What about jealousy? / La jalousie dans tout ça ?

photo de l'auteur Marouchka
Marouchka
Femme de 26 ans
Paris

Hello,

Je suis bi (récemment pris conscience de ça) et en couple avec un homme hétéro. Je suis plutôt pour la non-exlusivité en amour mais je me demande si c'est vraiment quelque chose de faisable en pleine transparence ou s'il n'y a pas toujours un peu de mensonge de chacun pour préserver l'autre...

Tout en écrivant, certaines idées me viennent. Je pense que si les deux êtres sont des individus puissants (au sens philosophique du terme), un petit pincement de jalousie peut survenir mais ne ronge pas ni l'individu ni la relation... Mais j'en sais rien, j'ai pas testé !

Qu'en pensez-vous ? Des témoignages ? Tout ça m'intéresse.



photo de l'auteur Fuong
Fuong
Homme de 41 ans
Bordeaux

Je déteste la jalousie. Certains la voient comme une marque d'amour indéfectible mais je la vois comme une faiblesse, un manque de confiance en soi qui va avant tout pourrir le conjoint. C'est un cancer qui ronge une relation alors qu'une confiance accordée est bien plus beau.

J'ai vécu cette jalousie pendant les premiers mois de mon ancienne relation. Au point de ne pas pouvoir être avec mes potes hétéro sans être interrompu par un coup de téléphone, de ne pas pouvoir regarder les mecs dans la rue et d'être obligé de regarder par terre pour pas que l'autre nous fasse chier, etc. Mais j'ai fini par le dompter : avec la confiance, la honte et le raisonnement par l'absurde. Comme je ne l'ai jamais trompé, il a eu beau chercher, il n'a rien trouvé. A un moment, ça monte au cerveau. Pour la honte, quand il me faisait une crise parce que j'allais rejoindre des potes, je leur disais (en sa présence) que c'était parce qu'il était jaloux et qu'il ne voulait pas que je les vois : il gueulait mais pourquoi cacher une marque d'amour si saine que la jalousie alors ? Et enfin, à force de me casser les couilles continuellement, je l'ai tout simplement menacé de faire ce pour quoi il me faisait vivre un enfer au quotidien. Un tel traitement de choc a fini par fonctionner. Au début, il a pris sur lui puis à force, il n'en a plus souffert. Après, cette méthode ne fonctionne que si vous jouez le jeu et que vous n'avez aucune intention de tromper qui que ce soit...


photo de l'auteur Hildegarde
Hildegarde
Non binaire de 32 ans
Strasbourg

4 remerciements

Bonsoir,

Mon homme et moi faisons également partie du clan des "non-exclusifs". Du moins sur le papier, parce que dans la pratique, je ne sais pas si je serais aussi sereine ^^ toujours est-il que nous avons pris le parti de nous informer l´un l´autre, si l´un de nous avait un coup de coeur afin de pouvoir aviser de la situation. Autrement dit, la jalousie ne fait pas partie de notre vocabulaire, même si je te mentirais si je te disais que l´idée de le savoir dans les bras d´une autre me fait sauter au plafond, faut pas exagérer ! Et pour la totale transparence... hum, un 100% me parait difficile, il y a toujours certaines choses qui font partie de notre jardin secret, peut-être par peur de blesser ou encore par honte. "Ce que l´autre ne sait pas ne lui fait pas de mal", en quelque sorte...

À mon humble avis, la jalousie est un poison et non une preuve d´amour comme certains le prétendent (mais ça n´engage que moi !). À quoi bon rester ensemble si l´on n´est pas fichus de se faire un minimum confiance ?

À méditer car c´est une bien vaste question qui nous taraude tous...


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit

Hello,

La jalousie n'est effectivement pas une preuve d'amour c'est ce que certaines personnes essaient de faire croire pour justifier leur comportements.

La jalousie est un sentiment purement narcissique où l'autre n'est perçu que comme un objet en sa possession. Elle est sous-tendue par une faible estime de soi et une insécurité dans la relation. La jalousie vise à faire croire à l'autre qu'on lui est redevable, un peu comme une transaction. La personne jalouse identifie l'extérieure comme étant le problème. Il faut retourner le problème : je suis jaloux = j'ai peur d'être abandonné. Le verbaliser ainsi est déjà beaucoup plus honnête, et permet à l'autre de fournir de quoi rassurer si cela est possible.

Heureusement, ça se travaille lorsqu'il y a une prise de conscience de cela.

Pour les couples exclusifs, la jalousie n'est pas forcément le seul, ni même un, des principes qui interviennent dans le choix de l'exclusivité. On a tous des modèles moraux, religieux, des valeurs, qui souvent nous sont transmis par nos aînés, que l'on aménage, que l'on rejette, ou que l'on incorpore à notre mode de vie.

La jalousie dans les relations libres (je n'affectionne pas ce terme, en quoi une relation libre est elle plus libre qu'une relation exclusive ? une relation exclusive est elle nécessairement celle de l'enfermement ? je préfère le terme de relation ouverte, moins sujet au jugement moral) existe aussi. Il peut y avoir un esprit de compétition (à celui qui aura le plus de conquêtes, qui séduira le plus), une jalousie non pas concernant la sexualité mais l'affectivité, une jalousie concernant le temps passé en dehors de la relation.

Dans tous les cas et dans tous les modèles de couples il est nécessaire selon moi de communiquer, de poser des limites définies clairement : sur ce qu'on peut faire, ne pas faire, avec qui, quand, comment, pour quelle raison, ce qu'on peut en dire, ne pas dire, et à qui etc... Ces limites sont sujettes à négociation, le tout est que chacun y soit à l'aise, et elles sont également sujettes à réévaluation. Une réévaluation peut aller dans le sens d'une plus grande ouverture mais aussi dans un renforcement de l'exclusivité si nécessaire.


photo de l'auteur AragonTheo
AragonTheo
Homme de 27 ans
Lyon

Pour moi la jalousie outre un manque de confiance en soit c'est aussi un manque de confiance en l'autre. Une peur de perdre l'autre si son amour disparaît au profit d'un.e autre.

Pour l'instant, je n'ai jamais vécu de situation poly amoureuse mais je n'ai rien contre essayer :). Mais plus qu'un sentiment narcissique, la jalousie, c'est d'une certaine façon une construction sociale issu de la compétitivité et cette fameuse peur de perdre l'autre ou que le sentiment amoureux disparaisse (surtout en couple exclusif).

De faite donc je vois pas nécessairement ça comme narcissique. Après, évidemment, l'absence totale de jalousie, c'est l'idéal, mais si jalousie consciente et maîtriser il y a, c'est pas forcément dangereux. Faut juste pas que ça devienne possessif au point que la relation devienne étouffante, malsaine ou emprisonnante (ou tout autre synonyme). Savoir garder un espace de liberter chacun en somme.

Même pour un couple exclusive. Et ça c'est sans compter le libertinage qui tout en étant en relation exclusive peut permettre de faire des choses en couple, ensemble :) .


photo de l'auteur MaPand
MaPand
Femme de 26 ans
melun

moisSalut,

Une relation non exclusive est pour moi la base. Je suis contre l'idée d'appartenir à quelqu'un d'autre qu'à moi même et si chacun des deux veut avant tout le bonheur de la personne que l'on aime, il n'y a aucun soucis.

Je pars du principe que chaque individu aura à un moment ou un autre une attirance spirituelle ou physique pour d'autres personnes. Une mère ne peut pas demander à son enfant de n'aimer qu'elle, un ami ne peut pas demander à son ami de n'avoir que lui. L'exclusivité est le mensonge sur l'intérêt que l'on peut porter aux autres individus qui croiseront notre route et qui a pour but de flatter cet égo qui nous fait souvent faire des choses absurdes pour se rassurer, se dire qu'on est dieu pour l'autre, qu'il n'existerait pas sans nous et que personne ne peut (ou n'a le droit) de lui apporter du plaisir ou du bonheur à part nous. Il s'agit de posséder un individu au lieu de jouir de sa présence et de son affection pour nous. Et l'on sait que celle ci peut ne pas être définitive de toute façon. Il s'agit de se rassurer alors que la jalousie et la privation de cette liberté fondamentale, est souvent à l'origine du fameux adultère, qui fait séparer tellement de couple. Pourquoi? Parce que la possessivité d'un côté et le manque d'honnêteté / franchise de l'autre cause une rupture morale entre les deux personnes. La confiance est brisée par le mensonge.

Quand à la possibilité de tout dire, on a un jardin secret même pour sa meilleure amie, le tout est d'être honnête sur ce que l'on ressent pour notre partenaire et pour les autres partenaires auprès de chacun si ceux ci le demande. Etablir à l'avance ce que l'autre veut savoir d'office et ce qu'il préfère demander au cas par cas semble une bonne approche.

Certains proposent de discuter de "limites" à ne pas franchir, ce qui peut être une bonne transition, mais si on part du principe que chacun est libre des actes qui le concerne, si ces actes n'ont pas d'impacts direct sur le partenaire (type MST par exemple), le partenaire ne devrait pas pouvoir mettre son véto, selon moi.

Il ne s'agit que de mon point de vue. Pour info, je suis en couple non exclusif avec un homme depuis 9 mois, on est heureux de savoir l'autre heureux et libre, on profite des moments ensemble, et on ne se prévient pas de ce que l'on fait et avec qui. Si l'autre pose la question on répond à la question. La seule "limite", puisque nous ne nous protégeons plus tous les deux, est de prévenir l'autre s'il y a des risques de contagion et dans ces cas là, capote. Ce n'est jamais arrivé.

Bises à tous


Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit