je suis déprimée

photo de l'auteur kokopelli
Kokopelli
Femme de 23 ans
tours
déprimée car je n'ai pas de travail , déprimée car je n'ai pas une bonne situation,pas de voiture , pas de chez moi, pas d'argent
déprimée car je passe mes journée à m'ennuyer j'ai des amis mais pas trop !
Déprimée car je suis célibataire et ça me fatigue de chercher quand personne veux de moi alors que je suis une fille bien !

Déprimée car la solitude c'est pesant !

Déprimée car j'ai aucune idée de ce que je ferai dans Deux ans ! Si je change de région ou si je reste dans ce trou perdue ! ou il y a même pas de bars et de boîte pour lesbienne!

Déprimée car quand je veux changer d'air et sortir mes amis sont jamais là pour moi !

Déprimée car j'essaye d'avancer malgré tout en disant tout vas bien !


photo de l'auteur Pinson
Pinson
Femme de 34 ans
Bruxelles
Eh bien, il est déprimant, ton message !

Pas de travail, de situation, de voiture, de chez toi, d'argent...
Disons que tout ça, c'est ennuyeux mais pas catastrophique. Il suffit qu'un de ces éléments change pour que tout s'emboite et s'améliore.
Mais surtout... Dis-toi bien que ça n'est pas ce qui fait le bonheur ! L'important, ce n'est pas d'avoir mais d'être... Alors, qu'es-tu ?
J'ai envie de te dire, aussi, d'essayer voir le verre à moitié plein : ce que tu as et non ce qui te manque, ce que tu es et non ce que tu n'es pas...

L'ennui, on dit que c'est utile pour les enfants, mais ça l'est au moins autant pour les adultes... Il te permet de te recentrer sur toi, de découvrir ce que tu aimes vraiment, de te trouver des passions, des envies, d'aller de l'avant, de te mettre au clair avec tes émotions, etc. Profite de l'ennui pour trouver ce qui pourrait te rendre heureuse... Trouve ce qui t'empêche d'atteindre ce bonheur... Quels sont les modes de fonctionnement qui ne vont pas chez toi... Et ensuite, élabore un plan d'attaque !
Prendre conscience de ce qui bloque dans ta vie, ça va déjà être un grand pas en avant !

Quant au célibat et à la solitude... Reste à trouver comment tu peux parvenir à y remédier. Les solutions sont plus nombreuses que tu crois : aller en ville régulièrement, t'inscrire à un club de sport, trouver un site sympa qui organise des activités entre adultes (je pense à On Va Sortir et Rencontre Du Temps - qui est un site belge - par exemple), devient bénévole dans des associations ou sur des évènements, bref, ne te complais pas dans ta solitude et ne te contente pas de tes amis actuels... S'ils ne t'apportent pas tout ce dont tu as besoin, garde-les, mais cherche ailleurs pour combler le manque !

L'herbe semble toujours plus verte chez le voisin, mais dis-toi bien que ton herbe parait d'un vert éclatant à d'autres gens... Reste à ce que tu mettes les bonnes lunettes pour voir cette couleur, toi aussi, et que tu arroses ça à ta façon pour que ça prenne la teinte idéale pour toi :p !

photo de l'auteur kokopelli
Kokopelli
Femme de 23 ans
tours
oui merci à toi

photo de l'auteur kokopelli
Kokopelli
Femme de 23 ans
tours
quand je propose des sorties personne vient toujours des excuses

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Salut, et pardon d'avance si ma réponse est peut-être un peu pragmatique.

Dans ce que tu relève, il y'a des choses qui se suivent, en général dans cet ordre : trouver un travail, donc avoir de l'argent et donc pouvoir se payer un chez-soi (résumé en très simpliste), du coup ressasser sur ces trois choses à la fois te rajoute de la pression injustement, car pour avoir les 2 dernières c'est à priori sur la recherche de job que tu peux miser en premier... ça peut paraître con mais dans ta tête ça peux transformer une sorte de "triple échec" (c'est comme ça que je le ressens de ta part quand tu le décris) à un seul objectif, plus motivant de ce point de vue là.

D'un autre côté comme rien ne t'engage à rester dans ta région et que tu rêves un peu de bouger dans un endroit avec plus de mondes, d'occasions de sorties, de bars lgbt etc, peut-être orienter tes recherches de boulot dans les villes qui t'attirent ? Quelques part le fait d'être célib, de pas etre engagée dans un taf et de pas avoir de plan particulier pour dans 2 ans, c'est un peu les conditions idéales pour ça.. Perso maintenant que j'ai un taf, je suis bien mais j'envie un peu mes potes (encore étudiantes pour certaines), qui peuvent se dire "tiens, et si l'année prochaine j'allais là bas ?" , car elles ont encore complètement le choix sans avoir à se demander ce qu'elles peuvent y perdre).

photo de l'auteur kokopelli
Kokopelli
Femme de 23 ans
tours
oui mais de toute façon même si je reste dans ma région en attendant 1 an ou 2 pour le moment ça sera que des petits job ou une formation donc je pourrai bouger quand même ^^ merci pour ton message j'avoue tu n'as pas tord mais je sais que le jour ou j'aurai un CDI je serai mieux

photo de l'auteur Ongena
Ongena
Homme de 38 ans
Mons

1 remerciement
Bonjour !

Vivant une situation difficile aussi, je voulais juste te souhaiter que les choses bougent pour toi bientôt.

Je rejoins ce qui a été dit. La solitude, c'est le moment idéal pour s'investir dans le social. Ca permet de rencontrer du monde (y compris un potentiel coup de cœur), de se rendre utile, de s'enrichir et peut-être de trouver de nouvelles idées pour réorienter sa vie.

C'est en tout cas mon objectif cette année.

Bon courage à toi, tu n'es pas seule.

photo de l'auteur kokopelli
Kokopelli
Femme de 23 ans
tours
merci à toi

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
Le problème de la déprime c'est que c'est un cercle vicieux, plus on va mal plus il est aisé d'aller encore plus mal, et plus c'est difficile d'aller mieux. La marche arrière demande plus efforts au démarrage, au moment où la volonté est la plus déprimée. Mais cette marche arrière existe et peut monter en vitesse.

C'est difficile de donner des conseils depuis l'extérieur. Personnellement je pense que lorsqu'on est débordé de soucis et qu'on passe beaucoup de temps à déprimer, il faut se faire aider si on n'y arrive plus seul(e) y compris par un médecin si nécessaire, se forcer à avoir un rythme de vie régulier (repas et sommeils) pour qu'à la longue ils s'automatisent, occuper son esprit pendant les heures de veille et si possible en collectivité, fatiguer son corps par du sport, et tenter de résoudre un par un les soucis en partant des plus faciles et éliminant les rêves d'enfance complétement irréalisables. Normalement la barque devrait progressivement moins tanguer, s'alléger progressivement et ce faisant ne plus risquer de chavirer, pouvoir avancer et prendre de la vitesse.

J'image exprès pour faciliter la compréhension, mais toutes les techniques thérapeutiques tournent plus ou moins autour des mêmes principes.

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit