Pour l'amour de Noah ( Romance M / M) ( Chapitre 2 )

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Bonsoir,

J'ai décidé de créer ce topic pour vous faire partager l'un des romans M/M que j'écris et qui s'intitule : Pour l'amour de Noah.
A savoir que je publie également sur mon blog : evawrite.skyrock.com
Egalement sur Wattpad sous le pseudo : misao21
Mais aussi sur Booknote, dans la section du forum : Essaie et créations en plusieurs parties.  Ici : http://booknode.com/forum/viewtopic.php?f=33&t=235783&p=17231773#p17231773

Pour ceux qui désire partager cette passion avec moi, vous pouvez aussi me joindre sur Facebook ici : https://www.facebook.com/EvaWrite.Auteure

Voilà, j'espère ne pas vous avoir déranger :) et que ce texte, cette histoire torride et pleine d'amour qui me tient à coeur vous plaira :)

Résumé :      En le rencontrant ce soir-là, jamais Oliver n'aurait cru qu'un simple baiser allait rapidement se transformer en baiser torride et implacable. Lui qui n'était qu'un hétéro parmi tant d'autres, et qui possédait une belle fiancée. Mais entre eux, il n'était nulle question d'amour. Toutefois, la chose que n'avait pas prévue Oliver, c'était le puissant désir qu'il allait éprouver pour Noah, ce jeune gay de vingt-deux ans, qu'il avait dû embrasser suite à un stupide pari. Un désir si puissant qu'au fil des jours, l'homme n'arrivait pas à chasser le jeune homme qui le désirait aussi, de sa tête et de son corps. Il finit donc par entrer en contact avec Noah, qui d'abord réticent refusa de le revoir, puis, celui-ci changea d'avis et accepta de devenir son ami.        Or, plus les deux hommes passaient du temps ensemble, et plus le désir, la tension sexuelle et... l'amour ne cessait d'intervenir et de les tenter. Comment ignorer l'amour qu'Oliver lisait dans les magnifiques yeux émeraude de Noah, et la souffrance de ce dernier au fur et à mesure que le mariage approchait ?        Plus troublé que jamais, Oliver se sentait à la fois ivre de désir pour un homme, qui lui inspirait également de puissants sentiments qu'il craignait d'identifier. Entre la vie stable et sans heurt qu'il s'était créée au fil des années, et le futur imaginé avec une fiancée aussi belle que manipulatrice, comment allait-il pouvoir réagir si l'amour apparaissait soudainement devant lui sous les traits d'un jeune homme aussi beau qu'adorable ?Voilà pour le moment, j'espère que mon article vous aura plus.
Si vous êtes intéressé, sachez que je suis disponible pour discuter et faire votre connaissance.
Bonne soirée.


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Chapitre 1



Depuis une heure, son corps s'activait sur la piste de danse de la boite de nuit. Il se défoulait, défoncé par la musique électro mixée du DJ. Les muscles en feu, le souffle haché, Noah se mouvait au rythme effréné de la musique, laissant ses cheveux châtain clair virevolter, le front légèrement humide de sueur. Cela faisait du bien de s'amuser après tous ses mois de souffrance et de déprime.

Il remerciait intérieurement Maxence, son meilleur ami pour sa patience ainsi que son idée de l'emmener ici ce soir. Sans lui, il serait encore en train de broyer du noir dans son appartement, à ressasser le passé. Finis tout ça. À présent, il pouvait enfin sortir et rencontrer du monde, comme avant. Enfin, ce n'était pas comme s'il n'était pas sorti ces derniers mois pour des séances de baises furtives. Ça lui permettait d'oublier pour un temps.

Du haut de son mètre soixante et onze, le jeune homme pouvait sentir une forte odeur de sueurs, de parfums et des fragrances multiples d'alcool. Ayant déjà bu quelques verres, il se savait légèrement groggy par l'alcool bien qu'il possédait encore toutes ses facultés. Or, les corps qui ondulaient tout autour de lui le collait presque. Des hommes pour la plupart, mais comme il s'agissait d'une boite de nuit mixe, des femmes dansaient également.

Gays et hétéros semblaient s'amuser sans problème. Après tout, songea brièvement Noah, il s'agissait de ce genre de boite de nuit, assez classe où tous types de personnes pouvaient venir sans restrictions. Lui-même étant un gay depuis son adolescence, il n'aimait pas les femmes, n'éprouvait aucun désir pour elles. De son regard émeraude, il balaya la salle à demi bondée, à la recherche d'un homme à son goût. Après trois mois d'abstinence, Noah en avait assez, il lui fallait du sexe.

Par habitude, il savait où trouver un amant d'une nuit. Quelques heures de plaisir ne changeraient pas grand-chose dans sa vie déjà bien morne, mais il fallait bien débuter quelque part. Il soupira, ne trouvant à première vue aucun mec à son goût. Bien qu'ayant des hanches étroites, une peau claire, Noah entretenait son corps un minimum. Il possédait un beau corps avec son ventre plat, quelques abdominaux qui ressortaient bien. Quand quelqu'un le bouscula, il fronça les sourcils un peu irrité et se retourna pour y découvrir son ami Max, beau blond avec son teint légèrement mat, et ses yeux d'un beau bleu clair. Ce dernier souriait d'un air espiègle. Le salaud ! Il avait fait exprès de le bousculer. Néanmoins, au lieu de s'énerver contre lui, Noah lui tira la langue, amusé malgré lui par la situation. Son ami, qui possédait un visage aussi attirant que le sien, avec des traits fins et réguliers, se déhanchait comme un dieu sur la piste. Il était attirant, sexuellement parlant, avec son corps aux courbes parfaites, son mètre quatre-vingt-deux, ses épaules plus larges que les siennes. Bien que, en ce qui le concernait, jamais il ne serait venu à l'esprit de coucher avec lui. Il était son meilleur ami. Noah refusait de gâcher cette amitié avec du sexe.

Au bout de quelques minutes où les deux hommes continuèrent à danser, Maxence s'arrêta subitement, lui posant une main sur l'épaule.
— Quoi ?
— J'en peux plus, cria Max à son oreille, je vais me poser un peu et aller me prendre un verre. Tu viens avec moi ?
Vêtu d'un tee-shirt anthracite à manche courte, qui moulait son corps à la perfection, auquel s'accompagnait un pantalon en vinyle noir, Noah secoua la tête.
— Vas-y d'abord, répondit le concerné à son oreille, prends-nous une bonne table, je te rejoins dans quelques minutes.
— Ça marche !
Son ami déposa un bref baiser sur ses lèvres, accompagné d'un clin d'œil. Une habitude entre eux depuis qu'ils se connaissaient. Puis il se détourna, esquiva les autres danseurs avec grâce, puis disparut de sa vue rapidement.

Il ne fallut que quelques secondes pour qu'un mec pas trop mal ne se colle pratiquement à lui. Ce dernier se déhanchait dans son dos, au point où il pouvait sentir sa chaleur. Il sourit puis dansa un petit moment avec cet homme, à peine plus grand que lui. Enfin, il fit volte-face et l'observa. Pas vraiment beau, il possédait néanmoins un certain charme et un sourire attirant. Il pourrait faire l'affaire pour ce soir.

Subitement, l'homme approcha sa bouche de son oreille, lui soufflant son haleine tiède.
— Je m'appelle Greg, tu veux boire quelque chose ?

S'il acceptait cette perche, Maxence ne lui en voudrait pas, il en était sûr. Il faudrait tout de même qu'il le prévienne... quoique... Son ami méritait qu'il boive un verre avec lui d'abord. Après tout ce qu'il avait fait pour lui depuis sa chute. Lui qui l'aidait depuis de longs mois à sortir du désespoir.
— Moi c'est Noah, répondit celui-ci en l'imitant, je veux bien un verre, mais pas tout de suite. J'ai promis mon premier verre à mon pote qui m'accompagne. Je serais à toi juste après.

Si le dénommé Greg fut vexé, il n'en montra rien, au contraire. Il esquissa un beau sourire, démontrant qu'il comprenait. Lui ayant posé une main sur la hanche, il la pressa gentiment.
— D'accord, je t'attends alors.
— Merci.
Sur ces mots, l'individu frôla ses lèvres d'un presque baisé et s'éloigna, le dévorant du regard. Ça ne faisait absolument aucun doute que cet homme n'avait pas l'intention de partir seul ce soir, du moins pas sans lui. Parfait.

Ses oreilles bourdonnant finalement à cause de la musique, Noah qui possédait un anneau en argent à l'oreille gauche finit par se faufiler à travers la foule. Ses yeux en profitaient pour rechercher son ami, vers le fond de la salle, pensant l'y trouver, sans résultat. Plissant le front, il trébucha, manquant s'étaler de tout son long, mais parvint de justesse à se rattraper. Secouant la tête, il l'a sentit tourner légèrement. Il comprit qu'il allait devoir ne pas trop abuser de l'alcool dans son état à moins de vouloir souffrir de maux de tête violents le lendemain. Soudain, il le trouva, assis, seul ayant commandé deux verres. L'un pour lui et l'autre pour son jeune ami dont il croisa le regard émeraude un peu brillant. Noah sourit et s'avança vers lui, évitant un couple de danseurs gays qui dansait collé l'un à l'autre, d'un air érotique. Sauf que dans leur mouvement, les deux hommes le bousculèrent un peu brusquement, lui faisant perdre l'équilibre.
— Merde !

Alors qu'il tomba en avant, l'adrénaline pulsant dans ses veines, Noah fut certain de toucher le sol dur et de s'y faire mal, il ferma donc les yeux et attendit.
— Hey !
Des mains fermes et viriles le rattrapèrent avant qu'il n'atteigne le sol. L'une se retrouva sur son épaule, l'autre sur sa hanche, tandis que sa tête se retrouva posée sur un torse puissant et bien bâti.
— Ça va ?

Avant même que Noah se rendit compte que l'homme lui parlait, il frémit, envahi par une violente onde de chaleur qui s'empara de son corps. Déglutissant péniblement, le jeune homme prit appui sur ses jambes, releva la tête, posant ses propres mains sur le torse de l'inconnu pour s'écarter un peu. En croisant son regard argenté si vif, Noah sentit son cœur s'emballer dangereusement dans sa poitrine.
— Je...
Comment un homme pouvait-il être aussi diablement sexy et séduisant ?
Il respirait la virilité à l'état pur avec son visage masculin aux traits réguliers, sa mâchoire carrée, ses pommettes hautes, son nez fin, et sa bouche sensuelle.

Quand il se pencha vers son oreille pour mieux se faire entendre, il cessa de respirer.
— Vous allez bien ?
Une voix grave et chaude à son oreille qui fit courir un frisson le long de sa colonne vertébrale, sensation qu'il s'efforça d'ignorer, bien trop subjugué par ce bel étalon qui devait bien avoir entre vingt-cinq et trente ans. Il devait bien mesurer un bon mètre quatre-vingt-sept voir plus, car il avait une bonne tête de plus que lui.
— Oui, merci, ça va, le remercia Noah en faisant de son possible pour ne pas le
dévorer des yeux.
Celui-ci remarqua un détail chez le séduisant inconnu qui freinait quelque peu son désir. Ce dernier ne le regardait pas comme s'il allait le dévorer tout cru, plutôt comme quelqu'un de prévenant. Son teint légèrement hâlé s'ajoutait à une coupe de cheveux brun mi-courts, arrangé un peu comme celui d'un homme d'affaire . Autrement dit, il était irrésistible avec un sex-appeal digne d'un dieu grec.
Et ça ne ressemblait pas à Noah de détailler autant un homme, même s'il avait un corps de rêve, et encore moins de ressentir un désir aussi violent. Aussi, s'écarta-t-il d'un pas en le voyant esquisser un sourire à une femme qui passa près de lui. S'étant raidit, le jeune homme comprit ou plutôt devina que cet être devait être un hétéro. Donc, il n'était pas un homme pour lui. Même son ami Maxence savait qu'il valait mieux éviter de toucher à un hétéro.

Quand l'homme posa de nouveau son regard sur lui, curieux, Noah sentit son audace poindre en lui. Après tout, il n'était pas du genre à abandonner sans preuve. S'il pouvait avoir ce mec et passer une nuit torride, comme il le pressentait, car avec un tel homme dans son lit, comment ne pas passer une soirée ardente ? Quelque chose d'encore meilleur qu'avec le dénommé Greg qui ne lui arrivait même pas à la cheville. Avalant sa salive, il posa une main sur son avant-bras nu, dont la chaleur éveilla ses sens à la seconde.

Il sourit, puis lui cria à l'oreille :
— Je vous offre un verre ?
Une lueur étonnée brilla dans le regard de l'homme brun, qui plissa le front après avoir contemplé quelques secondes les doigts longs et fins sur sa peau, ignorant visiblement la musique et les autres danseurs. Quand enfin l'inconnu recroisa son regard, il semblait un peu agacé.
— Désolé, mais je ne suis pas intéressé par les hommes, lui répondit son interlocuteur d'une voix sérieuse, alors bonne soirée, mes amis m'attendent.
Sur ces mots, il inclina à peine la tête, fit volte-face et s'éloigna, rejoignant un groupe de trois hommes de son âge.

Frustré et déçu, voir irrité, Noah repéra Maxence et fila vers lui, ses pensées ne cessant de tourner envers le seul homme n'étant pas pour lui. Ce qu'il ne comprenait pas fut la raison pour laquelle ce rejet lui faisait aussi mal. Pourquoi son cœur se serrait-il autant ?

— Noah ? s'enquit son ami en lui tendant son verre, l'air inquiet. Qu'est-ce qu'il y a ? Ne me dis pas que tu n'as pas trouvé ton partenaire de baise pour la nuit, ça m'étonnerait, mignon comme tu es.
Pour toute réponse, le jeune homme de vingt-deux ans prit son verre, un cocktail bien fort, une vodka banane-fraise et l'avala en quelques gorgées rapides.

De ce côté de la boite de nuit, la musique se faisait moins forte, du coup, on pouvait parler plus facilement. Toutefois, sous le regard intrigué de Max, son jeune compagnon commanda un autre verre qu'il but tout aussi vite que le premier.
— Donc, je présume que le type qui t'a embrassé après mon départ n'est pas assez attirant sexuellement pour toi, reprit Maxence Tyler en sirotant son propre verre, et que ce doit être le second mec, la bombe sexuelle qui t'a rejeté et te met dans cet état.
Son ami, qui avait trois ans de plus que lui, possédait parfois le don de lire en lui comme dans un livre ouvert et souvent, ça l'agaçait vraiment.
— Maxence, finit par répondre Noah en serrant les poings sur la table, assis face à son ami, est-ce qu'il t'est déjà arrivé de désirer tellement un mec, à en mourir, au point de sentir une douleur physique dans tout le corps à un simple rejet ?
— ... Non, désolé, mon pote, enfin...
— Ne t'inquiète pas, si tu n'as pas envie d'en parler, je ne t'en voudrais pas, tu sais. 
Comment expliquer au blond qu'il avait l'impression de manquer d'air, et d'avoir froid comme s'il était passé sous une douche glacée ? Cela serait vraiment trop bizarre, même de sa part. Car il avait suffi d'un seul contact pour qu'il bande comme s'il ne baisait plus depuis des siècles, où pour un simple mortel depuis des années.
— Je n'ai jamais de chance de toute façon, fit Noah en haussant les épaules d'un air las.
— Ne dis pas une chose pareille, rétorqua vivement Maxence en se redressant un peu, car c'est faux. Tu n'es juste pas encore tombé sur le bon, c'est tout. Et puis pourquoi n'a-t-il pas voulu coucher avec toi ? C'est insensé, vu comme tu es un canon.
— C'est un hétéro...

— Tu t'es fait draguer par un homo ?
La voix de Sam, son meilleur ami, moqueuse avec son froncement de sourcil blond l'irrita un peu. Ouais, dit comme ça, il y avait peut-être de quoi se moquer. Adossé contre un mur de la boite de nuit, éloigné de la piste de danse et de la musique, Oliver observa le jeune homme qu'il voyait de loin s'enivrer, visiblement les mots qu'il lui balança l'avaient secoué. Peut-être aurait-il dû être plus délicat, bien que ça ne lui ressemblait pas vraiment.
Ce gamin semblait être à la recherche d'un coup d'un soir, sans doute un habitué. Cependant, la lueur vulnérable qu'il lut dans ses beaux yeux émeraude fut-elle un tour de son imagination ? Probablement, après tout, il ne le connaissait même pas. Non pas qu'il s'intéressait à lui.
— Je ne te savais pas intéresser par les jeunes beaux gosses, se moqua John, un autre de ses amis, sirotant un verre entre ses doigts, surtout que je te croyais très pris avec ta chérie, Ambre. N'avez-vous pas des projets d'ailleurs ? Comme des fiançailles ?
— Je n'ai rien contre les gays, finit par répondre Oliver en arrachant le verre de Sam qui gloussa, et ça ne m'a rien fait de toucher ce gosse. Je suis hétéro, et il me semble qu'Ambre en a bien conscience.
— Je ne crois pas l'avoir entendu se plaindre de ce côté-là, affirma Thomas, le troisième en haussant légèrement les épaules, ça prouve que ce qu'il se cache dans ton pantalon fait bien son boulot. Non, je serais vraiment inquiet si ton charmant pénis se mettait à bander pour un autre pénis.
Légèrement mal à l'aise, Oliver sourit. Il se rendait compte qu'il venait de mentir à ses amis. Enfin, en partie car admettre qu'il avait été troublé par le contact du corps d'un autre homme ne le tentait absolument pas. D'ailleurs, il n'était pas certain de ce qu'il avait ressenti. Et il ne voulait même pas y penser. Oublier oui. Oublier comme ce corps chaud contre le sien fut électrique et agréable... Absolument pas !

Son verre finit, il le rendit à son pote puis croisa ses bras nus et finement musclés, conscient que sa chemise noire moulait son torse large et bien bâti. Le regard des femmes présentes, tantôt langoureux, tantôt sexuel envers lui démontrait qu'il plaisait toujours autant. Cependant, il remarqua aussi le regard des hommes présent et ceux-ci semblaient briller de désir. Et que penser de celui de ses amis ?
— C'est quoi cette façon de me regarder ? demanda Oliver, pas certain d'aimer la réponse.
— En fait, avant d'arriver ici, et de venir te chercher pour sortir, admit Sam en riant, nous avons décidé tous les trois de t'offrir un gage. Car après tout cette soirée est une sorte de premier enterrement de vie de garçon. La vraie aura lieu comme prévu dans deux mois.
Bien qu'il n'ait jamais été marié, Oliver savait en revanche que les gages étaient une formalité pour ce genre d'événement. Toutefois, au fond de lui, il admit qu'il s'en serait très bien passé.
— Et quelle est donc votre brillante idée ?
— Tu vas l'adorer, certifia Sam d'une voix assurée en posant une main sur son épaule, montre-nous que tu es capable de t'amuser et de prendre des risques.
Son regard argenté balaya ses trois amis, ayant un mauvais pressentiment.
— De quoi vous parlez à la fin ?
— On a fait un pari en fait, avoua Thomas qui souriait jusqu'aux dents, juste avant que tu ne nous rejoignes, on a eu une idée quand on t'a vu avec ce gamin.
Fronçant les sourcils, Oliver avala sa salive, ressentant les effets de l'alcool dans son organisme.
— Tu vas embrasser le gamin qui a flashé sur toi, tout simplement, lâcha Sam en poussant un petit soupir, un baiser ne t'engage à rien après tout. Le deal est simple. Soit tu l'embrasses et tu gagnes, soit tu ne le fais pas et on gagne.
— Et bien sûr, reprit John, sincèrement amusé, si tu perds, tu nous devras à tous les trois quelque chose. Et crois-moi, tu ne préfèrerais même pas savoir ce que l'on désire.

Durant une brève seconde, il les foudroya du regard, certain que ces enfoirés étaient plus que sérieux.
— C'est une blague ?
— Non.
— Vous cherchez juste à me faire chier, c'est bon, j'ai compris.
— Agis comme un homme, cher ami, ou bien abandonne et paye la note.
Embrasser un mec, comment pourrait-il faire un truc aussi dingue ? Se forcer ? Comment y parvenir ? À vingt-sept ans, il avait passé l'âge d'agir comme un gamin ! Avoir un beau visage ne suffisait pas pour donner envie d'embrasser quelqu'un.
— Espèce de lâche...
Il retint un soupir d'agacement.
— Très bien !
Après tout, s'il y réfléchissait bien, un simple baiser n'engageait à rien.
— Juste un baiser, c'est ça ?
— Bien sûr, crétin !
— On ne te demande pas de lui rouler une pelle ni de coucher avec lui, renchérit Sam avec un peu plus de sérieux, c'est un mec bordel. Même moi je n'en serais pas capable. Même si on me promettait de passer la nuit avec Angelina Jolie dont je rêve presque chaque nuit, je ne le ferais pas.
Il jeta ensuite un coup d'œil à Thomas, lequel, avec ses cheveux noirs d'encre, relevés en arrière, et son regard chocolat, essayait de repérer le jeune homme gay en question.
— Pour info, dit Thomas à son tour, je n'ai rien non plus contre les gays, donc... je vais apprécier te voir presser tes lèvres sur les siennes et les remuer. Peut-être que je prendrais une belle photo, qui sait ?
— À présent, fit John hilare, il ne te reste plus qu'à aller chercher ton promis. Surtout après ton rejet, pauvre de lui, la tendresse n'est pas ton fort.
— Fermez là un peu, bande de crétins.
L'ayant repéré à son tour, il le voyait de dos, tandis qu'il semblait s'enfiler un nouveau verre. Ce jeune homme paraissait avoir une bonne descente. Ce constat lui arracha un sourire. Il ne lui fallut pas attendre longtemps à Oliver avant d'avoir l'occasion qu'il espérait. Dès qu'il vit le jeune homme se lever seul, quittant son ami pour retourner sur la piste de danse, il réagit dans la seconde. Juste avant que le jeune homme n'arrive au milieu de la piste de danse animée, où le rythme de la musique s'accélérait, Oliver le rattrapa.

Se plantant devant lui, il lut la surprise puis la méfiance dans son regard qu'il trouva magnifique. Pendant une brève seconde, il hésita. Puis voyant que le plus jeune le dévisageait d'un air curieux, il se décida. Après tout, on avait dû lui faire le coup et puis un baiser rapide ne signifiait rien. Il n'aurait qu'a le mettre sur le compte de l'alcool. Sentant le regard de ses amis sur eux, il déglutit puis prit son visage en coupe entre ses paumes et sans la moindre hésitation, pressa ses lèvres sur les siennes...



Ainsi se finit ce tout premier chapitre qui sera suivit du second, dans la soirée, je pense 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Eh bien... que dire...

En un seul mot?
Envoûtant.

En une expression?
"C'est tiguidou"!

En une phrase?
J'adore ton style d'écriture, cette façon de jongler entre les deux personnages, leurs points de vue, et surtout, la façon dont tu amènes agilement l'introduction à son élément déclencheur! :)

Continue dans cette lancée!! J'ai hâte de lire la suite :)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Tout d'abord, je tiens à te remercier Alvin6 pour m'avoir lu, aussi j'espère que la suite te plaira tout autant :)

Bonne lecture :)

Chapitre 2 Rien n'aurait pu le préparer à ça. À cette explosion de chaleur et des sens dès l'instant où il posa sa bouche sur la sienne. Il l'a remua un peu, fin prêt à s'écarter. Une décharge électrique enveloppa son corps, le faisant reculer légèrement. Juste le temps de quelques secondes, dont il profita pour contempler ses iris émeraude dont les pupilles dilatées le fixaient avec un désir troublé. Visiblement, ce jeune homme ne s'attendait pas à ressentir ça. Il était aussi surpris que lui. Oliver ne savait quoi penser. En fait, il n'était pas certain d'avoir envie de penser. Il avait fait ce qu'on attendait de lui, alors pourquoi ne s'en allait-il pas ? Pourquoi son corps semblait-il s'être rapproché du sien ? À moins qu'il ne rêvât. Mais alors pourquoi avait-il encore ses mains sur son visage, qu'il trouva délicat, doux et vraiment beau. Bien qu'il discerna une petite fossette sur son menton, qu'il apprécia. Non, il n'appréciait strictement rien du tout !— Désolé, je...     Noah n'entendait pas ce que lui disait cet homme, en revanche, il lisait sur ses lèvres. Le cœur battant à tout rompre dans sa poitrine, son corps s'enflamma, ses veines rugissantes de lave, son sexe s'étant durci. Terriblement excité, Noah ignora le pressentiment quil lui serrait l'estomac, laissant glisser ses mains sur ce torse qu'il trouva délicieusement dur, contracté et brûlant. Il parvint à sentir le cœur de son inconnu s'emballer dangereusement, tandis qu'il approcha sa bouche de la sienne sans la toucher. Oliver prit une profonde inspiration, regrettant presque immédiatement son geste tant la fragrance qui se dégageait du jeune homme lui fut agréable, beaucoup trop même, ne sachant plus que faire. Ses lèvres offertes n'attendaient qu'une chose, être cueillis par lui. Son pari étant gagné, bien qu'il n'aimait pas y avoir participé de cette façon, il pouvait s'en aller. Mais une force inconnue le suppliait de rester et d'assouvir son impulsion. La curiosité ? Il n'en savait rien, mais n'était pas certain de pouvoir résister davantage.  Sans même essayer de comprendre ce qu'il faisait, il inclina la tête puis s'empara de cette bouche qu'il qualifia de délicieuse, douce au toucher, légèrement humide, chaude... enivrante. Il ferma les yeux et profita de ce moment, peut-être l'alcool l'y poussait. Quand une langue chaude et aventureuse caressa ses lèvres, il frémit, savourant ce geste bien malgré lui. Il ne réfléchissait plus. Entrouvrant ses lèvres, il laissa la langue du jeune homme caresser son palais, puis sa propre langue sans qu'il n'en éprouve du dégoût. Bien au contraire, celle-ci avait un goût subtil de pêche dont il pourrait très bien devenir accro. Non ! S'il tenta de résister au début, il ne lui fallut que quelques secondes pour céder complètement. Il empoigna sa nuque d'une main, et de l'autre, colla son corps masculin au sien, alors qu'il ravageait sa bouche d'un baiser ardent. Comment ne pas s'abreuver de ce nectar ? se demanda Noah qui se sentait grisé comme un drogué en manque de sa dose. Qui était cet homme, à la fin ? Il embrassait comme un dieu et le rendait fou de désir. D'où venait-il ? Que faisait-il dans la vie ? Non, la vraie question restait du pourquoi sa curiosité envers cet inconnu demeurait aussi forte. Jamais jusqu'à ce jour, il n'avait ressenti l'envie de mieux connaître un homme qu'il venait juste de rencontrer. Même pas avec... Lui.Que se passait-il ? Pourquoi chaque cellule de son corps s'activait soudainement ? C'était si bon de l'embrasser, de répondre avec ferveur à son baiser, de caresser langoureusement sa langue sensuelle et si excitante qu'Oliver se sentait perdu, mais terriblement bien et... excité. Tout en laissant leurs langues s'affronter en un ballet érotique qui perdura, lui donnant l'impression de s'éterniser. Tout ça lui donnait envie de plus... même s'il ignorait ce que cela impliquait. Impossible pour lui de réfléchir vraiment.      Il arrivait à sentir le sexe long et dur pressé tout contre son ventre et ça le fit gémir. Il bandait...comment un type qu'il supposait être un hétéro parvenait-il à bander pour un gay comme lui ? Une chose que Noah ne comprenait pas. Or, l'avoir tout contre lui faisait un bien fou. Quand il l'entendit grogner tout contre sa bouche en feu, il frissonna violemment. Il avait envie que cet homme lui fasse ardemment l'amour, à en mourir. Il en avait besoin, un besoin viscéral même.     La bulle d'extase et de bien-être dans laquelle Noah se trouvait, éclata soudainement quand l'inconnu détacha sa bouche de la sienne, puis recula, comme si on l'avait arrosé avec un jet d'eau glacé. Le souffle court, une main sur sa bouche, il avait pâli et semblait un peu malade. Ayant un mauvais pressentiment qui lui noua les entrailles, Noah prit une profonde inspiration, humant avec délice son parfum musqué et exotique. Quand il croisa son regard, son cœur se compressa, entièrement vide et glacé, alors qu'il comprit. À son tour il blêmit, pinçant ses lèvres tremblantes, la gorge nouée. La situation se passait de mot, réalisa-t-il le cœur lourd, tandis qu'il recula. Mais avant qu'il ne puisse faire un pas de plus, la main de cet homme s'agrippa à son poignet, alors que ce dernier l'incita à le suivre. Que voulait-il ?À contrecœur, Noah le suivit jusqu'au hall d'entrée de la boite de nuit, situé dans une autre pièce, où la musique ne filtrait pas trop. On s'entendait parler, sans compter que le lieu demeura désert ou presque. Oliver se sentait mal, ignorant tout des réactions de son corps, à présent refroidi bien que l'objet de son pseudo-désir se trouvait juste devant lui. Loin d'être idiot, ce dernier semblait avoir compris.— Écoutez... commença Oliver troublé. Je suis désolé, je n'aurais pas dû faire ça. Je n'aime pas les hommes... enfin... ça ne me ressemble pas de faire ça.Il vit le jeune homme déglutir péniblement et pâlir un peu plus. Peut-être après tout, n'avait-il pas l'habitude des rejets autant qu'il le pensait. La lueur vulnérable de son regard se compléta d'une teinte triste, ce qui lui fendit le cœur. Il se rembrunit.— Oui, c'est ce que je vois, marmonna Noah qui soutient néanmoins son regard, mais dans ce cas, il ne fallait pas le faire et jouer avec moi. Me dire non une fois aurait suffi. Alors, pourquoi m'avoir embrassé comme ça ? Par curiosité ?Oliver réprima un soupir agacé. Agacé envers lui-même pour se sentir coupable et par ce trouble qui ne le quittait pas.— Ce n'était pas par curiosité, répondit-il finalement en plongeant ses mains dans les poches de son pantalon en cuir, enfin pas totalement.L'ainé détourna une brève seconde les yeux avant de les braquer de nouveau sur lui.— J'ai dû trop boire, car en tant normal, je n'aurais jamais accepté le pari stupide de mes amis, lui déballa le brun avec gravité, c'était une idée stupide, je le sais et j'en suis vraiment désolé. Je ne suis vraiment pas en état de réfléchir correctement sinon je n'aurais jamais fait un truc pareil.— Vous... vous plaisantez, pas vrai ?— Non. En voyant le mouvement de recul du jeune homme aux iris émeraude envoûtant, Oliver se crispa. Il comprit qu'il venait de dire exactement ce qu'il ne fallait surtout pas dire. Et merde ! Une lueur étrange brilla dans ses yeux, un mélange de colère et de souffrance. Comment ne pas éprouver ces sentiments après ce qu'il venait de faire ? Impossible de simuler, réalisa Oliver envahit d'une teinte de honte. À vingt-sept ans, agir comme un gamin avec un stupide pari était particulièrement mesquin et enfantin. Maudits soient ses amis ! Et lui-même pour être un con. Cela ne lui ressemblait pas de jouer ainsi avec les sentiments des autres.— J'espère que c'était amusant de jouer comme ça avec moi parce que sinon vous êtes un bel enfoiré ! rétorqua vivement Noah, qui n'en croyait pas ses oreilles. Ça vous prend souvent d'embrasser des gays comme ça pour des paris ? Pour le fun ? Pour vous faire peur peut-être ?— Bien sûr que non !— C'était la première fois ?— Évidemment ! Je ne m'amuse pas à faire ça tous les jours, ce n'est pas mon genre.Noah secoua la tête, ne le croyant pas.— Je ne vous connais même pas, comment vous croire ? fit-il, à bout de nerfs. Parce je suis jeune et naïf ? J'ai beau n'avoir que vingt-deux ans, je suis loin d'être un crétin. Et je n'ai pas honte de ma sexualité. J'aime les hommes, j'aime coucher avec eux et ça ne m'a jamais posé de problème. Mais jamais je n'ai rencontré un hétéro qui se forcerait à m'embrasser et...— Je ne me suis pas forcé !Non, il n'en avait pas eu besoin et c'était ça le pire. Mais hors de question pour lui de l'avouer. Jamais ! Il possédait une vie avec un boulot qu'il aimait et lui rapportait bien, avec une fiancée belle et aimante. Bien qu'il ne comprenait pas et ne voulait pas comprendre ce qui lui avait pris avec ce baiser.     Stop ! À ce rythme-là, ça n'en finirait pas. Aussi, leva-t-il ses mains en signe de reddition.— Écoute, sincèrement, je suis désolé, s'excusa Oliver d'un air grave, je n'ai rien contre les gays, je ne juge pas. Mais ce soir, je ne suis pas en état de réfléchir. De plus, je suis fiancé, je ne peux pas me permettre de faire de connerie.— Pardon ?— Je...— Ça, c'est la meilleure...souffla Noah d'une voix faible et agacée.Il secoua la tête, sous le choc.— Très bien, ça suffit, s'exclama soudainement Noah qui prit une nouvelle inspiration, pour se calmer sans doute, il vaut mieux arrêter là. Nous n'avons rien à faire ensemble de toute manière. Dans d'autres circonstances, gays ou pas gays, peut-être qu'on aurait pu s'entendre. Donc, merci de m'avoir offert le meilleur baiser de ma vie !— Noah ! Tu étais là ! s'exclama la voix virile de Maxence dans son dos. Je t'ai cherché partout. Tout va bien ? Celui-ci se retourna et soupira d'un air soulagé, tandis qu'un léger tremblement secoua ses épaules. Noah s'avança vers son ami et s'arrêta à mi-chemin, tournant à demi la tête.— Ou peut-être que vous embrassez comme un pied, monsieur l'hétéro...Se sentant terriblement humilié et mal, et en manque cruel de sexe, Noah retourna vers la piste de danse, suivi de son ami qui ne fut pas dupe. À croire que tous les mecs pour lesquels il craquait se donnaient le mot pour le tromper et lui faire mal. En quoi cela fut-il amusant ? La musique agressant ses tympans, Maxence l'attira vers les toilettes des hommes, bien décidé à éclaircir les choses. Il s'enferma dans une cabine vide, bien content que la musique soit moins forte par ici.     Un seul regard suffisait pour voir à quel point son jeune ami allait mal. La dernière fois qu'il le vit aussi défait et pâle remontait à environ un an, quand  l'autre  le fit souffrir comme jamais. De plus, ses yeux d'habitude si doux et joyeux demeuraient éteints et presque humides. À tel point que Max serra sa mâchoire, le corps tendu, une colère noire irradiant en lui.— Raconte-moi.C'était plus une prière qu'un ordre, et Noah l'en remercia intérieurement. Il savait que son meilleur ami s'inquiétait pour lui. Mais parfois, il en faisait trop.— Rien, c'est juste un con qui m'a roulé la meilleure pelle de ma vie et qui a tout gâché avec un stupide pari d'hétéro, lâcha subitement le plus jeune, dégoutté.  L'étonnement se peignit sur le visage de Max qui n'en revenait pas. Ce genre de chose arrivait, bien entendu, mais jamais à Noah. Comme s'il n'en bavait pas assez comme ça ! L'autre enfoiré méritait de se faire castrer ou bien encore d'adorable coup de poings bien senti. Comment avait-il osé lui faire une chose pareille ? À croire que tous les homosexuels étaient des cobayes pour les jeux pervers des hétéros en mal de sensation forte.  Réprimant un soupir de rage et terriblement peiné pour son ami, Max posa ses mains sur ses épaules.— Désolé, tu ne méritais pas ça, surtout après que l'autre t'a...— Non ! Je t'interdis de parler de lui, s'il te plait, ça va...En voyant Noah détourner le regard, les lèvres tremblantes, Max se retint de se ruer hors des toilettes à la recherche d'un bâtard arrogant. Il fallait qu'il se calme, car son meilleur pote avait besoin de lui.— Noah, bien sûr que ça ne va pas, répliqua le blond avec force, à chaque fois c'est pareil, tu t'en prends toujours pleins la gueule et j'ai horreur de ça tu le sais. Tu es comme mon frère. Cette fois, laisse-moi au moins...Secouant à nouveau la tête, Noah releva la tête et croisa son regard.— Non, ça... ça n'en vaut pas la peine, après tout, tu m'avais prévenu, non ? Il n'y a jamais de chance d'avoir une vraie relation avec un hétéro. Même si lui... il était... il était... spécial... je le sentais différent, pas comme avec les mecs que je rencontre d'habitude pour une séance de sexe. Y'avait quelque chose en plus, je... je ne sais pas trop quoi, mais j'ai dû me tromper. Ce n'était que du désir.Haussant les épaules, il avala sa salive et prit plusieurs respirations— Noah....— Merci de t'inquiéter pour moi, Maxence, mais ça va aller, renchérit le plus jeune en esquissant un petit sourire, ce n'est pas ce type qui va me détruire. Donc, à présent, je crois que je vais retrouver l'autre, le dénommé... Greg ? Baiser devrait m'aider à aller mieux. On se voit demain ? A plus. Oui, mais toi, quand on te blesse, tu te réfugies rarement dans le sexe pour oublier, ça ne te ressemble pas, songea amèrement Maxence en le regardant sortir sans réagir, ça te répugne même et tu te forces. Tu préfères souffrir en silence et seul...  Moins d'une demi-heure plus tard, Noah se retrouvait plaqué contre un lit, nu comme un ver, ses lèvres butant contre une bouche tiède, son corps contre celui de son premier choix, le sexe dur et humide. Ne pensant plus à rien, il se laissait emporter, embrassant l'inconnu comme si sa vie en dépendait, les cuisses écartées, son anus fouillé par des doigts humides de lubrifiant qui le préparait. Sentir le corps d'un autre homme lui faisait du bien, même s'il ne s'agissait pas de celui d'une certaine personne à laquelle il ne parvenait pas à oublier le corps, le regard, le visage.Il se souvenait de son baiser torride, ce qui excitait son corps d'un feu volcanique. Il gémit, le cœur à nouveau serré. Non ! Conscient du court que prenaient à nouveau ses pensées, il resserra son étreinte autour du cou et de la taille de Greg, ondulant contre lui pour lui faire passer un message. Son baiser ne l'excitant pas plus que cela, même si sa langue se faisait audacieuse, il décida d'accélérer les choses. Juste du sexe...— S'il te plait, dépêche-toi... prends moi... supplia Noah en détachant sa bouche de la sienne.Un regard brûlant qui ne lui fit ni chaud ni froid lui répondit et Greg se redressa pour enfiler un préservatif et se positionna devant son anus dilaté et humide.— Tu es bien pressé toi, mais ça me va, gloussa Greg qui poussa son gland dans son fourreau, tout doucement, avant de le pénétrer d'un seul mouvement, jusqu'au fond.Collés l'un à l'autre, ils fermèrent les yeux et gémirent.— Plus... Alors l'inconnu se mit à le pilonner de son sexe gainé encore et encore, s'enfonçant dans son anus de plus en plus vite, les dents serrées, poussant des petits gémissements rauques. Puis, après quelques minutes de va et viens énergiques, à bout de souffle, les deux hommes finirent par se crisper et par jouir, dans un râle de plaisir. Enfin, ils retombèrent sur le matelas, après s'être séparés, épuisés.— Merci, souffla Greg qui tentait de reprendre son souffle, c'était vraiment sympa. T'es un bon coup, tu sais ? On le refait ?Cela eut le don de refroidir un peu plus le jeune homme aux yeux émeraude qui pinça les lèvres, tout en se redressant, s'efforçant de sourire, bien qu'il n'en ait pas la moindre envie.— Désolé, mais je préfère en rester là, répondit d'une façon presque naturelle Noah qui se releva et s'efforça de retrouver ses vêtements, tout en s'habillant sans tarder, j'ai bien aimé aussi, mais je suis crevé, je vais rentrer.— T'es sûr ?— Certain, merci et bonne nuit.     Une fois chez lui, après avoir pris une bonne douche, Noah se coucha, avec une seule image en tête, celle d'une paire d'yeux argenté fascinant et d'un baiser torride qui ne le lâchait pas...

photo de l'auteur Louvinol
Louvinol
Homme de 19 ans
Paris

9 remerciements
Eh beh chapeau ! On va dire que tu écris beaucoup dans un chapitre pas comme certains auteurs et c'est plaisant à voir!

Pour ce qui est de l'histoire j'ai été surpris par le résumé, je m'attendais pas à ça mdrr mais je dois dire que tu écris bien !

Tu fais des études de lettres ? Je dois t'avouer que j'ai pas tout car je n'aime pas lire sur écran mais de ce que j'ai lu j'approuve ! Tu as un style bien à toi, une façon de raconter l'histoire, c'est fluide, cohérent !

J'écris également et je dois dire que je t'arrives pas à la cheville !

Bon courage pour la suite !
Amicalement.

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit