Trouble de la personnalité bordeline

auteur anonyme

Anonyme
Ce sujet est une demande d'aide, écoute et bienveillance sont de rigueur

On dit aussi Etat limite ou encore personnalité Borderline, ou, pour le domaine médical: TPB. C'est plus simple à dire hein? Problème si méconnu que même le correcteur orthographique n'accepte pas son existence.

J'aimerais connaître des gens susceptible d'accepter ce genre de chose. J'aimerais un jour voir l'eau couler sur ma peau comme vous autres et ne pas être une éponge. J'absorbe, tout. J'absorbe, encore, encore, puis j'explose, en de milliards de morceaux, tout le temps, pour tout, tout le monde. Non pas tout le monde. C'est compliqué. Compliqué à expliquer à vivre, pour moi, pour vous, ceux que j'aime, ceux qui vivent en ma présence.

Mais alors qu'est-ce ? D'après les psychiatres, la trouble de la personnalité Borderline "se caractérise par une grande instabilité des relations interpersonnelles, une instabilité émotionnelle, une mauvaise appréciation de l’image du soi, une impulsivité marquée." Voilà. Voilà avec quoi je vis, avec quoi, la personne qui m'aimera vivra.

Je ne suis pas facile à vivre non, mes humeurs sont changeantes, je ne suis jamais sûre de moi, de vous. Capable de répéter trente fois dans la journée: est-ce-que tu m'aime? Dis, je te manques? Et ne jamais, jamais croire à la réponse. J'ai besoin de comprendre, comprendre pourquoi telle chose est faite ainsi, pourquoi alors, si elle est faite ainsi ça ne peut pas être le contraire et, est-ce-que le fait qu'elle soit fabriquer de telle sorte influe sur son fonctionnement? Tout le temps sans cesse. Une réponse manquante et c'est l'explosion! Mais vous savez, c'est beau aussi, les feux d'artifices.

J'ai peur, peur de l'abandon, avant même que l'on m'apprivoise. Peur de l'échec, peur du vide. " Sentiment de vide chronique" qu'ils disent dans les documents officiels. Oui, c'est vrai. Un vide qu'on essaye de combler à ce qu'il parait, par tous les moyens. Tous. Jusqu'à ce faire du mal parfois.

Je vous fait peur hein? Non, pas encore? C'est normal. J'ai l'habitude. Après avoir raconté en détail ce qu'une fille peut vivre à mes côtés, je pose toujours la même question: t'en sens tu capable? Vraiment capable? Ne me dis pas oui si tu n'en es pas sûre, parce que tu ne sais pas ce que c'est, mais, si tu me dis oui, sache que tu deviens mon pilier et que si tu reviens en arrière, j'en subirais de lourde conséquence. Je suis comme ça. Et souvent on me dit " mais non, c'est rien, il faut juste savoir composer". Non, il ne suffit pas de JUSTE de savoir composer. Non, j'ai besoin de la force de quelqu'un moi pour avancer. C'est aussi terrifiant que vrai à dire.

J'ai juste besoin de douceur et de fermeté, de compréhension et d'écoute. D'amour. Un besoin inconditionnel d'amour. Il parait que c'est ce qui nous caractérise.

Alors, peut-être me direz vous: Mais, il faut faire des efforts! Demandez donc à quelqu'un atteint du cancer ou du sida de faire des efforts pour ne plus être malade, vous verrez ce qu'il vous répondra. Demandez à un amputé de monter les escaliers plus rapidement, vous verrez ce qu'il vous dira. D'ailleurs, essayez donc de demander à un tétraplégique de marcher. Il voudrait bien lui, et s'il ne s'agissait que de volonté, ça ferait longtemps qu'il l'aurait fait. Hé bien c'est pareil.

En résumé: Un obstacle, de la taille d'un muret pour vous sera toujours toujours toujours, pour moi, une montagne, quoi que je fasses.

Pourquoi j'écris ce sujet? Dans l'espoir d'avoir une oreille attentive, des conseils peut-être ou allez savoir peut-être qu'une jolie demoiselle avec la force de vaincre me diras: hé! toi! Je suis là...
Pourquoi j'écris ce sujet? Peut-être pour voir si quelqu'un d'autre ressens ça? Si quelqu'un d'autre est malade, comme moi? Si quelqu'un comprend, si quelqu'un, même normal, pouvait juste me faire sentir moins seule.

Une jeune femme de 21 ans.


auteur anonyme

Anonyme
Merci de ta réponse, ça fait du bien, un peu.
Mais, toi, en tant que proche, tu le vis comment, ses périodes de crises?

auteur anonyme

Anonyme
Oh. Tu as l'air d'être une amie extraordinaire... Mais, elle s'en ait déjà pris à toi? Pas forcément physiquement, mais dirigé sa colère contre toi? Et, enfin, c'est elle qui t'a guidé pour t'expliquer quelles genre de réaction pouvait la faire souffrir ou tu es allé te renseigner de toi même?...

photo de l'auteur Tifa077
Tifa077
Femme de 25 ans
Champs-sur-Marne
Il y a un moment j'ai été diagnostiquée comme borderline..
Mais il s'est avéré que ce n'était qu'une erreur de diagnostic, car confondu avec certains traits des zèbres (comme j'aime les appeler) ou HPI.
Serait-ce possible que tu sois dans le même cas?
En tout cas je serais ravie de discuter avec toi, et si ça t'intéresse mes techniques pour éviter que l'éponge émotionnelle prenne le pas sur le reste :)
Courage!

auteur anonyme

Anonyme
Merci.

photo de l'auteur Marieparis24
Marieparis24
Femme de 25 ans
Paris
Hello, je ne sais pas si c'est possible, mais je suis capable de t'aider, si tu peux me contacter... Marie

auteur anonyme

Anonyme
Je t'en pries, tu es excusée.

Oui comme moi. Mes amies généralement je les épargne. Généralement.

Bref, merci quand même pour tes mots, ça me rassure de me dire qu'il y a des gens qui restent malgré tout

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Avec plaisir :)

photo de l'auteur littlephenix
Littlephenix
Non binaire de 33 ans
Dourdan

6 remerciements
Salut, je suis sûrement borderline aussi, en principe c'est pas une fatalité.

Est-ce que tu es suivie, et correctement ? Il y a plein de super livres qui peuvent t'aider là dessus (et sous estime pas leur importance), et des gens spécialisés du trouble. En France on est souvent à la bourre niveau psychologie, mais les théories sur le trouble de l'attachement sont en train de beaucoup aider à comprendre ce genre de phénomènes.

Pour ma part j'essaye de travailler avec une psy de l'aforpel: http://www.aforpel.org/ ils peuvent peut-être t'aider.

photo de l'auteur furryfox
Furryfox
Homme de 21 ans
Etampes
On est tous un peu borderline, C est la normalité que d être anormal, après faut du temps, un apaisement et une stabilité, je sais que C est très dur.... interner pendant 2 ans j en suis tjs à essayer de vivre "normalement" sans vraiment y arriver. ..je prends des médicaments et à déjà été interné pendant longtemps, si tu veut en parler, je peut t aider depuisà maigre expérience

photo de l'auteur DarkSafo
DarkSafo
Femme de 26 ans
Toulouse
"J aimerais un jour voir l eau couler sur ma peau comme vous autres et ne pas être une éponge. J absorbe, tout. J absorbe, encore, encore, puis j explose, en de milliards de morceaux, tout le temps, pour tout, tout le monde. Non pas tout le monde. C est compliqué"

Là, tu as résumée ma vie...

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit