La solitude me fait souffrir

Amour et intimité - Créé le - 28 Participations

La solitude me fait souffrir

Ce sujet est à placer dans la rubrique "je m'appelle Remi" :-)

J'aimerai savoir si je suis le seul à souffrir de solitude, j'ai rarement dans ma vie été habitué à ça. J'ai du mal à accepter de faire des activités seul, meme si j'y prend du plaisir. Dans 3 jours je suis en vacances, je veux m'évader faire du sport mais encore seul. Meme si dans ma vie etre seul m'a permis de rencontrer beaucoup de gens, on se retrouve parfois très très vite face à soi meme. Vous votre solitude, vous la vivez comment, une souffrance comme moi, un mal pour un bien, ou une entière liberté ?
0 vote

Citation de Backpacker
on se retrouve parfois très très vite face à soi meme.[/b]


Justement, je pense que le problème n'est pas la solitude mais l'image de toi que ça te renvoie. Si tu étais pleinement en paix avec toi-même, il n'y aurait pas ce soucis.

Personnellement je suis extrêmement solitaire, mais par choix. Sans la solitude, je ne suis plus moi-même, et je me sens étouffer. Du coup j'adore faire des activités, voyager, etc, en étant seul. Ça m'offre une liberté totale. Aucune barrière, aucun frein, aucune obligation, aucune contrainte. Après ça ne m'empêche pas de sortir boire un verre ou autre avec des amis chaque semaine, mais je ne pourrais pas le faire tous les jours, genre une fois par semaine ça me suffit amplement.

Alors c'est sûr une infime petite partie de moi me dit "Oh il faudrait peut-être rentrer dans les rangs et faire un effort pour changer cet aspect", d'où ma présence par exemple sur ce site. Mais dans le fond, je ne suis clairement pas convaincu ni d'en avoir envie, ni d'en avoir besoin.

Je trouve que la solitude permet d'effectuer un travail de malade sur soi, de se transcender et de le faire selon ses désirs profonds et non pas pour se conformer aux normes de la société. J'aurais du mal à faire marche arrière je pense.
0 vote

Salut
Moi aussi, je suis très souvent seul, mais par choix.
J'aime la solitude, j'ai toujours été comme ça. Je n'aime pas me retrouver entourer de monde, ça me stresse.
Mais il m'arrive, de temps en temps de voir mes amis.
Je pense que dans la vie, il faut apprendre à être heureux tout seule, pour éviter de souffrir de la solitude. Normalement, notre bonheur doit dépendre de nous et non des autres.
0 vote

La solitude est pour moi une soupape de décompression, j'ai ce besoin viscéral parfois de m'isoler totalement de tous. Mais de maniére générale c'est plutôt une souffrance .. de nature plutôt tactile et trés affectueux, ben des fois je suis frustré de ne pouvoir partager ces moments la.

C'est donc 40 % par choix et 60 % par contrainte ..
0 vote


Non tu n'es pas le seule .. elle me ronge de plus je suis amoureuse d'une fille qui
ne m'aimera jamais j'ai du mal du coup à aller vers d'autres gens se qui fait que je me sens encore plus seule..
0 vote

Ca me rassure je suis pas le seul....
0 vote

Oui personnellement la solitude me fait parfois souffrir. J'essaye de rester avec mes amis régulièrement car c'est ce qui me fait du bien.
Seul, je me retrouve rapidement noyé par un flot de pensées plus ou moins négatives. C'est pourquoi je fais de mon mieux pour rester occupé et au moins discuter par message histoire de faire un peu taire ces pensées.
Je te souhaite de trouver des amis ou un amour avec lequel ou lesquels tu pourras partager tes passions et ne plus souffrir de la solitude
0 vote

Merci pour vos messages. Je tiens à remercier aussi le créateur du site, les modérateurs et tous ceux qui font qu'il existe. Même si ici on ne trouve pas forcément la solution ça permet quand même de briser un peu cette solitude. Pour l'instant c'est vrai que j'ai tendance à m'accrocher ici comme une moule à son rocher, j'attends de rencontrer toutes les frites qui me donneront la patate dans la vie :-)
0 vote

Hello Backpacker

Ben non tu n'es pas le seul à te sentir seul... Je crois que c'est un sentiment partagé par l'humain de manière générale. A différencier aussi la solitude qui est un choix de l'isolement qui est subi....

Moi aussi je connais ce sentiment d'avoir envie de faire avec quelqu'un, de partager, d'être boosté aussi par l'autre, encouragé, soutenu, épaulé...mais ben souvent je ne le suis pas.... Alors oui moi aussi je fais des choses seul, y trouve du plaisir également mais des fois je ne fais rien car il n'y a pas cet autre présent pour m'entraîner, m'accompagner....et puis à quoi bon faire seul juste pour faire... Il y manque cette saveur particulière du partage, de la confrontation d'idées, de points de vue, cette "inter-stimulation"....

Mais des fois je choisi d'être seul, de rester seul car les autres m'insupportent, me phagocytent et c'est alors pour moi un acte d'autopréservation, ma manière à moi de me recentrer, de me retrouver...

Se retrouver seul avec soi-même, face à soi-même ? Et oui c'est à la fois le risque et l'opportunité de se rencontrer soi-même, de se connaître .... Ce n'est bien évidemment pas simple de se voir ainsi soi-même dans le miroir de ses pensées, de ses attentes, de ses illusions et désillusions mais c'est peut-être le prix à payer pour finir par se connaître, se rencontrer, grandir et finir par vivre pleinement sa vie que celle-ci soit choisie en solitude ou en partage...Non ? As-tu peur à ce point de toi-même ?
Tu sembles être quelqu’un de dynamique, d'ouvert, et tu dis avoir rencontré beaucoup de gens divers..alors pourquoi cet isolement, ce sentiment d'être seul ? Ces personnes n'existent plus dans ton cercle relationnel ?

Mais seul je crois qu'on le reste toujours car l'autre ne pourra jamais pleinement nous comprendre car justement il est autre et reste cet autre avec ses fonctionnements, son passé, ses préoccupations , ses attentes....
La pire des solitudes reste pour moi celle vécue dans une relation, être en couple, avec des ami(e)s et pourtant se sentir désespérément seul, tout seul au milieu d'étrangers avec lesquels on a l'impression de ne plus rien avoir en commun.... A moins que la pire de toutes soit d'être seul au point de ne pas accepter de se retrouver avec soi-même et de n'être capable de se rencontrer soi et soi....

Mais moi aussi je me sens seul par moments, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie et pas du tout aussi et heureusement.... Notre vie nous seuls nous pouvons la vivre ou non, et nous serons seuls de toute façon quand nous la quitterons.....La vie est une continuelle danse où la roue tourne ....

Au plaisir d'échanger pour agrémenter un peu les temps de solitude(s)...
0 vote


3 remerciements
Je sais pas si je dois te répondre en tant qu'ami ou pas, car tu me connais pas mal pour savoir quelques uns de mes ressentis ^^
Mais, je pense qu'il y a solitude et solitude. La première, je dirais la solitude morale : Celle où tu te sens seul, personne ne peut se soucier de ce qui arrive, tu ne parles à personne de tes problèmes, et les gens s'attachent plus à une image erronée de toi que de ce que tu es réellement.
La deuxième, la solitude physique, avec une définition assez simple : Tu es seul. Souvent, tout le temps, littéralement seul.

Bon, je vais te parler de ce que tu connais, mais j'espère pouvoir t'aider avec ça ! ;)
Je sais que pour ma part j'ai parfois eu tendance à confondre mes deux définitions de solitude et à vivre les deux tout en vivant le parfait contraire de l'autre.
J'ai été moralement seul : Quand j'étais au lycée, j'avais la chance de faire partie du groupe des gens populaires. J'avais toujours des potes à rejoindre et on passait de bons moments. Mais en même temps, je ne connaissais personne suffisamment pour qu'on puisse se soucier de moi une fois sorti du lycée (ou si, mais pour aller boire un verre, faire une soirée,etc.), et concernant les amis dont j'étais le plus proches, ben je leur mentais souvent sur ma vie, m'enfin tu sais un peu pourquoi.

Parallèlement, et surtout depuis mon retour sur Betolerant, j'ai pu (re)découvrir des gens que je ne voyais pas beaucoup, mais dont je n'avais jamais eu besoin de mentir, et dont finalement j'ai même pu me livrer à eux sur certaines choses. Alors ce fût toute la situation inverse : Physiquement ils n'étaient pas là, mais on commençait quand même à nouer des liens. Les beeting ont pas mal aidé aussi, mais une fois finis on se retrouve à nouveau seul.
Cependant, je sais qu'aujourd'hui ces liens m'aident beaucoup de ma situation, et quand je suis seul pour faire face à adorable père, j'y arrive car je sais que même si vous êtes loins et qu'on se connait plus ou moins bien, on s'entend bien et que vous êtes quand même là si besoin !

Bref, ça fait un peu égocentrique de prendre mon exemple surtout qu'il est assez atypique, mais ce que je veux montrer c'est que ce schéma de solitude peut se reproduire assez souvent et peut-être même dans ton cas.
Moralement, je veux que tu saches que nous sommes là ("nous" signifiant ceux avec qui tu as pu sympathiser ici ;) ), on peut t'aider par nos paroles le temps que tu ne sois plus seul physiquement sur le long terme.
Je suppose que pour toi combler cette solitude serait de retrouver l'amour ? Don't worry, tu y arriveras à nouveau. Mais en attendant, nous on est là et peut essayer de diminuer ce sentiment que tu ressens 😁
0 vote


Merci pour vos réponses, c'est vrai que la solitude a beaucoup de formes différentes. Et selon l'âge ou la situation elle évolue. Je pense que j'ai du mal à accepter une solitude "subie" que j'ai pas forcément désirée. J'ai juste l'impression en étant seul de ne pas aimer, ne pas être aimé, que j'ai eut de l'affection ou de la tendresse pendant des années, et là je ne sais pas quoi faire de cette affection, cette tendresse que j'ai en moi, c'est genre je suis comme une cocote minute prête à exploser. Aussi étrange que cela puisse paraître je ne souhaite pas me remettre en couple, mais avec l'expérience je sais que ces situations arrivent sans vraiment qu'on les attende. Il faut juste que je réapprenne à être seul face à moi même, à pleurer aussi, parfois j'aimerai tellement être quelqu'un de froid, sans désirs, sans sentiments, qui ne s'attache pas aux autres et qui est heureux comme ça. Parce que je pense que je suis beaucoup plus sensible que je m'imaginais, je me suis souvent caché derrière un mec sûr de lui, optimiste, ouvert, mais je sais aussi que je ressent la peur de me faire mal et de faire mal aux autres en me dévoilant . Alex je suis un peu comme toi par rapport au site, sincèrement je dis pas qu'il a totalement changé ma vie mais les échanges et les différentes personnes que j'ai rencontrés dans ce site m'aident énormément, sans ce site je sais pas ce que je serai devenu, et puis c'est bien moins cher qu'un psy :-). Il faut que je reprenne le plaisir d'être seul, à regarder le soleil se coucher sur la mer, en étant serein sans me dire que j'aimerai tellement partager ce moment...
0 vote

Bonjour,

Appuies-toi sur ce qui compte pour toi : tes amis, ta famille, tes passions (cultives-les!) rencontres des gens de betolerant, ouvre-toi. N'attends jamais que les autres fassent le premier pas, vas vers eux, ils sont comme toi et moi, ils sont dans l'attente. Sauf que si tout le monde attend dans son coin, personne ne fait le premier pas.
Je choisis de faire le premier pas même si je suis timide. Libre à toi de changer ta façon d'être et de voir les choses. Bonne journée et à bientôt si tu veux parler.
Tom
0 vote

Citation de Backpacker
Ce sujet est à placer dans la rubrique je m appelle Remi :-)

J aimerai savoir si je suis le seul à souffrir de solitude, j ai rarement dans ma vie été habitué à ça. J ai du mal à accepter de faire des activités seul, meme si j y prend du plaisir. Dans 3 jours je suis en vacances, je veux m évader faire du sport mais encore seul. Meme si dans ma vie etre seul m a permis de rencontrer beaucoup de gens, on se retrouve parfois très très vite face à soi meme. Vous votre solitude, vous la vivez comment, une souffrance comme moi, un mal pour un bien, ou une entière liberté ?



parfois la solitude c'est ne pas trouver d'égal à sois même, j'ai beaucoup de mal à avoir des amis parce que je suis trop exigeante, mais , la solitude ne me dérange pas elle a juste certains inconvéniants aha :)
0 vote

Ayant un peu de mal avec la solitude "physique" tout en aimant quand même être dans ma bulle dès que j'en ai envie, je me suis mise dans une colocation plutôt indépendante : chacun fais sa vie, mais des fois on se croise et on partage une soirée ou une discussion sympa, le juste milieu pour moi (si j'avais su plus tôt que ça marcherait, j'aurais pas attendu 4 ans pour le faire, si ça peut donner des idées aux gens un peu comme moi).

La solitude "partielle" est super importante pour moi, je préfère risquer de m'ennuyer un peu plutôt qu'en avoir marre des gens... mais la solitude subie genre quand y'a personne pendant plusieurs jours, c'est déjà plus délicat. Faut s'occuper seul-e, t'as le choix entre te divertir l'esprit un maximum (films, livres, etc), ce qui marche très bien sur le coup mais ne règle pas tout. Ou alors, tu peux réfléchir sur toi-même, ce que tu pourrais réaliser ou tenter de nouveau, dont tu pourrais être fier-e sans que ça passe par le regard d'autrui (c'est un de mes problèmes : j'ai du mal à faire un truc jusqu'au bout s'il y'a personne pour en profiter, on en revient à la question d'exister pour soi-même). Pour ça je pense me mettre à la méditation, je pense que ça peut complètement avoir un lien avec le fait d'apprendre à exister pour soi-même.

Voilà c'était une réponse un peu générale à ce sujet pas mal touffu
0 vote

Citation de TarteOCitron
Ayant un peu de mal avec la solitude physique tout en aimant quand même être dans ma bulle dès que j en ai envie, je me suis mise dans une colocation plutôt indépendante : chacun fais sa vie, mais des fois on se croise et on partage une soirée ou une discussion sympa, le juste milieu pour moi (si j avais su plus tôt que ça marcherait, j aurais pas attendu 4 ans pour le faire, si ça peut donner des idées aux gens un peu comme moi).

La solitude partielle est super importante pour moi, je préfère risquer de m ennuyer un peu plutôt qu en avoir marre des gens... mais la solitude subie genre quand y a personne pendant plusieurs jours, c est déjà plus délicat. Faut s occuper seul-e, t as le choix entre te divertir l esprit un maximum (films, livres, etc), ce qui marche très bien sur le coup mais ne règle pas tout. Ou alors, tu peux réfléchir sur toi-même, ce que tu pourrais réaliser ou tenter de nouveau, dont tu pourrais être fier-e sans que ça passe par le regard d autrui (c est un de mes problèmes : j ai du mal à faire un truc jusqu au bout s il y a personne pour en profiter, on en revient à la question d exister pour soi-même). Pour ça je pense me mettre à la méditation, je pense que ça peut complètement avoir un lien avec le fait d apprendre à exister pour soi-même.

Voilà c était une réponse un peu générale à ce sujet pas mal touffu


D'accord de A à Z
0 vote

Non seulement tu n'es pas le seul, mais nous serions très très nombreux dans ce cas. Plusieurs millions. Perso je me sens relativement seul, parfois j'en souffre, mais pas tout le temps, et parfois je m'en trouve très "confortable".
Je crois qu'il faut faire la part des choses entre ce qui nous convient vraiment et l'image qu'on s'en fait ou que des conventions nous imposent. On juge beaucoup en ce monde mais l'immense majorité ne possède ni le savoir, ni l'intelligence (de l'esprit et du cœur), ni la pondération nécessaires. En effet, la solitude est jugée, selon une échelle de valeur que nous pouvons nous appliquer à nous mêmes : si nous sommes seuls c'est que nous ne sommes pas assez ceci ou trop cela. Identifier les normes imbéciles qui nous font du mal est utile pour poser sur soi-même un autre regard et parvenir à une autre estime de soi, indispensable pour trouver des amis, un amour. Juste mon avis.
0 vote

Moi la solitude ma Beaucoup fait souffrir à 17ans car j'était quelqu'un de timide jusqu'à maintenant mais moins,j'avais pas des amis ou on ce moquait de moi en cours etc...

Mais pourtant la solitude ma permis de réfléchir à des ta de choses et sa ma permis d'avancer dans la vie pour des ta de chose.

Je fait des activités tout seul car la solitude ma rendu un peux sauvage car je du mal aller vers les gens pour se tapé des discute etc...
0 vote

Salut,

C'est navrant et curieusement rassurant de voir que je ne suis pas le seul.Je recherche l'amour depuis si ,voire trop longtemps mais + serieusement depuis 3 mois ,en vain, impossible de trouver celui (dans mon cas) qui me donnera le privilege d'enlever cette sombre ombre de ma vie...la solitude..pourtant nous sommes nombreux et malgre cela,les couples ne se font pas...alors si il y a des offres..n'hesitez pas..

Cela m'attriste toujours des que je vois le mot solitude,d'abord car beaucoup de gens,moi y compris,en souffrent et ensuite par la perception qu'en ont les autres.
Souvent lorsque ce mot est evoque,il gene,il met mal a l'aise,en fait les gens ne comprennent pas que malgre les amis,la famille,la foule on peut se sentir seul.
La solitude est faite de petits moments dans lesquels on prend conscience que personne est la pour donner et recevoir ,que ce soit de la tendresse,,de l'amour,une entreinte,un regard ou des bras dans lesquels on peut s'enfouir,se lover en toute securite et en tout abandon.
La solitude est une amie fidele qui petit a petit s'infiltre dans ta vie et ne te lache plus.Alors on l'a trompe,on lui impose une illusion de bien etre mais elle finit toujours par gagner.Le seul remede est au mieux l'amour et l'amitie et malgre cela,on est toujours seul dans la vie,souvent par choix,trop souvent par manque de celui ci.
Ne t'attend pas a ce que les autres comprennent ce que toi tu vis ou ressens c'est propre a chacun.
Ne pense pas que tu vas petit a petit descendre dans les abimes de la solitude,la cle est en toi.
Tu as fait le 1er pas,tu en parles,tu partages ta peine,tes inquietudes et tu fais preuve de courage.Tu sensibilses les gens et pour cela je te suis reconaissant.
Dompte ta solitude,accepte qu'elle soit la mais ne la laisse pas gerer ta vie.facile a dire penses tu,et legitime que tu penses cela,mais je t'assure que ca marche..des qu'un coup de solitude t'atteint,sort si tu peux,ne serait ce que de voir du monde dans les rues,les magazins..soit pro-actif dans tes loisirs..salle de sport..amis..amants voire associations,club de sport..en fait il faut te "partager" avec les autres..et un jour ,qui sait,tu rencontreras celui ou celle,qui te fera oublier ce mot,car la seule solution durable a ce mal est l'amour.
Cela peut paraitre de la psychologie de couloir mais c'est simplement le reflet de mon vecu qui somme toute n'est pas si sombre que ca.
P
0 vote

Salut Backpacker,

je vois que même ton pseudo incite à croire qu'en effet tu es comme une tortue, seul avec ta maison sur le dos...
Mais plus sérieusement, la solitude... Ben, c'est dur oui, je pense que l'on se sent seul uniquement lorsque quelque chose nous manque et que l'on peut être entouré de personnes et se sentir seul.

Je suis pour ma part plutôt solitaire et pourtant je crève de ne pouvoir partager mes joies et peines avec la personne qui serait ma moitié... l'isolement ça me connaît, je n'aime pas trop sortir même si l'on me trouve très jovial et sociable, je n'ai pas d'amis parce que je suis dans une ville qui n'est pas celle de mes 46 premières années. Uniquement des connaissances, ma famille étant à l'autre bout de la France (en ligne droite en traçant un trait d'Ouest en Est, eh ouais) et mes filles sont en région parisiennes (la dernière depuis un an).

Bref, Patrick te donnait un conseil : sortir faire du sport ou ... whatever, ce qui est bien, mais comme je l'écrivais plu haut, tu peux en effet être entouré de mille et une personnes que tu apprécies et tu peux malgré tout te sentir seul. Lorsque la solitude est subie, c'est là qu'on l'appelle la Solitude et c'est là qu'on en souffre. Pour ma part depuis 2013 je recherche l'âme soeur et la solitude est présente quotidiennement.
je n'en souffre pas tous les jours pourtant. Comme dit plus haut je suis solitaire et en retrait mais je pense que c'est parce qu'en effet, je préfère être seul que mal accompagné ... enfin, je crois.

Subséquemment, la réponse à ta question première : la solitude, je la vis mal et bien simultanément. Chacun aura pu te le dire à sa manière : "tant que tu ne subis pas cet état journalièrement, je ne pense pas que tu puisses te faire mal en "tombant" dedans"...

et puis en ce qui concerne notre cher Rémi, il lui arrive des tas de trucs et bons et moches, non ?
---> pareil pour nous ! 😉

Will.
0 vote


41 remerciements
En même temps comme dirait notre cher président, ton profil montre que tu as choisis un style de loisirs où tu n'es pas facile à suivre, et qui évoque un échappement aux contraintes sociales, lesquelles ont justement pour objectif de favoriser les rendez vous grégaires simples tels que piqueniquer entre amis sous un arbre du parc à proximité de chez soi...

Je caricature un peu mais c'est le principe sur lequel j'insiste, parce que rechercher une performance à l'autre bout du monde je vois de quoi il s'agit. C'est extra, mais l'ordinaire devient comparativement fade, et surtout ce n'est pas une performance d'équipe, c'est plutôt un défit individuel qui fait un peu l'effet d'un alcool. Et celui-ci n'est pas festif s'il est consommé seul.

Je te conseillerais volontiers de t'affilier à une association de gens qui recherchent un peu le même style de loisirs, même s'ils ne sont pas gays mdr. Et on finit toujours par rencontrer un copain qui a à peu près les mêmes gouts, jamais tout-à-fait ce qui oblige à renoncer un peu et à découvrir d'autres horizons, mais en tout cas qui permet d'avancer ensemble.
0 vote

Je suis dans le cas bizarre où la solitude me fait souffrir car j'ai personne pour partager ma vie mais en même temps me fait du bien car les discussions sur les sites, applis... et les rencontres qui en découlent m'ont abimé. Je suis fatigué de tous ces profils creux et interchangeable :s
0 vote


41 remerciements
Citation de Johan62
Je suis dans le cas bizarre où la solitude me fait souffrir car j ai personne pour partager ma vie mais en même temps me fait du bien car les discussions sur les sites, applis... et les rencontres qui en découlent m ont abimé. Je suis fatigué de tous ces profils creux et interchangeable :s


Du temps lointain où les gays s’accommodaient du seul mec disponible à des dizaines de kilomètres à la ronde qui étaient le seul horizon, la question ne se posait pas car c'était ce mec ou rien, et la plupart du temps c'était ce mec, avec forte différence d'âge car pas le choix.

Maintenant on est comme l’âne de la fable du sieur Martin, le choix est tellement vaste et standardisé que soit on préfère renoncer et finir seul (l'âne à Martin est mot d'avoir trop longtemps hésité entre boire ou manger...), soit il faut absolument tout consommer pour tenter d'arriver à satisfaction sans jamais y parvenir.

Mais en même temps rien n’empêche de dire non à ce mode de vie et rechercher ceux qui y résistent aussi.
0 vote

Tiens... ce sujet m'a échappé ! Ou plutôt JE suis passé à côté 🤔

Tout ou presque a déjà été dit dans ce topic, et comme certains, je dirai aussi que c'est subit autant que par choix. J'ai besoin de m'isoler parfois(souvent) et pourtant j'adore l'échange, me retrouver parmi la foule, amis, famille, j'aime le bruit, la musique... mais le tout à dose "contrôlée".

J'ai bien aimé cette phrase quelques messages plus avant : "c'est à la fois le risque et l'opportunité de se rencontrer soi-même, de se connaître " pour moi cela a été plus une opportunité qu'un risque. Je n'ai jamais eu peur de me retrouver face à moi-même... je le fais depuis de nombreuses années. Du coup j'ai appris à me connaître, à m'écouter vraiment, et à m'aimer.

Malheureusement, comme dans de nombreuses situations, celle-ci n'a pas que des avantages, très loin s'en faut...
0 vote

Chacun ses méthodes et sa façon de gérer les périodes solitude et les périodes de sociabilisation.
Pour échapper à la solitude, depuis mes 8 ans, je me suis inventée tout un monde imaginaire dans la tête avec des personnages haut en couleur et des scenarii à faire pâlir Hollywood :) J'en suis à la trentième saison avec de nombreux rebondissements, une évolution constante des personnages avec le temps évidemment, des histoires renouvelées à n'en plus finir et des personnes LGBTIQA+ à foison depuis plusieurs années :)
Je pourrais rester des heures et des heures allongée sur mon lit, la tête ailleurs sans jamais m'ennuyer une seule seconde. C'est la solution que j'ai trouvée pour sortir un peu du quotidien, un sas de décompression comme disait quelqu'un plus haut il me semble.
0 vote

Je réalise finalement que je pouvais vivre une autre forme de solitude. Subtilement cruelle elle aussi car totalement muette. En tout cas moi je la vois ainsi et par moment cela m'attriste énormément. Je vais aussi en parler je pense que c'est bien l'endroit...

En fait, je suis la plupart du temps celui auprès de qui on vient chercher du réconfort, vers qui on se tourne, la bonne épaule sur laquelle on pose sa tête quand ça va mal... les oreilles attentives qui écoutent mais restent muettes. De mémoire j'ai toujours été un bon confident qui sait écouter et conseiller. Peine de coeur, de cul, décès, disputes, envie de suicide, etc...

Evidemment les personnes (amis mais surtout famille) savent qu'ils peuvent compter sur ma présence indéfectible. Cela a toujours été ainsi... et je crois que je ne pourrai pas faire autrement ! Avec le temps et " l'expérience" j'ai appris à me mettre sur pause, faire de la place pour laisser l'autre vider son sac et agir comme une éponge pour qu'il reparte soulagé. Mais aussi (et surtout !!!) à prendre du recul et ne pas me laisser envahir par toute la négativité qu'on me laisse en héritage. L'isolement me permet justement de pouvoir faire un travail de "vidage de données" et ne pas m'imprégner.

Mais, connaissant mes choix de vie et au courant de mon long célibat, jamais, JAMAIS (!!), aucune de ces personne n'est venue un jour me dire " ça va toi ? Tout va bien ? c'est quoi ta vie, tu sors avec quelqu'un en ce moment ? Si t'as un problème tu voudrai bien m'en parler parce que ça m'intéresse !? "... Non, toute ma peine, toute ma solitude (et elle est lourde), mes moments d’errance, de mes pertes de repaire aux absences de la réalité... ils s'en foutent royalement, du moins ça ne semble intéresser strictement personne !
C'est terrible de constater que jamais personne n'est venu vers moi pour m'apporter une oreille attentive ou un peu de ce réconfort que je partage si généreusement. Quand je pète un câble c'est toujours tout seul, dans le silence et la pénombre de ma chambre... je pleure un bon coup (ou pas) pour finir de me libérer et enfin, repart de plus belle.

Bon d'accord je reste une personne très singulière, je montre rarement et (très) difficilement que je vais mal (c'est sans doute là tout mon tort)... mais suis-je un extraterrestre ou un humain ? Il n'existe personne au monde ne connaissant pas de difficultés, de problèmes, de peines... Comment peut-on être aussi égoïste et insensible ? Comment peut-on attendre et compter sur les autres pour nous aider quand ça ne va pas si nous mêmes ne sommes pas capables, de temps en temps, de leur retourner une once de ce soutien ?

Heureusement, et c'est là que j'en reviens à mon précédent post et à tous les autres de ce fil de discussions, j'ai appris à faire sans (à défaut de faire avec).
0 vote


Il faut faire attention de ne pas confondre solitude et/ou dépression bien que l'un amène à l'autre, parfois et qu'ils soient intiment liés.
La deuxième chose, je trouve est de ne pas se positionner au bon endroit face à cette solitude. Elle nous arrange dans certaines conditions, tout son contraire dans d'autres.
Puis, à quels moments ressent-on plus la solitude objectivement?



Citation de Wakfu
Moi la solitude ma Beaucoup fait souffrir à 17ans car j était quelqu un de timide jusqu à maintenant mais moins,j avais pas des amis ou on ce moquait de moi en cours etc...

Mais pourtant la solitude ma permis de réfléchir à des ta de choses et sa ma permis d avancer dans la vie pour des ta de chose.

Je fait des activités tout seul car la solitude ma rendu un peux sauvage car je du mal aller vers les gens pour se tapé des discute etc...


Tiens je te mets ce texte de Allen Ginsberg auquel j'ai pensé en te lisant et que j'aime car il me renvoie complètement à mon adolescence, mon début de vie d'adulte et qui fait ce que je suis aujourd'hui:

"L'homosexualité est une condition. Parce-que dès le départ, elle m'a mis à l'écart, elle m'a servi de catalyseur pour m'interroger sur moi même, où elle m'a permis de prendre conscience de mon environnement et des raisons qui font que les autres sont différents et que je suis différent."
0 vote

sa fait bcp de mal


0 vote

perso j'avais meme ce sentiments pendant une periode très sombre de mon adolescence . " En étant bien avec soi, on a plus de chances de l'être avec les autres " . Ne pas avoir l'air triste et parraitre ouvert , les gens ont beaucoup plus envie de venir vers nous !


0 vote




Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit