ciblées, de défaillance relativement indépendante. Je dis relativement car quelqu’un de peu informé, ou négligeant, ou dépressif plus ou moins suicidaire, peut shunter toutes les couches de protection, du préservatif aux médicaments en passant par le dépistage ou la vaccination lorsqu'elle existe, car nous ne sommes pas dans une dictature hygiéniste. Donc en effet on perd le bénéfice d’une protection combinée du préservatif, et/ou (inclusif) des médicaments, et des dépistages qui sanctionnent les défaillances et entraînent des médicaments. Les classes d’âge ayant été élevés au biberon du préservatif et qui s’informent peuvent se protéger de façon suffisante, mais les classes d’ages plus jeunes moins élevées à ce biberon, les plus âgées dans la routine du préservatif voire la sécurité (relative) d’un couple stable, et les populations migrantes peu informées ou intégrées, apparaissent échapper au dispositif.

Il y a donc un sentiment excessif de sécurité qui entre en jeux dans ce que tu appelles l'effet Peltzman, mais il y a surtout une information et formation insuffisantes, voire parant dans l’urgence au plus pressé avec des médicaments.

Après c’est vrai que même quand on multiplie les protections permanentes dites passives, ainsi que les protections volontaires dites actives, et même lorsqu’on forme les gens dans des simulateurs de défaillance de ces protections comme pour les pilotes d’avions, on peut atteindre une confiance excessive pouvant aller jusqu’à la perte des réflexes élémentaires : des pilotes ont planté des avions en se battant contre des défaillances d'automatismes jusqu’à oublier de piloter l'avion en manuel. La défaillance humaine zéro n’existe pas...

.

Le premier biais de l'article de Kendany, le biais de confirmation, me rappelle ce qu'on appelle l'erreur de représentation : toutes les informations qu'on reçoit sont interprétées comme confirmant notre diagnostique initial ... qui pourtant est faux. En cas d'urgence ce peut être fatal.


 1 vote #316216
photo privée de l'auteur redmood
Redmood
Homme de 27 ans

Je sais pas dans quelle catégorie ça se range, mais faire ses courses en ayant faim, parce que tu sors du boulot et que tu sais que c’est un frigo vide, qui t’attends chez toi… l’erreur de débutant, qui m’arrivais régulièrement. Maintenant, ça va mieux, je suis au chômage, donc je ne fais plus mes courses en sortant du boulot XD


 1 vote #316260
photo de l'auteur Kendany
Kendany
Homme de 24 ans

Citation de Lindos #316216

Franchement pour être honnête. Le PREP je l'ai toujours un peu vue comme une fausse bonne idée. Car il ne protége que du sida mais pas des autres MST et IST. Contrairement à la capote. Du coup je me dit que quelque part cela peut peut être entraîner certaines personnes un peu inconscientes à pratiquer le sexe sans capote parce que " On est passé par le PREP donc on crains rien" sans pensais aux autres potentielles MST et IST.


 1 vote #316263
photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 37 ans
- modifié par Lindos le 03/11/2019 - 00:58:54

Citation de Kendany #316263

L’idéal serait des vaccins suffisamment efficaces et largement utilisés, mais il n’existe pas encore contre le VIH.

Le soucis est que le préservatif suit le même principe que la ceinture de sécurité, c’est une action dite volontaire, qui doit être mise en œuvre systématiquement, et correctement, pendant longtemps. Elle a donc des modes de défaillance, indisponibilité, oubli, excès de confiance, mauvaise utilisation, glissement, refus, incapacité de la mettre sous l’emprise d’un stupéfiant, etc. Ces défaillances peuvent aussi bien être maintenues à un niveau de probabilité très faible par les personnes capables d’êtres attentives pendant des dizaines d’années, qu’atteindre à un niveau significatif chez d’autres personnes dites à haut risque.

La prophylaxie médicamenteuse du VIH est très efficace si elle est bien prise. Elle pourrait avoir le même type de défaillance humaine que le préservatif, mais en France elle est très encadrée pour différentes raisons et atteint un haut niveau d’efficacité contre le VIH, outre un dépistage trimestriel des autres IST.

Les médicaments prophylactiques efficaces n’étant pas dénués d’effets secondaires, lors des prises comme sur la durée, le rapport bénéfice/risque ainsi que leur prix élevé les réserve actuellement théoriquement aux personnes qui en ont le plus besoin, c’est-à-dire aux gens les plus exposés au virus et qui ont du mal à se protéger autrement.

D’un point de vue probabiliste c’est la combinaison du préservatif, plus précisément de la volonté de le mettre, et d’une prophylaxie médicamenteuse, qui assurerait la meilleure protection contre les IST. De la même façon que la prévention des maladies tropicales transmises par les moustiques se fait par combinaison d’une protection mécanique, vêtement protecteurs et moustiquaire voire révulsifs, et d’une prophylaxie médicamenteuse contre le paludisme, et de dépistages (en cas de besoin pour ces maladies).

C’est d’ailleurs cette combinaison de protections, préservatif et PrEP, qui est recommandée aux personnes à haut risque. Mais elle se heurte à une limite : les personnes a haut risque sont souvent celles qui ont un souci avec les préservatifs.

En conséquence de quoi, en effet, les IST autres que le VIH augmentent en France de façon exponentielle chez les gays (en tout cas jusqu’en 2017 dernière date publiée), probablement principalement chez ceux qui ne se protègent moins par le préservatif.

Dans le principe la PrEP n’est pas une fausse bonne idée, c’est juste qu’elle ne devrait pas conduire à ringardiser le préservatif. Car non seulement cela crée des gros trous dans la prévention des IST autres que le VIH, mais cela crée aussi plein de petits trous dans la prévention générale du VIH, que le VIH cherchera à multiplier et agrandir...


 1 vote #316286

Publicité

Publicité


  




Publicité


Publicité