Theo le nouveau court-métrage pour dénoncer l'homophobie


● en ligne
Wiloooo - Modification par Wiloooo le 29/01/2020 - 20:07:12

🏳️‍🌈 C'est un utilisateur de beTolerant qui m'a alerté sur une nouvelle petite vidéo lancée par la célèbre association : Le refuge. Elle a été publiée sur le réseau social instagram, elle dénonce les pressions (familiales et sociales comme le milieu scolaire) que subissent les jeunes homosexuels qui ne rentrent pas dans les codes sociaux traditionnels (virilité pour les garçons, féminité pour les filles).

STOP : Virilité pour les garçons, féminité pour les filles 😡

Ce court métrage est aussi composé d'une ambiance musicale poignante, plus particulièrement le chanson d'Eddy de Pretto : "Kid", qui elle dénonce aussi l'imposition de la virilité pour les jeunes garçons.

Cette vidéo n'a pas été mise en ligne pour rien, car c'est encore le quotidien de beaucoup de jeunes homos qui subissent ses violences physiques ou verbales quotidiennement. Il suffit de lire la légende de la publication instagramm de l'association pour s'en rendre compte :

Pour visionner la vidéo en question cliquez sur source (en dessous). 🤓

Publicité
Mimosa

Merci pour cette vidéo. La mise en scene est un peu abrupte mais le message passe. c'est un peu raide, presque trop mais ce doit etre percutant pour les non-initiés et je suppose que c'est le but principal de la vidéo.

Tazsud

C'est abrupt mais malheureusement une triste réalité. J'enrage de voir tant de haine. J'en viens à souhaiter de pouvoir en découdre physiquement (mais sans haine) avec de telles personnes

LouRrr

Moi je le trouve viril Théo.

Respect aux gens du refuge pour leurs efforts continus, hier soir ils sont passés dans mon ex fac avec le réalisateur Lucas Morales pour un débat autour du court métrage "Pourquoi mon fils?" qui est centré sur la réaction d'un père qui apprend que son fils à un petit copain.

Ils ont beaucoup partagé pendant le débat qui a suivi le visionage, notament sur le fait que si accepter sa propre homosexualité pouvait prendre plusieurs années et bien cela pouvait prendre autant de temps pour les parents d'accepter que ce soit le cas pour leur enfant, et qu'il ne fallait donc pas baisser les bras et croire que le dialogue n'est plus possible si l'enfant est rejeté juste après son coming out.

Hanabi - modifié par Caramany le 30/01/2020 - 00:09:49

merci pour la vidéo.

la vidéo mets trop en avant la violence verbale et physique. pour illustrer la misère de petit théo, et l'importance du refuge. un peu de com tout de même , je resens.

je ne doute pas l'importance du refuge, c'est la ou les victimes reçoivent la peu de chaleur humaine et au mieux, se reconstruire. mais pour les jeunes qui se fait frapper, j'aimerais bien qu'il y ait des cours d'auto défense à l'école . Ça existe pour les filles comme les pauvres sont souvent victimes d'harcèlement. pourquoi ne pas en avoir pour des adolescents qui souffrent de violence physique gratuite ? le principe n'est que l auto défense. faire arrêter des agresseurs, pas besoin de les envoyer au comar comme dans des films de kongfu. ça aide sûrement . ce n'est pas la violence qui est enseignée , mais la confiance. judo, taikwando, kongfu etc, sont tous ok .

sur relation famille, ou amicale , il peut y avoir un" butch" camp. apprendre des jeunes lgbt+ à imposer, même devant ceux qu'ils aiment de tout leur coeur. ce n'est pas forcement un butch (macho) qui enseigne, mais un psy, un sociologue ou même un coach de parole. sur ce genre de situation, je pense qu'il faut toujours confronter, et ne pas céder à la culpabilité, la famille , les amis peuvent sur un coup de tête , la maîtrise de parole est primordiale dans telle situation, cependant y a des parents qui sont pn et manipulateur, comme dans cette vidéo, réagit de manière digne et stratégique , pour ne pas tomber dans les pièges voir enfer spiral. après tout on a rien fait de mal. sil se fait frapper, y a toujours l'autodefense qui prend le relais.

Publicité
Reglisse

Coucou,

La vidéo est violente et choc. C'est le but. En plus, là, on aborde aussi le thème du harcèlement scolaire.

Le trait est-il trop forcé ? Bon, le père est tout de même un tyran domestique. Je ne sais pas trop si la mamie tremble à l'idée d'avoir un petit-fils homo ou à l'idée des coups qu'il va recevoir s'il tente de se défendre…

Et puis, je pense que la violence est souvent subtile et psychologique.

Lorsque j'étais membre d'une association mettant en lumière la violence éducative ordinaire, nous regrettions que l'on parle (en général) toujours des injonctions de féminité imposées aux fillettes et jamais de la masculinité imposée aux garçons. Pourtant, cela nuit au développement de leur personnalité durant l'enfance et l'adolescence, avec des répercussions à l'âge adulte (même s'ils sont hétéros). Les conséquences d'une virilité exacerbée sont indissociables de la culture du viol et des violences faites aux femmes ou aux personnes LGBT+. On est en plein patriarcat où l'agressivité et la domination sont valorisées chez les hommes.

Pour ce qui est de l'acceptation des proches, je dirais que le problème se pose dès qu'on est différent. Il faut aussi prendre en compte l'éventuelle toxité du milieu familial.

@ Caramany : la self-défense est bien mais elle a ses limites si l'agression est explosive, si une arme blanche est sortie, si les agresseurs sont plusieurs ou si la fuite est impossible.

En plus, selon le vécu, en cas d'agression physique, le cerveau peut se mettre d'office en état de sidération, voire de dissociation. C'est le problème des personnes ayant été maltraitées dans l'enfance (physiquement ou psychologiquement) ou ayant vécu des violences graves et/ou répétées à l'âge adulte. L'amygdale cérébrale peut du coup avoir des réponses "excessives" face à la peur. Elle peut même faire "disjoncter" le cerveau (dissociation de type post-traumatique). Même si la personne pense avoir tourné la page, sa peur traumatique peut facilement être réactivée par une situation de menace physique (est-ce aussi le cas pour une menace verbale ? ).

Amicalement, Réglisse

Kendany

Percutant. Et hélas je pense que ce genre de scénario n'est pour certains pas du tout une fiction.

Mais j'ai pas réussie à voire ce que tenait le pére dans sa main.


● en ligne
Jstophe

D'une certaine manière, et de manière certaine, même si c'est obturé, dans ce genre de scénario, les parents sont complices des agresseurs.

Il est - malheureusement - nécessaire que cette association existe, comme d'autres dans des registres différents, tel SOS Homophobie.

Je regrette que tous les LGBTQI n'aient pas un minimum d'esprit militant. Quand un homo se fait agresser parce que homo, ce sont tous les homos qui sont agressés.

Hanabi

@ Caramany : la self-défense est bien mais elle a ses limites si l'agression est explosive, si une arme blanche est sortie, si les agresseurs sont plusieurs ou si la fuite est impossible.

En plus, selon le vécu, en cas d'agression physique, le cerveau peut se mettre d'office en état de sidération, voire de dissociation. C'est le problème des personnes ayant été maltraitées dans l'enfance (physiquement ou psychologiquement) ou ayant vécu des violences graves et/ou répétées à l'âge adulte. L'amygdale cérébrale peut du coup avoir des réponses "excessives" face à la peur. Elle peut même faire "disjoncter" le cerveau (dissociation de type post-traumatique). Même si la personne pense avoir tourné la page, sa peur traumatique peut facilement être réactivée par une situation de menace physique (est-ce aussi le cas pour une menace verbale ? ).

apprendre de self defense, n'est pas que pour le cas ou on se protege, ça t'apprend la discipline, le courage, et surtout avant de frapper, être frappé. les art matieux n'enseigne pas la violence, mais la discipline et technique !

les cas d'extréme, on peut citer encore plus, une arme blanche, une bande, un est venu avec un kalashinikov, ou une nuc, mais à l'école, je ne pense pas que ce soit fréquent. C'est pas dans la rue à Goutte d'or ou barbès.

Sinon, face a la violence homophobie, que faut il faire ? si on se protege pas soi meme, qui d'autre le fait pour nous ? se taire et se laisser frapper , c'est comme se fait violer, pour certains ça passe, à mes 36 ans, je n'accepte pas. car une fois cédé , y aura la deuxième , 3 eme fois. La violence n'est pardonnable, avant qu'elle commence, coupe la tête du serpent.

Les jeunes qui ont longtemps souffert ou tendance à ceder à la peur, il faut qu'il se soigne le cerveau avant d'envisager d'apprendre la défense.

Tout le monde mérite d'être fort.

Membre Anonyme

Oui je suis d'accord que ça devrait être la base pour un homo d'apprendre à défendre dans un monde qui reste ultra violent à notre égard. Je fais de la boxe depuis 7 ans et je l'attends l'homophobe qui tentera de m'intimider ^^

Il faut arrêter d'être toujours dans le rôle des victimes et savoir lutter soi même sans se mettre en pls au sol en pleurant en attendant que l'agression se finisse

W0nderwOOman

Après, quand ceux qui frappent sont les parents, il est rare ques les enfants rendent les coups. Idem pour la violence verbale, on ne répondra jamais à son père « je t'emmerde Papa », sauf dans les familles qui passent chez Pascal, le grand frère ...


Voici un documentaire Infra Rouge, intitulé « Homos la haine » diffusé en 2015 :

https://www.youtube.com/watch?v=OqnDiT6cwUA (1:09:22)

Dans ce docu qui traite surtout de l'homophobie en milieu familial (mais pas seulement), des hommes et des femmes, jeunes et moins jeunes racontent la découverte de leur homosexualité par leur famille. Dans son témoignage, le jeune Samuel raconte s'être fait tabasser par son père, qu'il n'avait pas du tout envie de frapper, parce que c'est son père, tout simplement. Et pourtant celui-ci l'a mis à la porte...

Dans la vidéo postée par le refuge, le père a l'air de tenir une bande de quatre photos, en noir et blanc, type photomaton à l'ancienne. Je suppose que ce serait par ces photos romantiques, qu'il a compris que le garçon qui posait avec son fils, n'était pas qu'un pote... :-\

Hanabi - modifié par Caramany le 30/01/2020 - 21:42:32

La dernière fois ou mon père m'a frappé, j'ai réagi par renversé la table à mangé et cassé la télé, le frigo avec une chaise . je ne voulais pas frapper mon père , mais j'avais la haine en moi, j'ai choisi donc tout casser. Il s'est calmé et ne m'a jamais frappé après. A cette époque ma grand-mère était encore là, elle se mettait toujours à mon côté. Quand il m'insulte, même à ce jour, quand j'avais envie de répondre je lui demande de se laver sa bouche, et enlever la mxxrde. j'avais jamais été traumatisé par la violence .

Cependant, ce qui m'a traumatisé est quand ils me parlaient doucement sincèrement , parlaient de leur difficulté vis à vis de mon homosexualité, et leur souhait pour que je sois comme ils le veulent. Ça c'est comme une malédiction que j'avais du mal à m'en sortir.


Sujets similaires
  1. Inde : vers une dépénalisation de l'homosexualité
  2. Chants homophobes dans un match ASNL-Le Mans
  3. Le sport en extérieur interdit à Paris dès mercredi entre 10 heures et 19 heures
  4. Garde à vous : joli message de tolérance
  5. Si les homos parlaient comme les héteros
  6. Inverti 2.0 le nouveau réseau social LGBTi
  7. Une lesbienne violée par son père après avoir fait son coming-out
  8. La France refuse à nouveau d'arrêter les mutilations génitales sur les enfants intersexes
  9. Pur concenté d'actualités LGBT+
  10. Association SEJA - Séjours d'Ecoute pour Jeunes Adultes
  11. Les violence sur les femmes : 100ème féminicide.
  12. Un petit garçon dans la nouvelle pub barbie

  S'inscrire pour participer