"COMING OUT HÉTÉRO"


Auteur : BoumVoyageur
BoumVoyageur - 40 ans
De Bordeaux
  il y a 4 ans


"Les hommes efféminés ont du mal à convaincre qu’ils ne sont pas homos."




"Ils sont trop sensibles. Trop gentils ou trop élégants. Loin du bon vieux cliché du mec, du vrai, celui qui ne pleure pas, qui joue les gros bras. C’est assez pour qu’ils soient étiquetés homos par leur entourage.

Ils doivent faire plus ou moins régulièrement leur coming out hétéro. Certains le prennent avec le sourire. Mais il y a aussi des insultes et des agressions. «Nous recevons régulièrement des appels d’hétéros victimes d’actes homophobes», confirme Elisabeth Ronzier, présidente de SOS Homophobie.

Comme si la virilité était non négociable. Dans Nous, les mecs, le sociologue Daniel Welzer-Lang analyse l’apprentissage des garçons : «L’homophobie et le sexisme sont centraux dans la construction masculine. Certaines catégories d’hommes imposent une domination sur les autres. Un garçon qui ne veut pas ou ne peut pas donner des signes flagrants et répétitifs de sa virilité va être traité comme un non-homme, assimilé aux femmes, aux homosexuels, et sera exclu du groupe de pairs.»

On aurait pu croire que la vague des métrosexuels, la mode androgyne et l’acceptation progressive de l’homosexualité avaient modifié les contours de la masculinité. Pas tant que ça. «Le modèle de la virilité triomphante qui domine depuis le XIXe siècle a finalement peu évolué» : en cause, des rôles masculin-féminin «conformistes» et une société comme paniquée par l’indifférenciation des sexes.

La solution ? Eduquer, encore et encore. Pour la présidente de SOS Homophobie, «dès le plus jeune âge, il faut déconstruire les stéréotypes, questionner les clichés sur le genre». Ou prendre son mâle en patience. «Les relations entre les hommes et les femmes ont énormément évolué en cinquante ans, note Daniel Welzer-Lang. C’est une révolution anthropologique. Elle implique que les hommes apprennent à perdre leurs privilèges. Et que l’on déconstruise la norme de l’hétérosexualité. Tout cela prend un peu de temps.»."



Source : http://www.liberation.fr/vous/2013/12/17/le-coming-out-ce-truc-d-heteros_967239


Qu’en pensez-vous de ceux dont le genre dérange ?

Faut-il éduquer à l'école pour accepter tous les genres, pour faire évoluer la société par le biais des enfants?

Pensez-vous qu'on peut être influencé par son entourage au niveau de sa propre orientation sexuelle ou tout au moins se remettre en question, par rapport à l'image (efféminée, androgyne...) que l'on renvoie aux autres ?


 8 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.

Auteur : Robot
Compte supprimé
  il y a 4 ans


Qu’en pensez-vous de ceux dont le genre dérange ?
La différence fait peur. Vu que l'homme n'a pas vraiment évolué dans le sens ou justement un homme ce doit d'être viril, ce qui était considéré comme différent avant, l'est toujours maintenant. Parfois j'ai l'impression que l'on régresse justement avec ce côté homme = virilité mais si c'est ça, ça veut dire que femme= objet ( je ne dis pas que tout les hommes sont comme ça, ou même que toutes les femmes fond de leurs mieux pour être justement vu comme un objet ( mais ça c'est un autre débat )) enfin... Au fond je sais pas réellement si je trouve que l'on régresse ou si c'est moi qui ai juste grandi et qui donc me rend comptes des certaine choses. Mais quand je vois rien que les clips de maintenant ( en tout cas les plus populaire ) c'est ceux ou les hommes mettent en avant leurs virilité. La différence fait peur, la différence dérange car ils ne la connaissent pas, car ça ne rentre pas dans la norme donc la différence ne peut pas être contrôler ( même si certain pense que montrer les poing ça fonctionne

Faut-il éduquer à l'école pour accepter tous les genres, pour faire évoluer la société par le bais des enfants?
Je pense que dans la logique des choses ça devrait être aux parents d'apprendre ne serait ce que le fait d'avoir l'esprit ouvert mais malheureusement les parents ( souvent) essaye en quelque sorte de créer des mini-eux et ce n'est pas comme ça que les choses changerons. Le fait de passer par l'école est une bonne idées mais ça doit ce faire en douceur, assez lentement car sinon les parents risque de s'énerver. Leurs apprendre ça le plutôt serait le mieux mais plus enfant sont jeunes plus les parents sont "stricte " sur ce qu'on doit apprendre ou pas a son enfant a l'école. Moi je suis sur que la société peut évoluer grâce a ce qu'on inculque aux enfants. Par exemple ma mère est athée mais elle m'a appris a respecter les croyances des autres, elle regarder des reportage concernant l'homosexualité ainsi que la bisexualité, sur les trans, etc... Elle m'a toujours appris qu'il ne fallait pas dénigrer ou même détester quelqu'un car il était différent de moi, et sincèrement maintenant je pense être quelqu'un d'assez ouvert d'esprit

Pensez-vous qu'on peut être influencé par son entourage au niveau de sa propre orientation sexuelle ou tout au moins se remettre en question, par rapport à l'image (efféminée, androgyne...) que l'on renvoie aux autres ?
Je pense que notre entourage peut nous pousser a nous poser des questions. Si on a un entourage plutôt ouvert, on aura plus tendance a essayer de s'ouvrir a de nouvelle expérience. Si c'est l'inverse et qu'on est gay par exemple on peut ce dire que non ce n'est pas possible, car bla-bla-bla... Et pour l'image que l'on renvoie je pense que c'est un peu pareil, car on veut que notre entourage est une bonne image de nous. La confiance en soi joue aussi a mon avis car une personne qui a confiance en elle assumera son orientation sexuelle ou/et l'image qu'elle renvoi.


conclusion je pense vraiment qu'il faut éduquer les enfant a être ouvert a la différence simplement mais je tiens a rajouter que s'ouvrir a la différence c'est s'ouvrir aux autres et que même si nos parents, notre entourage a louper le coche quand on était petit ça ne veut pas dire que c'est fini. C'est un peu comme être con, il y a ceux qui en prenne conscience et fond tout pour changer et d'autre qui préfère le rester. Comme je le dis souvent c'est dernier temps : c'est pas avec les poings ou en forçant les gens que le monde va changer. Le changement ce fais une personne a la fois. ( mais quand c'est 15personnes qui essaye de changer, de faire évoluer 15 autres personnes on en revient a 30. Après les 30essaye de faire ça avec 30 autres personnes et le nombre augmentera petit a petit)
Il ne faut pas dire " le changement c'est maintenant " mais plutôt " le changement continue " :D
J'espère que ma réponse ta satisfaite, désolée pour les fautes d'orthographe et si il y a des phrases incompressible ( ce qui risque d'arriver car je manque de sommeil ) demandes moi
Auteur : BoumVoyageur
BoumVoyageur - 40 ans
De Bordeaux
  il y a 4 ans


Oui, je suis satisfait de ta réponse ! Tkt, tes phrases sont compréhensibles :)

J'aime ton raisonnement, ta réflexion ! & je suis assez d'accord avec toi, à part sur un point : "Le fait de passer par l'école est une bonne idées mais ça doit ce faire en douceur, assez lentement car sinon les parents risque de s'énerver.".

Pourquoi :

J'ai connu les mentalités anglophones & francophones dans un même pays, le Canada, sur ce point : l'éducation de la différence à l'école. On apprend très tôt aux jeunes canadiens(nes) anglophones : "que la culture canadienne ne suffit pas à la nation & que la différence est un plus pour le Canada..." (une référence à l'immigration du pays). Rien que cette notion de base apprise dans les écoles fait toute la différence sur l'ouverture d'esprit, l'acceptation de "l'autre"...
Par contre, cette notion n'est pas apprise chez les canadiens(nes) francophones (en particulier au Québec).
Ainsi, en comparant les deux mentalités dans l'ensemble de la société canadienne : en général, les canadiens(nes) anglophones sont plus ouverts d'esprit que les francophones.


Les français sont reconnus pour leur manque d'ouverture d'esprit, à toujours être "dans la culture" (un paradoxe), dans la réflexion interminable, leur bla bla bla pour rien en conclure, une évolution de la société & des mentalités très lente, "la démission" de beaucoup de parents avec l'éducation de leurs enfants...
Ce qui me fait réagir, c'est qu'il faudrait un relais dans la société, d'où l'éducation à l'école des notions de base "du savoir-vivre en société" : connaitre "l'autre & sa différence", l'acceptation de "l'autre & sa différence" pour une ouverture d'esprit & une transmission de ses valeurs dans "une réaction en chaîne".

Donc, je crois qu'à un moment donné quand la société sature : il faut imposer certaines choses dans la société, dans l'éducation pour faire évoluer les mentalités vers un changement de comportements, comme par exemple "la loi sur le mariage pour tous" !

 8 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.
Auteur : Robot
Compte supprimé
  il y a 4 ans


Quand on impose des choses parfois ca ce passe mal.
Justement quand on voit ce qui c'est passé pour que la loi du mariage pour tous passe... Encore les manifestations, je le comprends, c'est normal que si tu n'es pas d'accord tu le montre, mais il y a eu pas mal de débordement et des deux cotés.

Le problème en France c'est que presque tout le monde veut que les choses changent mais des que ca arrive les gens ne sont pas content. Comme si un changement, un évolution des mentalités etait une utopie et que donc peu de personne ce sont préparer a ça

Le jour ou quand nous regarderons quelqu'un et que nous verrons simplement un autre être humain n'est pas encore arrivé mais je ne perds pas espoir.

Comme a dit un jour Hundertwasser : Lorsque un seul homme rêve, ce n'est qu'un rêve. Mais si beaucoup d'hommes rêvent ensemble, c'est le début d'une réalité.
Auteur : BoumVoyageur
BoumVoyageur - 40 ans
De Bordeaux
  il y a 4 ans


"Quand on impose des choses parfois ca ce passe mal."

C'est un mal pour un bien.




 8 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.

Auteur : misterbi
Misterbi - 41 ans
De Au Fin Fond De L ' Auvergne
  il y a 4 ans


Aujourd'hui beaucoup d'hommes, jeunes et moins jeunes sont des métrosexuels.
Ceci est du surtout au monde de la mode qui montre une image des hommes (podiums, pubs pour parfums....) qui ressemble à des statues de l'antiquité : éphèbes, adonis....
Comme beaucoup de couturiers sont gays dont les plus connus, ils poussent à fond sur cette image (Jean Paul Gauthier en premier).
Comme nous sommes de plus en plus dans une société de consommation à l'excès, bon nombre d hommes veulent ressembler aux stéréotypes masculins que nous offrent à voir les publicités dans les magasines, à la TV.....
Je suis frappé à quel point certains de jeunes hommes qui ont la 20ainne d'années voir moins sont des métrosexuels en puissance.
Je peut vous dire qu 'il y a 20 ans environ quand un garcon s'habillait comme ca dans certains endroits il se serai fait traiter de "pédés".

Comme quoi : nous assistons à une féminisation du monde occidental.
La preuve : actuellement au gouvernement il y a une ministre du droit des femmes :
Najad vallaud Belkacem.

Auteur : BoumVoyageur
BoumVoyageur - 40 ans
De Bordeaux
  il y a 4 ans


Je ne vois pas le lien, le rapprochement avec l'acception des genres humains que je traite dans mon sujet. C'est du hors-sujet disons ton commentaire est plus lié avec le sujet : " homme-objet" :roll: que la nature de l'homme avec sa virilité & l'acception de sa différence...

 8 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.



Pour participer à [ "COMING OUT HÉTÉRO" ] il faut être obligatoirement inscrit